Nous rejoindre sur les réseaux

France

Foot : attaquée par les Britanniques, la France renvoie la balle; l’UEFA ouvre une enquête

Article

le

foot:-attaquee-par-les-britanniques,-la-france-renvoie-la-balle;-l’uefa-ouvre-une-enquete

Une défense inchangée: pointées du doigt par les Britanniques après la finale de la Ligue des champions au Stade de France, les autorités françaises ont renvoyé lundi outre-Manche la responsabilité du fiasco, mettant de nouveau en cause une « fraude massive aux faux billets » des supporters de Liverpool.

L’UEFA, l’instance européenne du football, a de son côté annoncé dans la soirée qu’elle allait commander un « rapport indépendant sur les événements autour de la finale de la Ligue des champions » confié à une personnalité indépendante, l’ancien ministre portugais de la Jeunesse et des Sports, Tiago Brandão Rodrigues, qui « portera sur les processus décisionnels, les responsabilités et les comportements de toutes les entités qui ont participé à l’organisation de cette finale ».

« Des preuves seront réunies auprès de toutes les parties prenantes concernées et les conclusions de ce rapport indépendant seront rendues publiques au terme de ce processus », a ajouté l’UEFA, qui étudiera ensuite « les prochaines étapes ».

Deux jours après les scènes de chaos qui ont fait le tour du monde, des témoignages affluent, permettant de cerner les raisons qui ont conduit à retarder de 36 minutes le coup d’envoi d’un des principaux événements sportifs de la planète, ce match remporté samedi par le Real Madrid face à Liverpool (1-0).

Bousculades, tentatives d’intrusion d’individus sans billet, supporters – dont des enfants – sous le choc d’une intervention des forces de l’ordre ou victimes de vols, « c’était absolument horrible » autour du Stade de France samedi, selon le député britannique Ian Byrne, présent samedi soir sur place.

« Traiter les supporters comme des animaux lors du plus grand match européen de l’année, comme ils l’ont fait, est impardonnable », a-t-il déclaré au micro de la chaîne de télévision Sky News, mettant en cause « un maintien de l’ordre lamentable, des stewards lamentables, une mauvaise gestion autour du stade, des portes d’accès au stade fermées ».

Ces propos font écho à ceux des autorités britanniques, Downing Street se disant « extrêmement déçu de la manière dont ont été traités » les supporters de Liverpool et jugeant les images du Stade de France « profondément troublantes et préoccupantes ».

« Certains (supporters) ont fait la queue pendant 3h30 », a raconté le député Ian Byrne, quand d’autres n’ont pu entrer dans l’enceinte que bien après le coup d’envoi, selon les nombreux témoignages sur les réseaux sociaux.

D’autres, encore, n’ont pas pu franchir les portes de l’enceinte de 79.000 places.

Des supporters de Madrid ont également raconté avoir vécu une soirée cauchemardesque, à l’image d’Enrique Cazorla, « socio » du Real Madrid depuis 1987. Il a raconté au quotidien El Mundo avoir été pris pour cible par des voleurs à l’arrachée. « Ce sont les gendarmes qui nous ont lancé du gaz poivré et des balles en caoutchouc », a également raconté cet homme qui, dit-il, en était à sa cinquième finale de C1. « On est descendus dans le métro mais c’était déjà devenu une souricière. Trouver un taxi ? Ils nous ont demandé 300 euros pour nous sortir de là. »

« La fraude vient d’outre-Manche »

Comment la fête attendue du football européen a-t-elle été gâchée et aurait pu virer au drame alors que près de 7.000 policiers, gendarmes et pompiers étaient mobilisés, sans compter les vigiles privés ? Pourquoi le système de pré-filtrage, à 200 mètres du stade, a-t-il été vite débordé face à l’afflux de supporters de Liverpool et a créé des goulets d’étranglement ? Comment des bandes de jeunes se sont-elles retrouvées en position de s’introduire de force dans l’enceinte ?

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a campé lundi sur la position défendue par les autorités françaises dès samedi soir, celle d’une « fraude massive, industrielle et organisée de faux billets » créant le désordre, a dit le ministre.

« 30.000 à 40.000 supporters anglais se sont retrouvés au Stade de France, soit sans billet, soit avec des billets falsifiés », a-t-il développé devant la presse à l’issue d’une réunion interministérielle organisée sur les dysfonctionnements de cette soirée.

Cette situation a, selon les autorités, contribué à gonfler sensiblement la foule qui se pressait aux portes du Stade de France et provoqué une situation de thrombose à l’entrée, entraînant de gigantesques et interminables files d’attente.

« Nous pensons que la fraude vient de l’autre côté de la Manche », a également lancé M. Darmanin. Le préfet de police Didier Lallement avait indiqué dimanche avoir décidé de saisir la justice pour une « fraude massive aux faux billets ».

Ce signalement a donné lieu à l’ouverture d’une enquête, confiée à la brigade de la répression de la délinquance astucieuse de la préfecture de police de Paris, a rapporté en fin d’après-midi à l’AFP le parquet de Bobigny.

Par ailleurs, 15 gardes à vues étaient toujours en cours lundi en lien avec les événements de samedi, a indiqué le parquet, précisant qu’il y avait eu « un nombre important de plaintes contre X pour des vols, des vols à l’arrachée, voire avec violences » aux alentours du Stade de France samedi.

Mercredi, le ministère de l’Intérieur organisera une réunion avec les services compétents sur le thème de la délinquance autour des stades.

Les JO en ligne de mire

Gérald Darmanin a estimé qu' »il y aurait eu des morts » sans les décisions prises par la police et le préfet Didier Lallement, dont les méthodes de maintien de l’ordre font l’objet de nombreuses critiques. M. Darmanin lui a apporté « tout son soutien ».

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, qui affronte sa première crise tout juste nommée, a elle souhaité « tirer toutes les leçons pour éviter que de tels incidents se reproduisent pour nos futurs grands événements sportifs internationaux ».

Se profilent en effet dans moins d’un an et demi la Coupe du monde de rugby (septembre-octobre 2023), puis les Jeux olympiques et paralympiques de Paris à l’été 2024. Le Stade de France en sera l’un des centres névralgiques.

« On a vu que nous devions nous améliorer, a fortiori dans des matches à risque, sur certains aspects de la gestion des flux au sortir des transports sur des zones de premier filtrage, de second filtrage », a reconnu la ministre lors d’une conférence de presse.

Elle a également jugé qu’un « chantier » attendait les autorités en matière de « systématisation de la billetterie électronique et pour faire en sorte aussi que nous ayons des moyens de prévenir les fraudes à cette billetterie ».

« La ministre des Sports a demandé que l’on étudie que dans toute compétition qui puisse se dérouler sur le territoire national désormais les billets soient infalsifiables, c’est-à-dire totalement numériques », a abondé dans la soirée Gérald Darmanin, qui était invité du 20-Heures de TF1.

Par ailleurs, M. Darmanin et Mme Oudéa-Castera seront auditionnés mercredi à 16h30 par le Sénat sur les incidents de samedi.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

#MeToo des armées: la France lance une mission d’inspection sur les violences sexuelles

Article

le

#MeToo des armées: la France lance une mission d'inspection sur les violences sexuelles

Le ministère français des Armées a lancé une mission d’inspection sur les violences sexuelles dans ses rangs après une série de témoignages d’abus alimentant un #MeToo de l’institution militaire.

Le ministère français des Armées a initié une mission d’inspection pour enquêter sur les violences sexuelles au sein de ses rangs, suite à une série de témoignages faisant état d’abus, alimentant un #MeToo au sein de l’institution militaire.

La mission vise à améliorer « l’ensemble des mesures de prévention, de protection des victimes et de sanction des agresseurs », ont annoncé le ministre Sébastien Lecornu et la secrétaire d’État aux Anciens Combattants Patricia Miralles dans une tribune commune parue dans le quotidien Le Monde.

Par ailleurs, les ministres ont précisé qu’à partir de maintenant, « chaque fois qu’il existe une suspicion de viol ou d’agression sexuelle présentant un caractère suffisant de vraisemblance, la personne mise en cause sera systématiquement suspendue de ses fonctions ».

La mission rendra ses conclusions fin mai. Une instruction ferme en ce sens a été envoyée par le ministère à tous les commandements le 26 mars.

Les violences sexuelles « sont des actes contre la cohésion militaire, contre la fraternité d’armes, c’est d’autant plus insupportable dans les armées », a déclaré le contrôleur général des Armées, chef de la cellule « Themis ».

La députée Laetitia Saint-Paul, par ailleurs capitaine dans l’armée de Terre, a reçu une vingtaine de témoignages de victimes présumées en une semaine sur sa boîte mail parlementaire après la publication du témoignage de Manon Dubois, victime d’agressions sexuelles lorsqu’elle travaillait dans la Marine.

La mission d’inspection aura également pour objectif de « rendre plus efficace encore » le fonctionnement de la cellule « Thémis ».

En 2023, 167 signalements pour violences sexuelles ou sexistes ont été adressés à la hiérarchie militaire et 59 à Thémis, soit un total de 226 cas ayant fait l’objet d’une enquête administrative au sein des armées, selon le ministère.

Sur ces 226 cas, « la moitié » a fait l’objet de sanctions disciplinaires et 150 ont fait ou font l’objet de poursuites en justice. Un tiers relèvent du harcèlement, un tiers d’agressions, 12% de viols et le reste d’outrages sexistes, selon la même source.

Lire Plus

Les + Lus