Nous rejoindre sur les réseaux

France

Feux : sur le pourtour méditerranéen, inquiétude sur le manque de bombardiers d’eau

Article

le

feux:-sur-le-pourtour-mediterraneen,-inquietude-sur-le-manque-de-bombardiers-d’eau

« L’Etat doit nous entendre »: sur le pourtour méditerranéen français, des élus, responsables des services de secours et de parcs régionaux s’inquiètent de « l’insuffisance » des moyens aériens disponibles contre les incendies, au moment où des feux touchent d’autres régions.

Le président Emmanuel Macron a promis mercredi l’achat d’avions supplémentaires pour lutter contre les incendies, lors d’un déplacement en Gironde, où deux méga-feux ont détruit près de 21.000 hectares de forêts.

« Les 22 avions dont est dotée la Protection civile étaient suffisants ces dernières années.  (…) Est-ce-qu’il faut en avoir davantage ? La réponse est oui », a-t-il jugé.

Avec le réchauffement climatique, les incendies devraient en effet s’intensifier dans des régions où ils sont déjà récurrents, comme le Sud-Est, mais aussi toucher des régions plus au nord jusque là « immunisées » contre ces désastres naturels, avaient mis en garde fin juin des scientifiques de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae).

« Le contexte national qui impose un déplacement des moyens aériens en dehors de la zone habituelle d’action met en péril la couverture des départements méditerranéens », a mis en garde cette semaine le président du Service d’incendie et de secours du Var (SDIS 83), Dominique Lain.

Ce département à la fois très boisé et très touristique avait été touché par le plus important incendie de l’été en France en 2021. Plus de 6.000 hectares avaient brûlé dans l’arrière-pays de la station balnéaire de Saint-Tropez.

Et cette année, sécheresse et canicule font peser d’importants risques.

Or il n’est plus possible aujourd’hui de « pré-positionner comme chaque année sur le département des Canadair ou des hélicoptères lourds » quand « le risque devient maximum », a regretté M. Lain auprès, en raison de la mobilisation de ces moyens ailleurs, en Gironde principalement.

« La stratégie d’attaque rapide et massive (…) sur les feux naissants, qui a fait ses preuves depuis 30 ans, avec une réduction des surfaces brûlées, est fortement dégradée », a-t-il affirmé.

« Le nombre global de Canadair (avions bombardiers d’eau) est insuffisant pour le territoire », a également jugé cette semaine le président du parc des Alpilles et du réseau des parcs naturels de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Jean Mangion.

« C’est aujourd’hui que les recrutements des pilotes doivent être faits, aujourd’hui que les commandes de Canadair doivent être passées. (…) Tout cela prend du temps et n’a pas été prévu. Demain, il sera peut-être trop tard », prévient-il, quelques jours après un feu qui a parcouru 1.600 hectares dans le massif provençal de la Montagnette.

Avions vieillissants

Sur le papier, la France dispose de 19 avions bombardiers d’eau basés à Nîmes-Garons (Gard): 12 Canadair capables de transporter chacun 6.000 litres d’eau et sept avions Dash de 10.000 litres (NDLR: un huitième est attendu en 2023), qui se ravitaillent au sol dans l’un des 22 « pélicandromes » prévus à cet effet en France.

Trois avions de reconnaissance « Beechcraft » et des hélicoptères dont deux bombardiers d’eau lourds (4.000 litres d’eau) complètent le dispositif.

La France a par ailleurs acquis deux Canadair supplémentaires pour 2025 dans le cadre d’une commande européenne groupée.

Le président de la région Paca, Renaud Muselier, a fait savoir jeudi que la région était prête à financer un troisième appareil. Mais il attend le feu vert de l’Etat, seul habilité à passer commande. « Ils ne veulent pas, je ne comprends pas pourquoi », regrette-t-il.

M. Muselier explique vouloir également financer un nouveau « pélicandrome » à Hyères (Var) et attendre aussi pour cela une autorisation de l’Etat.

« On a voulu faire des économies d’échelle. (…) Aujourd’hui, la réalité, c’est que les Canadair sont de vieux avions dont seulement six sur 12 sont opérationnels, pour des questions d’entretien ou de pièces détachées », dit-il à propos du dispositif aérien français.

Résultat, certains des départements les plus exposés aux feux sont contraints de financer eux-mêmes chaque année la location de moyens aériens pour compléter le dispositif national, comme dans le Var où le SDIS 83 investit plus de 1,5 million d’euros par an pour quatre hélicoptères bombardiers d’eau.

« L’Etat doit nous aider financièrement », implore Dominique Lain, qui a pris rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin pour dire son inquiétude. Il appelle à « une prise de conscience collective ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

#MeToo des armées: la France lance une mission d’inspection sur les violences sexuelles

Article

le

#MeToo des armées: la France lance une mission d'inspection sur les violences sexuelles

Le ministère français des Armées a lancé une mission d’inspection sur les violences sexuelles dans ses rangs après une série de témoignages d’abus alimentant un #MeToo de l’institution militaire.

Le ministère français des Armées a initié une mission d’inspection pour enquêter sur les violences sexuelles au sein de ses rangs, suite à une série de témoignages faisant état d’abus, alimentant un #MeToo au sein de l’institution militaire.

La mission vise à améliorer « l’ensemble des mesures de prévention, de protection des victimes et de sanction des agresseurs », ont annoncé le ministre Sébastien Lecornu et la secrétaire d’État aux Anciens Combattants Patricia Miralles dans une tribune commune parue dans le quotidien Le Monde.

Par ailleurs, les ministres ont précisé qu’à partir de maintenant, « chaque fois qu’il existe une suspicion de viol ou d’agression sexuelle présentant un caractère suffisant de vraisemblance, la personne mise en cause sera systématiquement suspendue de ses fonctions ».

La mission rendra ses conclusions fin mai. Une instruction ferme en ce sens a été envoyée par le ministère à tous les commandements le 26 mars.

Les violences sexuelles « sont des actes contre la cohésion militaire, contre la fraternité d’armes, c’est d’autant plus insupportable dans les armées », a déclaré le contrôleur général des Armées, chef de la cellule « Themis ».

La députée Laetitia Saint-Paul, par ailleurs capitaine dans l’armée de Terre, a reçu une vingtaine de témoignages de victimes présumées en une semaine sur sa boîte mail parlementaire après la publication du témoignage de Manon Dubois, victime d’agressions sexuelles lorsqu’elle travaillait dans la Marine.

La mission d’inspection aura également pour objectif de « rendre plus efficace encore » le fonctionnement de la cellule « Thémis ».

En 2023, 167 signalements pour violences sexuelles ou sexistes ont été adressés à la hiérarchie militaire et 59 à Thémis, soit un total de 226 cas ayant fait l’objet d’une enquête administrative au sein des armées, selon le ministère.

Sur ces 226 cas, « la moitié » a fait l’objet de sanctions disciplinaires et 150 ont fait ou font l’objet de poursuites en justice. Un tiers relèvent du harcèlement, un tiers d’agressions, 12% de viols et le reste d’outrages sexistes, selon la même source.

Lire Plus

Les + Lus