Nous rejoindre sur les réseaux

France

Faits – Divers / Affaire Chevaline : le suspect libéré et mis hors de cause

Article

le

affaire-chevaline:-le-suspect-libere-et-mis-hors-de-cause

Le témoin interrogé depuis mercredi dans l’enquête sur le quadruple meurtre de 2012 à Chevaline, en Haute-Savoie, a été libéré et mis hors de cause, a indiqué jeudi le parquet d’Annecy.

La garde à vue, initiée mercredi matin, puis prolongée, « a été levée ce jour à 17h30 sur décision des juges d’instruction du tribunal judiciaire d’Annecy. Aucune charge n’a été retenue contre la personne gardée à vue », selon un communiqué du parquet.

La procureure d’Annecy Line Bonnet avait initialement indiqué que le but était de « procéder à des vérifications d’emploi du temps » ainsi qu’à « des perquisitions » chez cet homme qui avait déjà été entendu et dont l’identité n’a pas été révélée.

« Les explications données et les vérifications opérées ont permis d’écarter son éventuelle participation aux faits », indique le parquet jeudi, ajoutant que « les investigations continuent pour identifier le ou les auteurs du crime dans le cadre de l’instruction judiciaire en cours ».

L’avocat du suspect Jean-Christophe Basson-Larbi avait fustigé mercredi soir une garde à vue « pas justifiée » en affirmant que son client avait déjà été mis hors de cause en 2015 et a « toujours eu à coeur de participer à la manifestation de la vérité ».

Cet homme « est en train de vivre les heures les plus sombres de sa vie », s’était-il insurgé. « C’est un homme qui arrive à tenir le coup, qui reste solide, mais qui est dans une terreur absolue, celle d’une erreur judiciaire. Il a le sentiment de nager en plein Kafka ».

Selon plusieurs journaux, dont Le Dauphiné Libéré, ce témoin serait un motard présent sur le site le jour de la tuerie et longtemps considéré comme le principal suspect dans cette affaire hors norme – précision que la procureure n’a pas souhaité confirmer.

Elle avait toutefois confirmé que l’homme figurait parmi quatre témoins « remis en situation » et chronométrés sur la base de leurs déclarations sur les lieux du drame il y a un peu plus de trois mois.

Milliers d’heures d’enquête

L’affaire de la « tuerie de Chevaline » a déjà donné lieu à des milliers d’heures d’enquête et d’auditions, des tonnes de documents épluchés et quatre interpellations, sans avoir pu être élucidée à ce jour.

Elle compte parmi les grandes énigmes judiciaires qui ont tenu la France en haleine ces cinquante dernières années.

Le 5 septembre 2012, un Britannique d’origine irakienne de 50 ans, Saad al-Hilli, son épouse de 47 ans et sa belle-mère de 74 ans avaient été retrouvés morts, avec plusieurs balles dans la tête, dans leur voiture sur une route de montagne près de Chevaline, sur les hauteurs du lac d’Annecy.

L’une des fillettes du couple al-Hilli avait été grièvement blessée tandis que la seconde, recroquevillée sous les jambes de sa mère, était miraculeusement sortie indemne de cette tuerie.

Un cycliste de la région, Sylvain Mollier, 45 ans, probable victime collatérale, avait été abattu pendant la fusillade.

Un motard croisé le jour des faits par des agents de l’Office national des forêts, ne s’était jamais présenté aux autorités, soulevant de fortes suspicions quant à sa possible implication dans la tuerie. Son portrait robot avait été diffusé.

Les gendarmes étaient finalement remontés jusqu’à lui en identifiant les 4.000 numéros de portable qui avaient déclenché l’un des relais de téléphonie mobile situés près du lieu du crime. Des images de vidéosurveillance avaient permis de recouper ces investigations.

Interrogé par les juges d’instruction en février 2015, l’homme, un entrepreneur de la région, avait expliqué s’être rendu sur les bords du lac d’Annecy pour pratiquer le parapente.

Les différentes pistes suivies par les enquêteurs n’ont pas permis à ce jour d’élucider la tuerie.

Europe

Emmanuel Macron appelle à un « sursaut » pour assurer la « défaite » de la Russie lors d’une conférence sur l’Ukraine à Paris

Article

le

Emmanuel Macron appelle à un "sursaut" pour assurer la "défaite" de la Russie lors d'une conférence sur l'Ukraine à Paris

Le président français annonce de nouvelles mesures pour renforcer le soutien à l’Ukraine et refuse d’exclure la possibilité d’un envoi de troupes occidentales à l’avenir.

Lors d’une conférence d’urgence à Paris réunissant vingt-sept pays alliés de l’Ukraine, Emmanuel Macron a lancé un appel à un « sursaut » pour garantir la « défaite » de la Russie, annonçant de nouvelles mesures pour fournir davantage d’armes à Kiev.

Le président français a souligné l’urgence d’agir face à la situation critique en Ukraine, où l’absence d’armes occidentales compromet la capacité de défense du pays. Il a rappelé le rôle crucial de l’Union européenne dans le soutien à l’Ukraine et a évoqué la nécessité d’intensifier l’effort en faveur de l’armée ukrainienne.

Emmanuel Macron a également abordé la possibilité d’un envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien, affirmant que la défaite de la Russie était indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe. Cette déclaration a suscité des réactions mitigées, certains la considérant comme une mesure nécessaire pour contrer l’agression russe, tandis que d’autres l’ont qualifiée de « folie » et ont exprimé des inquiétudes quant aux conséquences d’un tel engagement militaire.

La conférence de Paris a été l’occasion pour les pays alliés de discuter de nouvelles initiatives pour soutenir l’Ukraine, notamment en renforçant les approvisionnements en armes et en coordonnant les efforts de défense. Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir la pression sur la Russie et de faire front commun pour contrer ses agressions.

Alors que les tensions persistent en Ukraine et que les Ukrainiens font face à de nouveaux revers dans l’Est du pays, la conférence de Paris a revêtu une importance cruciale pour réaffirmer l’engagement des pays alliés envers l’Ukraine et pour contredire toute impression de désintégration de l’unité internationale face à l’agression russe.

Lire Plus

Culture

Nouvelle plainte contre Depardieu pour une agression sexuelle présumée en 2021

Article

le

Nouvelle plainte contre Depardieu pour une agression sexuelle présumée en 2021

Une décoratrice dépose plainte pour agression sexuelle présumée sur un tournage en 2021, ajoutant à la série d’accusations visant l’acteur Gérard Depardieu.

Une nouvelle plainte pour agression sexuelle vient s’ajouter au dossier déjà chargé de l’acteur français Gérard Depardieu. Cette fois-ci, c’est une décoratrice ayant travaillé sur le tournage du film « Les volets verts », réalisé par Jean Becker en 2021, qui accuse l’acteur de comportement inapproprié.

L’avocate de la plaignante, Me Carine Durrieu-Diebolt, a confirmé le dépôt de plainte pour des faits d’agression sexuelle, harcèlement sexuel et outrages sexistes auprès du parquet de Paris. Ces allégations s’ajoutent à celles déjà portées à l’encontre de Gérard Depardieu, notamment après la mise en examen de l’acteur suite aux accusations de violences sexuelles émises par l’actrice Charlotte Arnould en décembre 2020.

Selon le récit rapporté par la plaignante à Mediapart, les faits se seraient déroulés à Paris pendant le tournage du film en question. L’acteur aurait proféré des propos déplacés avant de s’en prendre physiquement à la décoratrice, pétrissant violemment différentes parties de son corps, jusqu’à ce que l’intervention des gardes du corps mette fin à l’agression.

Le dépôt de cette plainte survient dans un contexte où plusieurs autres accusations pèsent déjà sur Gérard Depardieu, notamment celle de la comédienne Anouk Grinberg, qui aurait déposé plainte en diffamation contre l’avocate de l’acteur pour des propos tenus sur France 5 en décembre dernier.

Ces nouveaux développements viennent s’ajouter à une série d’enquêtes et de mises en examen déjà en cours à l’encontre de Gérard Depardieu, ce qui souligne l’ampleur croissante des accusations de comportement inapproprié dans le secteur du cinéma français.

Lire Plus

France

Salon de l’agriculture : l’arrivée d’Emmanuel Macron perturbée par des manifestants

Article

le

Salon de l’agriculture : l'arrivée d’Emmanuel Macron perturbée par des manifestants

Huées et heurts lors de la visite présidentielle, nécessitant une intervention du service d’ordre.

Le Salon de l’agriculture à la porte de Versailles, habituellement un événement marqué par la convivialité, a été le théâtre de fortes tensions ce samedi matin avec l’arrivée d’Emmanuel Macron. Des huées, des sifflets et même des heurts ont éclaté lorsque le président est apparu pour rencontrer des représentants des syndicats agricoles.

Dès l’arrivée d’Emmanuel Macron vers 8 heures, des manifestants, munis de sifflets et certains forçant l’entrée, ont perturbé l’ordre habituel du salon. Malgré la présence d’un important dispositif de sécurité, des tensions ont éclaté, marquées par des affrontements entre les manifestants et le service d’ordre.

Le président, après une rencontre avec les syndicats agricoles, a tenté d’apaiser la situation, appelant au calme et à la compréhension. Cependant, certains manifestants, mécontents de ne pas pouvoir discuter directement avec lui, ont continué à exprimer leur mécontentement en scandant des slogans hostiles.

Des projectiles, tels que des œufs, de la terre et du foin, ont été lancés en direction des forces de l’ordre, entraînant des réactions musclées pour contenir la situation. Les gendarmes mobiles et les policiers ont dû faire face à des tentatives répétées de pousser le cordon de sécurité, provoquant des échauffourées sporadiques.

Malgré ces perturbations, Emmanuel Macron a maintenu sa présence et a réaffirmé son engagement en faveur de l’agriculture française. Il a promis une réunion avec l’ensemble des organisations syndicales et des filières agricoles dans les semaines à venir pour aborder les mesures d’urgence nécessaires.

Cette journée, qui aurait dû être dédiée à la célébration de l’agriculture française, a été assombrie par ces incidents, soulignant les tensions persistantes dans le secteur agricole et les préoccupations des agriculteurs face aux défis actuels.

Lire Plus

Les + Lus