Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Europe – Pénurie de carburants au Royaume-Uni: l’armée déployée dès lundi

Article

le

penurie-de-carburants-au-royaume-uni:-l’armee-deployee-des-lundi

Environ 200 militaires seront déployés dès lundi au Royaume-Uni pour assurer la livraison de carburants dans les stations-service, affectées par des pénuries en raison du manque de chauffeurs routiers et des achats de panique, a annoncé vendredi le gouvernement.

« Près de 200 militaires, dont 100 chauffeurs, seront déployés à partir de lundi pour fournir un soutien temporaire dans le cadre de l’action du gouvernement visant à atténuer la pression sur les stations-service et répondre au manque de chauffeurs routiers », a indiqué un communiqué officiel. Ces militaires terminent actuellement leur formation à cette fin.

Le gouvernement a également indiqué qu’il autoriserait immédiatement jusqu’à 300 chauffeurs de camion-citerne étrangers à travailler au Royaume-Uni jusqu’à fin mars 2022, dans le cadre de l’octroi de milliers de visas de travail temporaires destinés à soulager les chaînes d’approvisionnement.

Depuis la semaine dernière, de longues files d’attente se forment devant les stations-service, confrontées à des problèmes d’approvisionnement dus à un manque de chauffeurs routiers (100.000 selon les professionnels). Elles ont été marquées à certains endroits par des altercations entre automobilistes à bout de nerfs.

Cette situation exceptionnelle est la dernière conséquence en date des pénuries de main-d’oeuvre causées par la pandémie et le Brexit, avec des problèmes de livraison touchant aussi les rayons des supermarchés, les chaînes de restauration rapide ou encore les pubs.

Selon l’exécutif, « la demande en carburants s’est stabilisée durant la semaine », même si « certaines parties du pays éprouvent encore des difficultés ».

Le gouvernement ne cesse de répéter que le Royaume-Uni ne manque pas de carburants mais que les pénuries sont dues à la demande exceptionnelle causée par les achats de consommateurs inquiets de manquer, comme cela avait été le cas avec le papier toilette ou certains produits alimentaires au début de la pandémie.

Il a cependant concédé que le Brexit constituait un « facteur » supplémentaire.

« Grâce aux immenses efforts de l’industrie sur la semaine écoulée, nous voyons des signes persistants d’une lente amélioration de la situation aux pompes », a déclaré le ministre des Entreprises, Kwasi Kwarteng.

« Il est important de souligner qu’il n’y a pas de pénurie nationale de carburants au Royaume-Uni, et les gens devraient continuer à acheter du carburant normalement. Plus vite nous retrouverons nos habitudes d’achat normales, plus vite nous pourrons retourner à la normale », a-t-il ajouté.

La Petrol Retailers Association, qui représente 65% des stations-service britanniques, a également observé des signes d’amélioration mais estimé qu’ils étaient « beaucoup trop lents », avec 26% des stations encore à cours de carburant.

Pour tenter de remédier au manque de chauffeurs routiers et de personnel dans les élevages de volaille, et face au spectre de rayons vides à Noël, le gouvernement s’était déjà résolu samedi à amender sa politique d’immigration et à accorder jusqu’à 10.500 visas de travail provisoires de quelques mois.

Il a aussi temporairement exempté le secteur de la distribution des carburants des règles de la concurrence pour permettre aux zones les plus touchées d’être livrées en priorité.

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Les + Lus