Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Europe / « Gloire à l’Ukraine » : une marée jaune et bleue en Europe

Article

le

« gloire-a-l’ukraine »:-une-maree-jaune-et-bleue-en-europe

« Stoppez la guerre! Stoppez Poutine! »: de Berlin à Prague, en passant par Madrid et Vilnius, des centaines de milliers de personnes aux couleurs jaune et bleue de l’Ukraine ont défilé dimanche en Europe pour dénoncer l’invasion russe et dire leur crainte d’une extension du conflit.

En Russie aussi, quelques milliers de personnes ont de nouveau bravé l’interdiction de manifester pour dire « Non à la guerre », des rassemblements qui ont conduit à plus de 2.000 arrestations, selon une ONG.

A Saint-Pétersbourg, deuxième ville du pays, environ 400 personnes se sont rassemblées sur une place centrale pour signifier leur opposition à l’invasion de l’Ukraine, a constaté.

A Berlin, au moins 100.000 personnes, selon la police, se sont réunies dans le centre, 70.000 à Prague, 40.000 à Madrid, 15.000 à Amsterdam ou encore 10.000 à Copenhague.

A Berlin la mobilisation a été cinq fois plus élevée que ce qu’attendaient les organisateurs, témoignant de l’émotion suscitée par la guerre en Ukraine, qui réveille de sombres souvenirs dans cette métropole qui fut l’épicentre de la Guerre froide jusqu’en 1990.

« Berlin à 670 km de la ligne de front », « Stop the killer » ou encore « Pas de 3e Guerre mondiale » pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les protestataires souvent drapés en jaune et bleu.

« Slava Ukraini » (Gloire à l’Ukraine), ont également lancé des manifestants en face de l’ambassade de Russie en agitant des drapeaux du pays.

Crainte d’une guerre mondiale

« Cela ne suffit pas de dire que Poutine est un méchant, il faut que l’Allemagne se batte pour la démocratie et prenne ses responsabilités », dit Hans Georg Kieler, 49 ans, alors que son gouvernement a longtemps hésité avant de rompre avec sa politique conciliante envers Moscou.

L’Allemagne accueille plus de 300.000 personnes d’origine ou de nationalité ukrainienne sur son sol, ainsi qu’une grande diaspora russe, notamment à Berlin.

A Londres, des milliers de personnes se sont rassemblées sur Trafalgar Square. Les manifestants, parmi lesquels de nombreux Ukrainiens mais aussi des Russes, agitaient des drapeaux aux couleurs ukrainiennes ou brandissaient des pancartes disant notamment « Les Russes ne veulent pas la guerre », « Sauvez l’Ukraine. Sauvez la démocratie » ou comparant Poutine à Hitler (« Putler »).

A Prague, la célèbre place Venceslas au cœur de la capitale tchèque, était noire de monde. Un endroit symbolique car c’est là notamment que se déroula la confrontation avec les chars russes en 1968 lors du « Printemps de Prague ».

« C’est vraiment terrible, il faut que tout cela cesse », dit Darya Ostapenko, une Ukrainienne venue avec ses enfants.

« Poutine terroriste ! », « Poutine sors de l’Ukraine ! », chantait la foule pendant ce temps dans le centre de Madrid. « Les sanctions prises à ce jour sont très molles et Poutine s’en fiche, la seule chose qui pourrait le toucher est que quelqu’un nous aide militairement », Nadia Pavlyuk, une Ukrainienne vivant à dans la capitale espagnole.

« Honte »

Près de 10.000 personnes ont participé dimanche à une manifestation de soutien à l’Ukraine devant l’ambassade russe à Copenhague. « Ce sont vous tous et toute l’Europe qui êtes menacés par la Russie », a lancé la cheffe du gouvernement Mette Frederiksen, qui était présente.

A Vilnius en Lituanie, des centaines de manifestants ont marché aux cris de « Gloire à l’Ukraine ». « Nos frères ukrainiens ne nous pardonneraient pas notre silence », a déclaré aux journalistes la cheffe de l’opposition bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa, qui vit en exil en Lituanie.

Dans les rues d’Athènes, où au moins un millier de personne se sont rassemblées, Levgeniia Rodionova, une Ukrainienne de 40 ans ne cache pas sa peur. « Si nous n’arrêtons pas Poutine maintenant, il ne pourra plus l’être dans le monde, il faut l’arrêter maintenant à Kiev pour l’empêcher de s’en prendre à d’autres villes en Europe », lance-t-elle.

Des manifestations se sont aussi déroulées à Rome, Amsterdam, Barcelone, Bilbao, Podgorica ou encore Tel Aviv, mais aussi en Equateur, où un petit groupe de protestataires ont brandi des pancartes « Poutine assassin » devant l’ambassade de Russie.

En France, de petits rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes, dont Lyon et Toulouse, où quelques milliers de manifestants ont crié leur opposition à la guerre.

À Paris, 3.000 manifestants, selon la police, se sont rassemblées, en majorité des Ukrainiens. « On manifeste pour que le monde entier nous voie, qu’on sache qu’on est là et qu’on puisse nous aider à défendre notre pays », y affirmait Kvitoslava, étudiante de 18 ans.

En Amérique du Nord, des manifestants se sont également mobilisés. Ils étaient quelques milliers à Washington, devant la Maison Blanche, à agiter des drapeaux ukrainiens et américains en demandant au président Joe Biden d’en faire plus pour mettre fin à l’attaque russe.

Des personnes sont descendues dans la rue dans tous les Etats-Unis pour dénoncer Vladimir Poutine et exprimer leur soutien à l’Ukraine, de San Francisco à Détroit, en passant par Chicago et Kansas City. Des milliers de personnes ont également manifesté dans la ville canadienne de Toronto.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Europe

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Article

le

Royaume-Uni : le système de santé confronté à la grève la plus importante de son histoire

Des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers ont arrêté de travailler pour la première fois le même jour.

C’est la plus importante journée de grève de son histoire. Le système de santé public britannique a décidé de débrayer, lundi 6 février, pour réclamer des augmentations de salaires. Comme l’avaient fait la semaine dernière enseignants, cheminots et gardes-frontières lors d’une journée de mobilisation sociale sans équivalent depuis une décennie au Royaume-Uni, le personnel du NHS, le service de santé public et gratuit, a rejoint les piquets de grève tôt lundi matin.

« Sous-effectif. Sous-évalué. Sous-payé », dénonçait par exemple une pancarte brandie par deux infirmières de l’hôpital Saint-Thomas, à Londres.

Opérations repoussées, urgences totalement débordées, attentes de plusieurs heures pour les ambulances.. Le NHS, qui faisait il y a quelques années encore la fierté des Britanniques, traverse une profonde crise, affaibli par les politiques d’austérité en œuvre depuis plus de 10 ans et les conséquences de la pandémie. Depuis sa création en 1948, il n’avait jamais été confronté à une grève d’une telle ampleur, avec des dizaines de milliers d’infirmières et d’ambulanciers arrêtant de travailler pour la première fois le même jour.

Ils réclament une augmentation de salaire alors que le Royaume-Uni, où l’inflation dépasse les 10%, fait face à une grave crise du coût de la vie. Mais ils se heurtent à un gouvernement conservateur qui refuse toute négociation face à ce mouvement soutenu par l’opinion

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Les + Lus