Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Etats-Unis: le FBI déjoue un complot pour enlever une gouverneure et déclencher une « guerre civile »

Article

le

Ils sont accusés d’avoir conspiré pendant des mois pour enlever la gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer, une farouche opposante à Donald Trump, et déclencher une « guerre civile »: 13 hommes liés à un groupe américain d’extrême droite ont été inculpés après que le FBI eut déjoué leur complot grâce à des informateurs et des agents infiltrés.

Six des conspirateurs, considérés comme des « extrémistes violents » par le procureur du district Ouest du Michigan, Andrew Birge, avaient prévu de kidnapper Mme Whitmer avant l’élection présidentielle du 3 novembre puis de la « juger » pour « trahison », selon l’acte d’accusation rendu public jeudi.

Sept autres hommes associés au groupuscule local « Wolverine Watchmen » ont également été arrêtés et inculpés pour avoir planifié « une opération en vue d’attaquer le bâtiment du Capitole et kidnapper des responsables du gouvernement, dont la gouverneure », a ajouté la ministre de la Justice du Michigan, Dana Nessel.

Ces miliciens ont également « proféré des menaces de violences pour provoquer une guerre civile », a expliqué Mme Nessel.

La gouverneure s’est dite effarée par la nouvelle.

« Quand j’ai prêté serment il y a 22 mois, je savais que ce travail pouvait être difficile. Mais pour être honnête, je n’avais jamais imaginé une chose pareille », a réagi Gretchen Whitmer lors d’une conférence de presse.

Et elle a accusé le président Donald Trump de « légitimer » les actions des « terroristes de l’intérieur » en refusant notammment de condamner les partisans du suprémacisme blanc la semaine dernière, lors de son débat face au candidat démocrate Joe Biden.

Sur Twitter, le président républicain n’a exprimé aucune sympathie à l’égard de Mme Whitmer. « Plutôt que de dire merci » pour l’action du FBI « elle me traite de suprémaciste blanc », s’est-il plaint. « Je ne tolère AUCUNE violence extrême. Défendre TOUS les Américains, même ceux qui s’opposent à moi ou m’attaquent, est ce que je ferai toujours en tant que votre président! » a-t-il cependant ajouté.

« Libérer le Michigan »

L’enquête a débuté au début de l’année quand la police fédérale « a appris sur les réseaux sociaux qu’un groupe d’individus parlait de renverser par la violence certaines composantes du gouvernement et des forces de l’ordre », selon l’acte d’accusation.

Les six accusés, qui ont été arrêtés, reprochaient notamment à la gouverneure d’être un « tyran » et d’exercer « un pouvoir sans contrôle ».

Car Mme Whitmer avait décrété à la mi-mars des restrictions parmi les plus sévères du pays pour freiner l’épidémie de coronavirus dans son Etat du nord des Etats-Unis, à l’époque l’un des plus touchés par le Covid-19.

Elle est alors devenue la cible régulière d’attaques de M. Trump, qui avait dans un tweet appelé à « libérer le Michigan ».

Des milliers d’opposants au confinement, certains lourdement armés, ont manifesté à plusieurs reprises pour la réouverture de l’économie du Michigan. Fin avril, des manifestants armés étaient même entrés dans le Capitole, le siège du gouvernement de l’Etat, pour exiger l’assouplissement des mesures sanitaires.

Pour mener à bien leur projet, les six hommes ont contacté les « Wolverine Watchmen », avec qui ils se sont entraînés pour l’opération.

Plusieurs scénarios d’enlèvement avaient été envisagés: à Lansing, la capitale de l’Etat, au domicile de Mme Whitmer et dans sa maison de vacances dans le nord du Michigan. Les conspirateurs ont surveillé les différentes résidences de la gouverneure et testé des engins explosifs artisanaux, a expliqué Andrew Birge.

Ils ont également tenté d’acheter d’autres explosifs, selon un agent du FBI sous couverture cité dans l’acte d’accusation.

En juillet, l’un d’eux a dit au téléphone vouloir « tout renverser ».

« Je veux juste que le monde s’embrase, mec. Je ne rigole même pas (…). Je m’en fous, j’en ai tellement marre. C’est ça qu’il faut qu’on fasse pour récupérer (le monde, ndlr), tout doit être annihilé. On va tout renverser, mec. C’est (ce que font) les grands conquérants, mec », affirme-t-il, des propos cités par l’accusation.

« Attiser la méfiance »

Les six hommes sont poursuivis au niveau fédéral et encourent des peines pouvant aller jusqu’à la perpétuité.

Les sept autres sont poursuivis pour violation de la loi antiterroriste du Michigan, notamment pour « soutien matériel en vue d’un acte terroriste » et « appartenance à un gang », des crimes punis chacun de 20 ans de prison, a précisé Dana Nessel.

Ces arrestations interviennent dans un climat d’extrême tension entre le président républicain et ses opposants démocrates à moins d’un mois de l’élection, alors que la pandémie de coronavirus a plongé les Etats-Unis dans une grave crise économique.

« Nous ne sommes pas des ennemis, ce virus est notre ennemi », a plaidé jeudi Mme Whitmer.

Mais alors que la pandémie devait être l’occasion d’une « unité nationale », Donald Trump « a passé les sept derniers mois à (..) attiser la méfiance et conforter ceux qui propagent la peur et la haine », a-t-elle lancé.

« Ce qu’il dit compte », a renchéri Joe Biden, estimant qu’en appelant à « libérer le Michigan », M. Trump avait encouragé les milices d’extrême droite.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus