Nous rejoindre sur les réseaux

France

En Martinique, « vacances fichues », « gâchées » pour les touristes contraints au départ

Article

le

en-martinique,-« vacances-fichues »,-« gachees »-pour-les-touristes-contraints-au-depart

« Des vacances fichues », « gâchées »: à l’aéroport international Aimé Césaire de Martinique les touristes regagnent avec amertume l’Hexagone après les nouvelles restrictions annoncées lundi par le préfet pour faire face à la flambée de Covid-19.

« On repart aujourd’hui alors qu’on est arrivés mercredi dernier et qu’on était à la base partis pour trois semaines », explique, « blasée », Nathalie, une mère de famille de 45 ans, short en jean et tee-shirt blanc, dans la file d’enregistrement pour le vol Air-France pour Paris.

Depuis l’annonce par le préfet Stanislas Cazelle d’une « seconde phase de reconfinement » beaucoup plus stricte pour tenter de freiner une épidémie galopante, les touristes ont été invités à quitter l’île antillaise. A peine plus de 20% de la population y est vaccinée et « l’augmentation des contaminations se traduit par une explosion des formes graves » de Covid-19 et une saturation des hôpitaux, selon les mots d’Emmanuel Macron.

Désormais, les plages sont interdites, les déplacements limités à un kilomètre autour du domicile et les commerces non-alimentaires fermés. Les hôtels doivent également fermer -sauf ceux accueillant des professionnels et des résidents du territoire-, ainsi que les locations saisonnières.

« On est dans une chambre d’hôtel, avec deux enfants. Plus de plage, plus de piscine, plus rien. On était venu pour voir la famille, on ne peut pas les voir à cause des restrictions de 1 km, tous les commerces fermés… On repart chez nous, les vacances fichues », résume Nathalie, qui s’était pourtant « vaccinée pour être tranquille pour les vacances ».

Un peu plus loin dans la file d’enregistrement, Willy Choux partage la même déception. Ce Bordelais de 46 ans originaire de Martinique, arrivé avec sa femme et ses filles le 24 juillet, repart avec une semaine d’avance.

« On voulait profiter de la famille, ça fait plus de 13 ans qu’on n’était pas revenu », raconte-t-il. Mais, installé dans la campagne de Sainte-Luce (sud), « à un kilomètre on ne peut rien faire », dit-il, regrettant ces « vacances gâchées » et s’inquiétant pour les « petits commerçants » de l’île où l’économie « fonctionne à 80% avec le tourisme ».

« Pas le choix »

« On n’a pas le choix, même si on a un pass sanitaire », se désole sa compagne Céline Bouinot, 46 ans, qui souligne au passage que pour venir « il fallait le pass et un test PCR », et que pour repartir dans l’Hexagone, « on ne nous demande rien ».

Peggy, travailleuse sociale de 48 ans originaire d’Auvergne n’a « pas hésité longtemps » à anticiper son départ de dix jours, après les annonces préfectorales, « suivies en direct ». « On a passé notre journée d’hier à appeler Air France », raconte-t-elle, en poussant son charriot où s’entassent les cinq valises de la famille.

« On était enfermé dans notre maison de location, sans piscine. Que faire? Quand il fait chaud, qu’on ne peut pas se baigner et qu’on n’a qu’une chambre qui a la clim, ça devient difficile ».

Mais, arborant une jolie peau hâlée, elle reconnaît avoir pu « profiter » de ses 10 premiers jours de vacances, qui étaient alors sous confinement partiel moins strict. « Jusque-là, on avait accepté la limite des 10 km qui était imposée, l’absence de restaurants et le couvre-feu ».

Dans la file d’attente du vol Corsair pour Paris, Carl Carini, enseignant de Picardie de 49 ans, s’avoue chanceux. « On avait prévu un retour aujourd’hui, donc ça tombe bien pour nous », dit-il, même s’il « pense aux gens arrivés juste deux jours avant les nouvelles annonces ». Dans leur résidence de vacances à l’Anse-à-l’Ane (sud), « des gamins et des femmes se sont mis à pleurer » en entendant les restrictions, dit-il.

« Nous avons également une profonde pensée pour tous les Martiniquais qui vont subir cette crise sanitaire et qui va devenir aussi économique », ajoute sa compagne Karine David.

Tout le monde n’a cependant pas renoncé à ses vacances: Dans l’avion Air France qui arrivait mercredi de Paris, à moitié plein, certains comme Céline, assistante maternelle de 48 ans, ont maintenu leur voyage. Avec son époux et sa fille, elle vient « voir la famille » à Fort-de-France. « Ce seront des vacances particulières, pas de tourisme, pas de sortie, juste en famille ».

France

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Article

le

La Poste lance des bureaux de poste itinérants pour dynamiser sa présence dans les zones rurales

Des camions jaunes sillonnent les territoires isolés pour offrir des services postaux, bancaires et numériques aux habitants des régions éloignées.

La Poste lance une initiative ambitieuse pour renforcer sa présence dans les zones rurales françaises en introduisant des bureaux de poste itinérants sous forme de camions jaunes. Cette nouvelle approche vise à revitaliser un concept historique de La Poste datant des années 1960-70, où les célèbres fourgons jaunes de Citroën allaient à la rencontre des Français sur leurs lieux de travail et de loisirs.

L’expérimentation débutera le vendredi 19 avril à Champosoult (Orne) et se déploiera dans trois départements – l’Orne, la Creuse et la Haute-Marne – le mardi 23 avril, puis dans le Gers et le Jura le samedi 27 avril. Cinq camions jaunes Renault Trucks Masters sillonneront les routes pendant un an, couvrant 40 communes et touchant environ 13 000 habitants.

Avec un budget d’un million d’euros, cette initiative comprend une gamme de services accessibles aux usagers, notamment l’achat de produits postaux, l’affranchissement de lettres et de colis, la souscription à des services téléphoniques et Internet, ainsi que des opérations bancaires pour les clients de la Banque Postale. Il sera également possible de prendre rendez-vous avec un conseiller bancaire pour les particuliers et les professionnels.

Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste, a expliqué à Ouest-France que bien que les retraits de liquide ne soient pas possibles, sauf dans le camion circulant dans la Creuse, La Poste teste néanmoins cette fonctionnalité dans un souci d’innovation et de service accru aux usagers. Elle a souligné que l’installation de distributeurs de billets dans les camions représente un défi technique et de sécurité, mais La Poste est déterminée à explorer cette possibilité, même si elle implique des coûts supplémentaires liés à la sécurité.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de La Poste de moderniser ses services et de répondre aux besoins des populations rurales en offrant un accès amélioré aux services postaux, bancaires et numériques, tout en préservant le lien social et économique dans les régions éloignées.

Lire Plus

France

« Besoin d’un sursaut d’autorité” : Gabriel Attal s’attaque à la violence chez les jeunes

Article

le

"Besoin d’un sursaut d’autorité” : Gabriel Attal s’attaque à la violence chez les jeunes

Le Premier ministre promet une réponse ferme à l' »addiction à la violence » de la jeunesse, avec des mesures éducatives et judiciaires ambitieuses.

Dans le cadre de ses 100 premiers jours à Matignon, Gabriel Attal a lancé un appel à la mobilisation générale contre la violence chez les jeunes lors d’un déplacement à Viry-Châtillon (Essonne). Sous le thème du « sursaut d’autorité », le Premier ministre a dévoilé une série de mesures éducatives et judiciaires ambitieuses pour juguler l' »addiction à la violence » d’une partie de la jeunesse française.

« La mobilisation générale de la Nation est nécessaire pour renouer avec nos adolescents et pour juguler la violence », a déclaré le Premier ministre depuis la mairie de Viry-Châtillon, une ville marquée récemment par le décès tragique de Shemseddine, 15 ans, victime de violences. Gabriel Attal a souligné l’urgence d’un « sursaut d’autorité » et s’est engagé à prendre des mesures rapides avant l’été pour répondre à cette problématique.

Le Premier ministre a insisté sur la nécessité de responsabiliser les parents et de renforcer la scolarisation des collégiens en proposant des cours tous les jours de la semaine de 8h00 à 18h00. Il a également annoncé que les élèves perturbateurs devraient désormais être sanctionnés dans l’obtention de leurs diplômes scolaires, sauf s’ils réalisent des activités d’intérêt général et respectent les règles établies.

Sur le plan judiciaire, Gabriel Attal a proposé d’ouvrir le débat sur des atténuations à l’excuse de minorité dans les condamnations pénales, ainsi que sur la possibilité de mettre en place une comparution immédiate devant le tribunal pour les jeunes à partir de 16 ans, afin qu’ils répondent immédiatement de leurs actes comme les adultes.

Le Premier ministre a également abordé la question du fait religieux à l’école, affirmant qu’à l’école, la seule règle qui vaut est la laïcité, et qu’il n’y aura pas de guerre des religions. Ces mesures font suite à une demande d’Emmanuel Macron de lancer une concertation contre le « surgissement de l’ultraviolence » des jeunes.

Gabriel Attal a conclu en soulignant son engagement à obtenir des résultats concrets dans les semaines à venir, affirmant que la recherche des résultats était sa priorité absolue.

Enfin, pour marquer ses 100 jours à la tête du gouvernement, le Premier ministre sera interviewé en soirée sur BFMTV, où il reviendra sur les défis rencontrés et les actions entreprises au cours de cette période.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

Les + Lus