Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus

Article

le

en-espagne,-un-hopital-face-a-la-deuxieme-vague-du-coronavirus

A l’hôpital universitaire Severo Ochoa de Leganés, dans la  banlieue sud-ouest de Madrid, l’un des plus touchés par la première vague de l’épidémie de Covid-19, l’unité de soins intensifs est déjà totalement remplie et les soignants craignent de revivre la même « horreur ».

« Nous sommes pleins », lâche le chef de l’unité, le Dr Ricardo Diaz Abad, devant les douze lits occupés par des patients gravement atteints par le virus.

Equipés de combinaisons intégrales en plastique blanc, de lunettes de protection, d’un ou deux masques, de deux gants violets à chaque main et de sur-chaussures bleues en guise d’armure anti-Covid, les soignants entrent tour à tour au sein de l’unité.

A l’intérieur, règne un faux silence de plomb périodiquement interrompu par les assistants respiratoires de patients dénudés et illuminés par une mosaïque d’écrans.

La veille, « on a malheureusement perdu deux patients », raconte le Dr Diaz, en observant à travers un hublot les infirmiers en train de faire la toilette de ces femmes et hommes dont les moins âgés ont une cinquantaine d’années.

Contrainement à la première vague, lors de laquelle l’hôpital a vécu « l’horreur » de ne pas avoir assez de lits pour traiter les patients Covid, désormais « on peut les traiter, car on a crée l’espace pour », explique-t-il.

Soignants fatigués

Mais la crainte est maintenant d’être de nouveau dépassé par la deuxième vague de l’épidémie.

Au printemps, « les couloirs étaient remplis de patients avec leurs bouteilles d’oxygène, sur des chaises, des fauteuils », se souvient le médecin urgentiste Luis Diaz Izquierdo, vêtu d’une blouse verte et d’un bandana multicolore.

« On a toujours en tête la possibilité que ça se reproduise », confie-t-il.

« La première vague a demandé un grand effort physique et émotionnel (…) nous sommes plus fatigués, nous n’avons pas eu le temps de récupérer », témoigne l’urgentiste, qui a des poches sous les yeux.

Epicentre de l’épidémie, qui a déjà fait près de 34.000 morts dans le pays, la région de Madrid reste traumatisée par les images d’une patinoire transformée en morgue et des hôpitaux submergés au printemps dernier.

Près de l’aéroport, un régiment de grues s’active pour faire émerger un « hôpital des pandémies » que les autorités espèrent inaugurer en novembre.

Afin de tenter de limiter la propagation du virus, Leganés est, comme Madrid, bouclée partiellement depuis début octobre. Mais pour de nombreux soignants, ces restrictions sont insuffisantes pour faire baisser l’afflux de patients.

Collées à l’entrée de l’hôpital, des affiches appellent à manifester pour qu’il n’y ait « plus jamais de morts évitables ».

« La charge de travail nous empêche parfois de réaliser tous les appels vidéos qu’on souhaiterait » entre les patients et leurs proches, regrette Sonia Carballeira, infirmière de 39 ans.

« Ne baisse pas la garde » face au virus

« On s’attendait à ce qu’une seconde vague se produise, mais pas si tôt, alors que la saison de la grippe et des infections respiratoires saisonnières n’a pas encore commencé », ajoute-t-elle devant la « zone Covid » de l’hôpital dans laquelle 48 patients sont soignés.

Derrière le grand panneau rouge marquant l’entrée de la zone, c’est l’heure du déjeuner et des appels vidéo pour les patients.

En mangeant son yaourt, Manuel Collazo Velasco n’en revient toujours pas: « il n’a pas de sucre, mais je le trouve très, très sucré, même chose avec le sel », s’étonne cet homme de 61 ans dont le sens du goût a été modifié par le virus.

Quelques chambres plus loin, Carmen Díaz Coello récupère, elle, l’usage de ses jambes et appelle ses compatriotes à la « responsabilité ».

« Qu’ils ne se découragent pas (face au virus), qu’ils aillent chez le médecin quand il le faut et qu’ils aillent de l’avant », lance cette grand-mère de 72 ans, vêtue d’une blouse blanche et jaune, lors d’un appel vidéo sur tablette avec l’AFP.

Le bras de fer entre le gouvernement central et la région de Madrid sur les restrictions à adopter, tout comme le relâchement d’une partie de la population, suscitent l’incompréhension au sein de l’hôpital.

« Au niveau scientifique, on a beaucoup appris sur le traitement des patients (…) mais j’ai l’impression qu’on a peu appris au sein de la société », déplore le Dr Diaz Izquierdo.

Sur la façade de l’hôpital, une grande banderole, déployée après la première vague, est toujours là et clame: « ne baisse pas la garde » face au virus.

Europe

Emmanuel Macron appelle à un « sursaut » pour assurer la « défaite » de la Russie lors d’une conférence sur l’Ukraine à Paris

Article

le

Emmanuel Macron appelle à un "sursaut" pour assurer la "défaite" de la Russie lors d'une conférence sur l'Ukraine à Paris

Le président français annonce de nouvelles mesures pour renforcer le soutien à l’Ukraine et refuse d’exclure la possibilité d’un envoi de troupes occidentales à l’avenir.

Lors d’une conférence d’urgence à Paris réunissant vingt-sept pays alliés de l’Ukraine, Emmanuel Macron a lancé un appel à un « sursaut » pour garantir la « défaite » de la Russie, annonçant de nouvelles mesures pour fournir davantage d’armes à Kiev.

Le président français a souligné l’urgence d’agir face à la situation critique en Ukraine, où l’absence d’armes occidentales compromet la capacité de défense du pays. Il a rappelé le rôle crucial de l’Union européenne dans le soutien à l’Ukraine et a évoqué la nécessité d’intensifier l’effort en faveur de l’armée ukrainienne.

Emmanuel Macron a également abordé la possibilité d’un envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien, affirmant que la défaite de la Russie était indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe. Cette déclaration a suscité des réactions mitigées, certains la considérant comme une mesure nécessaire pour contrer l’agression russe, tandis que d’autres l’ont qualifiée de « folie » et ont exprimé des inquiétudes quant aux conséquences d’un tel engagement militaire.

La conférence de Paris a été l’occasion pour les pays alliés de discuter de nouvelles initiatives pour soutenir l’Ukraine, notamment en renforçant les approvisionnements en armes et en coordonnant les efforts de défense. Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir la pression sur la Russie et de faire front commun pour contrer ses agressions.

Alors que les tensions persistent en Ukraine et que les Ukrainiens font face à de nouveaux revers dans l’Est du pays, la conférence de Paris a revêtu une importance cruciale pour réaffirmer l’engagement des pays alliés envers l’Ukraine et pour contredire toute impression de désintégration de l’unité internationale face à l’agression russe.

Lire Plus

Europe

La Hongrie ratifie l’adhésion de la Suède à l’Otan, après des mois de blocage

Article

le

La Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède à l'Otan, après des mois de blocage

Le Parlement hongrois approuve massivement l’accession de la Suède à l’Alliance atlantique, mettant fin à une période de tensions et de tergiversations.

Après des mois de blocage et de tergiversations, la Hongrie a finalement donné son feu vert à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Le Parlement hongrois a approuvé cette décision de manière écrasante, avec 188 voix sur 199 sièges, marquant ainsi la fin d’un long processus pour la Suède désireuse de rejoindre l’Alliance atlantique depuis l’invasion russe de l’Ukraine.

Cette approbation met un terme à une période chaotique marquée par des négociations ardues avec la Turquie, suivies des atermoiements du dirigeant nationaliste hongrois Viktor Orban, qui était le dernier réfractaire à l’adhésion de la Suède.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a salué cette décision comme un « jour historique », soulignant la volonté de la Suède d’assumer ses responsabilités en matière de sécurité euro-atlantique. Cette approbation intervient près de deux ans après le début du processus d’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Viktor Orban, lors de l’ouverture de la session parlementaire, a également exprimé sa satisfaction, saluant la visite récente de son homologue suédois comme une étape importante pour renforcer les relations entre les deux pays, malgré leurs divergences d’opinion.

Lire Plus

Europe

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Article

le

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Le projet-phare du gouvernement Scholz pourrait faire de l’Allemagne l’un des pays les plus libéraux d’Europe en matière de cannabis.

L’Allemagne est sur le point d’adopter une loi historique qui légaliserait le cannabis à des fins récréatives, marquant ainsi un tournant significatif dans la politique allemande sur les drogues. Ce projet, l’un des piliers de l’administration d’Olaf Scholz, placerait l’Allemagne parmi les pays les plus progressistes d’Europe en matière de législation sur le cannabis, rejoignant ainsi Malte et le Luxembourg, qui ont déjà franchi ce cap respectivement en 2021 et 2023.

Les députés de la coalition au pouvoir ont salué cette réforme comme une avancée majeure vers une politique moderne sur les drogues, soulignant également son potentiel pour lutter plus efficacement contre le marché noir. La loi, annoncée pour entrer en vigueur le 1er avril 2024, doit toutefois être adoptée par le Parlement allemand, une étape qui reste incertaine.

Des résistances se sont manifestées lors des débats au Bundestag, notamment parmi les députés Verts et les libéraux du FDP, pourtant alliés au gouvernement. Le projet de loi prévoit la création d’associations à but non lucratif, baptisées « clubs de cannabis », autorisées à cultiver et à fournir du cannabis à leurs membres, sous le strict contrôle du gouvernement.

Ces clubs, limités à 500 membres adultes et interdits de proximité avec des établissements sensibles tels que les crèches ou les écoles, seront régis par des règles strictes interdisant la consommation sur place. Les adultes pourront posséder individuellement jusqu’à 25 grammes de cannabis et cultiver trois plants de cannabis femelle, tandis que la consommation dans des lieux publics sera permise dans la plupart des cas, à l’exception des zones sensibles.

La loi prévoit également une mesure rétroactive, permettant la suppression des amendes pour possession de cannabis inférieure à 25 grammes des casiers judiciaires des contrevenants. Cependant, la mise en œuvre de cette législation pourrait poser des défis pour les autorités, notamment en ce qui concerne le respect des zones interdites de consommation, selon les experts allemands.

Lire Plus

Les + Lus