Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Économie / Entreprise : Twitter pour Musk et chacun pour soi

Article

le

twitter-pour-musk-et-chacun-pour-soi

A quoi va ressembler Twitter dirigé par Elon Musk ? L’homme le plus riche du monde a promis plus de liberté, plus de transparence et moins de spams sur le réseau social, mais cette vision idéaliste pourrait se traduire par plus de responsabilités pour les utilisateurs.

Sauf rebondissement majeur, le patron de Tesla et SpaceX va devenir le propriétaire d’une plateforme devenue centrale dans la vie politique des démocraties et la vie quotidienne de dizaines de millions de personnes.

Il a brossé sa vision à gros traits – augmenter la confiance dans un réseau « essentiel pour le futur de la civilisation » et « débloquer son potentiel » – mais certains de ses objectifs inquiètent.

A l’heure où Facebook, YouTube, Twitter et leurs concurrents sont accusés de contribuer à la propagation de la désinformation, à la radicalisation de pans de la société et, au final, à des violences dans la vie réelle, Elon Musk estime au contraire que la parole n’est pas assez libre sur le réseau des gazouillis.

« En cas de doute, laissons le tweet exister » : c’est ainsi qu’il a résumé son approche en matière de modération des contenus lors d’une interview, après avoir néanmoins reconnu qu’il y avait des limites imposées par la loi à la liberté d’expression.

« Nous devrions être très réticents à supprimer des choses ou à suspendre des utilisateurs définitivement », a-t-il détaillé.

Cette vision est applaudie par les conservateurs américains, notamment les partisans de l’ex président américain Donald Trump, banni de Twitter pour incitation à la violence, après plusieurs avertissements et tweets retirés.

« Far West »

Mais pour Jessica Gonzalez, co-directrice de l’ONG Free Press, libéraliser la modération risque de « rendre la plateforme encore plus toxique ».

Elon Musk se sert souvent de son profil aux 84 millions d’abonnés pour se moquer de personnes en désaccord avec lui, voire les insulter, comme ce spéléologue britannique qu’il avait qualifié de « mec pédo » (« pedo guy »).

Un Twitter contrôlé par Musk n’a rien d’une victoire pour la liberté d’expression, estime Kyla Garrett-Wagner, professeure de Droit de la communication à la Syracuse University. « C’est le Far West, contrôlé par une élite qui ne représente pas les voix des minorités ».

« Les utilisateurs vont devoir faire face à des messages désagréables voire dangereux », a-t-elle ajouté.

Et au-delà des inquiétudes éthiques, laisser les utilisateurs se débrouiller ne fera pas forcément recette : « Dès que vous retirez les arbitres, la partie peut devenir brutale. Beaucoup de personnes ne voudront plus jouer », résume John Wihbey, spécialiste des médias de la Northeastern University et ancien consultant de Twitter.

La responsabilité de policer les échanges peut aussi retomber sur les annonceurs, soucieux que leurs publicités ne soient pas adossées à des contenus problématiques.

« Ils doivent dire clairement qu’ils partiront de la plateforme si elle se transforme en foire d’empoigne où prospèrent la haine, l’extrémisme et la désinformation », a exhorté Angelo Carusone, le directeur de l’ONG Media Matters for America.

« Epiphanie »

Elon Musk a promis de débarrasser Twitter des spams, d’authentifier les utilisateurs et de renforcer la transparence, au lieu que les tweets soient « mystérieusement promus ou rétrogradés sans savoir ce qui se passe ».

Sur le papier, ces ambitions plaisent à tout le monde, à commencer par les dirigeants actuels de l’entreprise californienne.

Mais c’est plus facile à dire qu’à faire, soulignent les experts. La transparence ne va pas « susciter une épiphanie » chez les utilisateurs, « qui ne lisent même pas le règlement » avant de l’accepter, s’amuse Kyla Garrett-Wagner.

« C’est comme les étiquettes sur les paquets de cigarettes, les gens fument quand même ».

Même argument contre les « algorithmes open source » voulus par le fantasque entrepreneur: « ce n’est pas une mauvaise idée en soi, que tout le monde puisse voir le code informatique », admet l’analyste indépendant Rob Enderle, « mais la plupart des gens ne savent pas coder. Donc ça va surtout créer des controverses et des frictions ».

Paradoxalement, le patron qui a engagé 21 milliards de dollars de sa fortune personnelle pour acheter la « place publique » semble envisager un avenir ouvert et décentralisé pour la plateforme.

Une vision a priori proche de celle du fondateur de Twitter, Jack Dorsey. Fin 2019, il avait créé une petite équipe indépendante baptisée « Bluesky » (« ciel bleu »), chargée de concevoir de nouveaux protocoles informatiques capables de répondre aux défis des réseaux (désinformation, haine, etc) de façon décentralisée.

Mais attention à ne pas aller trop vite en besogne, avertissent de nombreux spécialistes, comme l’auteur Chris Bail, qui a appelé Elon Musk à « préserver la tradition de Twitter en termes de recherches empiriques consciencieuses et de partage des résultats ».

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Économie

Le déficit public a dérapé l’an dernier, à 5,5 % du PIB, bien au-delà des prévisions du gouvernement

Article

le

Le déficit public a dérapé l'an dernier, à 5,5 % du PIB, bien au-delà des prévisions du gouvernement

Selon les chiffres de l’Insee publiés mardi, le déficit public de la France a atteint 5,5% du PIB en 2023, à 154 milliards d’euros. C’est bien plus que les 4,8% de déficit réalisés en 2022 et que les 4,9% initialement prévus par le gouvernement.

Le déficit public en France a grimpé à 5,5 % du PIB en 2023, révèlent les données publiées ce mardi matin par l’Insee. Cette augmentation spectaculaire contraste vivement avec les prévisions gouvernementales qui tablaient encore sur un déficit de -4,9 % il y a quelques semaines à peine. De plus, la dette publique s’est également avérée plus élevée que prévu, atteignant 110,6 % du PIB.

Cette annonce a été accueillie avec inquiétude par le gouvernement, qui redoutait depuis plusieurs semaines cette officialisation. Les raisons de ce dérapage sont attribuées au ralentissement de l’activité économique, un facteur auquel le gouvernement ne s’attendait pas.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a souligné que cet écart résultait notamment de « recettes fiscales moins élevées que prévu », avec une perte estimée à 21 milliards d’euros. Il a également pointé du doigt la baisse plus rapide que prévu de l’inflation, entraînant des rentrées moindres, notamment sur la TVA. Par ailleurs, la crise du marché immobilier a également eu un impact négatif sur les recettes fiscales.

Cette révélation survient à un moment délicat pour le gouvernement, alors que les principales agences de notation doivent bientôt évaluer la soutenabilité de la dette française. Une éventuelle dégradation de la note aurait des conséquences néfastes pour la majorité gouvernementale, surtout à l’approche des élections européennes.

Face à ces chiffres alarmants, le gouvernement se trouve confronté à un défi majeur pour redresser les comptes publics. Les ministres Bruno Le Maire et Thomas Cazenave, responsables des Finances publiques, avaient prévu de ramener le déficit à 4,4 % du PIB d’ici la fin de l’année 2024, mais cet objectif semble désormais difficilement réalisable.

Emmanuel Macron a déjà évoqué une révision des objectifs budgétaires, soulignant la nécessité d’un ajustement budgétaire progressif. Bruno Le Maire a appelé à une « prise de conscience collective », suggérant que des économies devraient être réalisées non seulement par l’État mais aussi par les dépenses sociales et les collectivités locales. Cependant, il a exclu toute augmentation d’impôts, envisageant seulement un durcissement de la taxation des producteurs d’électricité.

Cette annonce a sérieusement écorné la crédibilité budgétaire du gouvernement, attaquée par l’opposition qui dénonce son incapacité à maîtriser les finances publiques. Marine Le Pen a déjà critiqué sévèrement ces chiffres, affirmant que le pays n’avait jamais connu une situation budgétaire aussi précaire.

Lire Plus

Économie

Inflation : Les prix des produits alimentaires baissent, mais ceux de l’énergie continuent d’augmenter

Article

le

Inflation : Les prix des produits alimentaires baissent, mais ceux de l'énergie continuent d'augmenter

L’Insee publie son dernier rapport sur l’inflation, mettant en lumière une hausse des prix de l’énergie et une légère baisse de l’inflation en février 2024.

Le dernier rapport de l’Insee sur l’inflation en France met en évidence une augmentation des prix de l’énergie, contribuant à maintenir l’inflation à un niveau élevé. Cependant, cette dernière montre également des signes de ralentissement, atteignant 3% sur un an pour le mois de février 2024, légèrement en baisse par rapport au chiffre de 3,1% enregistré en janvier de la même année.

La hausse des prix de l’énergie continue d’exercer une pression à la hausse sur l’inflation, reflétant les défis persistants auxquels sont confrontés les consommateurs français. Cette tendance contraste avec la baisse des prix de l’alimentaire, indiquant une certaine stabilité dans ce secteur.

Malgré cette légère baisse, l’inflation reste un sujet de préoccupation pour les autorités économiques et les ménages, en particulier dans un contexte de volatilité des prix et d’incertitude économique.

Ce rapport souligne l’importance de surveiller de près l’évolution des prix de l’énergie et d’autres facteurs influençant l’inflation, afin de mieux comprendre les tendances économiques et d’anticiper les défis à venir pour l’économie française.

Lire Plus

Les + Lus