Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Droits TV: le piratage, l’autre menace qui pèse sur le foot français

Article

le

droits-tv:-le-piratage,-l’autre-menace-qui-pese-sur-le-foot-francais

Avec le redémarrage de la L1 et de la Ligue des champions, le piratage a repris du poil de la bête en France avec près de trois millions d’adeptes par mois, un fléau difficile à endiguer qui gangrène l’économie des droits TV du football.

Le sujet a été remis sur la table il y a quelques jours par le patron de Canal+ Maxime Saada dans une interview au quotidien Les Echos: « On observe une véritable explosion du piratage depuis le lancement de Téléfoot », la chaîne de Mediapro, nouveau diffuseur majeur de la Ligue 1, a lancé le dirigeant.

Une attaque en règle visant le groupe sino-espagnol, qui a refusé d’honorer sa traite d’octobre auprès de la Ligue de football professionnel (LFP) et a engagé un bras de fer pour renégocier à la baisse le montant du contrat (800 millions d’euros par an).

Sur le constat, le patron de Canal+ n’a pas tort. « Actuellement, on estime à près de 3 millions les personnes qui consomment des programmes sportifs illégalement. Ça a considérablement augmenté ces dernières semaines », confirme Pauline Blassel, la secrétaire générale de l’Hadopi, l’organe de protection des droits d’auteur.

En revanche, rien ne vient corroborer que cette inflation soit due à l’arrivée de Téléfoot.

« Illégal mais pratique »

Cette hausse serait a priori à mettre en lien « avec la reprise des compétitions » en Europe au sortir du premier confinement, assure Pauline Blassel. « Dès que les compétitions reprennent, le piratage reprend », corrobore la directrice juridique de BeIn sports Caroline Guenneteau.

« C’est plutôt le fait que Maxime Saada n’ait pas décidé de distribuer Téléfoot auprès de ses 8,6 millions d’abonnés qui fait que ses abonnés ont peut-être décidé d’accéder à Téléfoot avec des moyens alternatifs », rétorque-t-on chez Mediapro.

Le problème n’est de toute façon pas nouveau. Des sites de streaming qui diffusent sur internet des matches de Ligue des champions ou de la L1 sans autorisation pullulent depuis des années. Il y a aussi les boîtiers IPTV qui permettent pour une poignée d’euros d’obtenir illégalement l’accès à toutes les chaînes qui retransmettent du football (Canal+, BeIn sports, RMC Sport, Téléfoot…).

Le morcellement de l’offre audiovisuelle depuis des années, les changements de diffuseurs tous les quatre ans, et pour certains le coût jugé trop cher des abonnements… Autant de raisons qui peuvent expliquer le choix des amateurs de foot de se tourner vers le piratage.

« C’est devenu compliqué de suivre. Du coup, avec un boîtier, tu as tout pour 30 euros par mois. Je sais que c’est illégal mais c’est pratique », explique un amateur de foot sous couvert d’anonymat qui a décidé cette saison de s’offrir un boîtier IPTV.

Et la facture de ce petit jeu avec la légalité se révèle salée. BeIn Sports, dès 2015, avait estimé les pertes pour l’ensemble des diffuseurs à l’époque « à 500 millions d’euros par an », assure Caroline Guenneteau. Pour l’Hadopi, les pertes pour les diffuseurs se situent plutôt autour de la centaine de millions d’euros.

« Cela a évidemment des répercussions sur les abonnements qui ne sont pas pris », reconnait-t-on chez Mediapro, dont le patron Jaume Roures a revendiqué autour de 600.000 abonnés à Téléfoot, encore bien loin des 3,5 millions recherchés pour rentabiliser son lourd investissement.

Et ce problème menace à terme l’économie même des droits TV.

Texte mis en sommeil

« Non seulement il y a une entorse à l’exclusivité mais avec le manque à gagner, est-ce qu’on va continuer à payer des droits TV aussi chers? », s’interroge Caroline Guenneteau.

Les diffuseurs, réunis au seins de l’APPS (Association de protection des programmes sportifs) depuis 3 ans, tentent de lutter contre ce fléau, et n’étaient pas loin de voir leurs efforts aboutir. Le projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel comporte en effet une mesure qui permettrait de saisir la justice pour faire stopper la diffusion en temps réel.

Mais le texte a été mis en sommeil depuis le confinement. « Incompréhensible », selon Caroline Guenneteau. « Le gouvernement n’a pas identifié que c’est une priorité pour le secteur. C’est un vrai problème », regrette-t-on aussi chez Mediapro.

Cette mesure ne pourrait toutefois pas être mise en œuvre si facilement.

« Ce n’est pas loin d’être insoluble: dans le domaine du sport il faut agir dans l’heure, ce qui semble incompatible avec le fonctionnement de la justice qui est très lent », nuance une source proche du dossier.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus

Article

le

Euro 2024 : Didier Deschamps dévoile la liste des 25 Bleus
©TF1

La sélection pour l’Euro 2024 inclut les surprises de Bradley Barcola et le retour inattendu de N’Golo Kanté après plus de deux ans d’absence.

Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, a annoncé ce jeudi la liste des 25 joueurs qui représenteront les Bleus à l’Euro 2024 en Allemagne. Parmi les sélectionnés, on note l’intégration de Bradley Barcola, récompensé pour sa remarquable saison au PSG, et le retour surprise de N’Golo Kanté, absent depuis juin 2022.

La présence de N’Golo Kanté, qui évolue désormais à Al-Ittihad en Arabie Saoudite, a surpris de nombreux observateurs. Après une longue absence due à des blessures, Kanté, champion du monde en 2018, n’avait plus joué en Bleu depuis un match contre le Danemark en juin 2022. Son inclusion s’explique par la nécessité de renforcer le leadership de l’équipe, surtout après la blessure de Lucas Hernandez. Kanté, malgré le niveau controversé du championnat saoudien, a cumulé près de 4000 minutes de jeu cette saison, convainquant Deschamps de sa capacité à contribuer efficacement à l’Euro.

Bradley Barcola, convoqué pour la première fois en équipe nationale, a également été une surprise. Sa saison impressionnante avec le PSG, notamment une performance marquante contre Nice, lui a valu cette opportunité. Barcola était initialement destiné à jouer un rôle clé dans l’équipe de France olympique, mais ses récentes démonstrations lui ont ouvert les portes des A, où il pourrait servir de doublure à Kylian Mbappé.

En défense, Ferland Mendy fait son retour après une absence prolongée. Absent depuis septembre 2022, il a retrouvé sa forme avec le Real Madrid, remplaçant Lucas Digne. Théo Hernandez, vice-champion du monde, conserve sa place, tout comme 18 autres membres de l’équipe finaliste de la Coupe du monde 2022, formant le socle de l’équipe.

Kingsley Coman, malgré une récente blessure à l’adducteur, sera également présent après avoir repris l’entraînement avec le Bayern Munich. Moussa Diaby, malgré une fin de saison réussie avec Aston Villa, ne fait pas partie de la liste.

Didier Deschamps espère que cette sélection, marquée par des retours significatifs et des nouveaux talents, permettra aux Bleus de briller à l’Euro 2024.

LA LISTE DES BLEUS POUR L’EURO 2024 :

Gardiens :

Mike Maignan
Brice Samba
Alphonse Areola

Défenseurs :

Jonathan Clauss
Jules Koundé
William Saliba
Ibrahima Konaté
Dayot Upamecano
Benjamin Pavard
Théo Hernandez
Ferland Mendy

Milieux :

Aurélien Tchouaméni
Youssouf Fofana
Adrien Rabiot
Eduardo Camavinga
Warren Zaïre-Emery
Antoine Griezmann
N’Golo Kanté

Attaquants :

Kylian Mbappé
Olivier Giroud
Ousmane Dembélé
Randal Kolo Muani
Bradley Barcola
Marcus Thuram
Kingsley Coman

Lire Plus

Sports

Ligue 1 : Marseille s’impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Article

le

Ligue 1 : Marseille s'impose face à Lorient malgré une prestation en demi-teinte

Les Olympiens restent en lice pour une qualification européenne tandis que Lorient se rapproche dangereusement de la relégation.

Après leur élimination décevante en demi-finale de la Ligue Europa contre l’Atalanta, l’Olympique de Marseille devait se ressaisir rapidement pour garder ses chances de qualification européenne pour la saison prochaine. L’affrontement contre Lorient ce dimanche s’avérait crucial à cet égard.

Le début de la rencontre a vu les Lorientais se créer les premières occasions, mais sans réussite. C’est pourtant Marseille qui a ouvert le score grâce à Aubameyang, bien servi par Murillo (36e), suivi d’un but de Gigot (41e). Malgré une réduction de l’écart par Benjamin Mendy pour Lorient (43e), l’OM a rapidement creusé l’écart en seconde période sur un penalty transformé par Aubameyang (54e).

Bien que Lorient ait continué à se battre avec des occasions, notamment une frappe sur la barre de Katseris (65e), et une tentative de Bouanani (88e), Marseille a conservé son avance jusqu’au bout pour remporter le match.

Malgré cette victoire, Lorient se rapproche dangereusement de la relégation, tandis que Marseille reste en lice pour une place européenne. Avec une rencontre en retard à venir contre Reims, les Olympiens peuvent encore espérer accrocher la sixième ou la septième place au classement.

Lire Plus

France

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

Article

le

Marseille : La flamme olympique embrasée pour les JO de Paris 2024

L’événement marqué par une parade maritime spectaculaire et l’allumage du chaudron par la star du rap Jul, mais aussi par des manifestations et des sifflets contre Emmanuel Macron.

La flamme olympique a illuminé le Vieux-Port de Marseille lors d’une cérémonie somptueuse, marquant ainsi son arrivée en France pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. L’événement, précédé d’une parade maritime grandiose, a été célébré avec faste, mais n’a pas manqué de susciter des réactions mitigées.

Le mythique trois-mâts Belem a été le vaisseau porteur de la flamme, qui a été accueilli par une foule enthousiaste sous un magnifique arc-en-ciel. La descente de la flamme, entre les mains du champion olympique de natation Florent Manaudou, a été un moment empreint d’émotion, symbolisant le lien entre la tradition maritime de la ville et l’esprit olympique.

La flamme a ensuite été transmise à la championne paralympique Nantenin Keita, soulignant ainsi l’importance de l’inclusion et de la diversité aux Jeux Olympiques. C’est finalement Jul, l’artiste rap marseillais, qui a eu l’honneur d’allumer le chaudron olympique pour la nuit, au milieu des acclamations de la foule.

Cependant, l’événement n’a pas été sans controverse. Alors que le président Emmanuel Macron assistait à la cérémonie, des sifflets ont retenti, témoignant de la polarisation politique autour de l’événement. Malgré cela, la flamme a symbolisé l’unité et la fierté pour de nombreux spectateurs.

Les festivités se sont poursuivies avec un concert gratuit, mettant en vedette des artistes locaux comme Soprano et Alonzo, rassemblant ainsi les communautés dans une célébration de la diversité culturelle de Marseille.

Cependant, des voix discordantes se sont également fait entendre. Des manifestants ont exprimé leur opposition aux Jeux Olympiques en raison de leurs préoccupations environnementales et ont demandé l’exclusion d’Israël, suscitant ainsi des débats sur les questions politiques et sociales liées à l’événement.

Malgré ces tensions, la flamme olympique a brillé de tout son éclat, annonçant le début d’un voyage à travers la France, symbolisant l’esprit de compétition, d’inclusion et de célébration qui caractérise les Jeux Olympiques.

Lire Plus

Les + Lus