Nous rejoindre sur les réseaux

Balaruc-le-Vieux

Départementales : Gérard Prato et Patricia Andrieu présentent leur liste sur le canton de Frontignan

Article

le

Gérard Prato et Patricia Andrieu au centre de la photo

Les 20 et 27 juin prochains auront lieu les élections départementales. Sur le canton de Frontignan, pour lequel 4 listes se présentent, on retrouve Gérard Prato aux côtés de Patricia Andrieu. A la tête de la liste du Rassemblement National, ils expliquent leurs ambitions et motivations.

Les élections départementales constitueront le Conseil départemental de l’Hérault. 50 conseillers départementaux seront élus en binôme mixte au scrutin majoritaire à 2 tours. Il y aura donc un binôme sortant par canton. Sur le canton de Frontignan, 4 listes se présentent. Parmi les listes du canton, on retrouve celles des conseillers départementaux sortants : Pierre Bouldoire et Sylvie Pradelle. Les listes qui leur font face sont nouvelles. En effet, aucune n’était en campagne lors des dernières départementales, il y a 6 ans. Gérard Prato, cadre de la fonction publique, et Patricia Andrieu, officière de police, mènent la liste du RN. Leurs suppléants respectifs sont Olivier Rongier et Anne Benoit de Coignac.

Conseiller municipal à Frontignan depuis 2014, Gérard Prato est un habitué des campagnes électorales. Ses efforts ont affermi le poids du RN à différentes échelles. « Ma première campagne municipale, en 2014, a très bien marché. En obtenant 43% des voix, on a réussi à placer 7 élus du RN en conseil municipal, chose qui ne s’était jamais vue. Les résultats des municipales de 2020 sont similaires ». Ensuite élu à l’agglo, il prend part au conseil communautaire avant de se présenter aux élections régionales en 2015. « Sur la région, le RN est sorti 2ème aux deux tours. Ça a été très porteur pour le parti puisqu’on a obtenu 40 sièges au Conseil régional ». En 2017, lors des législatives, alors qu’il menait à 28% lors du premier tour, il perd face à l’alliance du front républicain au second tour. « Ne partant pas pour ces élections régionales, j’ai reçu mon investiture pour participer aux élections départementales. »

Des projets pour le progrès social

En rappelant que la concrétisation de leurs projets dépendra du bord de la majorité, Gérard Prato et Patricia Andrieu annoncent leurs objectifs. « Beaucoup de candidats font des promesses à tour de bras pour ces départementales. Je trouve ça surprenant, sachant pertinemment que les propositions de l’opposition sont la plupart du temps ignorées. À ce niveau-là, je trouve que la démocratie est relativement bafouée en France », commente M. Prato.

La protection de l’enfance contre le harcèlement et la maltraitance, la protection des victimes de violences conjugales et des SDF, ainsi que l’aide aux personnes en situation de handicap sont des problématiques auxquelles M. Prato et Mme Andrieu envisagent apporter des solutions. « Je pense que le département peut apporter beaucoup de progrès social, ce qui est d’ailleurs son rôle premier », affirme Gérard Prato. « Je travaille dans la police municipale. De ce fait, la sécurité est ma priorité. Si on est élus, je souhaiterais renforcer la sécurité des collèges. J’aimerais aussi contribuer au progrès de la sécurité routière par l’aménagement des routes et le biais de campagnes de prévention », ajoute Patricia Andrieu.

Mieux gérer les finances pour parvenir à ses fins

Un autre point préoccupe M. Prato : la gabegie financière, à laquelle il assure mettre un terme s’il est élu. Pour ce faire, il souhaiterait dévaloriser le salaire, « relativement élevé », des conseillers départementaux. « Ce n’est pas normal qu’ils soient tous membres de la commission permanente. À la région, nous n’étions que 13 sur 40 à être en commission permanente. Ce chiffre était proportionnel pour tous les partis », développe-t-il.

« Aussi, je ne focalise pas sur les dépenses dédiées aux mineurs isolés puisqu’elles ne représentent que 2% du budget du département. Cependant, il a investi près de 2 millions d’euros sans que des résultats notoires puissent être observés. Beaucoup de difficultés persistent, essentiellement au niveau de leur logement. M. Mesquida, Président du conseil départemental l’a lui-même reconnu. Malheureusement, ça pose des problèmes d’insécurité notamment à Montpellier. Je voudrais contraindre le gouvernement à se réengager et à augmenter sa participation financière sur cet enjeu et à arrêter avec cette lubie idéologique de vouloir accueillir toute la misère du monde. Je suis conscient que ces enfants n’ont souvent pas d’autres choix mais il faudrait essayer de travailler avec l’État français, pour instaurer une protection des frontières, et avec les gouvernements du Maghreb », poursuit-il.

Les candidats comptent sur leur électorat

Selon M. Prato, qui désapprouve que Pierre Bouldoire se présente à nouveau, « il est primordial de viser d’autres objectifs avec de nouveaux élus ». « Il est grand temps de défendre nos propres concitoyens et d’arrêter de faire de la communication », avance-t-il. « Nous sommes des élus de terrain. Par conséquent, notre objectif est de travailler pour l’ensemble du canton et ses 6 communes. À l’heure actuelle le clientélisme et le copinage sont des pratiques politiques que nous n’acceptons pas. On veut rompre avec cette façon de travailler des socialistes pour l’équité des 6 communes. On appelle donc à la mobilisation des électeurs les 20 et 27 juin. Nous avons besoin d’eux pour devenir une opposition forte, d’autant plus dans ce contexte sanitaire qui complique la tâche », conclut Mme Andrieu.

Sereins pour leur campagne et soucieux des règles sanitaires, Mme Andrieu et M. Prato n’ont pas de meeting prévu. Chaque foyer du canton recevra un tract expliquant le programme électoral. Néanmoins, les candidats continueront d’être présents sur les marchés du canton, au plus proche des habitants.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Balaruc-le-Vieux

Thau : interdiction de consommation des moules et palourdes de l’étang

Article

le

Thau : interdiction de consommation des moules et palourdes de l’étang
©SèteAgglopôle

Contamination des moules et palourdes de l’étang de Thau : interdiction totale de leur consommation en raison de toxines lipophiles dépassant les seuils réglementaires.

Nouveau coup dur pour la profession ! Les moules et palourdes de l’étang de Thau font l’objet de restrictions strictes en raison d’une contamination par des toxines lipophiles, selon les dernières analyses effectuées le 9 mai 2023 dans le cadre du réseau REPHYTOX. Le seuil réglementaire de sécurité sanitaire a été dépassé, ce qui a conduit le préfet de l’Hérault à prendre des mesures d’interdiction immédiates.

Ainsi, à compter de ce jour, la pêche récréative et professionnelle, le ramassage, le transport, la purification, l’expédition, la distribution et la commercialisation des moules et palourdes provenant de l’étang de Thau sont strictement interdits dans le but de protéger la santé publique. Ces mesures temporaires seront levées dès que les conditions sanitaires garantissant la sécurité seront rétablies dans les zones de production.

Il convient de noter que les huîtres et les escargots provenant de l’étang de Thau ne présentent aucune contamination et peuvent donc être consommés sans restriction. Toutefois, il est recommandé aux consommateurs de se référer à des sources d’information fiables pour obtenir des mises à jour concernant les mesures sanitaires en vigueur.

Il est également important de souligner que les coquillages récoltés dans l’étang de Thau avant le 9 mai 2023 ne sont pas soumis à des restrictions et peuvent être consommés en toute sécurité.

Afin de faciliter l’accès aux informations concernant les interdictions sanitaires de récolte de coquillages, une carte actualisée est disponible sur le site internet de l’Observatoire des Impacts Environnementaux sur les Coquillages (OIEAU) sur le site suivante : ici. De plus, les utilisateurs peuvent également consulter l’application qualitéCoq pour obtenir les informations les plus récentes.

En cas de symptômes tels que des troubles digestifs (vomissements, diarrhées, nausées, etc.) persistants, associés à des maux de tête ou des vertiges, les personnes ayant consommé des coquillages provenant des zones concernées sont invitées à consulter leur médecin sans délai.

Pour rappel, la cuisson des coquillages ne permet pas d’éliminer les toxines apportées par les phytoplanctons, des organismes végétaux microscopiques. Même après cuisson, les coquillages restent impropres à la consommation. Par conséquent, il est vivement demandé aux personnes détenant de tels produits de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente d’origine.

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Influenza aviaire dans l’Hérault : les autorités appellent à la vigilance pour limiter la propagation du virus

Article

le

L'influenza aviaire hautement pathogène a été détecté chez une mouette rieuse à Marseillan-Plage, entraînant la mise en place d'une zone de contrôle temporaire dans 34 communes de l'Hérault.

Découverte d’un nouveau cas d’influenza aviaire hautement pathogène dans la faune sauvage à Marseillan-Plage.

Le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène a été détecté à Marseillan-Plage, dans l’Hérault, le 1er mars 2023. La découverte a été faite sur une mouette rieuse retrouvée morte sur le territoire de la commune de Marseillan.

Le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh, a immédiatement signé un arrêté pour définir une zone de contrôle temporaire pour les 34 communes de l’Hérault, se trouvant dans le périmètre des 20 kilomètres autour du lieu de la découverte de la mouette.

Les mesures spécifiques applicables dans la zone de contrôle temporaire (ZCT) ont été détaillées par la préfecture de l’Hérault. Tout détenteur de volailles et d’oiseaux captifs doit se déclarer, et toutes les volailles et oiseaux captifs doivent être maintenus en permanence à l’intérieur de bâtiments ou sous filet. Les mouvements de personnes, d’animaux domestiques et de véhicules au sein des exploitations doivent être limités au strict nécessaire, et le transport et l’introduction dans le milieu naturel de gibier à plumes ainsi que celui des appelants sont réglementés.

Une surveillance accrue de l’avifaune sera réalisée durant la période de maintien de cette ZCT. La zone de contrôle temporaire pourra être levée à minima au bout de 21 jours si aucun nouveau cas d’influenza aviaire n’est identifié dans la population d’oiseaux sauvages et si la situation épidémiologique des élevages le permet.

La préfecture de Hérault appelle à la vigilance de tous les acteurs, notamment les éleveurs, les détenteurs d’oiseaux et les vétérinaires afin de tout mettre en œuvre pour limiter la propagation de ce virus. Cela passe en particulier par une application sans faille des mesures de biosécurité. Il est demandé de ne pas s’approcher, ni nourrir, ni manipuler les oiseaux sauvages sur cette zone pour éviter tout risque de diffusion du virus.

Pour rappel, l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’être humain par la consommation de viande de volaille, œufs, et plus généralement de tout produit alimentaire. Les mesures mises en place visent avant tout à limiter la propagation du virus aux élevages et aux basses-cours. La population est invitée à rester vigilante et à signaler tout oiseau sauvage mort à la mairie du lieu concerné qui prendra contact avec l’office français de la biodiversité (OFB).

Les 34 communes de l’Hérault concernées sont : Agde, Aumes, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bessan, Béziers, Bouzigues, Castelnau-de-Guers, Cazouls-d’Hérault, Cers, Florensac, Frontignan, Lézignan-la-Cèbe, Loupian, Marseillan, Mèze, Montagnac, Montblanc, Nézignan-l’Evêque, Pézenas, Pinet, Pomerols, Portiragnes, Poussan, Saint-Pons-de-Mauchiens, Saint-Thibéry, Sérignan, Servian, Sète, Tourbes, Valros, Vias, Villeneuve-lès-Béziers et Villeveyrac.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

 

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Vigilance météo : tempête imminente sur l’Hérault avec des rafales de vent allant jusqu’à 150 km/h

Article

le

Vigilance météo : tempête imminente sur l'Hérault avec des rafales de vent allant jusqu'à 150 km/h
©MétéoFrance

La météo s’annonce capricieuse demain, où une tempête est annoncée sur l’Hérault vendredi. Des vents violents et des pluies intenses sont attendus, pouvant causer des dommages matériels importants.

La Méditerranée est en alerte avec un avis de tempête prévu pour vendredi. Les experts de Météo France ont prévenu que la tramontane pourrait souffler très fort dans certains endroits, atteignant jusqu’à 150 km/h localement. Les habitants du département de l’Hérault sont donc invités à se préparer aux conditions météorologiques difficiles.

Selon les prévisions de Météo France, une dépression dynamique va transiter en flux d’Ouest sur la France vendredi, entraînant un net resserrement de la pression atmosphérique. Les conditions sont donc réunies pour la mise en place d’un puissant vent d’Ouest/Nord-Ouest entre le nord des Pyrénées-Orientales et une bonne partie de l’Hérault.

Des rafales de vent de 120 à 140 km/h sont envisagées, avec des pointes pouvant atteindre jusqu’à 150 km/h localement. Des dégâts ne sont pas à exclure mais les plaines de l’Est de l’Hérault seront moins exposées d’après le bulletin de Météo France. Tous les départements concernés par ce bulletin météo (l’Hérault, les Pyrénées-Orientales et l’Aude) sont pour l’instant placés en vigilance jaune, mais un passage en orange est possible dans les prochaines heures.

Il est donc fortement recommandé de se tenir informé de l’évolution de la situation et de reporter certaines activités qui pourraient devenir dangereuses. Les habitants de la région sont invités à prendre les mesures nécessaires pour se protéger et protéger leurs biens face à ces conditions météorologiques extrêmes.


Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus

Something went wrong: cURL error 28: Connection timed out after 5001 milliseconds