Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Culture : Les quarantièmes rugissants de la Fête de la musique

Article

le

les-quarantiemes-rugissants-de-la-fete-de-la-musique

Rap, classique, musette, rock ou samba joués par pros ou amateurs: villes, villages et lieux inattendus vont vibrer pour la Fête de la musique, comme chaque 21 juin depuis 40 ans et une idée folle signée Jack Lang, ministre de la Culture de l’époque.

C’est devenu une institution en France et un rendez-vous désormais exporté dans plus d’une centaine de pays dans le monde. Comme à Canberra, en Australie, où les frimas arrivent dans cette partie de l’hémisphère sud: vin chaud et crêpe étaient prévus pour accompagner l’évènement.

Dans l’Hexagone, la vague de canicule est passée mais la température devrait grimper en soirée avec les concerts qui vont s’enchaîner, comme chaque 21 juin, jour du solstice d’été dans l’hémisphère nord.

Tous les genres musicaux se côtoieront, comme à La Rochelle, par exemple, avec un vieux port placé sous le signe hard rock/metal et une église Notre-Dame envahie par les chorales.

A Paris, parmi les multiples initiatives, Radio France fera sillonner les rues par un camion sonorisé avec un DJ, Young Pulse. C’est un beau clin d’œil à Jacques Higelin qui joua sur un camion traversant Paris aux premières années de la Fête de la musique.

En 2022, ce char doit s’élancer en début d’après-midi près de la statue de la Liberté parisienne, dédicace au « Make music day » (qu’on peut traduire par « faites de la musique », version internationale de la Fête de la Musique) qui doit démarrer à New York depuis, là aussi, la statue de la Liberté. Dans la cour même de l’Elysée, Youssou N’Dour et la DJ ukrainienne Xenia, entre autres, monteront le volume.

« Nous avons besoin de fêtes »

Dire que les jours précédant la première édition en 1982, Jack Lang, initiateur de l’évènement, avait « le trac » de sa vie, comme il l’a raconté.

« On avait dit aux gens +allez-y, sortez, appropriez-vous la musique dans les rues+, mais on craignait qu’ils restent planqués chez eux. Mais ça a marché », se souvient celui qui avait été nommé ministre par le président François Mitterrand après l’arrivée des socialistes au pouvoir en 1981.

Dès l’hiver de cette année-là, l’idée germe dans les esprits de M. Lang et de sa garde rapprochée, Christian Dupavillon, architecte-scénographe, et Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la danse. C’est ce dernier qui lance « la musique sera partout et le concert nulle part ».

« La première année, en 1982, ce ne fut pas un grand succès, mais les gens ont joué le jeu et dès 1983 c’était vraiment parti », décrypte M. Lang, aujourd’hui à la tête de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris.

« Nous avons besoin de fêtes. Nous devrions faire la fête quatre fois l’an à chaque saison, ce que Noël fait déjà pour le solstice d’hiver », écrit aujourd’hui le philosophe Edgar Morin au sujet de celle réservée à la musique.

M. Lang, qui est l’invité d’honneur ce mardi d’une déambulation musicale entre Villeurbanne et Lyon, avant de rentrer à Paris en soirée, souhaite dédier cette 40e édition à Steve Maia Caniço, mort en 2019 lors d’une opération policière controversée pendant la Fête de la musique à Nantes.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus