Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Culture – Cinéma : ouverture du festival de Deauville, Charlotte Gainsbourg présidente du jury

Article

le

cinema:-ouverture-du-festival-de-deauville,-charlotte-gainsbourg-presidente-du-jury

La 47e édition du festival du cinéma américain de Deauville s’est ouverte vendredi soir avec la projection de « Stillwater », déjà présenté à Cannes, et avec l’arrivée du jury présidée par Charlotte Gainsbourg.

Sous un temps estival, Charlotte Gainsbourg, souriante en robe noire, s’est dite « très flattée » d’être présidente sur le tapis rouge menant à la salle proche de la plage de la station normande.

« C’est un jeu ! Je ne prends pas ça très au sérieux: je ne suis pas sûre d’être la plus capable de juger un film même si je fais du cinéma depuis très longtemps! Je vais me fier à mes instincts », a expliqué Charlotte Gainsbourg.

Parmi les membres du jury figurent également Denis Podalydès et Delphine De Vigan. « Je suis un peu le candide de l’histoire, ça m’amuse beaucoup. J’ai envie de discussions contradictoires, d’autres points de vue, de débattre… », a expliqué l’acteur. L’écrivaine souhaite, elle, « être impressionnée » et veut être guidée par son « regard de spectatrice ».

Contrairement à l’an passé, les trois salles accueillant le festival pourront accueillir les films avec une jauge pleine, une situation qui ravit Edouard Philippe qui a emprunté le tapis rouge.

« Venir à un festival, après ces longues périodes d’interruption et de confinement, c’est d’une certaine façon reprendre tout le sel de la vie culturelle dont on a été privé ces derniers mois », a dit le maire du Havre et ancien Premier ministre.

Quatre films en compétition sont présentés ce week-end, « Pleasure », « Blue Bayou », « Pig » et « We are living things », sur les treize en compétition qui tenteront de succéder à « The Nest », vainqueur l’an passé.

Sur les treize films indépendants des studios hollywoodiens en compétition, « j’ai douze équipes de films qui sont présentes, ce qui prouve que les Américains », quasi absents l’an passé, « n’ont pas peur de venir à Deauville », a estimé le directeur du festival Bruno Barde.

Johnny Depp dimanche

Au total 53 films seront projetés et c’est « Stillwater » de Tom McCarthy, diffusé à Cannes, qui ouvre le bal. Matt Damon y incarne un homme taiseux et taciturne qui a longtemps négligé sa famille et qui décide de faire le voyage de l’Oklahoma jusqu’à Marseille pour voir sa fille incarcérée pour meurtre.

Et dès samedi matin, les regards seront braqués vers deux films en compétition, « Blue Bayou » et « Pleasure ».

Interdit au moins de 18 ans, « Pleasure » est une plongée dans l’univers du X à Los Angeles, avec une jeune Suédoise de 20 ans qui tente d’y faire carrière. « J’ai décidé de me confronter à ce monde. Ça a été une aventure incroyable. J’ai débarqué en pensant que c’était un monde patriarcal, oppressif envers les femmes…et ça l’est », explique la réalisatrice suédoise Ninja Thyberg, interrogée dans le dossier de presse du film attendu dans les salles françaises le 21 octobre.

Le film du réalisateur américain Justin Chon, « Blue Bayou », déjà présenté à Cannes dans la catégorie « Un certain regard », sera également diffusé aux festivaliers samedi: Antonio LeBlanc, né en Corée mais qui a grandi en Louisiane, risque d’être expulsé des Etats-Unis alors qu’il élève une petite fille avec la mère de cette dernière.

Oliver Stone de son côté viendra défendre samedi, hors compétition, son « JFK L’Enquête » qui n’a pour l’heure pas trouvé de distributeur, malgré sa présentation à Cannes. Dylan Penn, présente vendredi soir sur le tapis rouge, évoquera « Flag Day » un film de son père Sean dans lequel elle joue et qui concourait pour la Palme d’Or en juillet.

Johnny Depp, 58 ans, est attendu dimanche dans la station balnéaire normande. L’acteur, qu’une récente saga judiciaire a opposé à un tabloïd sur fond d’accusations de violences conjugales, présentera hors compétition « City of lies » (Ville de mensonges) dimanche soir. Il y joue un policier à la retraite forcée. Le film, qui repose sur un duo avec Forest Whitaker, est sorti directement en DVD.

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Culture

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Article

le

Oliver Stone annonce un documentaire sur Lula, après Castro et Chavez

Oliver Stone, le renommé réalisateur américain, a annoncé la finalisation de son nouveau documentaire portant sur l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva.

Le célèbre cinéaste Oliver Stone a révélé avoir terminé le tournage d’un documentaire sur le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui explore son incarcération entre 2018 et 2019 ainsi que son retour au pouvoir.

Dans une déclaration à Paris, Stone a expliqué que le documentaire traiterait des poursuites judiciaires contre Lula, ainsi que de son emprisonnement pour corruption, un événement qui, selon le cinéaste, n’est pas rare dans certains pays.

Bien que aucune date de sortie n’ait été annoncée, le film devrait être présenté dans des festivals de cinéma, comme Cannes, où Stone est un habitué.

Oliver Stone, qui a déjà réalisé plusieurs films et documentaires sur l’Amérique latine, dont certains ont été controversés, comme ceux sur Fidel Castro et Hugo Chavez, voit en Lula, Chavez et Castro des « humanistes » qui ont travaillé pour le bien de leur pays malgré les poursuites politiques à leur encontre.

Interrogé sur les similitudes entre les trois dirigeants, Stone les décrit comme des originaux qui ont cherché à servir leur pays du mieux qu’ils pouvaient.

Le cinéaste, connu pour son franc-parler et son indépendance d’esprit, refuse de se conformer à la politique américaine traditionnelle et a déjà été qualifié de complotiste. Malgré ses trois Oscars et sa réputation bien établie, Stone admet que le retour aux longs métrages pourrait être difficile pour lui.

Lire Plus

Culture

Oscars 2024 : Justine Triet remporte l’Oscar du meilleur scénario pour « Anatomie d’une chute »

Article

le

Oscars 2024 : "Anatomie d'une chute" de Justine Triet primé

Le film français Anatomie d’une chute n’a pas obtenu l’Oscar du meilleur film étranger dimanche 10 mars, mais a tout de même remporté le prix du meilleur scénario.

Le film français « Anatomie d’une chute » de Justine Triet a été récompensé du prix du meilleur scénario lors de la 96e cérémonie des Oscars, qui s’est déroulée à Los Angeles le 10 mars. Malgré cette victoire, le film n’a pas remporté l’Oscar du meilleur film étranger, décerné au Britannique Jonathan Zagler pour « La Zone d’intérêt ».

Cette consécration du meilleur scénario, bien que moins spectaculaire que prévue, a été accueillie avec enthousiasme par Justine Triet. Interrogée, la réalisatrice a qualifié cette récompense de « rêve », tout en reconnaissant que cela constituait également le fruit d’une campagne bien menée. Le film, qui était également en lice dans trois autres catégories, repart finalement avec une seule statuette dorée.

Par ailleurs, « Anatomie d’une chute » a été mentionné d’une manière inattendue lors de la cérémonie. Le présentateur américain Jimmy Kimmel a utilisé le chien du film pour faire une remarque ironique sur Gérard Depardieu, impliqué dans des accusations de viols et d’agressions sexuelles. Cette intervention a suscité des réactions mitigées parmi le public et les professionnels du cinéma.

Lire Plus

Les + Lus