Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Covid-19 : « signes encourageants » au Royaume-Uni pour la levée des restrictions

Article

le

covid:-« signes-encourageants »-au-royaume-uni-pour-la-levee-des-restrictions

Il existe des « signes encourageants » laissant envisager la levée des restrictions liées au Covid en Angleterre à la fin du mois, a déclaré dimanche Oliver Dowden, membre du gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Evoquant ces restrictions sur SkyNews, dont le télétravail et l’introduction du passeport sanitaire en certains lieux, Oliver Dowden, ministre sans portefeuille au sein du gouvernement, a souligné le « fardeau que cela impose à l’hôtellerie-restauration, à l’économie, aux écoles, etc., et je veux que nous nous en débarrassions si c’est possible ». 

« Les signes sont encourageants mais, clairement, nous attendrons de voir les données avant de prendre cette décision finphaale », a ajouté M. Dowden, qui est aussi président du parti conservateur.

Ces restrictions, décidées le mois dernier, doivent être réexaminées le 26 janvier. Selon les médias, leur assouplissement s’intégrerait dans une stratégie de Boris Johnson pour se relancer. Englué dans un scandale provoqué par des fêtes à Downing Street en plein confinement, le dirigeant conservateur lutte pour son maintien en pouvoir.

Furieux de ces manquements aux règles pendant la pandémie, des députés conservateurs ont déjà averti Johnson qu’il ne pourrait pas compter sur leur soutien pour étendre les restrictions liées au Covid. Celles-ci concernent uniquement l’Angleterre, car chaque nation britannique décide de ses propres mesures en matière de politique sanitaire.

Le Royaume-Uni a enregistré samedi 81.713 cas de coronavirus en 24 heures, le plus faible bilan quotidien en un mois. Le nombre de décès de personnes ayant été testées positives au Covid dans les 28 jours précédant leur mort reste cependant élevé avec 1.843 décès les sept derniers jours, soit une hausse de 45% par rapport à la semaine précédente. 

Le dirigeant du Labour, principal parti d’opposition, Keir Starmer, a espéré que ces restrictions, surnommées « plan B », puissent être levées « dès que possible ». 

« Plus tôt nous pourrons lever les dernières restrictions, mieux ce sera. Je pense que c’est ce que veut tout le pays », a déclaré dimanche M. Starmer sur la BBC.

« Si lever ces restrictions est la bonne chose à faire, nous voterons pour lever ces restrictions. Mais nous serons guidés par la science », a-t-il déclaré.

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus