Nous rejoindre sur les réseaux

Coronavirus

Covid-19 : après d’autres pays européens, la France lève des restrictions

Article

le

covid-19:-apres-d’autres-pays-europeens,-la-france-leve-des-restrictions

Dans la foulée d’autres pays européens comme l’Angleterre et le Danemark, le gouvernement français commence mercredi à lever certaines restrictions liées au Covid-19, une décision qui divise dans un contexte de situation sanitaire toujours tendue.

Cet allègement pour la vie quotidienne des Français intervient quelques heures après l’annonce par l’alliance Pfizer-BioNTech du dépôt d’une demande d’autorisation en urgence aux Etats-Unis de son vaccin anti-Covid pour les enfants de six mois à quatre ans. Une première pour cette tranche d’âge.

Si l’Agence américaine des médicaments (FDA) donnait son feu vert, cela ajouterait une strate supplémentaire de protection anticoronavirus car il circule particulièrement dans les établissements scolaires.

Dans les écoles françaises, seuls 4% des 5-11 ans sont vaccinés.

Le président français Emmanuel Macron a indiqué vouloir, si les tendances se confirmaient, « donner de la visibilité, au retour des vacances scolaires » de février/mars, sur « l’allégement du protocole scolaire ». Le sujet sera à l’ordre du jour mercredi d’un conseil de défense sanitaire.

En attendant, à partir de mercredi en France, le port du masque n’est plus obligatoire en extérieur, les jauges dans les lieux recevant du public assis (stades, établissements culturels…) sont abandonnées et le télétravail n’est plus imposé, mais seulement recommandé.

Le 16 février, les discothèques –fermées depuis le 10 décembre– pourront rouvrir et les concerts debout seront à nouveau autorisés. La consommation au comptoir sera possible dans les bars. Tout comme la consommation dans les stades, les cinémas et les transports.

En Espagne, les discothèques et autres établissements d’activité nocturne pourront rouvrir le 11 février en Catalogne, après quasiment deux mois de fermeture.

Iles Tonga confinées

A l’inverse, les îles Tonga, qui étaient pour l’instant l’un des rares pays à avoir été épargnés par le virus, ont annoncé entrer en confinement mercredi, après la détection de deux cas de Covid-19.

Le gouvernement norvégien a quant à lui annoncé mardi la fin de la plupart de ses mesures anti-Covid, estimant que la société pouvait et devait « vivre avec le virus ».

Même si le variant Omicron a provoqué une flambée des infections, celle-ci ne se traduit pas par une augmentation des hospitalisations pour des formes graves de la maladie dans un pays où la population est très largement vaccinée.

Parmi les allègements prenant effet à partir de 23H00 (22H00 GMT) en Norvège, les ultimes restrictions sur la vente d’alcool dans les bars et restaurants seront levées: plus besoin d’être servi assis ni de de commander avant 23H00.

Le télétravail ne sera plus obligatoire, le plafond recommandé de convives qu’on peut accueillir chez soi disparaît, idem pour le volume de public autorisé dans les événements sportifs.

Plus besoin non plus de se faire tester à la frontière pour entrer en Norvège, ni d’observer une quarantaine en cas de contamination d’un proche –mais un test quotidien est recommandé pendant cinq jours– et la période d’isolement d’une personne infectée tombe de six à quatre jours.

« Prématuré » de déclarer victoire

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti mardi qu’il était trop tôt pour que les pays crient victoire face au Covid-19 ou abandonnent leurs tentatives d’enrayer la transmission du virus.

« Il est prématuré pour tout pays de se rendre ou de déclarer victoire », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse, inquiet face à une progression des décès dans la plupart des régions du monde.

Le chef des urgences de l’OMS, Michael Ryan, a dit craindre que certains pays veuillent – en raison de la pression politique – imiter les gouvernements qui assouplissent déjà les mesures, sans prendre en compte leur propre situation en matière de santé et de couverture vaccinale.

En France, les médecins sont divisés quant à l’allègement des restrictions. Certains comme Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, près de Paris. jugent que « la circulation du virus reste extrêmement élevée », d’autres que la « balance bénéfice-risque » penche plutôt en faveur d’un début de retour à une vie normale.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Coronavirus

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l’OMS

Article

le

La pandémie est toujours une urgence internationale selon l'OMS

Ce niveau d’alerte est maintenu, trois ans jour pour jour après que l’OMS ait déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale

L’Organisation mondiale de la santé a décidé de maintenir son niveau d’alerte maximal sur la pandémie de Covid-19, trois ans jour pour jour après avoir déclaré la maladie en tant qu’urgence de santé publique de portée internationale.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a suivi les recommandations du Comité d’urgence sur le Covid-19, des experts qui se réunissaient pour la 14ème fois vendredi, selon un communiqué. Le docteur Tedros avait déjà fait savoir qu’il jugeait prématurée la levée du niveau d’alerte le plus élevé.

Selon le tableau de bord de l’OMS, la maladie avait officiellement fait 6.804.491 morts au 27 janvier, mais l’OMS comme les experts s’accordent à dire que le nombre de morts est beaucoup plus élevé. L’OMS comptait 752.517.552 personnes infectées, là aussi un nombre très inférieur à la réalité, d’autant qu’avec la chute des tests, les nouveaux cas sont loin d’être toujours enregistrés.

Lire Plus

Coronavirus

Covid-19 en Chine : Emmanuel Macron demande des mesures adaptées à la protection des Français

Article

le

Alors que la Chine a décidé de mettre fin à la politique «zéro Covid», suscitant l’inquiétude de plusieurs pays, le président de la République Emmanuel Macron a demandé des mesures adaptées de protection des Français.

L’inquiétude monte d’un cran. Emmanuel Macron a «demandé des mesures adaptées de protection» des Français au gouvernement, qui assure mercredi «suivre très attentivement l’évolution de la situation en Chine», confrontée à une explosion des cas de Covid.

Au gouvernement, «le ministère de la Santé et de la prévention suit très attentivement l’évolution de la situation en Chine», a-t-il indiqué.

«Il est prêt à étudier toutes les mesures utiles qui pourraient être mises en œuvre en conséquence, en lien avec les partenaires européens de la France, et dans le cadre juridique qui existe aujourd’hui», a-t-il ajouté.

Depuis le 1er août 2022 et l’adoption de la loi mettant fin aux régimes d’exception créés pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, les voyageurs n’ont plus aucune formalité à accomplir avant leur arrivée en France, peu importe le pays ou la zone de provenance.

Ce texte laisse cependant la possibilité au gouvernement d’imposer, jusqu’au 31 janvier, la présentation d’un test négatif avant l’entrée sur le territoire pour les personnes de plus de 12 ans «en cas d’apparition et de circulation d’un nouveau variant de la Covid-19 susceptible de constituer une menace sanitaire grave».

Des mesures de protection appliquées dans plusieurs pays

La fin brutale ce mois-ci de la politique du «zéro Covid» en Chine a suscité l’inquiétude de plusieurs pays, dont les Etats-Unis, qui envisagent aussi des restrictions d’entrée pour les voyageurs chinois, alors que la Chine fait face à la plus importante vague de contaminations au monde, amplifiée par l’apparition de nouveaux variants.

L’Italie a décidé d’imposer des tests obligatoires à tous les voyageurs venant de Chine, confrontée à une explosion des cas de Covid, a annoncé mercredi le ministre italien de la Santé.
Le Japon va d’ailleurs rétablir à partir de vendredi les tests PCR obligatoires pour les voyageurs provenant de Chine continentale.

Lire Plus

Coronavirus

Covid-19 : seuls 40% des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin.

Article

le

Covid-19 : seuls 40% des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin.

Brigitte Autran, à la tête du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires, a également exhorté les Français à se faire vacciner contre la grippe.

La majorité des personnes âgées n’est pas à jour. Seuls 40% des plus de 70 ans ont reçu un nouveau rappel de vaccin contre le Covid-19, un taux « très insuffisant », a estimé mardi 27 décembre l’immunologue Brigitte Autran, présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars) sur RMC.

« Nous sommes en train de passer le pic » de la nouvelle vague épidémique, néanmoins en France il y a encore « entre 135 à 150 morts par jour du Covid », une maladie « toujours grave, particulièrement grave chez les personnes qui n’ont pas été vaccinées (ou) qui n’ont pas eu leur rappel », a martelé l’immunologue. Selon les derniers chiffres des autorités sanitaires, la vague actuelle de Covid-19 en France est en train de ralentir en matière de contaminations comme désormais d’hospitalisations.

« On aimerait que ce soit presque 100% »

Rappelant que la vaccination permet de diminuer la gravité de la maladie, Brigitte Autran a déclaré qu’on « arrive maintenant à 4,5 millions de vaccinations depuis le 3 octobre », date de début de la dernière campagne de rappel. « Avec cette nouvelle campagne de vaccination, on estime qu’environ 40% des plus de 70 ans a eu un rappel, c’est très insuffisant, on aimerait que ce soit presque 100%. Je rappelle que c’est recommandé à partir de 60 ans et ouvert à tout le monde », a-t-elle dit. « On a progressé, mais ce qui est vraiment problématique c’est dans les Ehpad où le taux de vaccination est insuffisant », a-t-elle ajouté.

Elle a aussi exhorté les Français à se faire vacciner contre la grippe, qui est « en train de monter de façon très importante ». Actuellement, « seuls 22% de personnels » sont vaccinés, « c’est vraiment très dommage », a-t-elle regretté.

Une fin de pandémie en 2023 très incertaine 

Mme Autran a par ailleurs exprimé des craintes sur les conséquences du rebond de l’épidémie de Covid en Chine en termes d’approvisionnements en médicaments. « Cette vague (de Covid en Chine) n’était pas prévue et risque de déséquilibrer de façon importante les stocks de médicaments et d’antibiotiques », a-t-elle souligné.

Interrogée sur l’hypothèse d’une fin de la pandémie en 2023, l’immunologue s’est montrée très réservée. « On l’espère tous, mais on sait que la Covid de toute façon va rester, elle reviendra périodiquement. On espère tous qu’elle sera de moins en moins sévère grâce à la vaccination. Mais pour l’instant on n’a pas encore de pronostic très fiable », a-t-elle déclaré

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus