Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

« Corruption » dans le rugby: prison ferme requise contre Bernard Laporte et Mohed Altrad

Article

le

« corruption »-dans-le-rugby:-prison-ferme-requise-contre-bernard-laporte-et-mohed-altrad

Des peines « lourdes », « à la hauteur » des atteintes à la probité : trois ans de prison, dont un ferme, ont été requis mardi contre le président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Laporte et le chef d’entreprise Mohed Altrad, soupçonnés d’avoir noué « un pacte de corruption » en 2017.

Les prévenus « ont abimé la probité entourant le rugby français », a estimé le procureur financier François-Xavier Dulin à l’issue d’un réquisitoire à deux voix, de près de quatre heures.

Dénonçant des « faits stupéfiants », le parquet national financier (PNF) a également appelé le tribunal correctionnel de Paris à interdire, pendant deux ans et avec exécution immédiate, à M. Laporte d’exercer toute fonction dans le rugby et à M. Altrad, PDG du géant du BTP éponyme, de gérer une société commerciale. Des amendes, respectivement de 50.000 et 200.000 euros, ont été réclamées à leur encontre.

« Tout ce qui est excessif est insignifiant », a réagi dans sa plaidoirie un des avocats de M. Laporte, Jean-Pierre Versini-Campinchi.

D’après l’accusation, l’ex-sélectionneur des Bleus aurait rendu une série d’arbitrages favorables au groupe Altrad et à son propriétaire -dont l’octroi du sponsoring maillot du XV de France- avec qui il avait noué un contrat d’image « secret » qui s’est traduit par le versement sans contrepartie de 180.000 euros début 2017.

Erigé en « pacte de corruption » d’un agent public, ce contrat constitue le « péché originel » de ce dossier, a estimé la procureure financière Céline Guillet, évoquant ses « conditions de négociation obscures » et son « montant inhabituel ».

Si Bernard Laporte n’exécutera aucune des prestations listées dans ce contrat, il va en revanche mener, dans les semaines suivant sa signature, des « interventions atypiques » et « problématiques » au profit de M. Altrad, de son groupe ou du club de rugby de Montpellier (MHR),  dont il est le président et propriétaire, estime Mme Guillet.

“Bernard Laporte a été aveuglé par ses intérêts privés avec le groupe Altrad », renchérit M. Dulin.

L’accusation est notamment revenue sur l’intervention, le 30  juin 2017, de M. Laporte auprès de la commission d’appel de la FFR, statutairement indépendante, qui aurait eu pour effet d’alléger des sanctions disciplinaires infligées au MHR, notamment une amende de 70.000 euros ramenée à 20.000 euros après plusieurs appels du président de la FFR.

« C’est le fait le plus grave de ce dossier », estime M. Dulin, selon qui les « principes cardinaux du sport » ont alors été bafoués.

« Pas son livre de chevet »

Les procureurs se sont aussi attaqués aux conditions d’octroi du sponsoring maillot du XV de France au groupe Altrad, conclu début 2018 pour 6,8 millions d’euros par an, qui n’aurait pas donné lieu à une mise en « concurrence transparente » ou à « une procédure impartiale.

« Est-ce que c’est comme cela qu’on veille aux intérêts de la FFR? », s’est faussement interrogé M. Dulin, taclant au passage une fédération restée « sous l’influence de Bernard Laporte », réélu à sa tête fin 2020.

« Les règles ont été au mieux ignorées, au pire bafouées », a ajouté Mme Guillet, qui se permet un trait d’ironie: « On a compris que la charte de déontologie (de la FFR) n’était pas le livre de chevet de M. Laporte ». A l’audience, le président de la FFR avait avoué « n’avoir jamais lu » ce document.

Contre le vice-président de la fédération Serge Simon, l’accusation a réclamé un an de prison, dont six mois ferme, pour son rôle dans un autre volet du dossier : l’annulation en mars 2017 par la FFR d’un report de matches décidé par la Ligue nationale de rugby et auquel M. Altrad était notoirement opposé.

Deux ans de prison, dont un avec sursis, ont par ailleurs été requis contre Claude Atcher, récemment démis de ses fonctions de directeur de l’organisation du Mondial-2023, qui est soupçonné d’avoir perçu des sommes injustifiées de la part de la FFR en marge de l’attribution de cette compétition à la France.

Contesté par la défense, le montant du préjudice causé à la FFR a été révisé à la baisse pendant le réquisitoire, de 80.400 à environ 73.000 euros.

« Cela représente 4.000 ballons de rugby qu’on aurait pu redonner aux clubs », a tenté M. Dulin, provoquant quelques remous sur les bancs de la défense.

Suite et fin des plaidoiries mercredi.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus