Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Cinq tendances de consommation renforcées par le Covid-19

Article

le

cinq-tendances-de-consommation-renforcees-par-le-covid-19

Soigner son intérieur plutôt que sa garde-robe, préparer un éventuel reconfinement, arbitrer les dépenses… Certaines tendances de consommation découlant de l’épidémie de Covid-19 ont persisté pendant l’été et les enseignes s’adaptent, estimant qu’il n’y aura pas, en la matière, de « retour à la normale ».

Tout pour la maison

Le fameux Bazar de l’Hôtel de Ville (BHV) était déjà bien connu pour ses rayons bricolage, mais sa directrice Amandine de Souza, arrivée aux commandes il y a deux ans, a impulsé un renforcement du segment incluant aussi maison et loisir. A raison, puisqu’à l’heure actuelle l’équipement de maison pèse pour 60% du chiffre d’affaires du grand magasin de la rue Rivoli, contre 40% pour la mode, alors que le rapport était de 50-50 un an plus tôt. « On tend vers du 65-35 », a-t-elle expliqué mercredi.

L’ensemble des acteurs ont observé un même dynamisme de l’équipement de maison, que ce soit en matière de bricolage, d’aménagement ou d’équipement de bureau. A Bureau Vallée, Adrien Peyroles a constaté une explosion du marché de l’impression, qui se poursuit depuis le confinement. « Il est difficile de s’approvisionner sur ces produits, ça devient presque de la débrouille pour le faire ». Autre star, le fauteuil de bureau.

Textile et hygiène-beauté en repli

En revanche, télétravail et masques continuent de pénaliser les secteurs du textile et de l’hygiène-beauté; le spécialiste des ventes en grande distribution Nielsen relève que les dépenses en rouge à lèvres, mais aussi en maquillage du visage et des yeux, demeurent en baisse par rapport aux niveaux de 2019.

Les chiffres d’affaires habillement et textile des distributeurs ont enregistré à fin juillet un recul de 20% par rapport à la même période 2019, selon une étude de l’Institut français de la mode (IFM). « Le recul du marché au cours de l’année 2020 devrait dépasser celui observé au cours de la période 2007-2019 (-17%) », anticipe-t-il.

Petite consolation, la crise a « fortement stimulé les achats en ligne », précise l’IFM. Cela vaut notamment pour Veepee, Zalando et le spécialiste de la vente d’occasion -une autre tendance persistante- Vinted, selon une étude menée cette fois par Kantar, sur le premier semestre 2020.

Prime au « phygital »

Allergiques aux néologismes et réfractaires aux anglicismes, attention: le futur de la distribution sera « phygital » ou « omnicanal », estiment les spécialistes. Plus question d’opposer e-commerce et magasins « en dur », les différents acteurs ont profité de la crise pour « accélérer leur transformation digitale », explique le vice-président de l’association du e-commerce européen, Marc Lolivier.

Commander en ligne et aller chercher en magasin, commander en magasin une pièce qui n’est plus en stock, « il faut que les échanges soient très fluides entre le réseau physique, le site internet, et toutes les actions qu’on peut mettre en place », explique dans un entretien à l’AFP le spécialiste de la restructuration d’entreprises Philippe Favre, président du distributeur sportif Go Sport.

Evolution du parc magasin

L’agence de notation Moody’s avertit que, pour de nombreux distributeurs européens et américains, il sera difficile de retrouver les niveaux de revenus de 2019 avant « au moins deux ans ». Conséquence: « dans cinq ans, nous nous attendons à ce qu’il y ait beaucoup moins de magasins, tandis que la pression sur les marges va s’intensifier ».

Les distributeurs vont en effet devoir investir pour assurer leur transition numérique et, avec des ventes moins importantes, devront réduire la voilure sur d’autres postes de dépenses. Pour Moody’s, ce sera particulièrement sensible aux États-Unis, y compris pour des centres commerciaux tout entiers.

Consommation plus arbitrée?

« Le cycle des actualités relatives au Covid-19 n’influence plus les tendances des biens de grande consommation en Europe, au contraire, de nouveaux modèles socio-économiques et comportementaux sont entrés en jeu et façonnent le futur de la grande consommation », affirme le cabinet Nielsen. Entre incertitudes sanitaires et économiques, il anticipe que « les consommateurs vont être encore plus vigilants quant au contenu de leurs courses alimentaires ».

Cela vaut pour ceux qui ont vu leur pouvoir d’achat amputé, mais aussi pour les autres. « Il va falloir concilier les habitudes d’achat mises en place depuis des années avec la nouvelle réalité d’aujourd’hui, où les priorités en matière de santé et de budget se côtoient », estime Scott McKenzie, responsable de l’entité Nielsen Intelligence.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Twitter lance sa version payante et ses labels différenciés en France

Article

le

Twitter lance sa version payante et ses labels différenciés en France

Le réseau social à l’oiseau bleu propose désormais en France des certifications différenciées en fonction de la nature des comptes. Pour 9,60 euros par mois, les abonnés Twitter Blue verront ainsi leurs publications priorisées et seront exposés à deux fois moins de publicité.

Depuis ce vendredi, Twitter propose à ses utilisateurs français sa version payante et ses coches de couleur. La coche bleue de compte « certifié » est réservée aux abonnés et la coche grise ou jaune aux organismes gouvernementaux et aux « entreprises officielles ». Des étiquettes spécifiques ont aussi été mises en place pour les robots et les « médias affiliés à des États ».

Grand projet d’Elon Musk, cette version baptisée Twitter Blue n’était jusqu’ici déployée que dans quelques pays. Elle est aujourd’hui proposée en France à 9,60 euros par mois aux 16 millions d’utilisateurs actifs dans l’Hexagone.

Le classement des utilisateurs du réseau social peut avoir des implications importantes sur la visibilité des tweets. Ainsi, Twitter compte mettre en haut des réponses les tweets de ses abonnés payants et « ne recommandera pas les comptes d’entités médiatiques affiliées à un État, ni leurs tweets, et ne les amplifiera pas », ni ceux qui pointent vers leurs publications.

Moins de publicité et une coche bleue pour les abonnés payants

La coche bleue, jusqu’ici réservée aux utilisateurs jugés « actifs, notoires et authentiques », sera désormais aussi attribuée à tous les abonnés payants, avec une série de conditions. Ils devront notamment fournir un numéro de téléphone confirmé, exister depuis plus de 90 jours et ne pas « présenter de signes laissant supposer (que le compte) est fallacieux ou trompeur » ou « impliqué dans des opérations de manipulations ».

Les comptes certifiés selon les anciens critères gardent pour l’instant leur coche bleue, mais Elon Musk a déclaré en décembre vouloir les supprimer « dans quelques mois ». Ils devront donc payer l’abonnement pour la conserver. Axe stratégique d’Elon Musk pour redresser des comptes en chute libre depuis le rachat, l’abonnement garantit « deux fois moins de publicité » et de nouvelles fonctionnalités.

Des certifications différenciées pour les institutions et les professionnels

La coche jaune (gold) est attribuée à ce que Twitter considère comme des organismes officiels et vérifiés, la coche grise aux comptes des organisations gouvernementales ou multilatérales, ainsi qu’aux membres de gouvernements, de cabinets, des diplomates, etc. Le compte Twitter d’Emmanuel Macron a ainsi désormais une coche grise.

Des labels spécifiques précisent si les comptes sont considérés comme des entreprises ou professionnels, ou des « médias affiliés à des États » (avec le nom de l’État) ou encore des comptes automatiques (créés pour générer automatiquement du contenu ou retweeter d’autres comptes).

« Les médias financés par un État et dotés d’une indépendance éditoriale, comme la BBC au Royaume-Uni ou NPR aux États-Unis, ne sont pas définis comme des médias affiliés à un État », précise Twitter.

Lire Plus

France

Pénuries de médicaments : le gouvernement accepte des hausses de prix pour satisfaire les industriels

Article

le

Pénuries de médicaments : le gouvernement accepte des hausses de prix pour satisfaire les industriels

Les fabricants de médicaments génériques jugent les prix trop bas en France pour leur permettre de continuer à vendre dans l’Hexagone, voire de maintenir leur production.

Il faut inciter les fabricants de médicaments à produire des génériques. Alors pour prévenir de nouvelles pénuries à l’avenir, le gouvernement a annoncé vendredi 3 février qu’il allait autoriser des hausses de prix sur certains médicaments génériques essentiels.

Alors que la France subit depuis des mois une pénurie de médicaments , dont la forme pédiatrique de l’antibiotique amoxicilline, les ministères de la Santé et de l’Industrie vont opérer des hausses de prix « en contrepartie d’engagements des industriels sur une sécurisation de l’approvisionnement du marché français » , ont-ils indiqué dans un communiqué commun, vendredi. Les ministères ont en outre annoncé un moratoire sur les baisses de prix des génériques considérés comme stratégiques sur le plan industriel et sanitaire.

Ces mesures étaient réclamées depuis plusieurs semaines par les fabricants de médicaments génériques, vent debout contre le budget de la sécurité sociale, qui jugent les prix trop bas en France pour leur permettre de continuer à vendre dans l’Hexagone, voire de maintenir leur production. La semaine dernière, les industriels, mais aussi les principaux syndicats de pharmaciens, avaient boycotté des discussions au ministère de la Santé, portant justement sur de nouvelles baisses de prix.

D’ici à la fin du mois de mai, une liste de médicaments stratégiques sera établie, a aussi précisé le gouvernement. L’Agence nationale de sécurité du médicament sera en outre chargée d’établir un plan de préparation des épidémies hivernales (sécurisation des stocks, amélioration de la mise à disposition des données).

Enfin, sous trois mois, un « plan blanc médicaments » activable en cas de situation exceptionnelle sera préparé.

Le ministre de la Santé, François Braun, a promis vendredi le « retour à une situation normale dans les deux semaines » , sur Europe 1 . « On va revenir dans les deux semaines qui viennent à un mois de stock supplémentaire en amoxicilline », a-t-il précisé, confirmant la livraison prochaine dans les pharmacies d’un million de flacons de cet antibiotique.

« Nous avons récupéré des stocks de paracétamol, donc nous sommes sortis de cette période de crise dans les deux semaines qui viennent », a ajouté le ministre. Ces futures livraisons s’expliquent, selon lui, par « le travail fait par les industriels, qui ont activé toute la chaine de production ».

« Les pharmaciens vont recevoir 750.000 boîtes additionnelles d’amoxicilline livrées par Biogaran dès le 6 février », a précisé à l’AFP le laboratoire de génériques. « Au total sur le mois de février, nous allons distribuer 1.090.000 boîtes sur trois références », a-t-il ajouté.

Lire Plus

France

Le Sénat favorable à l’inscription dans la Constitution de la «liberté» de recourir à l’IVG

Article

le

Le Sénat favorable à l'inscription dans la Constitution de la «liberté» de recourir à l'IVG

Le Sénat s’est prononcé mercredi, par 166 voix contre 152, pour inscrire dans la Constitution la «liberté de la femme» de recourir à l’IVG, substituant ainsi la notion de «liberté» à celle de «droit».

Le Sénat à majorité de droite, s’est prononcé mercredi 1er février, par 166 voix contre 152, pour inscrire dans la Constitution la « liberté de la femme » de recourir à l’IVG. Cette formulation abandonne la notion de « droit », défendue à la gauche.

Le texte adopté en première lecture par les sénateurs, qui doit maintenant retourner à l’Assemblée nationale, vise à compléter l’article 34 de la Constitution avec cette formule : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse ».

La proposition de loi constitutionnelle, portée par la cheffe de file des Insoumis, Mathilde Panot, avait été voté en première lecture fin novembre par l’Assemblée nationale, avec le soutien de la majorité présidentielle. Fruit d’une réécriture transpartisane, elle tenait en une phrase : « La loi garantit l’effectivité et l’égal accès au droit à l’interruption volontaire de grossesse ».

La loi Veil pourra encore évoluer

Ce texte a été « mal rédigé », avait tancé le sénateur LR Philippe Bas lors de son examen en commission, excluant « totalement » son adoption. En lieu et place, ce dernier, qui a été un proche collaborateur de Simone Veil, a proposé de compléter l’article 34 de la Constitution avec la formule finalement adoptée par les sénateurs.

Selon Philippe Bas, la rédaction formaliserait dans la loi fondamentale une liberté « déjà reconnue par la décision du Conseil constitutionnel du 27 juin 2001, qui lui a donné valeur constitutionnelle ». L’amendement préserve la possibilité de faire évoluer la loi Veil, comme cela a déjà été fait par le passé, précise-t-il. Des modifications ont par exemple permis d’allonger le délai de recours à l’avortement et d’organiser sa prise en charge par l’assurance-maladie.

Lire Plus

Les + Lus