Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Chine / Tests PCR, rayons pris d’assaut : Pékin sous la menace du confinement

Article

le

tests-pcr,-rayons-pris-d’assaut:-pekin-sous-la-menace-du-confinement

Dépistages en pleine rue pour identifier les cas positifs, ruée dans les supermarchés pour constituer des stocks: Pékin vit lundi sous la menace d’un confinement après une rare flambée épidémique dans la capitale chinoise.

Les Pékinois redoutent un scénario à la Shanghai, où la quasi-totalité des 25 millions d’habitants sont confinés depuis début avril, avec souvent des difficultés d’accès à la nourriture et à des soins médicaux hors-Covid.

Un total de 51 nouveaux décès y ont encore été annoncés lundi par le ministère de la Santé – un record dans la capitale économique chinoise.

La Chine affronte depuis mars une flambée épidémique qui touche, à des degrés divers, la quasi-totalité du pays. Elle tente d’en venir à bout avec sa stratégie zéro Covid.

Celle-ci consiste notamment en des confinements et en des dépistages massifs pour identifier rapidement les personnes contaminées et les isoler.

A Pékin lundi, de longues files, parfois de centaines d’habitants, serpentaient entre les trottoirs et les centres commerciaux avant d’arriver à des tentes de dépistage improvisées, où des agents en combinaison intégrale de protection effectuaient des tests PCR.

Ces sites sont installés dans le district de Chaoyang, dans l’est de la capitale. Peuplé d’environ 3,5 millions d’habitants, c’est le plus touché par cette vague épidémique.

« S’ils trouvent le moindre cas positif, c’est toute la zone qui pourrait être touchée » et confinée, déclare Yao Leiming, un employé de bureau de 25 ans qui s’apprêter à être testé.

« On a peur »

Le ministère de la Santé a fait état lundi de 19 nouveaux cas positifs à Pékin, ce qui porte le total à plusieurs dizaines depuis la semaine dernière.

Les autorités municipales ont averti que la situation était « grave et difficile ».

Si la mairie n’a pas évoqué de confinement jusqu’à présent, les Pékinois, rendus prudents par l’exemple de Shanghai, se précipitent depuis dimanche dans les supermarchés et sur les plateformes en ligne pour renforcer leurs stocks de produits alimentaires.

« Les gens appréhendent la situation », déclare Mme Wang, une habitante de 48 ans.

Elle s’est rendue dans une supérette dès la réception d’un SMS lui indiquant qu’elle devait effectuer un test de dépistage.

« On a peur que les choses deviennent comme à Shanghai (…) On a pris des légumes, du riz et des fruits », explique-t-elle, disant avoir assez de nourriture pour une semaine.

La ville, peuplée de 22 millions d’habitants, ne souffre pas pour l’heure de pénurie de produits frais.

Oeufs, viande, huile, fruits et légumes sont encore largement disponibles à l’achat lundi sur les plateformes en ligne, tout comme dans les supermarchés en dur, où des files d’attente se forment toutefois à l’entrée.

Barrières

Près d’une trentaine de complexes résidentiels de Pékin, soit une infime partie de la population, subissent pour l’instant une forme de confinement.

A quelques jours des congés du 1er-Mai, la mairie a également ordonné aux agences de voyage de suspendre les excursions en groupe dans la capitale, dont la banlieue est prisée pour ses montagnes et ses plans d’eau.

La vie reste toutefois largement normale à Pékin. Les commerces, restaurants et cinémas sont toujours ouverts.

Mais les marchés s’inquiètent: les Bourses chinoises de Shanghai (-5,13%), Shenzhen (-6,48%) et Hong Kong (-3,85%) ont plongé lundi.

La capitale, siège du pouvoir communiste, n’a pas subi de grave poussée épidémique depuis le début du Covid et fait l’objet d’une attention toute particulière.

Tout voyageur venant de province doit désormais présenter un test PCR négatif datant de moins de 48 heures.

La situation de Pékin est toutefois incomparable avec celle de Shanghai, qui affronte sa pire flambée épidémique depuis le début de l’épidémie et a enregistré un demi-million de cas positifs depuis le 1er mars.

Ce dur confinement, dont personne ne sait combien de temps il va encore durer, pèse lourdement sur le moral des habitants et sur l’économie chinoise.

Dans certains quartiers, de hautes barrières métalliques ou des grillages ont même été installés dès la porte des immeubles, afin d’empêcher les gens de sortir.

Mais l’incendie samedi d’un bâtiment résidentiel a renforcé la crainte des habitants d’être pris au piège par ces barrières, très critiquées sur les réseaux sociaux.

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus