Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Ce qui change au 1er janvier 2023 : Smic, timbre, péages, préservatifs…

Article

le

Ce qui change au 1er janvier 2023 : Smic, timbre, péages, préservatifs...

De nombreuses mesures entrent en vigueur en ce début d’année. Voici le point sur les nouveautés attendues dés le premier janvier 2023.

Une nouvelle hausse du smic attendue

Confirmée en décembre, une nouvelle hausse du salaire minimum de 1,8% est attendue début janvier. Elle portera le smic mensuel à 1353,07 euros net, quand le brut passera la barre des 1700 euros, à 1709,28 euros précisément. Le Smic horaire s’élèvera lui à 11,27 euros, en augmentation de 20 centimes par rapport à son niveau actuel. Sur un an, la hausse, massive, atteindra 6,6%.

Les retraites de base revalorisées

Les retraites vont être revalorisées pour la troisième fois de l’année. Après avoir gagné près de 1% en janvier 2022 et 4% en juillet, les pensions de base de la CNAV, la CNRACL, la CNAVPL, du SRE ou de l’ASPA augmenteront de 0,8%. Cette hausse devrait concerner 14 millions de retraités.

L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), également appelée minimum vieillesse, va également augmenter. Elle sera portée à 961 euros par mois pour les personnes seules et à 1 492 euros par mois pour les couples.

La disparition du timbre rouge

La Poste a annoncé une refonte de son offre d’affranchissements au 1er janvier 2023, avec notamment la disparition de l’emblématique timbre rouge. Il sera remplacé par une « e-Lettre » dématérialisée. Il faudra désormais envoyer un document, jusqu’à trois feuillets, avant 20H00 sur le site laposte.fr ou depuis un bureau de poste, sur un automate ou avec l’aide d’un conseiller.

Une prime de 100 euros pour se rendre au travail en covoiturage

Afin d’encourager le covoiturage pour les trajets domicile-travail, le gouvernement versera une prime de 100 euros pour les conducteurs qui se lanceront en 2023 dans le covoiturage courte distance. La prime “covoiturage” sera versée en cash ou en bons d’achat. Pour bénéficier de la prime, le conducteur doit effectuer un premier trajet en covoiturage en tant que conducteur en 2023, puis 9 autres trajets dans les 3 mois suivants. La distance du trajet réalisé ne doit pas être supérieure à 80 km. Dernière condition, les trajets doivent être effectués en utilisant un opérateur de covoiturage éligible.

Gratuité du préservatif pour les mineurs

Les préservatifs seront gratuits pour les moins de 26 ans à compter du 1er janvier 2023. Le remboursement pour les 18-25 ans avait d’abord été annoncé par Emmanuel Macron, mais la mesure a finalement été étendue aux mineurs. Elle vient s’ajouter à d’autres dispositions de prévention de la santé sexuelles des jeunes prévues dans le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2023 : la gratuité de la contraception pour les femmes jusqu’à 25 ans inclus, l’accès généralisé au dépistage sérologique du VIH avec prise en charge à 100%, ou encore la prise en charge à 100% de la contraception d’urgence, sans prescription, pour toutes les femmes.

Une indemnité carburant de 100 euros pour les foyers les plus modestes

Une indemnité de 100 euros sera versée par l’État aux foyers les plus modestes qui utilisent leur voiture pour aller travailler en janvier 2023. Elle vise à remplacer la remise à la pompe qui prendra fin au 31 décembre. Versée en une seule fois et réservée aux travailleurs, cette aide concerne environ dix millions de personnes. D’après Matignon, ce nouveau chèque carburant représente un coup de pouce d’un peu plus de 10 centimes par litre sur la base d’une moyenne de 12.000 kilomètres par an. Seuls les foyers possédant une voiture, ayant un travail, et se trouvant dans les déciles 1 à 5, c’est-à-dire avec un revenu fiscal de référence par part inférieur à 14.700 euros pourront recevoir l’indemnité. Si vous remplissez les conditions d’attribution, il suffira de vous connecter sur le site impôts.gouv.fr et de remplir un formulaire.

Revalorisation des plans d’épargne logement (PEL)

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé “la revalorisation à 2%, contre 1% aujourd’hui, des plans d’épargne logement (PEL) ouverts à partir du 1er janvier 2023”. Cette augmentation concerne uniquement les plans nouvellement ouverts à partir du 1er janvier 2023 puisque ce dispositif conserve le taux de rendement de son ouverture pendant toute sa durée de vie.

L’obligation de traçabilité des produits textiles

Dans le cadre de la loi anti-gaspillage (Agec), l’affichage de l’origine géographique des textiles va devenir obligatoire à compter du 1er janvier 2023. Cette obligation imposera aux distributeurs, importateurs ou producteurs de faire figurer le pays de réalisation des principales opérations de tissage, teinture-impression, et confection. Elle s’appliquera dans quelques jours pour les plus importants acteurs (dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 millions d’euros), avant une extension progressive sur deux ans, jusqu’au seuil de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Les tarifs des péages vont augmenter

Si les plus modestes bénéficieront de la prime carburant, l’ensemble des conducteurs devra payer plus cher pour passer les barrières de péages. À partir de février, le prix moyen à payer pour emprunter les différentes portions d’autoroute du territoire augmentera de 4,75%.

Une hausse importante qui s’explique par le contexte de forte inflation. « Les tarifs des péages autoroutiers sont revus chaque année au mois de février en fonction d’une formule automatique liée au taux d’inflation », précise le site service-public.fr. En 2022, ils avaient déjà augmenté de 2%

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Économie

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Article

le

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Il s’agit d’une mesure présentée aux syndicats dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Elle pourra toutefois être appliquée même sans leur accord.

Renault a proposé un budget en augmentation de 7,5 % pour soutenir le pouvoir d’achat de ses salariés en 2023 à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) achevées jeudi soir, ce qui garantit une augmentation moyenne de 110 euros net par mois pour chaque salarié.

Les hausses de salaires se divisent entre augmentations générales et individuelles, et une prime de soutien au pouvoir d’achat sera en outre versée aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise et cadres dans la limite d’un certain niveau de revenus, a précisé vendredi le constructeur automobile à l’AFP.

Cette prime, d’un montant de 700 euros, sera attribuée aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic. L’ensemble de ces mesures permet une augmentation moyenne de 110 euros net par mois en 2023, a assuré le groupe. Elles doivent entrer en vigueur à partir du 1er février.

La CFDT s’est réjouie de l’effort consenti par la direction de Renault, dans un communiqué.

Aucun syndicat (CFE-CGC, CGT, CFDT et FO) n’avait accepté en 2022 de valider l’accord trouvé au terme des négociations annuelles. Celui-ci proposait d’augmenter les salaires de 1,9 % en moyenne pour 2022, une mesure complétée par des distributions d’actions aux salariés mais bloquées pendant cinq ans.

Lire Plus

Économie

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l’Insee

Article

le

Une moitié des Français détient 92% du patrimoine du pays, selon l'Insee

Selon la dernière enquête de l’INSEE sur le patrimoine des Français, 50% des Français détiennent 92% du patrimoine. Un déséquilibre stable dans le temps.

Le patrimoine des Français reste très inégalement réparti. En témoigne cette nouvelle enquête de l’Insee menée entre octobre 2020 et mars 2021. La moitié de la population possède ainsi 92% du patrimoine brut des ménages, c’est-à-dire de l’ensemble de leurs ressources (immobilières, financières, professionnelles), avant déduction d’éventuels emprunts. L’autre moitié n’en possède que 8%. Cette répartition est stable par rapport à 2018.

Un patrimoine brut médian à 177.200€

D’après cette enquête, réalisée tous les trois ans par l’Institut national des statistiques auprès de 10.000 ménages, la moitié détiennent plus de 177.200€ de patrimoine brut (soit 124.800€ net), et la moitié, moins de 177.200€. Le patrimoine immobilier constitue l’essentiel du patrimoine des ménages (62%). Près de six ménages français sur dix sont propriétaires de leur résidence principale. Ceux-ci sont en moyenne plus de huit fois plus dotés en patrimoine que les locataires ou les personnes logées gratuitement.

Viennent ensuite le patrimoine financier et le patrimoine professionnel (terres, machines, bureaux, stocks), qui représentent respectivement 21% et 11% du patrimoine brut des Français. Plus le ménage est doté, plus la part du patrimoine immobilier diminue au profit des patrimoines professionnels et financiers. Ainsi, pour les 1% des ménages les plus dotés, le patrimoine est équilibré avec environ un tiers de patrimoine professionnel (34%), un tiers de patrimoine immobilier (36%) et un tiers de patrimoine financier (27%). Est également inclus dans ce calcul le patrimoine résiduel (voiture, équipements de maison, bijoux) qui ne constitue que 6% du patrimoine total des Français, mais 68% de celui des moins dotés, qui ne possèdent peu ou pas de patrimoine immobilier.

L’écart se creuse entre les 10% les mieux lotis et les 10% les moins bien dotés

L’enquête de l’INSEE révèle également que l’écart de patrimoine se creuse entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres, en termes de patrimoine. Les mieux dotés disposent en moyenne de 716.300€ d’actifs bruts, contre 4.400€ pour les plus pauvres, soit 163 fois plus. Le rapport est plus élevé qu’en 2018, où il était de 158. Globalement, les 5% des Français les mieux dotés détiennent 34% du patrimoine du pays, et les 1% les mieux dotés, 15%. Ces derniers, les plus favorisés, détiennent des patrimoines supérieurs à deux millions d’euros.

Dans le détail, les 5% des ménages les mieux dotés en patrimoine financier en possède 49% et les 5% les mieux dotés en patrimoine immobilier en détiennent 29%. Enfin, les 5% les mieux dotés en patrimoine professionnel en possèdent 95%.

L’Insee indique également que « le patrimoine brut augmente continûment avec l’âge jusqu’à 60 ans », avant de décroître légèrement. Le patrimoine immobilier d’un ménage connaît un pic entre 40 et 49 ans, et le patrimoine financier augmente régulièrement tout au long de la vie.

Lire Plus

Économie

Les syndicats de VTC signent un accord pour un revenu minimum de 7,65 euros par course

Article

le

A partir du 1er février, en incluant les commissions, le prix de la plus petite course devrait ainsi s’élever à environ 10,20 euros pour le passager sur une application comme Uber.

Les plateformes VTC et les représentants des chauffeurs VTC indépendants ont signé un accord sur le revenu minimum par trajet, ont annoncé mercredi Uber et des organisations syndicales, décrivant une démarche « inédite » pour renforcer la protection des travailleurs indépendants du secteur.

Dans un communiqué, le géant américain des VTC indique que l’accord fixe à 7,65 euros le revenu minimum net par trajet perçu par les chauffeurs, « quelle que soit l’application qu’ils utilisent ». L’accord concerne aussi les livreurs indépendants.

Uber fait savoir qu’il a pris la décision d’appliquer pour les passagers, dès le 1er février prochain, une hausse de 27% du tarif minimum des courses recommandées sur la plateforme. Ce montant va ainsi passer de 8 euros à 10,20 euros, précise l’entreprise.

Cet accord intervient dans un contexte de volonté de l’Union européenne de donner davantage de droits à ceux travaillant par l’intermédiaire de plateformes numériques.

Vantant un « accord inédit en France », les associations et organisations syndicales représentatives dans le secteur VTC ont déclaré dans un communiqué distinct qu’il s’agissait d’une « première étape », avec l’objectif de « négocier les autres problématiques que rencontrent les chauffeurs VTC » en intensifiant les discussions cette année.

Lire Plus

Les + Lus