Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

C3: les bonnes recettes de Lille, rare satisfaction française en Europe

Article

le

c3:-les-bonnes-recettes-de-lille,-rare-satisfaction-francaise-en-europe

Rare équipe française à briller dans les compétitions européennes cette saison, Lille veut décrocher face au Sparta Prague jeudi (18h55) la victoire qui le qualifierait pour les 16e de finale de Ligue Europa et validerait la progression du club dans la hiérarchie continentale.

Un effectif plus étoffé

Si Lille, en tête du groupe H en C3, est le seul club français à porter haut les couleurs de la Ligue 1, c’est parce que son effectif très large le lui permet.

Certains départs attendus cet été (Boubakary Soumaré, Adama Soumaoro, Luiz Araujo) ne se sont pas concrétisés, laissant le Losc avec un groupe un peu plus riche qu’attendu. Si cela complique la gestion des egos, les options sont d’autant plus nombreuses.

Tous les postes sont doublés voire triplés et, jusqu’aux récentes blessures de Renato Sanches et Zeki Celik, aucun gros pépin physique n’était à déplorer.

« Si notre effectif n’était pas celui-ci, ce serait difficile car il y aurait moins de joueurs à disposition et donc de la fatigue. J’ai un groupe au point dans la qualité et la quantité », a dit Galtier face à la presse avant la réception de l’AC Milan (1-1) la semaine dernière.

Le coach des Dogues fait certes tourner une partie de son onze de départ mais sans perdre en qualité, évitant toute impasse sur les matches jugés moins importants.

Relancé en Ligue Europa alors qu’il se contentait de miettes en championnat, le milieu offensif turc Yusuf Yazici s’est ainsi offert un triplé sur la pelouse de Prague puis à Milan et pointe en tête du classement des buteurs de C3.

Un groupe rodé par la C1

Frustré par la fin abrupte du dernier exercice alors qu’il était tout proche du podium, le Losc joue la « petite » Coupe d’Europe alors qu’il visait plutôt la Ligue des champions, disputée à l’automne 2019 (élimination en phase de groupes).

Mais avoir hérité de la C3 cette saison a un avantage: le rythme y est moins étouffant et les adversaires plus abordables.

« L’an dernier, on n’avait ramené qu’un point dans une compétition beaucoup, beaucoup plus difficile. Même s’il y avait eu des matches intéressants en Ligue des champions, on a énormément souffert », a rappelé Galtier.

Alors opposés à Valence, Chelsea et l’Ajax, les Lillois avaient rivalisé dans le jeu, dominant même les Espagnols pendant de longues périodes à l’aller comme au retour. Mais, à l’image de Rennes cette saison, ils avaient eu du mal à marquer et payé au prix fort leurs temps faibles et leur manque d’expérience.

Un problème depuis corrigé, les incursions dans le camp adverse finissant souvent au fond.

« Ce qui s’est passé à Milan lors du match aller (victoire 3-0) est le reflet de notre qualité de jeu », a résumé l’ailier brésilien Luiz Araujo. « Nous profitons de l’expérience que nous avons acquise la saison dernière en Ligue des champions. »

Mais rien n’est encore joué

Leader avec deux victoires et deux nuls après quatre journées, Lille est bien placé pour continuer l’aventure mais le club nordiste n’a pas beaucoup de marge.

En cas de défaite jeudi contre le Sparta Prague, et dans l’hypothèse où Milan assumerait son statut face au Celtic Glasgow, dernier de la poule, le Losc se retrouverait troisième et jouerait son avenir en Écosse le 10 décembre.

Un scénario catastrophe pas si improbable: battus 4-1 à l’aller, les Tchèques avaient tenu le nul jusqu’à l’heure de jeu alors qu’ils avaient rapidement été réduits à dix et reprenaient après trois semaines de pause en raison de la pandémie de Covid-19.

La méfiance est donc de mise avant cet affrontement piégeux. Mais si l’écueil est bien négocié, cela confirmera que Lille est l’une des rares éclaircies dans la grisaille du football français cette saison.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus