Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

C1: Real, PSG, City… plateau ultra-dense et calendrier ultra-chargé

Article

le

c1:-real,-psg,-city…-plateau-ultra-dense-et-calendrier-ultra-charge

Avec un plateau riche en favoris, du Real Madrid au Paris SG, la Ligue des champions démarre mardi et mercredi sa phase de groupes, inhabituellement condensée en raison du Mondial-2022, un calendrier périlleux qui exclut tout faux pas.

Habitués à ces premières joutes qui s’échelonnent de mi-septembre à mi-décembre et permettent une certaine montée en puissance, les grands d’Europe n’auront cette fois aucune respiration. La perspective de la Coupe du monde au Qatar cet automne (20 novembre-18 décembre) coupe la saison en deux, comprimant la première phase de la C1 sur deux mois seulement.

Aucun joker pour les cadors, directement plongés dans le bain à l’image du PSG de Lionel Messi, Kylian Mbappé et Neymar, opposé mardi à la Juventus Turin pour une des premières grandes affiches européennes de la saison (21h00).

Aucun filet non plus pour les clubs moins huppés, comme l’Olympique de Marseille, versé dans un groupe D équilibré avec Francfort, le Sporting Portugal et Tottenham, son premier adversaire mercredi (21h00).

En jouant tous les trois jours, les équipes vont devoir faire tourner leur effectif pour atteindre les huitièmes et rêver de la finale à Istanbul (10 juin 2023), ce qu’a bien compris l’entraîneur parisien Christophe Galtier, qui a laissé Neymar sur le banc samedi au coup d’envoi à Nantes (3-0).

« J’ai un groupe de qualité et dans certains secteurs il y a la possibilité de remplacer un joueur sans s’affaiblir. Il me semble important, au début de cette série (de matches), d’injecter du sang frais », a lancé Galtier.

Groupe C sans pitié

Même situation pour le Real Madrid, tenant du titre et en quête de sa « Decimoquinta », sa 15e C1: l’entraîneur Carlo Ancelotti va devoir trouver l’occasion de faire souffler son buteur et capitaine Karim Benzema, encore titulaire samedi contre le Betis Séville (2-1).

« On ne va pas le tuer, rassurez-vous », a ironisé le madré technicien italien. « On joue tous les trois jours (…), donc c’est possible qu’il ait besoin de se reposer sur un match de temps en temps. Mais jusqu’ici, il a joué chaque semaine, et je le sens très bien physiquement. »

Le Real débute la défense de sa couronne européenne mardi sur le terrain du Celtic de Glasgow (21h00), dans un groupe F à sa main avec le RB Leipzig et le Shakhtar Donetsk. Ce qui pourrait lui permettre de terminer en roue libre, une fois la qualification pour les huitièmes actée.

A l’inverse, le groupe C s’annonce sans pitié avec le FC Barcelone, l’Inter Milan, le Bayern Munich et le modeste Viktoria Plzen. Cela promet un choc par journée et un ténor laissé sur le carreau au bout de ce probable sprint à trois, avec pour commencer un alléchant Inter-Bayern mercredi (21h00).

Dans ce contexte, la profondeur d’effectif s’annonce cruciale pour négocier le parcours d’obstacles, avec Liverpool (finaliste 2022) ou Chelsea (vainqueur 2021) bien pourvus dans ce domaine.

« Devenir encore meilleurs », lance Haaland

En la matière, Manchester City est aussi bien paré: l’équipe de Pep Guardiola, finaliste en 2021 et demi-finaliste 2022, s’est encore renforcée avec l’arrivée d’Erling Haaland (23 buts en 19 matches de C1).

Le Norvégien fait déjà régner la terreur en Premier League (9 buts en 5 matches) et il aborde avec appétit ses débuts européens avec les Citizens, mardi à Séville (21h00).

« C’est pour ça que je suis venu ici. Vous pouvez voir, on joue tellement bien, on se trouve bien et on va devenir encore meilleurs. Donc, ça va être sympa », a souri Haaland.

Lancé sur les traces des plus grands buteurs de l’épreuve-reine européenne, le cyborg norvégien a encore un peu de chemin à faire pour rejoindre le recordman Cristiano Ronaldo (140 buts).

Mais Lionel Messi (125 buts), lui, a un coup à jouer en l’absence du Portugais, qui a cherché en vain une équipe de Ligue des champions pour l’accueillir à l’intersaison avant de devoir rester à Manchester United, aligné en Ligue Europa.

L’Argentin peut réduire l’écart avec son rival de toujours, à condition de négocier au mieux l’indigeste enchaînement des matches, à 35 ans. Un défi ultra-alléchant, dans une C1 ultra-relevée.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Article

le

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Malgré sa défaite à Barcelone, Nadal reste concentré sur son objectif ultime : briller une dernière fois à Roland-Garros.

À quelques semaines de Roland-Garros, Rafael Nadal se prépare pour ce qui pourrait être son dernier tournoi majeur. Malgré sa défaite face à Alex De Minaur à Barcelone, Nadal estime avoir fait un pas en avant dans sa préparation pour le tournoi parisien.

Pour Nadal, Barcelone n’était pas l’endroit pour tout donner. Il réserve son énergie et sa détermination pour Roland-Garros, où il a établi un héritage légendaire. Il décrit son passage à Barcelone comme des « adieux », soulignant l’importance émotionnelle de ce tournoi où il a triomphé à douze reprises.

De retour sur le court après plus de trois mois d’absence, Nadal se concentre sur ses sensations et sa forme physique en vue de Roland-Garros. Il admet qu’il lui est difficile d’être compétitif sur de longs matchs pour l’instant, mais reste optimiste quant à sa progression.

Nadal reconnaît qu’il a encore du chemin à parcourir pour retrouver son meilleur niveau, mais il se sent plus fort après chaque séance d’entraînement. Son objectif est de se sentir plus à l’aise et mieux préparé pour affronter les défis à venir, notamment à Madrid la semaine prochaine.

À bientôt 38 ans, Nadal se prépare à affronter ce qui pourrait être sa dernière campagne à Roland-Garros. Malgré les défis physiques, il reste déterminé à briller sur la terre battue parisienne et à laisser une dernière empreinte indélébile dans l’histoire du tennis.

Lire Plus

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Les + Lus