Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Brexit: « forte possibilité » d’un « no deal », selon Johnson, les préparatifs s’intensifient

Article

le

brexit:-« forte-possibilite »-d’un-« no-deal »,-selon-johnson,-les-preparatifs-s’intensifient

Le Premier ministre Boris Johnson a fait monter la pression jeudi en déclarant qu’il existait une « forte possibilité » que les négociations avec l’Union européenne sur leur future relation commerciale échouent, à l’heure où Londres et Bruxelles intensifient leurs préparatifs.

Au lendemain d’un dîner avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Bruxelles pour tenter de débloquer la situation, le chef du gouvernement conservateur a réuni ses ministres, estimant que « l’accord qui est sur la table n’est vraiment pas bon pour le moment pour le Royaume-Uni ».

« Il y a maintenant une forte possibilité que nous ayons une solution qui soit davantage comme la relation que l’Australie a avec l’UE », c’est à dire une absence d’accord, a-t-il déclaré aux chaînes d’information britanniques.

« Nous n’arrêtons pas les discussions, nous continuerons à négocier », a ajouté Boris Johnson, se disant prêt à aller à Bruxelles, à Paris, à Berlin pour essayer de trouver un accord. Il a aussi ordonné à ses ministres de se préparer à un « no deal », au moment où l’UE a présenté ses mesures d’urgence pour un tel scénario.

Qualifié de « franc » par Downing Street, de « vivant » par la Commission, le dîner entre Ursula von der Leyen et Boris Johnson n’a permis que de fixer à dimanche l’échéance sur « l’avenir des négociations ».

Sur la BBC, le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a jugé que pour parvenir à un accord, l’Union européenne devait « bouger significativement » sur les questions de l’accès aux zones de pêche et des garanties exigées de Londres par l’UE en matière de concurrence en échange d’un accès sans droits de douanes ni quotas à son marché.

Le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l’UE le 31 janvier, quittera définitivement le marché unique et l’union douanière le 31 décembre.

Il commercera alors de manière indépendante, et a ainsi passé des accords avec certains pays comme le Japon, le Kenya et jeudi matin Singapour, plateforme financière et commerciale majeure, cruciale en Asie.

Congestion dans les ports

Mais sans accord de libre-échange avec Bruxelles à cette date, les échanges entre Londres et l’UE, son principal partenaire, se feront selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane et de quotas, au risque d’un nouveau choc pour des économies déjà fragilisées par le coronavirus.

Malgré l’urgence, ni le président français Emmanuel Macron ni la chancelière allemande Angela Merkel n’ont évoqué le sujet publiquement à leur arrivée au sommet européen qui s’est ouvert jeudi à Bruxelles.

Sans attendre, Ursula von der Leyen a présenté des mesures d’urgence applicables au 1er janvier en cas de « no deal ». Elles visent à maintenir une connectivité dans le transport routier et aérien pendant six mois, à condition que Londres fasse de même, mais aussi à garantir l’accès réciproque aux eaux des deux parties pour les bateaux de pêche jusqu’au 31 décembre 2021.

« Rien ne garantit que, lorsqu’un accord aura été trouvé, il puisse entrer en vigueur à temps. Il nous incombe d’être préparés à toutes les éventualités », a expliqué la présidente de la Commission.

Downing Street a promis d' »examiner de très près les détails » du plan européen mais s’est montré particulièrement réservé au sujet de la pêche, rappelant que Londres avait l’intention de reprendre « le contrôle » de ses eaux au 1er janvier.

Ces mesures étaient réclamées de longue date par certains Etats membres, de plus en plus préoccupés par la perspective d’un échec des négociations, mais la Commission se refusait jusqu’alors à les présenter afin de ne pas entraver les pourparlers.

Le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney a assuré croire que Boris Johnson souhaitait arriver à un accord. Un « no deal » constituerait donc « un énorme échec polique » et serait « énormément coûteux et destructeur », a-t-il estimé sur le média public RTE.

Côté britannique, les effets concrets du bouleversement majeur qui s’annonce le 31 décembre, après presque un demi-siècle dans le club européen, se font déjà sentir. Les ports de marchandises sont débordés en préparation du grand saut, provoquant des difficultés d’approvisionnement pour certains produits comme les jouets ou les pièces automobiles.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire

Article

le

Permis de Conduire : bientôt une visite médicale obligatoire pour conserver son permis

Les États membres de l’Union européenne vont prochainement s’exprimer sur un projet de loi qui vise à instaurer une visite médicale pour délivrer ou renouveler le permis de conduire.

Un projet de loi débattu prochainement au Parlement européen pourrait changer les règles pour les automobilistes européens. Il prévoit une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour conserver son permis de conduire. Cette mesure, soutenue par la commission des Transports de l’instance européenne, vise à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030, dans une perspective ultime d’atteindre zéro mort d’ici 2050.

L’examen médical comprendrait un contrôle de la vue, tandis que les autres tests requis seraient définis par chaque État membre. Bien que cette proposition suscite des débats, elle s’inspire de pratiques déjà en vigueur dans certains pays européens, où des contrôles médicaux sont effectués à des intervalles réguliers pour les conducteurs âgés.

Si cette mesure est adoptée, elle ne serait pas mise en œuvre avant 2027. Son objectif principal est de garantir que les conducteurs restent aptes à conduire tout au long de leur vie, contribuant ainsi à la sécurité routière et à la réduction du nombre de victimes sur les routes de l’Union européenne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Économie

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d’euros selon UE

Article

le

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d'euros selon UE

La firme américaine sur le point d’être sanctionnée pour favoritisme envers ses services au détriment de ses concurrents.

Selon une information relayée par le Financial Times, la Commission européenne serait sur le point de prononcer une amende historique à l’encontre d’Apple, atteignant la somme colossale de 500 millions d’euros. Cette sanction serait la première du genre pour le géant américain, lequel est accusé d’avoir violé la législation européenne en matière d’accès aux services de streaming musical.

Les accusations portées contre Apple découlent d’une plainte déposée par Spotify en 2019, soulignant des pratiques anticoncurrentielles. La société suédoise de streaming musical avait dénoncé le comportement de la firme américaine, propriétaire de l’App Store, pour avoir imposé une commission de 30 % aux services de streaming commercialisant leurs offres payantes via sa plateforme. Cette stratégie aurait eu pour effet de favoriser les services d’Apple au détriment de ses concurrents, en rendant les abonnements à ces derniers plus onéreux pour les utilisateurs.

Bien que jamais condamnée à une amende pour infraction à la législation antitrust par Bruxelles jusqu’à présent, Apple a déjà été sanctionnée par la France en 2020 pour comportement anticoncurrentiel, une amende qui a ensuite été réduite en appel. En janvier de cette année, Apple avait annoncé des ajustements au sein de ses logiciels mobiles et de l’App Store pour se conformer aux exigences de l’UE, mais ces mesures ont été critiquées par Spotify comme étant insuffisantes.

Ces développements soulignent les tensions croissantes entre les grandes entreprises technologiques et les autorités de régulation, mettant en lumière les enjeux liés à la concurrence dans le secteur numérique. La décision finale de la Commission européenne devrait être annoncée en mars, et elle pourrait avoir des répercussions significatives sur la façon dont les plateformes numériques sont réglementées à l’avenir.

Lire Plus

Europe

Ukraine : La France annonce « jusqu’à 3 milliards d’euros » d’aide militaire supplémentaire

Article

le

Ukraine : La France annonce "jusqu'à 3 milliards d'euros" d'aide militaire supplémentaire

Paris et Kyiv ont conclu un accord qui prévoit jusqu’à trois milliards d’euros d’aide militaire en 2024.

Ce vendredi 16 février, lors d’une rencontre à Paris entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue français, un accord majeur a été conclu, plaçant l’accent sur la coopération en matière de sécurité. Au cœur de cet accord réside l’engagement de la France à fournir jusqu’à trois milliards d’euros d’aide militaire supplémentaire à l’Ukraine pour l’année 2024.

Lors de cette rencontre historique, le président français a réaffirmé l’engagement de long terme de la France envers l’Ukraine. « Je voudrais redire que la France continuera à soutenir l’Ukraine dans la durée. C’est l’objectif de l’accord décennal que nous avons signé, et qui restera valable jusqu’à ce que l’Ukraine rejoigne l’OTAN », a souligné le président de la République.

De son côté, Volodymyr Zelensky a exprimé sa gratitude envers la France pour ce soutien crucial. Il voit dans cet engagement financier un rempart contre les pressions exercées par Vladimir Poutine sur les forces ukrainiennes.

Cette annonce intervient dans un contexte où l’Ukraine cherche à renforcer ses alliances et à garantir son soutien international face aux défis sécuritaires posés par la Russie. Il est également à noter que Kyiv a signé un accord similaire avec Berlin, démontrant ainsi une mobilisation internationale en faveur de la sécurité et de la stabilité dans la région.

Lire Plus

Les + Lus