Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Biden confirme le retrait d’Afghanistan au 31 août

Article

le

biden-confirme-le-retrait-d’afghanistan-au-31-aout

Confronté à un ultimatum des talibans, Joe Biden a confirmé mardi la date butoir du 31 août pour terminer la « mission » de l’armée américaine en Afghanistan, à condition que le nouveau régime afghan n’entrave pas l’évacuation de ceux qui veulent fuir Kaboul.

Lors d’un sommet virtuel avec ses homologues du G7, le président des Etats-Unis a donc opposé une fin de non-recevoir aux alliés de Washington qui plaidaient avec insistance pour une prolongation de la présence militaire américaine, afin de laisser plus de temps aux exfiltrations d’Afghans jugés à risque dans leur propre pays depuis la prise du pouvoir par les talibans.

« Nous sommes actuellement sur la voie de terminer d’ici le 31 août » la « mission » visant à « évacuer les gens aussi efficacement et sûrement que possible », a-t-il déclaré lors d’une allocution retardée à plusieurs reprises.

Mais le respect de ce délai « dépend » de la coopération des talibans pour « permettre l’accès à l’aéroport » des candidats au départ, a-t-il prévenu, les mettant en garde contre toute « entrave » à ces opérations difficiles. Joe Biden a ainsi précisé avoir « demandé au Pentagone et au département d’Etat des plans d’urgence pour ajuster le calendrier si cela devait être nécessaire ».

« Risque grave »

Le 46e président des Etats-Unis avait lui-même fixé cette date du 31 août pour le retrait total des forces étrangères, après avoir dans un premier temps évoqué l’échéance fortement symbolique du 11 septembre, vingtième anniversaire des attentats de 2001 à New York et Washington.

Pour justifier son maintien après avoir été pris au dépourvu par la victoire éclair des talibans sur l’armée gouvernementale à la faveur de ce retrait américain, il a invoqué mardi le « risque grave et croissant d’une attaque » du groupe jihadiste Etat islamique.

« Chaque jour d’opérations apporte un risque supplémentaire pour nos troupes » de la part de cette organisation qui « cherche à viser l’aéroport et attaquer les forces américaines et alliées ainsi que les civils innocents », a-t-il martelé.

Le dirigeant démocrate a fait valoir que Washington avait déjà contribué à l’évacuation de 70.700 personnes — dont 4.000 ressortissants américains — depuis la mise en place du pont aérien le 14 août, veille de l’entrée des talibans dans Kaboul et de leur prise du pouvoir.

« Ligne rouge »

Des milliers d’Afghans sont massés depuis des jours à l’aéroport de la capitale, certains avec leur famille entière, dans l’espoir de pouvoir entrer et monter dans un des avions affrétés par les Occidentaux qui se succèdent sur le tarmac.

Avant l’annonce du président américain, les talibans avaient énergiquement répété leur opposition « ferme » à toute extension des évacuations au-delà du 31 août — présentée la veille comme une « ligne rouge ».

Lors d’une conférence de presse, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a sermonné les Occidentaux, accusé de vider le pays de ses forces vives en évacuant les Afghans qui ont travaillé avec eux, souvent parmi les plus qualifiés.

Les Occidentaux « ont des avions, ils ont l’aéroport, ils devraient emmener leurs ressortissants (…) hors d’ici », a-t-il déclaré. Mais « ils ne devraient pas encourager les Afghans à fuir l’Afghanistan » ni emmener avec eux des Afghans qualifiés, ingénieurs ou autres.

« Nous leur demandons d’arrêter cela (…) Ce pays a besoin de son expertise », a-t-il insisté.

Lors de la réunion du G7 avec les dirigeants de l’Allemagne, du Canada, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni, l’Union européenne avait elle demandé à Joe Biden de sécuriser l’aéroport de Kaboul « aussi longtemps que nécessaire » pour « achever » les évacuations.

« Empêcher le terrorisme »

Mais dans son communiqué final, le G7 s’est tourné vers les talibans, leur demandant de « garantir un passage sûr » à ceux qui veulent quitter l’Afghanistan, y compris au-delà du 31 août.

Le groupe des grandes puissances occidentales prévient aussi les talibans qu’ils devront « rendre compte de leurs actes pour empêcher le terrorisme et sur les droits humains, en particulier ceux des femmes », et que leur pays, qui fut un refuge d’Al-Qaïda avant les attentats du 11-Septembre, ne devait « jamais redevenir un havre pour le terrorisme et une source d’attaques terroristes contre d’autres » pays.

D’après le Washington Post, le directeur de la CIA William Burns a eu un entretien confidentiel lundi à Kaboul avec le cofondateur des talibans, Abdul Ghani Baradar — la plus haute rencontre à ce niveau entre les Etats-Unis et le régime fondamentaliste depuis son retour au pouvoir.

Et Joe Biden a estimé que les ex-rebelles avaient jusqu’ici « pris des mesures » pour faciliter les évacuations, même si « la situation est fragile ».

Les Afghans déterminés coûte que coûte à quitter le pays, dont beaucoup ont travaillé pour l’ancien gouvernement ou avec des étrangers, redoutent que les talibans ne cherchent à se venger et instaurent le même type de régime fondamentaliste et brutal que quand ils étaient au pouvoir, entre 1996 et 2001.

Femmes fonctionnaires

« Les talibans n’ont pas changé », a affirmé lundi Nilofar Bayat, la capitaine de l’équipe afghane de basket-ball en fauteuil roulant, qui est parvenue à quitter son pays pour se réfugier en Espagne.

Hors de Kaboul, dans les campagnes et certaines villes, beaucoup sont soulagés de voir des décennies de guerre prendre fin. Mais les femmes et les minorités ethniques s’inquiètent pour leur sort.

Les talibans s’efforcent de se présenter sous un jour plus modéré à la population et à la communauté internationale, mais sans convaincre.

Lors de sa conférence de presse, le porte-parole taliban a assuré que les Afghanes employées dans l’administration pourraient retourner au travail « lorsque la sécurité sera assurée », en ajoutant qu’elles devaient rester chez elles d’ici là.

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits humains, Michelle Bachelet, a déclaré mardi que le respect par les talibans des droits fondamentaux des femmes et des filles serait une « ligne rouge fondamentale ».

Monde

Gaza : la famine s’installe dans le nord de l’enclave

Article

le

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave

L’Agence gouvernementale américaine estime que plus de 200 000 personnes souffrent d’un manque extrême de nourriture.

La famine est déjà présente dans le nord de la bande de Gaza, selon l’Agence américaine pour le développement international. Dans son évaluation du mois mars, USAID fait état d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. L’agence gouvernementale estime que 70% de la population du nord de l’enclave palestinienne, soit plus de 200 000 personnes, souffre d’un manque extrême de nourriture.

Soumis à une forte pression internationale, Israël a indiqué qu’un nouveau point de passage terrestre vers nord de la bande de Gaza serait bientôt ouvert.

En attendant, la tension continue de monter dans la région, après une frappe attribuée à Tsahal sur le consulat iranien à Damas en Syrie, la semaine dernière.

« Une attaque à partir du territoire iranien serait une preuve évidente de la volonté de l’Iran de provoquer une escalade au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires, a déclaré Daniel Hagari, porte-parole de l’armée israélienne. Au cours des derniers mois, nous avons amélioré et perfectionné nos capacités offensives et nous saurons comment agir en cas de besoin. »

De leur côté, des étudiants juifs ultra-orthodoxes ont manifesté à Tel-Aviv contre la fin annoncée de leur exemption du service militaire. En ordonnant le gel des fonds publics qui leur était alloué, la Cour suprême d’Israël a mis la pression au gouvernement Netanyahu sur cette question épineuse.

Lire Plus

Économie

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l’idée de «préférence européenne»

Article

le

Pour contrer les produits chinois en Europe, la France défend l'idée de «préférence européenne»

Pour préserver l’industrie européenne face aux puissances américaine et chinoise, les Vingt-Sept doivent « éliminer les charges administratives inutiles », ont fait valoir ce lundi les ministres allemand et français de l’Économie et italien des Entreprises, lors d’une réunion organisée à Meudon.

Les ministres de l’Économie français, italien et allemand se sont réunis le lundi 8 avril en région parisienne pour définir une politique industrielle commune, notamment dans des secteurs clés tels que l’intelligence artificielle et la transition énergétique.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a souligné le déficit commercial croissant entre la Chine et l’Europe, qui a triplé au cours des dix dernières années, passant de 100 à 300 milliards d’euros. Il a mis en avant l’inondation du marché européen par des produits chinois, notamment dans les domaines des panneaux solaires, des voitures électriques et des batteries.

Pour rééquilibrer la balance commerciale, Bruno Le Maire a proposé d’imposer une préférence européenne dans les marchés publics, suggérant des quotas de contenu européen allant jusqu’à 60% dans les appels d’offres, ainsi que des normes environnementales et de qualité plus strictes.

Si l’Italie soutient cette position, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est montré plus réservé. Il a exprimé des préoccupations quant au protectionnisme, soulignant l’importance de l’ouverture des marchés et de la mondialisation. L’Allemagne, exportatrice majeure vers la Chine, craint les mesures de rétorsion et souhaite éviter une escalade dans les tensions commerciales avec Pékin.

Lire Plus

Europe

Relève de la garde croisée entre l’Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale

Article

le

Relève de la garde croisée entre l'Élysée et Buckingham pour célébrer les 120 ans de l'Entente cordiale

Pour célébrer les 120 ans de l’Entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni les deux pays organisent lundi une relève croisée entre l’Élysée et Buckingham Palace.

Signé en 1904, l’accord de l’Entente cordiale a joué un rôle crucial dans l’amélioration des relations franco-britanniques après les guerres napoléoniennes, établissant ainsi un fondement solide pour l’alliance entre les deux pays au sein de l’Otan.

Des Grenadiers de la maison royale britannique ont participé au cérémonial de la relève de la garde dans la cour d’honneur du Palais de l’Élysée, en présence du président français Emmanuel Macron et de l’ambassadrice du Royaume-Uni en France, Menna Rowlings. Pendant ce temps, les gardes français ont effectué le même rituel devant le palais de Buckingham, résidence du roi Charles III.

Pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, une troupe étrangère a été invitée à participer à ce rituel militaire, souligne la présidence française.

La cérémonie à Buckingham Palace a été suivie par des membres de la famille royale britannique, dont le duc et la duchesse d’Édimbourg, le prince Édouard et son épouse Sophie, accompagnés des chefs d’état-major britannique et français.

L’événement marque également la première participation d’un pays non membre du Commonwealth à la cérémonie de relève de la garde, habituellement réservée aux anciennes colonies britanniques anglophones.

La signature de l’Entente cordiale en 1904 a été un tournant majeur dans l’histoire franco-britannique, préparant le terrain à leur alliance pendant la Première Guerre mondiale.

Cette célébration souligne les liens historiques forts entre la France et le Royaume-Uni, malgré les tensions et les antagonismes qui ont parfois marqué leur relation au fil du temps.

Lire Plus

Les + Lus