Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Baudelaire, poète ou « poëte » ?

Article

le

baudelaire,-poete-ou-« poete »-?

Charles Baudelaire, dans « Les Fleurs du mal », se disait « poëte », mais la dernière réédition en date des « Fleurs du mal » orthographie « poète ». Une difficulté parmi d’autres, pour établir le texte définitif du célèbre recueil.

Les éditions Calmann-Lévy publient mercredi la dernière version de cette oeuvre sulfureuse sur laquelle ait travaillé l’écrivain, né il y a 200 ans, le 9 avril 1821.

Baudelaire lui-même n’en vit pas l’aboutissement: c’est plus d’un an après sa mort que cette troisième édition arrive en librairie, en décembre 1868.

« Cette édition avait été voulue par Baudelaire (…) Il y avait travaillé très tôt, avec Michel Lévy et avec son frère Calmann », souligne l’éditeur contemporain.

Il a confié le travail à l’un des plus éminents « baudelairiens » de notre époque, Pierre Brunel, membre de l’Institut.

Baudelaire tenait beaucoup à ce « poëte ». Condamné en 1857 pour outrage à la morale publique, il écrit au début d’une lettre à l’impératrice Eugénie: « Il faut toute la prodigieuse présomption d’un poëte pour oser occuper l’attention de Votre Majesté d’un cas aussi petit que le mien ».

Aspect primitif et brut

La première édition, en 1857, disait « poète ». Elle est contredite par une dédicace à la main sur l’exemplaire offert au « maître et ami » Théophile Gautier: « ne crois pas que je sois assez perdu, assez indigne du nom de poëte ».

Baudelaire considérait cette édition comme très imparfaite. Dans la deuxième (1861), il corrigera: « poëte » partout. Ce tréma est chez lui presque une marque de fabrique, soutenue par l’idée que « poète » pouvait ne compter qu’une syllabe, disgracieuse à l’oreille, et « poëte » deux sans conteste possible.

D’après le dictionnaire de l’Académie française, cette graphie du XVIe siècle a été chassée au XIXe par la seule que nous utilisons aujourd’hui, avec l’accent grave.

Pierre Brunel, auteur d’un essai intitulé « Baudelaire antique et moderne », tranche pour le moderne. « Le Poëte est semblable au prince des nuées », alexandrin de « L’Albatros » (une pièce qui apparaît à partir de la deuxième édition), devient en 2021: « Le Poète est semblable au prince des nuées ».

« J’ai essayé d’adopter une position mesurée et je ne m’en suis pas fait un cas de conscience. Si j’avais voulu donner une édition purement archéologique, j’aurais évidemment respecté cette orthographe d’époque », explique-t-il, interrogé.

« C’était déjà archaïque en son temps. Mais les deux se pratiquaient. Ça pouvait être un choix d’éditeur, aussi », pour donner un aspect primitif et brut à cette poésie, suppose l’universitaire.

Long-temps, longtemps

Baudelaire lui-même ne s’interdisait pas les modernisations. L’adverbe « long-temps » (orthographe du XVIIIe siècle, selon l’Académie française) apparaît quatre fois dans l’édition de 1857. Puis devient « longtemps » à partir de 1861.

Cas plus épineux: « très », que Baudelaire fait toujours suivre d’un trait d’union: « A la très-belle, à la très-bonne, à la très-chère » (poème sans titre, numéroté XLIII). L’édition de 2021 maintient ces traits d’union que nous n’utilisons plus, y voyant un élément de poésie à part entière: « Un processus d’amplification », dans les mots de Pierre Brunel.

« Baudelaire était fidèle à certaines traditions: c’est un aspect de sa personnalité. Dans la spiritualité par exemple, il va très loin dans la révolte, avec le satanisme. Mais il montre aussi son attachement à la religion », souligne l’universitaire.

L’essentiel, pour ce spécialiste, est de faire revivre une édition de 1868 « négligée, sous-évaluée et méprisée ». La Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard), qui ressortira en coffret le 8 avril les deux tomes des « oeuvres complètes » de Baudelaire, lui préfère celle de 1861, comme la quasi-totalité des éditeurs depuis un siècle.

Or « mon sentiment est que Baudelaire n’était pas satisfait de l’édition de 1861. Non seulement parce qu’elle souffrait des conséquences de sa condamnation, avec des poèmes interdits de publication, mais aussi parce que des pièces d’une importance considérable ne s’y trouvent pas. Je pense à +Recueillement+ par exemple », commente Pierre Brunel.

« Un des plus beaux poèmes des +Fleurs du mal+ », d’après ce baudelairien, commence par ce vers: « Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

Article

le

Plateformes de streaming : 7 000 artistes réclament une meilleure rémunération

À la veille du Festival de Cannes, 7 000 acteurs signent une tribune pour dénoncer le non-respect de la loi sur la rémunération proportionnelle de leurs œuvres.

Alors que le Festival de Cannes s’apprête à ouvrir ses portes pour sa 77e édition, une tribune signée par 7 000 acteurs français fait grand bruit. Cette déclaration exprime le mécontentement des artistes face à la rémunération jugée insuffisante de leurs œuvres par les plateformes de streaming.

Parmi les signataires de cette tribune, des personnalités telles que Julie Gayet, Samuel Le Bihan, Benoît Magimel et Thierry Lhermitte réclament une application stricte de la loi du 12 mai 2021. Cette loi prévoit une rémunération supplémentaire proportionnelle au succès des œuvres diffusées sur les plateformes en ligne.

Trois ans après l’adoption de cette loi, les acteurs constatent qu’elle n’est toujours pas mise en application. Dans leur tribune, ils évoquent la possibilité d’un mouvement de grève similaire à celui ayant eu lieu à Hollywood, ayant entraîné des pertes considérables pour l’industrie cinématographique américaine.

Anne Bouvier, présidente de l’Adami, soutient cette initiative et appelle à un soutien gouvernemental pour faire respecter les droits des artistes. Elle souligne également une montée de la colère parmi les acteurs français, notamment ceux œuvrant dans les séries télévisées quotidiennes.

L’acteur et réalisateur Sam Karmann, dans une déclaration au Parisien, espère que la raison et la loi prévaudront, mais n’exclut aucune forme de mobilisation pour faire entendre les revendications des acteurs.

Lire Plus

Culture

Culture : le secteur de l’édition demande d’interdire la pub télé pour les livres

Article

le

Culture : le secteur de l'édition demande d'interdire la pub télé pour les livres

Le Syndicat national de l’édition demande l’abrogation d’un décret autorisant la publicité télévisée pour les livres, craignant un impact négatif sur la création littéraire.

Le Syndicat national de l’édition (SNE) a lancé un appel au gouvernement mercredi pour interdire la publicité télévisée pour les livres, arguant qu’une telle mesure pourrait entraîner « un appauvrissement de la création littéraire ».

Cette prise de position fait suite à un décret du 5 avril qui autorise la publicité télévisée pour les livres à titre expérimental pendant deux ans. Le SNE, inquiet des conséquences potentielles de cette décision, demande fermement son abrogation.

Le décret en question suscite des préoccupations au sein de l’industrie de l’édition, notamment quant à la fragilisation du secteur et à l’éventuelle réduction de la diversité littéraire. Le ministère de la Culture avait ouvert une consultation publique sur cette mesure en janvier et février, mais les résultats de cette consultation n’ont pas été rendus publics avant la publication du décret au Journal officiel, ce qui a pris de court de nombreux acteurs du secteur.

Le SNE a exprimé son désaccord lors de cette consultation, soulignant la nécessité de maintenir l’équilibre dans une industrie caractérisée par sa grande diversité. Il déplore également le manque d’encadrement précis et d’engagement en faveur de la promotion du livre et de la lecture à la télévision dans le cadre de cette expérimentation.

Jusqu’à présent, une seule maison d’édition, les éditions XO, a diffusé un spot télévisé, affirmant avoir toujours milité en faveur de cette forme de publicité.

Cette opposition à la publicité télévisée pour les livres n’est pas seulement portée par les éditeurs, mais également par l’organisation des libraires, le Syndicat de la librairie française, qui s’aligne sur la position du SNE. « Avec l’ensemble de la filière, nous avons toujours été fermement opposés à la publicité télévisée pour les livres. Et nous l’avons réaffirmé lors de la consultation publique », a déclaré Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française.

Lire Plus

Culture

Emmanuel Macron soutient la participation d’Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Article

le

Emmanuel Macron soutient la participation d'Aya Nakamura aux JO de Paris 2024

Le Président de la République estime que la chanteuse a « tout à fait sa place » lors de la cérémonie olympique.

Lors de l’inauguration du centre aquatique olympique de Saint-Denis, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de la participation de la chanteuse Aya Nakamura à la cérémonie des Jeux olympiques de Paris 2024, affirmant qu’elle avait « tout à fait sa place ».

Face à la presse, le président de la République a déclaré que la présence d’Aya Nakamura lors de la cérémonie d’ouverture ou de clôture des Jeux serait « une bonne chose si elle en fait partie avec d’autres », soulignant que l’artiste « parle à bon nombre de nos compatriotes ».

Cependant, Emmanuel Macron a rappelé que la décision finale revenait à la direction artistique, dirigée par Monsieur Thomas Joly, responsable des cérémonies des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Cette prise de position intervient après plusieurs semaines de polémique autour d’une possible participation d’Aya Nakamura, la chanteuse franco-malienne étant la cible de critiques de la part de la droite et de l’extrême droite.

Toutefois, la situation semble évoluer favorablement pour l’artiste, puisque les belles-sœurs et héritières d’Édith Piaf ont exprimé leur soutien à l’idée qu’Aya Nakamura interprète une chanson de la Môme lors des JO de Paris, après avoir été sollicitées pour l’utilisation de « L’Hymne à l’amour » lors d’une cérémonie.

Lire Plus

Les + Lus