Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Au procès Charlie, huit heures d' »apnée » aux mains des frères Kouachi

Article

le

au-proces-charlie,-huit-heures-d' »apnee »-aux-mains-des-freres-kouachi

« J’ai arrêté de respirer »: l’ex-employé de l’imprimerie de Dammartin-en-Goële où s’étaient retranchés les frères Kouachi a raconté mercredi aux assises de Paris comment il était resté caché « sans bouger » huit heures sous un évier, grâce au « sacrifice » de son patron.

« C’est eux, ils ont des kalachnikov. Va te cacher, j’y vais ». Ce 9 janvier 2015, Chérif et Saïd Kouachi, traqués depuis la tuerie commise au siège de Charlie Hebdo deux jours plus tôt, viennent de sonner à l’interphone de l’imprimerie de Michel Catalano, en Seine-et-Marne.

Lilian, jeune graphiste de l’entreprise, obtempère et, « sans hésitation », « décide de (se) cacher sous l’évier ». « Grand bien m’en fasse, j’y avais pensé la veille si jamais ils venaient ici », confie-t-il devant la cour d’assises spéciale, d’une voix faible.

« Recroquevillé » dans une partie du minuscule meuble de cuisine, coincé près de flacons et de matériel d’entretien, il restera dissimulé « huit heures et demi » jusqu’à sa libération vers 17H00 par le GIGN, qui vient d’abattre les deux terroristes.

Pendant les longues heures d’angoisse passées dans sa cachette, paralysé par la peur d’être découvert, « je n’avais plus qu’un seul repère: mes oreilles », explique, tendu, le jeune homme, chemise à carreaux et cheveux longs coiffés en chignon.

Dans la pièce voisine, il entend « des bribes de conversations » entre Michel Catalano et les preneurs d’otages, et ce qui ressemble à « des sermons ». Puis le bruit de la machine à café et « des pas » se dirigeant vers lui.

Lilian a sa première frayeur: il pense à « une inspection », à son « manteau » et sa « sacoche » restés sur une chaise.

« Mon cœur s’est arrêté de battre. J’ai arrêté de respirer. Le moindre geste que je faisais aurait pu ouvrir la porte car j’étais vraiment collé à la porte. Puis j’ai entendu la porte se refermer et les pas repartir. J’ai ressenti un soulagement », se souvient le graphiste, partie civile au procès.

-C’est mon héros »

Le soulagement est de courte durée: cherchant de la nourriture pour lui et son frère blessé par un tir de riposte d’un gendarme, l’un des frères Kouachi s’approche à « 30 centimètres » du réduit où il est caché, laissant Lilian « tétanisé ».

« Il s’est lavé les mains, il y avait de l’eau partout. Je n’avais qu’une peur, qu’il voit de l’eau qui coule et ouvre la porte », témoigne le jeune homme, en fondant en larmes à la barre.

Les heures passent, son téléphone vibre de plus en plus d’appels inquiets de ses proches, et, sous l’évier, Lilian se « recroqueville encore plus ». Contacté par un responsable du GIGN, il implore: « Faites vite ».

Arrive finalement l’assaut. Redoutant d’être tué lors d’échanges de tirs, le jeune graphiste contredit les ordres de « ne pas bouger » et « rampe » hors de sa cachette.

Dehors, Michel Catalano, finalement relâché par les frères Kouachi, est « en apnée totale ». Jusqu’à ce message radio: « Cibles neutralisées, otage vivant ». « Là, j’ai respiré, enfin », a raconté plus tôt dans l’après-midi le gérant de l’imprimerie.

Les mains agrippées à la barre, M. Catalano assure avoir « pris énormément sur (lui) ce jour-là pour rester le plus calme possible ». « Mon objectif était qu’ils ne trouvent pas Lilian », explique le chef d’entreprise.

Entré à l’âge de 19 ans dans son entreprise, Lilian est « gentil, réservé ». « J’aurais tellement aimé qu’il ne soit pas là ce jour-là », ajoute M. Catalano, le regard embué et la gorge nouée.

Tout aussi ému, son ancien employé lui a rendu hommage: « Michel s’est sacrifié pour moi. Michel, c’est mon héros, c’est celui qui m’a sauvé la vie ».

Cinq ans plus tard, Lilian a toujours « peur dans les gares, les aérogares, le métro ». Michel Catalano a réussi à remettre sur pied son entreprise, détruite lors de l’intervention du GIGN, mais vit « à crédit ».

Quatorze personnes – dont trois en leur absence – sont jugées jusqu’au 10 novembre pour leur soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly, auteurs des attentats qui ont fait 17 morts en janvier 2015 et provoqué l’effroi dans le monde.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Société

Fin de vie: le projet de loi entame sa course de fond à l’Assemblée

Article

le

Fin de vie: le projet de loi entame sa course de fond à l'Assemblée

La commission spéciale se prépare à un mois d’auditions et d’analyses du texte dans un climat politique de sérénité.

Lundi marque le début d’un marathon législatif à l’Assemblée Nationale alors que le projet de loi sur la fin de vie entre dans une phase cruciale. La commission spéciale entamera un mois d’auditions et d’étude approfondie du texte et de ses amendements, dans un climat politique qui se veut apaisé.

La ministre de la Santé, Catherine Vautrin, ouvrira les débats lundi à 18h00, avec pour objectif de clarifier les tenants et aboutissants de ce projet de loi sensible. Des représentants du corps médical, des cultes, des associations, ainsi que des personnalités du monde politique et philosophique, seront entendus au cours des prochains jours.

La présidente de la commission, Agnès Firmin Le Bodo, souligne l’importance d’écouter toutes les voix pour permettre aux députés de se forger une opinion éclairée. Les membres de la commission, au nombre de 71, entreront ensuite dans le vif du sujet à partir du 13 mai, examinant minutieusement les 21 articles du texte et les amendements proposés.

Au cœur des débats se trouve la question délicate de l’aide médicalisée pour mourir, réservée aux patients majeurs capables d’exprimer leur volonté et souffrant de douleurs insupportables. Les conditions d’application de cette mesure seront rigoureusement encadrées.

Alors que le débat parlementaire démarre, le rapporteur de la commission, Olivier Falorni, exprime l’espoir de voir aboutir à une loi républicaine de progrès et d’humanité. Dans un climat politique marqué par les tensions, l’importance du respect mutuel et de la responsabilité est soulignée par les différents acteurs.

Malgré les divergences politiques, aucun groupe n’a donné de consigne de vote, laissant ainsi aux députés la liberté de se prononcer en fonction de leur conscience. La question éthique et religieuse, qui divise profondément l’opinion, ajoutera une dimension supplémentaire à ces débats cruciaux pour l’avenir de la société.

Lire Plus

France

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Article

le

Les aides familiales vont se durcir en fonction du temps de résidence en France

Un décret paru au Journal officiel stipule que la résidence en France devra désormais dépasser neuf mois pour bénéficier de certaines prestations familiales, dans le cadre d’une lutte accrue contre la fraude sociale.

Le gouvernementa pris des mesures pour durcir les conditions d’accès à certaines aides familiales. Selon un décret paru au Journal officiel ce dimanche 21 avril, à partir de l’année 2025, il sera nécessaire de résider en France pendant plus de neuf mois au cours de l’année civile de versement, contre six mois actuellement, pour pouvoir prétendre à certaines prestations familiales telles que les allocations familiales et la prime à la naissance d’un enfant. Cette règle s’étendra également aux personnes âgées souhaitant bénéficier du minimum vieillesse.

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de lutte contre la fraude sociale engagé par le gouvernement. Bien que la fraude aux aides sociales ait été évaluée à 2,8 milliards d’euros selon les données de la Cour des comptes entre 2018 et 2020, elle reste nettement inférieure à la fraude aux cotisations sociales non versées par les employeurs aux Urssaf, estimée à 8 milliards d’euros.

Il est important de noter que certaines aides, telles que la protection universelle maladie, ne sont pas concernées par cette mesure.

Lire Plus

France

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

Article

le

Les agriculteurs redoutent le retour du gel : les récoltes menacées par le froid

La météo capricieuse met en péril les cultures alors que les températures chutent brutalement.

Le retour du froid suscite l’inquiétude parmi les agriculteurs français, qui redoutent les conséquences dévastatrices du gel sur leurs récoltes. Les variations météorologiques de ces dernières semaines ont un impact dramatique sur l’agriculture, avec des températures nocturnes approchant parfois le point de congélation dans certaines régions.

Alors que les semaines précédentes ont été marquées par des conditions estivales et des pluies bienvenues pour la croissance des plantes, le froid soudain menace désormais les bourgeons précoces. Pour les agriculteurs, cette situation est critique : la perte de la récolte est une éventualité redoutée. Un producteur, exprime son angoisse en déclarant : « Le risque, c’est de perdre la récolte entièrement. Nous ne pouvons qu’espérer que les températures ne descendent pas davantage. »

Face à cette menace, certains agriculteurs ont recours à des solutions coûteuses, telles que l’utilisation de bougies entre les rangées de vignes pour maintenir une température minimale la nuit. Cependant, ces méthodes ne garantissent pas une protection totale contre le gel. Les éoliennes, qui permettent de faire descendre de l’air chaud sur les cultures, offrent également une alternative, mais leur efficacité est limitée dans le temps.

Les prévisions de Météo France ne laissent que peu d’espoir aux agriculteurs, avec des températures froides persistantes prévues jusqu’au samedi 27 avril. De plus, de la pluie est annoncée sur la majeure partie du territoire jusqu’au vendredi 3 mai, prolongeant ainsi la période critique pour les cultures.

Dans ce contexte, l’incertitude règne dans les milieux agricoles, alors que les agriculteurs redoublent d’efforts pour protéger leurs récoltes contre les caprices du temps.

Lire Plus

Les + Lus