Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Ant Group, la fourmi qui a fait son trou dans la caverne d’Alibaba

Article

le

ant-group,-la-fourmi-qui-a-fait-son-trou-dans-la-caverne-d’alibaba

Le chinois Ant, qui s’apprête à réaliser la plus grosse entrée en Bourse de l’histoire, est un géant du paiement électronique dans son pays, mais la marque à la fourmi bleue reste peu connue à l’étranger.

Ant Group, qui prévoit de lever la somme record de 34 milliards de dollars lors d’une double opération à Hong Kong et Shanghai, est affilié au leader chinois du e-commerce Alibaba.

Ce groupe a été fondé en 1999 par Jack Ma, l’homme le plus riche de Chine.

Portefeuille 2.0

Ant Group est le propriétaire d’Alipay, une plateforme de paiement rapidement devenue indispensable dans le quotidien des Chinois.

Ce système se présente sous la forme d’une application pour smartphone. Alipay permet de régler ses achats en ligne directement sur son écran ou dans les commerces au moyen de codes QR à scanner.

Son principal concurrent en Chine est WeChat Pay, détenu par le géant de l’internet Tencent.

Ces deux plateformes ont en quelques années fait basculer la Chine d’un pays où l’argent liquide régnait en maître, à une société qui vit pratiquement sans cash. Même au marché, la plupart des gens règlent leurs achats de fruits et légumes à l’aide de leur téléphone.

Plus fort que PayPal

Alipay est la plus grande plateforme de paiement au monde.

Présent dans plus de 80 millions de magasins, ce système est utilisé chaque mois par plus de 700 millions de personnes, selon les chiffres communiqués par l’entreprise.

Ant revendique un volume annuel de transactions dépassant les 118.000 milliards de yuans (14.400 milliards d’euros), soit cinq fois plus que le géant américain PayPal.

Alipay est également à l’origine de « Yu’e Bao », un fonds de placement géant qui permet à tout un chacun de faire fructifier son argent depuis son téléphone portable. Les taux d’intérêt pratiqués y sont bien plus avantageux que ceux des banques traditionnelles.

Alipay a révolutionné ce secteur en Chine, où environ 10% de la population n’a pas de compte en banque.

Fourmi bleue

Symbole par excellence de l’épargne et de la prévoyance, c’est une fourmi bleue tout sourire qui incarne le logo d’Ant (« fourmi » en anglais, « mayi » en chinois).

Le choix de cet insecte s’est vite imposé comme une évidence pour l’entreprise: « Ce qui est petit est beau, et ce qui est petit est puissant », explique Ant dans sa présentation.

Créé en 2014, Ant Group est formellement séparé d’Alibaba depuis quelques années. Le groupe était auparavant connu sous le nom Ant Financial.

Alibaba comme parrain

En deux décennies, l’emblématique Jack Ma a fait d’Alibaba un mastodonte du commerce en ligne, diversifié dans le cinéma, les contenus vidéo, une application mobile de livraison de repas, mais aussi… les magasins traditionnels.

La révolution numérique et le boom des services en ligne ont poussé le milliardaire à repenser la manière d’effectuer des achats.

Comment instaurer de la confiance pour les transactions entre clients et commerçants?

La réponse sera à l’origine d’Alipay: la plateforme servira d’intermédiaire et de garantie. Les commerçants ne pourront toucher leur rémunération qu’une fois les marchandises réceptionnées et ils seront notés par leurs clients.

Aujourd’hui, les achats se font en ligne sur Alibaba et sont payés avec Alipay.

Une idée loin d’avoir fait, semble-t-il, l’unanimité à ses débuts.

« C’est le système le plus stupide qu’on ait jamais vu, personne ne l’utilisera », s’est ainsi entendu dire Jack Ma selon la légende.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d’euros selon UE

Article

le

Streaming audio : amende record en vue pour Apple, 500 millions d'euros selon UE

La firme américaine sur le point d’être sanctionnée pour favoritisme envers ses services au détriment de ses concurrents.

Selon une information relayée par le Financial Times, la Commission européenne serait sur le point de prononcer une amende historique à l’encontre d’Apple, atteignant la somme colossale de 500 millions d’euros. Cette sanction serait la première du genre pour le géant américain, lequel est accusé d’avoir violé la législation européenne en matière d’accès aux services de streaming musical.

Les accusations portées contre Apple découlent d’une plainte déposée par Spotify en 2019, soulignant des pratiques anticoncurrentielles. La société suédoise de streaming musical avait dénoncé le comportement de la firme américaine, propriétaire de l’App Store, pour avoir imposé une commission de 30 % aux services de streaming commercialisant leurs offres payantes via sa plateforme. Cette stratégie aurait eu pour effet de favoriser les services d’Apple au détriment de ses concurrents, en rendant les abonnements à ces derniers plus onéreux pour les utilisateurs.

Bien que jamais condamnée à une amende pour infraction à la législation antitrust par Bruxelles jusqu’à présent, Apple a déjà été sanctionnée par la France en 2020 pour comportement anticoncurrentiel, une amende qui a ensuite été réduite en appel. En janvier de cette année, Apple avait annoncé des ajustements au sein de ses logiciels mobiles et de l’App Store pour se conformer aux exigences de l’UE, mais ces mesures ont été critiquées par Spotify comme étant insuffisantes.

Ces développements soulignent les tensions croissantes entre les grandes entreprises technologiques et les autorités de régulation, mettant en lumière les enjeux liés à la concurrence dans le secteur numérique. La décision finale de la Commission européenne devrait être annoncée en mars, et elle pourrait avoir des répercussions significatives sur la façon dont les plateformes numériques sont réglementées à l’avenir.

Lire Plus

Économie

Faute d’une croissance suffisante, Bruno Le Maire annonce de nouvelles économies

Article

le

Faute d'une croissance suffisante, Bruno Le Maire annonce de nouvelles économies

Le ministre de l’Economie et des Finances table désormais sur une hausse de 1 % du PIB cette année, loin des 1,4 % avancés jusque-là. Il a confirmé ce dimanche soir sur TF1 un plan d’économies de 10 milliards d’euros cette année.

Dimanche soir, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a annoncé une révision significative à la baisse de l’estimation de croissance pour l’année 2024, passant de 1,4% à désormais seulement 1%. Cette décision a été motivée par le contexte géopolitique actuel, notamment la situation en Ukraine, au Moyen-Orient, ainsi que les signes de ralentissement économique en Chine et la récession en Allemagne en 2023.

En conséquence de cette révision, et en raison de recettes fiscales moins élevées que prévu, le gouvernement français s’engage à réaliser des économies « immédiates » de l’ordre de 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’État afin de maintenir ses objectifs budgétaires.

Bruno Le Maire a précisé que cinq milliards d’euros seront économisés sur le budget de fonctionnement de tous les ministères, notamment par des réductions des dépenses liées à l’énergie et aux achats. De plus, une réduction d’un milliard d’euros de l’aide publique au développement est prévue, ainsi qu’une diminution d’un autre milliard d’euros de l’enveloppe de l’aide à la rénovation énergétique MaPrimeRénov’.

Le ministre a également mentionné une troisième série d’économies d’un milliard d’euros au total, qui ciblera les opérateurs de l’État tels que l’Agence nationale de la cohésion des territoires, Business France, France compétences ou encore le Centre national d’études spatiales.

Avec cette nouvelle prévision de croissance, le gouvernement français s’aligne sur d’autres estimations : la Banque de France table sur une croissance « proche de 0,9% », le Fonds monétaire international prévoit 1% et l’OCDE 0,6%.

Malgré ces ajustements, le ministère des Finances vise toujours à ramener le déficit public à 4,4% du PIB en 2024, par rapport à 4,9% prévus pour 2023. Bruno Le Maire a également souligné la possibilité d’un budget rectificatif à l’été en fonction de l’évolution économique et géopolitique.

Lire Plus

Économie

EDF annonce un résultat record de 10 milliards d’euros en 2023

Article

le

EDF annonce un résultat record de 10 milliards d’euros en 2023

Après une année 2022 marquée par une perte de 17,9 milliards d’euros, le groupe a connu un spectaculaire redressement.

Après une année 2022 marquée par des difficultés sans précédent, EDF annonce son retour à la prospérité en 2023 avec des résultats financiers impressionnants. Le groupe énergétique affiche un résultat net record de 10 milliards d’euros, accompagné d’un chiffre d’affaires impressionnant de 139,7 milliards d’euros. En l’espace de douze mois, EDF a également réussi à réduire sa dette de dix milliards d’euros, la ramenant à 54,4 milliards, grâce à la stratégie mise en place par son nouveau directeur, Luc Rémont, arrivé à la tête de l’entreprise en novembre 2022.

Cette résurrection spectaculaire contraste fortement avec les résultats désastreux de l’année précédente, où le groupe avait enregistré une perte record de 17,9 milliards d’euros, portant sa dette à près de 65 milliards. Les difficultés rencontrées en 2022, notamment la crise de la corrosion sous contrainte dans certaines centrales nucléaires, avaient entraîné une chute drastique de la production et des importations coûteuses sur le marché de l’électricité.

Cependant, l’année 2023 a marqué un renversement de situation remarquable pour EDF. Sous la direction de Luc Rémont, l’entreprise s’est concentrée sur l’amélioration de son efficacité opérationnelle, ce qui s’est traduit par une augmentation significative de la production nucléaire en France, atteignant 320 térawattheures. Les prévisions pour les années à venir sont également encourageantes, avec une trajectoire de production confirmée par EDF, bien que encore en deçà des ambitions initiales pour 2030.

En parallèle, la production hydraulique a également enregistré une croissance remarquable de 19,4%, atteignant 38,7 térawattheures. Ces deux sources d’énergie, nucléaire et hydraulique, demeurent les piliers de la production d’électricité du groupe, qui continue également de développer ses capacités dans les énergies renouvelables telles que l’éolien et le photovoltaïque.

Malgré ces succès, EDF doit faire face à des défis persistants, notamment d’importants investissements nécessaires pour maintenir et moderniser son parc de production, ainsi que pour répondre aux exigences de la transition énergétique. Le groupe est également confronté au défi du nouveau nucléaire, avec un programme d’investissement estimé entre 50 et 60 milliards d’euros pour la construction de nouveaux réacteurs EPR2.

Alors que les défis restent nombreux, le redressement impressionnant d’EDF en 2023 témoigne de la résilience de l’entreprise et de son engagement à répondre aux besoins énergétiques de la France et du monde.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus