Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Angleterre / Fin de l’isolement et des tests gratuits : Boris Johnson veut tourner la page du Covid-19

Article

le

fin-de-l’isolement-et-des-tests-gratuits:-boris-johnson-veut-tourner-la-page-du-covid-19

Faisant fi des critiques, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi la fin de l’isolement obligatoire pour les cas positifs au coronavirus dès jeudi en Angleterre, mesure clef et controversée de sa stratégie pour vivre avec le Covid-19 comme avec la « grippe ».  

Le Royaume-Uni, parmi les pays les plus durement touchés par la pandémie avec plus de 160.000 morts, a été parmi les premiers en Europe à essayer de revenir à la vie d’avant la pandémie, s’appuyant sur une forte couverture vaccinale.

Englué dans un scandale sur des fêtes organisées à Downing Street durant les confinements, qui menace sa survie politique et fait l’objet d’une enquête de police, Boris Johnson a décidé d’accélérer et de lever les principales mesures encore en place en Angleterre après deux ans de pandémie.

« Nous avons désormais des niveaux d’immunité suffisants pour passer de la protection des personnes au moyen d’interventions gouvernementales à (une approche fondée sur) les vaccins et traitements comme première ligne de défense », a déclaré le chef de gouvernement conservateur devant le Parlement.

« Les restrictions ont un coût important pour notre économie, notre société, notre bien-être mental et les opportunités de nos enfants, et nous ne devons plus payer ce prix plus longtemps encore », a-t-il ajouté, citant le succès de la campagne de vaccination et la capacité à « réagir rapidement en cas d’émergence d’un nouveau variant ».

Il restera toutefois recommandé, jusqu’au 1er avril, de rester chez soi en cas de test positif, date à laquelle le dépistage gratuit sera supprimé sauf pour les personnes âgées ou vulnérables en raison de son important coût financier.

« Après cela, nous encouragerons les gens ayant des symptômes du Covid-19 d’exercer leur responsabilité personnelle, tout comme nous encourageons ceux qui ont peut-être la grippe de faire attention aux autres », a insisté Boris Johnson.

Dès le pic de la vague Omicron passé en janvier, le dirigeant avait déjà levé l’essentiel des restrictions en vigueur en Angleterre, telles le masque en intérieur et le pass sanitaire pour les discothèques ou événements de masse.

Quatrième dose

Signe des tensions entourant ces dernières étapes, le conseil des ministres prévu dans la matinée pour valider ce plan a été décalé à l’après-midi, par téléphone, selon les médias en raisons de désaccords sur la fin du dépistage gratuit.

Le nombre de cas a fortement baissé au Royaume-Uni mais reste autour de 40.000 par jour, dont dimanche la reine Elizabeth II, qui selon le palais de Buckingham, ne souffre toutefois que de symptômes « légers ».

Parallèlement à ce relâchement, le gouvernement entend poursuivre sa campagne vaccinale, avec l’administration « au printemps » d’une nouvelle dose d’un vaccin anti-Covid aux personnes de plus de 75 ans et aux plus vulnérables.

« Effet domino »

Si ces annonces ont été saluées depuis les banc de la majorité  conservatrice, elles sont sévèrement critiquées par certains experts.

Selon Robert West, psychologue à University College London et membre du conseil scientifique du gouvernement interrogé sur Times Radio, la levée de toutes les restrictions se traduira par une augmentation des cas, des hospitalisations et des décès.

L’envoyé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe, David Nabarro, a fait part de son inquiétude que le pays « choisisse une ligne qui va à l’encontre du consensus de santé publique », qui créerait « un effet domino dans le monde ».

En matière de santé, les décisions du gouvernement à Londres sont limitées à l’Angleterre. Les trois autres nations – Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord -, compétentes en matière sanitaire, ont souvent adopté une approche plus prudente.

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus