Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Accord des Vingt-Sept pour arrêter l’essentiel de leurs importations de pétrole russe

Article

le

accord-des-vingt-sept-pour-arreter-l’essentiel-de-leurs-importations-de-petrole-russe

Les dirigeants des 27 pays de l’UE ont trouvé un accord lundi qui devrait permettre de réduire de quelque 90% leurs importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou en Ukraine.

Cet embargo sur le pétrole brut dans les 6 mois et les produits raffinés dans les 8 mois est la mesure phare mais aussi la plus épineuse du sixième paquet de sanctions contre la Russie qui était bloqué jusqu’à présent par la Hongrie.

Les chefs d’Etat et de gouvernement réunis en sommet à Bruxelles ont donné leur feu vert à un arrêt progressif des importations de pétrole russe transporté par bateau, soit les 2/3 des achats européens. Une exemption temporaire a été prévue pour le pétrole acheminé par oléoduc, afin de lever le veto de Budapest.

« Cela va couper une énorme source de financement de la machine de guerre de la Russie », a tweeté le président du Conseil européen, Charles Michel.

Berlin et Varsovie s’étant engagés de leur côté à arrêter leurs importations par l’oléoduc Droujba, au total c’est 90% des exportations de pétrole russe vers l’UE qui seront arrêtées d’ici la fin de l’année, affirment la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président français Emmanuel Macron.

L’extension de l’embargo aux livraisons par oléoduc sera ensuite discutée « dès que possible » sans qu’une date butoir ne soit fixée.

« La Russie fait le choix de poursuivre sa guerre en Ukraine. En Européens, unis et solidaires du peuple ukrainien, nous prenons ce soir de nouvelles sanctions », a tweeté M. Macron, dont le pays exerce la présidence du Conseil de l’UE.

Plus tôt dans la journée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait appelé les dirigeants de l’UE à « cesser leurs querelles » pour adopter rapidement le sixième paquet de sanctions.

« Les querelles en Europe doivent cesser (…), l’Europe doit montrer sa force. Car la Russie ne comprend que l’argument de la force », avait déclaré le dirigeant ukrainien par visioconférence.

Sberbank exclue de Swift

Budapest avait conditionné son feu vert à des garanties sur sa sécurité énergétique. En arrivant au sommet, le Premier ministre hongrois Viktor Orban avait réclamé des assurances en cas de coupure de l’oléoduc Droujba qui approvisionne son pays en passant par l’Ukraine.

Il a exigé que son pays puisse être alimenté en pétrole russe par voie maritime si l’arrivée par oléoduc venait à être arrêtée. « C’est la garantie dont nous avons besoin », avait lancé M. Orban.

La Hongrie, pays enclavé sans accès à la mer, dépend pour 65% de sa consommation du pétrole acheminé par Droujba.

Elle s’était opposée à la proposition initiale d’un embargo, à moins de bénéficier d’un délai d’au moins quatre ans pour le mettre en oeuvre, et d’environ 800 millions d’euros de financements européens pour adapter ses raffineries.

Mme von der Leyen a estimé que la capacité de l’oléoduc Adria, qui alimente également la Hongrie via la Croatie, pouvait être augmentée moyennant un délai de « 45 à 60 jours environ » et « des investissements », qu’elle n’a pas chiffrés.

L’unanimité est requise pour l’adoption des sanctions. Le feu vert politique des dirigeants doit encore donner lieu à des discussions mercredi entre les ambassadeurs des Vingt-Sept, en vue de finaliser l’accord.

Des négociations auront lieu ensuite pour cesser aussi les importations via Droujba (1/3 des approvisionnements européens), dont la branche nord dessert Allemagne, Autriche et Pologne, et la branche sud Hongrie, République tchèque et Slovaquie.

Prague avait réclamé un délai d’adaptation de dix-huit mois pour les produits raffinés qui a été accepté, selon le Premier ministre belge Alexander De Croo. Ceux demandés par la Slovaquie et la Bulgarie (deux ans chacun) font encore l’objet de discussions, selon une source européenne.

En négociation depuis un mois, le nouveau paquet de sanctions prévoit aussi un élargissement de la liste noire de l’UE à une soixantaine de personnalités, dont le chef de l’église orthodoxe russe, le patriarche Kirill.

Il comprend l’exclusion de trois banques russes du système financier international Swift, dont Sberbank, principal établissement du pays.

Les dirigeants ont aussi approuvé l’octroi de 9 milliards d’euros au gouvernement ukrainien pour couvrir ses besoins immédiats en liquidités afin de faire fonctionner son économie.

Kiev a chiffré ses besoins à 5 milliards de dollars par mois. Les financements européens prendront la forme de « prêts à longue maturité » avec des taux d’intérêts bonifiés, a-t-on précisé de source européenne.

Le sommet de deux jours doit aussi aborder mardi la transition énergétique du continent pour se passer du gaz russe et la crise alimentaire liée à la guerre en Ukraine qui menace en particulier le continent africain.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Économie

Économie : Après le blé, l’Inde restreint l’exportation de sucre

Article

le

apres-le-ble,-l’inde-restreint-l’exportation-de-sucre

L’Inde va imposer des restrictions sur l’exportation de sucre afin de protéger ses réserves par précaution et réduire l’inflation, peu après avoir décidé d’interdire les exportations de blé, mesure ayant encore accentué la flambée des cours dans un contexte de crise agricole mondiale. 

Le premier producteur mondial de sucre et deuxième exportateur après le Brésil va plafonner les exportations de sucre à 10 millions de tonnes pour la campagne de commercialisation qui s’étend d’octobre à septembre, selon un communiqué du ministère de l’Alimentation mardi soir.

Cette décision, qui entrera en vigueur le 1er juin, a été prise « en vue de maintenir la disponibilité intérieure et la stabilité des prix pendant la saison sucrière », a-t-il précisé.

Les exportations de sucre devraient atteindre un niveau record au cours de cette campagne de commercialisation, avec des contrats signés pour environ neuf millions de tonnes, dont 7,8 millions de tonnes déjà expédiées, a-t-il ajouté.

A la mi-mai, invoquant l’inflation et sa sécurité alimentaire, l’Inde a déjà interdit les exportations de blé sans approbation préalable du gouvernement. L’interdiction soudaine d’exporter la céréale a également bloqué des centaines de milliers de tonnes de blé dans un grand port de l’ouest de l’Inde.

Le mois de mars a été le plus chaud jamais enregistré dans le pays où les récoltes ont souffert de la sécheresse et les rendements ont été affectés.

Bien que l’Inde ne soit qu’un acteur marginal sur le marché mondial du blé, sa décision a provoqué une nouvelle flambée des cours des denrées agricoles sur les marchés mondiaux, déjà très élevés, depuis l’invasion russe en février de l’Ukraine, une puissance agricole qui représentait 12% des exportations mondiales de blé.

Les autorités indiennes ont toutefois souligné que les demandes de blé de gouvernement-à-gouvernement formulées par des pays aux prises avec des flambées de cours record seraient autorisées.

Cette décision a également alimenté les craintes d’un protectionnisme croissant dans le contexte actuel.

Ailleurs en Asie, l’Indonésie a temporairement interrompu les exportations d’huile de palme et la Malaisie a interdit les exportations de poulet.

Lire Plus

Économie

Une voiture électrique à 100 euros par mois : le gouvernement prépare son offre

Article

le

une-voiture-electrique-a-100-euros-par-mois:-le-gouvernement-prepare-son-offre

Une voiture électrique à 100 euros par mois pour les Français les plus modestes: cette mesure promise par le gouvernement reste encore floue et pourrait impliquer de lourdes subventions.

« Nous déploierons une offre abordable de véhicules électriques (…) en mettant en place des mécanismes de leasing pour accompagner les ménages les plus modestes », avait promis le candidat Macron lors de son premier discours de campagne le 17 mars.

Ce dispositif, d’abord proposé par la candidate socialiste Anne Hidalgo, viendrait s’ajouter à une ribambelle d’aides à l’achat qui ont fait exploser les ventes de voitures électriques.

Atteignant jusqu’à 11.000 euros avec la prime à la casse, hors aides locales, ces subventions ont cependant profité davantage aux plus riches et aux professionnels qu’aux ménages les plus modestes: le marché est dominé par les Tesla et les Renault Zoé, bien plus chères que leurs équivalents thermiques.

L’objectif de la mesure est clair: le gouvernement veut faire baisser les émissions de CO2 sur les routes et, en même temps, garantir à tous une mobilité sur quatre roues jusque dans le coeur des métropoles, où les moteurs diesel seront bientôt interdits. Les ménages les plus modestes éviteraient ainsi les vieilles voitures d’occasion, et seraient protégés du coût de l’essence.

Les contours de ce « leasing social » doivent cependant être précisés. L’équipe de campagne d’Emmanuel Macron avait expliqué en mars que ce dispositif serait réservé aux professions socio-médicales, aux jeunes et au grand public sous conditions de ressources.

Il viserait au moins 100.000 véhicules électriques en leasing par an, pour un coût estimé de 50 millions d’euros pour la première année du dispositif, soit un montant apparemment bien faible de 500 euros par véhicule.

Le calendrier de la mesure n’est pas encore connu, mais elle devrait être insérée dans une Loi de finances rectificative, a expliqué  mardi sur France 5 la nouvelle ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, en charge du dossier. « Il faudra un dispositif suffisamment robuste pour que les Français puissent en bénéficier tout de suite », a-t-elle souligné.

Bornes de recharge

Des constructeurs comme Renault, Hyundai ou le Chinois MG ont lancé récemment des offres de location longue durée qui pourraient cadrer avec cette mesure. Notamment si le premier loyer (l’apport) est garanti par la Caisse des dépôts « pour les couples qui gagnent le Smic ou un peu plus », comme l’a précisé Emmanuel Macron fin avril.

Selon cette formule encore peu répandue en France chez les particuliers, un constructeur ou un loueur propose une voiture à un prix mensuel attractif et la récupère pour la revendre au bout de trois ou quatre ans, ajoutant des pénalités si elle est trop kilométrée ou abimée.

Nissan propose par exemple sa Leaf à 99 euros par mois sur trois ans et demi, pour 30.000 km maximum.

Dacia affiche sa Spring à 120 euros par mois avec 40.000 kilomètres sur 4 ans, et un premier loyer de 7.700 euros ramené à zéro si le maximum de subventions publiques est applicable. Avec ses 300 kilomètres d’autonomie, la petite électrique rencontre déjà un beau succès et les listes d’attente s’allongent.

Du côté de Stellantis, Fiat affiche sa petite 500 à partir de 119 euros par mois avec 2.500 euros d’apport, et Peugeot sa e-208 à 149 euros par mois avec 4.000 euros d’apport.

Il faudra cependant que la production suive dans les usines, alors que l’industrie automobile est fortement ralentie par des pénuries. Après des années de baisse, le coût des batteries risque également de suivre la hausse des matières premières.

Il faudra aussi que le gouvernement accélère le déploiement des bornes électriques. « C’est un frein important pour les citadins qui n’ont pas de garage à leur disposition », souligne Fabien Neuvy, de l’Observatoire Cetelem de l’automobile. « Les gens modestes ont souvent été obligés de sortir des grands centres urbains pour se loger, et roulent beaucoup. L’autonomie, la peur de la panne sèche, sont des questions prégnantes ».

Par ailleurs, cette aide pourrait-elle profiter aux voitures fabriquées en France? La Dacia Spring est produite en Chine, tandis que les usines françaises se concentrent sur des véhicules électriques de gamme moyenne.

Lire Plus

Économie

France : le taux de chômage à son plus bas niveau depuis 2008 au 1er trimestre

Article

le

france:-le-taux-de-chomage-a-son-plus-bas-niveau-depuis-2008-au-1er-trimestre

Le taux de chômage est quasi stable au premier trimestre 2022 à 7,3% de la population active en France (hors Mayotte), son plus bas niveau depuis 2008, contre 7,4% au dernier trimestre 2021, selon les chiffres publiés mardi par l’Insee.

Au premier trimestre, le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) atteint 2,2 millions de personnes, soit 18.000 de moins sur le trimestre.

Le taux de chômage, qui avait fortement baissé au dernier trimestre (-0,6 point), est à son plus bas niveau depuis début 2008.

« Il est inférieur de 0,8 point à son niveau un an auparavant, et 0,9 point au-dessous de son niveau d’avant la crise sanitaire (fin 2019) », souligne l’Insee.

Sur le trimestre, le taux de chômage des jeunes rebondit légèrement (+0,3 point à 16,3%) après avoir diminué fortement le trimestre précédent (-3,5 points). Il diminue de 0,2 point pour les 25-49 ans à 6,6% et il est quasi stable pour les 50 ans ou plus, à 5,6%.

S’agissant du « halo autour du chômage », soit les personnes sans emploi qui souhaitent travailler mais ne satisfont pas les autres critères du BIT pour être considérés comme chômeurs (chercher effectivement un emploi et être disponible pour en prendre un), il reste stable à 1,8 million de personnes.

Le taux de chômage de longue durée est lui aussi stable à 2,2% de la population active. Environ 700.000 chômeurs déclarent être sans emploi et en rechercher depuis au moins un an.

Le taux d’emploi des 15-64 ans augmente à nouveau de 0,2 point, à 68%. Il dépasse ainsi son plus haut niveau historique depuis que l’Insee le mesure (1975).

Il augmente de 0,7 point pour les jeunes et atteint 34,6%, son plus haut niveau depuis 1991. Pour les 25-49 ans, il augmente de 0,2 point à 82,5%, son plus haut niveau depuis début 2009. Enfin, celui des 50-64 ans est stable à 65,5%, son plus haut niveau historique.

La part du sous-emploi (personnes à temps partiel souhaitant travailler plus ou en chômage partiel) diminue de 0,3 point à 4,7%, son plus bas niveau depuis 1992.

Le taux d’activité (les personnes en emploi ou au chômage) des 15-64 ans augmente aussi de 0,2 point à 73,4% et retrouve son plus haut niveau historique du troisième trimestre 2021.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus