Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

A la traîne derrière Biden, Trump sillonne de nouveau l’Amérique

Article

le

a-la-traine-derriere-biden,-trump-sillonne-de-nouveau-l’amerique

Floride, Pennsylvanie, Iowa: trois Etats-clés en trois jours. Donald Trump entame lundi un marathon de meetings avec l’espoir de rattraper son retard sur Joe Biden d’ici l’élection du 3 novembre.

Après s’être déclaré « immunisé » contre le Covid-19, le président américain de 74 ans, en retrait pendant dix jours après avoir été testé positif, a montré, propos moqueurs à l’appui, sa volonté d’en découdre dans la dernière ligne droite.

Pour son retour sur les estrades de campagne, il devrait tenter de galvaniser sa base électorale en vantant son choix de la juge Amy Coney Barrett pour la Cour suprême.

Le Sénat, à majorité républicaine, entame en effet lundi l’audition de cette magistrate de 48 ans dont la confirmation, qui fait peu de doute, ancrera durablement le temple du droit américain dans le camp conservateur.

« Il semble que je sois immunisé, pour – je ne sais pas – peut-être une longue période, peut-être une courte période, peut-être pour la vie. Personne ne sait vraiment mais je suis immunisé », a déclaré dimanche le locataire de la Maison Blanche.

M. Trump a même assuré, dans un message audio adressé à ses partisans dimanche,  avoir été « testé totalement négatif », une affirmation qui n’a cependant pas été officialisée.

« Vous avez aujourd’hui un président qui n’a pas besoin de se cacher dans son sous-sol comme son adversaire » Joe Biden, a-t-il ajouté.

La question de l’immunité face au Covid-19 reste entourée de nombreuses inconnues: on ne connaît avec précision ni la durée de cette dernière ni le degré de protection qu’offrent les anticorps.

Fin août, des chercheurs de Hong Kong ont annoncé avoir découvert le premier cas avéré au monde de réinfection par le Covid-19, quelques mois après une guérison.

Dans un bref communiqué publié, le Dr Sean Conley a affirmé que le président américain n’était « plus considéré comme risquant de transmettre » le virus à d’autres personnes.

« Feu vert complet et total des médecins de la Maison Blanche », a tweeté Donald Trump, extrapolant à partir de ce courrier. « Cela veut dire que je ne peux attraper (le virus) et que je ne peux le transmettre. Bon à savoir!!! ».

Peu après, Twitter a ajouté un avertissement à ce tweet, estimant qu’il contenait des informations « trompeuses » sur le Covid-19.

« Le pire dirigeant possible »

L’ancien homme d’affaires de New York, qui n’a de cesse de présenter Joe Biden, 77 ans, comme une marionnette manipulée par l’aile gauche de son parti, a aussi insinué qu’il pourrait être malade.

« Si vous regardez Joe, il toussait terriblement hier (samedi), puis il attrapait son masque, puis il toussait.. », a-t-il déclaré. « Je ne sais pas ce que cela veut dire mais la presse n’en a pas beaucoup parlé ».

Depuis l’annonce, le 1er octobre, du test positif de Donald et Melania Trump, l’équipe de campagne de Joe Biden publie tous les jours ses résultats de tests Covid, qui ont été négatifs jusqu’ici.

Une plus grande opacité entoure en revanche le président des Etats-Unis. Son équipe médicale refuse obstinément de dire à quand remonte son dernier test négatif.

Cette posture alimente les soupçons sur la possibilité qu’il n’ait pas effectué de test pendant plusieurs jours avant son test positif.

Plus de 214.000 personnes sont mortes du Covid-19 aux Etats-Unis.

« En janvier, j’ai dit que le président Trump était le pire dirigeant possible pour faire face à une crise sanitaire », a tweeté Joe Biden dimanche soir. « Les mois écoulés ont prouvé que cela était vrai ».

Le vieux lion du parti démocrate compte désormais près de dix points d’avance dans la moyenne des sondages nationaux et a également conforté son avantage dans les intentions de vote au niveau des Etats décisifs pour l’élection.

Face à ces chiffres inquiétants pour son avenir politique, Donald Trump invoque, plus que jamais, le souvenir de la surprise de 2016, martelant comme pour mieux s’en convaincre que l’histoire se répètera. « Il y a cette fois-ci encore plus d’ENTHOUSIASME qu’en 2016 ». a-t-il tweeté. « ENORMES FOULES!!! ».

Dimanche, le président a aussi suscité le mécontentement du docteur Anthony Fauci, figure très respectée aux Etats-Unis, après l’utilisation de ses propos dans un clip de campagne de l’équipe Trump sur le coronavirus.

« Les déclarations qui me sont attribuées sans ma permission par l’équipe de campagne du Parti républicain ont été sorties de leur contexte à partir d’un commentaire que j’ai fait il y a plusieurs mois concernant les efforts des autorités sanitaires fédérales », a déploré le célèbre directeur de l’Institut des maladies infectieuses dans un communiqué transmis à CNN.

« Ce sont bien les propos du Dr Fauci » qui figurent dans ce clip, a répliqué Donald Trump sur Twitter, ajoutant: « Nous avons fait un travail +phénoménal+, selon certains gouverneurs ».

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus