Nous rejoindre sur les réseaux

Z17

70 ans après son appel, l’Abbé Pierre reste une icône dont le combat perdure

Article

le

70 ans après son appel, l'Abbé Pierre reste une icône dont le combat perdure

Le légendaire défenseur des sans-abri demeure une source d’inspiration et son appel de 1954 résonne toujours.

Il y a exactement 70 ans, le 1er février 1954, l’Abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, lançait un appel mémorable à la radio : « Mes amis au secours, une femme vient de mourir gelée cette nuit. » Aujourd’hui, sept décennies plus tard, cet infatigable défenseur des sans-abri et des mal-logés demeure une icône dont le combat résonne toujours, selon de nombreuses associations.

Lorsque cet appel poignant a été diffusé sur les ondes de Radio Luxembourg, il a provoqué une véritable « insurrection de la bonté », mobilisant des milliers de personnes et poussant le gouvernement de l’époque à prendre des mesures concrètes.

« Son appel de 1954 faisait appel à l’humanité, c’était criant de vérité et ça reste criant d’actualité », affirme Laurent Desmard, président d’honneur de la Fondation Abbé Pierre. Il rappelle que l’audience de l’époque avait vécu l’exode et les privations de la guerre, ce qui les rendait sensibles à la souffrance des personnes vivant dans la rue, surtout en période de grand froid.

Même après sa disparition en 2007 à l’âge de 94 ans, l’Abbé Pierre continue d’inspirer militants et artistes. En 2023, plusieurs œuvres lui ont été dédiées, dont un biopic, une bande dessinée et la réédition d’une biographie. Ses discours demeurent également d’actualité et sont partagés sur les réseaux sociaux, y compris par les jeunes générations sur TikTok.

Dans un sondage publié en 2021, l’Abbé Pierre a été élu personnalité française la plus marquante des 40 dernières années, devançant des figures telles que Coluche, Simone Veil, François Mitterrand ou Johnny Hallyday.

Cette popularité persistante n’est pas surprenante pour Laurent Desmard, qui décrit l’Abbé Pierre comme un homme qui s’enflammait dès qu’il y avait un combat à mener, une qualité qui en a fait une icône et qui continue d’inspirer les générations actuelles.

Pour Nicolas Sueur, président d’Emmaüs France, l’Abbé Pierre avait la capacité de susciter chez les gens le désir de s’engager, une qualité qui résonne encore dans une société en quête de sens.

Nathalie Latour, de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), estime que ces films et hommages montrent avant tout que les problèmes pour lesquels il se battait restent malheureusement d’actualité.

En effet, 70 ans après son appel historique, la situation des personnes sans abri en France est toujours critique. Selon la Fondation Abbé Pierre, en 2022, 330 000 personnes étaient sans abri en France, soit le double de 2012. En novembre 2023, un record a été atteint avec 2 822 enfants à la rue, dont 686 âgés de moins de trois ans.

Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au Logement (DAL), estime que si l’Abbé Pierre était encore en vie, il aurait vivement critiqué la situation actuelle, notamment en matière de logement et de politique d’immigration. Selon Antoine Sueur, le prêtre n’aurait certainement pas accepté les politiques actuelles et aurait lancé un nouvel appel à l’action.

Marseillan

Marseillan : Bungalows municipaux : 7 millions d’euros de pertes !

Article

le

Marseillan : Bungalows municipaux : 7 millions d’euros de pertes !
©CapFun

La Ville de Marseillan, détentrice du record d’endettement de l’Hérault, continue d’accumuler des pertes abyssales en raison de sa gestion désastreuse.

La commune de Marseillan est secouée par un scandale financier majeur qui a conduit à des pertes estimées à 7 millions d’euros pour la municipalité. Le maire, Yves Michel, est au centre de cette controverse qui a émergé suite à des décisions de gestion critiquées remontant à plusieurs années.

Le parc de 80 maisonnettes de Marseillan-plage, initialement destiné à la location saisonnière et rapportant environ 100 000 euros de bénéfices annuels au début des années 2000, a été au cœur de cette affaire. En 2008, Yves Michel est élu maire et entreprend de rénover et d’améliorer ce parc. Les travaux ont débuté avec une première tranche coûtant 2M€ en 2012, suivie d’une seconde tranche en fin 2016, où les 80 maisonnettes ont été rasées pour être remplacées par 49 mobil-homes, représentant un coût supplémentaire de 8M€.

À la suite de ces travaux, la majorité municipale a alors décidé de confier, sans appel d’offres, la gestion du parc à la société Capfun pour une durée de 30 ans. Capfun devait verser en échange un loyer annuel de 235 000 euros à la commune. Cette opération semblait initialement intéressante, avec des recettes augmentées à 235 000 euros par an par rapport aux 100 000 euros précédents. Cependant, les coûts de remboursement des travaux, financés par un emprunt sur 30 ans (265 000 euros par an), ainsi que les impôts fonciers (30 000 euros), ont eu pour conséquence que la commune déboursait en réalité 295 000 euros dans cette opération.

À partir de 2017, la ville de Marseillan a déboursé 60 000 euros par an pour compenser les pertes de la concession confiée à Capfun. Cette situation a conduit à une chute spectaculaire des revenus, passant de 100 000 euros de recettes à 60 000 euros de pertes entre 2017 et 2022, soit un manque à gagner de 960 000 euros sur 6 ans.

En 2023, Yves Michel s’est vu contraint de vendre les 10 dernières maisonnettes encore en possession de la ville pour équilibrer le budget des locations, générant un bénéfice d’un million d’euros. Cependant, cette vente a eu pour conséquence de creuser encore davantage le déficit du budget.

Face à cette situation désastreuse, deux options se présentaient : soit continuer à verser 320 000 euros par an pendant 23 ans pour équilibrer le budget jusqu’en 2046, représentant un coût total de 7,36 millions d’euros pour les contribuables, soit se débarrasser rapidement du parc de bungalows, même si cela signifiait le vendre à perte.

La deuxième option a été privilégiée, et lors du Conseil municipal du 28 novembre 2023, le maire a annoncé son intention de mettre en vente le parc pour un montant de 4,9M€. Si cette vente aboutit au prix souhaité, cela signifierait une perte de 7 millions d’euros pour la commune.

Ces décisions discutables ont des répercussions graves sur les finances de la ville, qui détient le record d’endettement de l’Hérault. La commune verra sa dette augmenter de 15%, passant de 26 à 30 M€.

Pourtant, dès 2016, des avertissements avaient été formulés par l’opposition concernant les choix de gestion effectués par la majorité municipale. Elle avait exprimé ses préoccupations concernant la réduction du parc de location, la gestion privée, l’absence d’appel d’offres et les coûts financiers. Malheureusement, ces mises en garde sont restées sans réponse.

La situation actuelle plonge encore davantage la ville de Marseillan dans une crise financière inquiétante, et les contribuables devront faire face aux conséquences de ces décisions controversées pendant de nombreuses années.

À LIRE AUSSI > Marseillan détient le record d’endettement de l’Hérault : un avenir financier incertain

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Z17

La France éliminée de la Coupe du Monde de Rugby après une défaite face à l’Afrique du Sud

Article

le

La France éliminée de la Coupe du Monde de Rugby après une défaite face à l'Afrique du Sud

Les champions du monde en titre remportent un match intense au bout du suspense, mettant fin aux espoirs des Bleus pour le titre mondial.

La France a été éliminée de la Coupe du Monde de Rugby après une défaite d’un seul point face à l’Afrique du Sud en quarts de finale. Les champions du monde en titre ont remporté un match intensément disputé, laissant les supporters français dans un profond état de désolation. Le XV de France, coupable de quelques erreurs, a finalement cédé face à la redoutable efficacité des Springboks, qui sont revenus en tête en seconde période grâce à un essai d’Etzebeh à la 67e minute. Les Sud-Africains ont résisté jusqu’au bout pour s’imposer 29-28 et se qualifier pour les demi-finales.

L’autre demi-finale, qui opposera l’Argentine à la Nouvelle-Zélande, a été confirmée pour vendredi prochain à Saint-Denis. Cette défaite est un coup dur pour la France, qui avait l’espoir de décrocher son premier sacre mondial. Cependant, les Bleus n’ont pas réussi à franchir le cap des quarts de finale de la Coupe du Monde pour la troisième fois consécutive, malgré les attentes placées en eux cette année.

L’entraîneur français Fabien Galthié s’attendait à un défi stratégique de la part de Rassie Erasmus et Jacques Nienaber, le duo à la tête de l’équipe sud-africaine, et il n’a pas été déçu. Bien que les joueurs français aient rapidement pris l’avantage grâce à Cyril Baille après un maul impressionnant (7-0, 4e minute), ils ont été pris au piège par la stratégie simple mais efficace des Sud-Africains.

À deux reprises, Manie Libbok, le demi d’ouverture sud-africain, a envoyé un coup de pied haut vers l’aile gauche, perturbant la réception française, finalement captée par Kurt-Lee Arendse et Damian de Allende pour deux essais opportunistes. En première mi-temps, les Springboks ont montré une défense agressive, un jeu d’occupation efficace, et ils ont exploité les erreurs françaises grâce à leurs ailiers, Arendse et Cheslin Kolbe, intenables.

En seconde période, les Sud-Africains ont laissé le ballon aux Français, se reposant sur leur défense solide pour récupérer des ballons et des pénalités. Handré Pollard, le deuxième ouvreur sud-africain, est entré en jeu pour repousser les Bleus chaque fois qu’ils menaçaient la ligne d’en-but adverse.

Malgré leur confiance en leur plan de jeu, les Bleus ont été entravés par des petites erreurs de manipulation, des retards dans les libérations, et une faiblesse en mêlée fermée. Le combat en seconde période, d’une intensité rare, a finalement tourné en faveur des Springboks, qui se dirigent maintenant vers un quatrième sacre mondial. Pour les Français, la quête du titre continue d’échapper à leur portée.

Lire Plus

Z17

Prix Nobel de médecine 2023 décerné à Katalin Kariko et Drew Weissman pour leur travail sur les vaccins à ARN messager

Article

le

Prix Nobel de médecine 2023 décerné à Katalin Kariko et Drew Weissman pour leur travail sur les vaccins à ARN messager

Récompense historique pour les chercheurs à l’origine des vaccins anti-Covid.

Le prix Nobel de médecine a été attribué ce lundi à Katalin Kariko et Drew Weissman, récompensant leur travail révolutionnaire sur les vaccins à ARN messager, qui ont joué un rôle crucial dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Les contributions de la chercheuse hongroise, Katalin Kariko, et de son homologue américain, Drew Weissman, ont permis l’approbation de deux vaccins basés sur la technologie de l’ARN messager à la fin de l’année 2020. Les membres du comité Nobel ont salué ces vaccins comme ayant sauvé des millions de vies et empêché de graves maladies chez de nombreuses autres personnes.

Cependant, il convient de noter que ces travaux ne sont pas nouveaux, car Kariko et Weissman ont publié leurs résultats dès 2005 dans un article majeur, qui à l’époque, n’a pas suscité beaucoup d’attention. Ce travail précoce a toutefois posé les bases des avancées majeures qui ont joué un rôle essentiel dans la gestion de la pandémie.

Les deux chercheurs ont été récompensés pour leurs découvertes liées aux modifications des bases nucléiques, un élément fondamental pour le développement des vaccins à ARN messager.

Le jury du prix Nobel de physiologie ou de médecine a souligné l’impact sans précédent de ces lauréats sur le développement de vaccins lors d’une des plus grandes menaces pour la santé humaine moderne.

Outre la renommée mondiale qui accompagne ce prix, Kariko et Weissman recevront une récompense de onze millions de couronnes suédoises (environ 920 000 euros), la plus haute valeur nominale jamais attribuée dans l’histoire centenaire des prix Nobel, grâce à la situation financière favorable de la Fondation Nobel.

Le choix des lauréats parmi les pronostics incluait également des travaux sur la narcolepsie et la molécule orexine, la biologie de synthèse, ainsi que la recherche sur le cancer.

La saison des prix Nobel se poursuivra cette semaine à Stockholm, avec la remise des prix en physique, chimie, littérature, et paix. Le prix d’économie clôturera cette période exceptionnelle de reconnaissance des réalisations exceptionnelles dans le monde de la science et de la culture.

Lire Plus

Les + Lus