Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Wissem, graphiste algérien devenu livreur parisien en mode survie

Article

le

wissem,-graphiste-algerien-devenu-livreur-parisien-en-mode-survie

« On ne peut plus vivre avec ce job »: Wissem avale 700 kilomètres par semaine pour livrer à scooter des plats cuisinés en banlieue parisienne. Si le confinement a accru la demande, les rémunérations stagnent et les revendications des coursiers restent lettre morte, raconte-t-il à l’AFP.

À 18h ce soir-là, sept coursiers patientent déjà dans le froid avant le coup de feu à Courbevoie, au nord-ouest de Paris, face à une des Deliveroo Editions, ces cuisines que l’entreprise met à disposition de restaurateurs partenaires et dont sort une production exclusivement destinée à la livraison.

Une demi-heure plus tard, ils sont une vingtaine. Parmi eux, Wissem Inal, 32 ans, trapu, barbe naissante sur un visage rond. Ce livreur « multi-plateformes », volontiers caustique au téléphone avec le client, travaille pour Deliveroo depuis 2017, mais aussi d’autres sociétés comme Uber Eats et Stuart.

Le jeune Algérien, qui habite à Colombes (Hauts-de-Seine), a mis son activité de designer graphique entre parenthèses face au déclin de la demande en raison de la crise sanitaire. Il livre six à dix commandes chaque soir, entre 18h et 23h.

« En ce moment, avec le confinement, je sors 500 euros net par mois », explique-t-il à l’AFP en montrant l’écran de son smartphone, sur lequel s’affiche son bilan des derniers mois: 883,35 euros en octobre, 506,93 euros en novembre… « Evidemment, tu retires 22% de taxes, et ça ne prend pas en compte mes charges comme l’équipement et le plein! », s’empresse-t-il de préciser.

Wissem reconnaît avoir du mal à « voir le bon côté » de son emploi depuis quelques mois, critiquant le fonctionnement « flou » de l’algorithme de Deliveroo.

« J’aimerais que les livreurs soient rémunérés à leur juste valeur. Aujourd’hui, une course peut valoir 6 euros le midi et la même 3 euros le soir. On ne peut plus vivre avec ce job, à moins de devenir des esclaves », lâche-t-il.

Lui-même a rejoint le Collectif des livreurs autonomes parisiens (Clap), dédié à la défense d’auto-entrepreneurs comme lui, en 2018, « dès qu’ils ont commencé à toucher à nos poches », justifie-t-il.

Être écoutés

Fin de la rémunération pour le temps d’attente, de la « prime de pluie » ou du plancher de rémunération des courses… Wissem égrène les motifs de mécontentement avant de pointer un « climat de peur » et un manque d’écoute de l’entreprise.

Exemple: les livreurs réclamaient à Deliveroo de réduire le nombre de clics nécessaires sur leur smartphone avant de contacter le client pour prévenir de l’arrivée de la commande. « On a besoin de six clics pour appeler le client actuellement. On voudrait juste un bouton plus direct, ça ne paraît pas grand chose, mais on est sur la route quand on appelle et ça peut être dangereux. On n’a pas été écouté », regrette-t-il.

Pour sa première commande de la soirée, Wissem parcourt plus de 10 kilomètres entre Courbevoie et Houilles, « une grosse course » pour laquelle il empochera 3,50 euros net.

Si Wissem « aime rouler », son gant droit déchiré sur le dos de la main illustre les risques du métier. En 2018, le coursier a été victime d’une rupture des ligaments croisés après un accident lors d’une livraison. « Six mois de galère », se souvient-il.

En chemin, Wissem slalome habilement entre les voitures et les débris sur la chaussée. « On se croirait dans +Mario Kart+ parfois », grince-t-il, le doigt sur le klaxon, toujours « concentré et dans l’anticipation ». À la sortie d’un tunnel de l’autoroute A86, un utilitaire blanc déboîte sans clignotant sur la file de gauche, manquant de désarçonner le livreur, invisible dans l’angle mort.

Malgré le danger, Wissem n’entend pas renoncer à travailler pour des plateformes, notamment Deliveroo. « L’application en elle-même est bien », souligne-t-il.

« Mais on doit être capables de se défendre pour nos intérêts », fait-il valoir, décidé à continuer de mobiliser « les collègues » autour de lui.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Gaza : Troisième véto américain au Conseil de sécurité sur un « cessez-le-feu immédiat »

Article

le

Gaza : Troisième véto américain au Conseil de sécurité sur un "cessez-le-feu immédiat"

Les États-Unis ont opposé leur veto mardi à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant un cessez-le-feu « immédiat » à Gaza. Il s’agit de leur troisième veto depuis le début de la guerre entre leur allié israélien et le Hamas.

Malgré la pression internationale pour atténuer leur soutien à Israël, les Etats-Unis ont de nouveau empêché ce mardi le Conseil de sécurité de l’ONU d’exiger un cessez-le-feu « immédiat » à Gaza, faisant circuler un texte alternatif sur une éventuelle trêve sous conditions.

Le projet de résolution, qui exigeait « un cessez-le-feu humanitaire immédiat qui doit être respecté par toutes les parties », a recueilli 13 voix pour, une abstention (Royaume-Uni) et une contre, le troisième veto américain depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas. L’ambassadeur palestinien à l’ONU a fustigé le veto « irresponsable et dangereux » des Etats-Unis.

Présenté par l’Algérie après plus de trois semaines de discussions, le texte s’opposait aussi au « déplacement forcé de la population civile palestinienne », alors qu’Israël a évoqué une évacuation des civils avant une offensive terrestre à Rafah où s’entassent 1,4 million de personnes dans le sud de la bande de Gaza.

Lire Plus

Europe

Une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire

Article

le

Permis de Conduire : bientôt une visite médicale obligatoire pour conserver son permis

Les États membres de l’Union européenne vont prochainement s’exprimer sur un projet de loi qui vise à instaurer une visite médicale pour délivrer ou renouveler le permis de conduire.

Un projet de loi débattu prochainement au Parlement européen pourrait changer les règles pour les automobilistes européens. Il prévoit une visite médicale obligatoire tous les quinze ans pour conserver son permis de conduire. Cette mesure, soutenue par la commission des Transports de l’instance européenne, vise à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030, dans une perspective ultime d’atteindre zéro mort d’ici 2050.

L’examen médical comprendrait un contrôle de la vue, tandis que les autres tests requis seraient définis par chaque État membre. Bien que cette proposition suscite des débats, elle s’inspire de pratiques déjà en vigueur dans certains pays européens, où des contrôles médicaux sont effectués à des intervalles réguliers pour les conducteurs âgés.

Si cette mesure est adoptée, elle ne serait pas mise en œuvre avant 2027. Son objectif principal est de garantir que les conducteurs restent aptes à conduire tout au long de leur vie, contribuant ainsi à la sécurité routière et à la réduction du nombre de victimes sur les routes de l’Union européenne.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

France

Des médecins cubains pour sauver les urgences et la maternité de Guingamp

Article

le

Cuba a accepté d’envoyer des médecins en renfort dans les hôpitaux de Guingamp (Bretagne), où les services sont en difficulté.

Alors que l’hôpital de Guingamp rencontre des difficultés, des élus et membres hospitaliers locaux souhaitent faire venir des médecins cubains pour sauver les urgences et la maternité.

Vendredi dernier, les défenseurs de l’hôpital de Guingamp ont rencontré l’ambassadeur de Cuba, Otto Vaillant, dans l’espoir de trouver une solution à la crise sanitaire qui frappe la région. Au cœur des discussions : la possibilité d’accueillir des médecins cubains pour pallier le manque criant de professionnels de santé.

L’initiative, portée par l’agglomération de Guingamp-Paimpol, pourrait offrir un sursis à la maternité de Guingamp, menacée de fermeture depuis plusieurs années. Si la venue de médecins cubains se concrétise, elle constituerait un renfort transitoire vital pour maintenir ouverts les services d’urgence dans une région où l’accès aux soins est de plus en plus difficile.

La mobilisation en faveur de cette solution témoigne des défis auxquels est confronté l’hôpital public en France, en particulier dans les zones rurales. Les débats autour de cette proposition soulèvent également des questions cruciales, notamment sur les conditions de travail et les modalités de rémunération des médecins cubains.

Que cette initiative se matérialise ou non, elle a le mérite de mettre en lumière les difficultés rencontrées par l’hôpital public et de susciter un débat sur les solutions envisageables pour garantir l’accès aux soins pour tous.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus