Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Vote crucial en Suisse sur la libre circulation avec l’UE

Article

le

vote-crucial-en-suisse-sur-la-libre-circulation-avec-l’ue

Les Suisses sont appelés à voter dimanche sur l’abolition de la liberté de circulation avec l’Union européenne, une proposition du premier parti helvétique aux conséquences majeures, mais qui ne semble pas séduire les électeurs selon les sondages.

Pour que cette iniative populaire lancée par l’Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), soit adoptée, il faut la majorité des votants et la majorité des 26 cantons helvétiques.

La très grande majorité des électeurs suisses, appelés à voter plusieurs fois par an lors de référendums, ont voté par correspondance dans les deux à trois semaines précédant l’élection, mais les bureaux de vote sont généralement ouverts le dimanche entre 10H00 et 12H00 (08H00 et 10H00 GMT).

Ils auraient dû se prononcer sur la question européenne en mai, mais le gouvernement avait reporté le vote car les mesures de restrictions mises en place face à la pandémie de coronavirus ont empêché les partis de mener campagne.

L’initiative de l’UDC, qui estime que la Suisse « subit une immigration incontrôlée et démesurée » et que les « emplois sont menacés », vise à résilier l’Accord sur la libre-circulation des personnes (ALCP) signé en 1999 avec l’Union européenne.

Les sondages prédisent un rejet de l’iniative à près de 65%. Mais le « oui » surprise de 2014 incite à la prudence.

Il y a six ans, les Suisses avaient ainsi approuvé, à une très courte majorité, une première iniative populaire de l’UDC réintroduisant des quotas de migrants, notamment européens. Craignant des représailles de l’UE, Berne avait adouci le texte de mise en oeuvre de l’initiative: adopté en 2016 par le parlement, il donne une préférence nationale à l’embauche et établit des formalités supplémentaires pour les employeurs basés en Suisse voulant faire venir des employés européens.

En 1992, les Suisses avaient également voté « non » à l’entrée de leur pays dans l’Espace économique européen, un accord signé par les Etats membres de la Communauté européenne, l’ancêtre de l’UE, et les pays membres de l’Association européenne de libre-échange (AELE).

Depuis, Berne et Bruxelles ont signé plusieurs accords bilatéraux. Un premier paquet de sept accords, incluant l’ALCP, a été validé par le peuple suisse en 2000 par 67,2 % des voix.

Si l’initiative était approuvée, ses conséquences mettraient en danger l’ensemble des relations bilatérales entre la Suisse et l’UE.

Le gouvernement suisse a ainsi prévenu les électeurs qu’en raison de la « clause dite guillotine », une dénonciation unilatérale de l’ALCP entraînerait, six mois après, la rupture automatique de six autres accords bilatéraux (concernant notamment les marchés publics, l’agriculture et les transports terrestres) et risquerait de remettre en question d’autres importants traités conclus avec l’UE.

Cavalier seul

L’UDC, parti résolument antieuropéen et dont les affiches aux relents xénophobes font régulièrement polémique, a mené sa campagne avec le slogan « Trop, c’est trop », accompagné d’une affiche représentant le lourd fessier d’un Européen qui écrase la Suisse en s’asseyant dessus.

Mais, plus que jamais, l’UDC a fait cavalier seul pendant la campagne.

Gouvernement, parlement, syndicats, patronat, partis… tous ont appelé à faire front face à la droite populiste, rappelant que l’UE reste le principal partenaire commercial de la Suisse et que des pans entiers de l’économie, en particulier dans les régions frontalières, dépendent de la main d’oeuvre européenne.

Bruxelles n’a pas souhaité s’exprimer avant le vote. Mais Dana Spinant, porte-parole de la Commission européenne, a rappelé que l’UE avait l’intention d’approuver l’accord-cadre avec la Suisse « aussi vite que possible après clarification des points » soulevés par Berne. Ces points concernent notamment la protection des salaires et les aides d’Etat.

Depuis plusieurs années, l’UE souhaite conclure un accord-cadre institutionnel avec Berne pour simplifier les relations bilatérales. Cet accord est loin de faire l’unanimité en Suisse, à gauche comme à droite.

D’après les sondages, les Suisses devraient en revanche approuver dimanche l’achat de nouveaux avions de combat à hauteur de 6 milliards de francs suisses (5,6 milliards d’euros) et l’instauration d’un congé paternité de deux semaines.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Les + Lus