Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Un vrai tatouage qui disparaît au bout d’un an? Le pari d’une start-up new-yorkaise

Article

le

un-vrai-tatouage-qui-disparait-au-bout-d’un-an?-le-pari-d’une-start-up-new-yorkaise

Entre la marque indélébile et les décalcomanies, une start-up new-yorkaise propose une alternative, un tatouage éphémère qui disparaît au bout d’un an environ, et ambitionne d’ouvrir le marché à une nouvelle clientèle.

Abigail Glasgow a choisi. Cette fois, ce sera un « m », première lettre du prénom de son fiancé, tatoué sur l’avant-bras. Un choix risqué? « Ca va disparaître, donc je ne m’inquiète pas trop », dit-elle, le regard malicieux.

Après six années de développement, la jeune société Ephemeral a trouvé la formule d’une encre composée de polymères biodégradables, qui se dissout naturellement entre 9 et 15 mois après injection selon le même procédé qu’un tatouage classique.

Alors étudiant à l’université NYU, Josh Sakhai, l’un des trois co-fondateurs d’Ephemeral, voulait un tatouage permanent. Mais « j’avais peur de m’engager », se souvient ce fils d’une famille d’origine iranienne, laquelle ne goûtait pas vraiment le tatouage.

Lui est alors venue l’idée d’un tatouage temporaire et d’une encre évanescente, qui a nécessité 50 formulations successives, dont Josh Sakhai a testé un certain nombre sur lui-même.

Le tout élaboré en interne dans le laboratoire maison, à Milford (Connecticut), en collaboration avec des dermatologues, uniquement à partir de composants déjà autorisés pour d’autres produits par le régulateur américain, la Food and Drug Admnistration (FDA).

Pas de brouillage ou de dilution avec le temps, comme pour certains tatouages permanents, assure Josh Sakhai. Les lignes restent nettes et le dessin s’estompe uniformément, comme en témoignent des exemples sur ses bras.

Pour l’instant, seul le noir est disponible, mais d’autres couleurs pourraient un jour enrichir la palette.

« Accompagner un changement »

Dans plusieurs régions du monde, particulièrement en Asie, des tatoueurs amateurs proposent, depuis quelques années, des tatouages présentés comme « semi-permanents », grâce, selon leurs promoteurs, à de l’encre « végétale » et une moindre pénétration de l’aiguille.

En pratique, ces tatouages, à la technique très approximative, se dégradent mais ne disparaissaient pas complètement et occasionnent souvent des lésions, au point que plusieurs tatoueurs professionnels ont tiré la sonnette d’alarme.

« Cobaye », comme il se décrit en plaisantant, Josh Sakhai désigne sur ses bras plusieurs emplacements où se trouvaient, selon lui, des tatouages aujourd’hui invisibles.

Sa propre mère vient de franchir le pas deux heures plus tôt et s’est fait tatouer trois papillons dans le salon Ephemeral, ouvert fin mars dans le quartier « bobo » de Williamsburg, à Brooklyn.

« Nous rendons possible le tatouage pour toute une nouvelle clientèle qui n’aurait pas voulu d’un tatouage permanent », expose Josh Sakhai, pour qui cette nouvelle technique ne concurrence pas le tatouage traditionnel.

Le tatouage éphémère, qui coûte entre 175 et 450 dollars chez Ephemeral, peut devenir une porte d’entrée vers un marquage permanent, selon le jeune entrepreneur. « Cela élargit les possibilités pour la communauté du tatouage traditionnel. »

Ephemeral n’a d’ailleurs recruté que des tatoueurs venus de l’univers du permanent, dont Marissa Boulay, qui inscrit au dermographe (la machine à tatouer) le fameux « m » sur l’avant-bras d’Abigail, qui arbore également des tatouages permanents.

« Je peux m’amuser un peu plus », glisse Abigail, « je peux décider dans l’instant » du dessin ou de l’emplacement. Pour elle, c’est aussi l’occasion de tester cette petite fleur qu’elle envisage de se faire tatouer définitivement, plus tard.

« Beaucoup de gens pensent que nous sommes en train de changer la culture » du tatouage, dit-elle, même si elle ne partage pas cet avis.

Autrefois territoire des « rebelles », voire marginaux, symbole de radicalité, le tatouage s’est démocratisé depuis 20 ans, au point d’être désormais répandu chez les « millennials ».

Quelque 40% des 18-34 ans ont au moins un tatouage, selon une étude réalisée en 2019 aux Etats-Unis par l’institut Nielsen.

« On n’essaye pas de changer quoi que ce soit », affirme Marissa Boulay, qui s’est formée seule au tatouage et le pratique depuis 11 ans. « Nous ne faisons qu’accompagner des changements en cours. »

« L’essence du tatouage, c’est un mode d’expression et un art », souligne la jeune femme de 29 ans dont le corps est couvert de dessins permanents. « Nous essayons simplement de le rendre plus accessible ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Article

le

Ukraine: 11 morts dans une triple frappe russe sur une grande ville du nord

Au moins 11 personnes tuées dans une triple frappe russe, l’Ukraine réclame un renforcement de ses défenses aériennes.

Une triple frappe russe a frappé la grande ville de Tcherniguiv dans le nord de l’Ukraine, faisant au moins 11 morts et 22 blessés, selon le ministre de l’Intérieur Igor Klimenko. Le président Volodymyr Zelensky a réagi en pointant du doigt le manque d’aide de l’Occident dans la défense du pays.

Le président Zelensky a déclaré que l’Ukraine manquait de défenses aériennes suffisantes pour empêcher de telles attaques. Il a déploré le fait que la Russie bombarde quotidiennement les villes ukrainiennes, utilisant des missiles et des drones explosifs, notamment pour cibler les infrastructures énergétiques du pays.

Face à une aide occidentale qui semble diminuer, l’Ukraine peine à intercepter ces attaques. Zelensky a exhorté ses partenaires internationaux à fournir davantage d’armements et de systèmes de défense aérienne pour renforcer la capacité de l’Ukraine à se protéger.

L’attaque sur Tcherniguiv survient dans un contexte où l’Ukraine tente de faire face à l’agression russe depuis plusieurs années. Fondée il y a plus de 1 000 ans, Tcherniguiv est une ville historique qui a été lourdement bombardée par l’armée russe depuis le début de l’offensive.

Dans un autre incident, des médias russes ont rapporté une attaque ukrainienne sur la base militaire de Djankoï en Crimée, avec des vidéos montrant des explosions impressionnantes au milieu de la nuit. Selon des sources, des missiles tactiques ATACMS fournis par les États-Unis à l’Ukraine pourraient avoir été utilisés lors de cette attaque.

Les pertes dans les rangs russes depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, il y a deux ans, sont estimées à environ 50 000 soldats, selon des médias russes et britanniques. Les autorités russes ne divulguent pas officiellement leurs pertes, tandis que Zelensky a reconnu en février la mort de 31 000 militaires ukrainiens.

Lire Plus

Europe

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

Article

le

Italie : un restaurant offre une bouteille de vin aux clients qui se séparent de leur portable

À Vérone, une initiative originale pour encourager les convives à profiter pleinement de leur repas sans les téléphones portables.

Le restaurant Al Condominio, situé à Vérone en Italie, propose une expérience gastronomique unique en son genre : laisser son téléphone portable à l’entrée dans une boîte fermée à clé en échange d’une bouteille de vin gratuite. Cette initiative, rapportée par The Guardian, vise à inciter les convives à savourer pleinement leur repas sans les distractions constantes des appareils électroniques.

Le propriétaire de l’établissement, Angelo Lella, explique : « Nous voulions ouvrir un restaurant différent des autres. La technologie devient un problème, il n’est pas nécessaire de regarder son téléphone toutes les cinq secondes. » Pour encourager cette déconnexion temporaire, il offre généreusement une bouteille de vin à tous ceux qui participent à cette initiative.

Angelo Lella compare l’addiction aux téléphones portables à une drogue et estime que cette initiative permet aux clients de « mettre de côté » cette dépendance et de profiter pleinement de leur vin et de leur repas.

Le processus est simple : les convives déposent leur téléphone dans une boîte fermée à clé à l’entrée du restaurant et reçoivent en échange une clé pour récupérer leur appareil à la fin du repas. Ceux qui sont pleinement satisfaits de leur expérience sont également invités à laisser un avis sur le repas, à déposer dans la même boîte que leur téléphone. Les commentaires les plus élogieux peuvent même leur valoir une invitation à dîner gratuitement dans le restaurant.

Depuis la mise en place de cette offre, Angelo Lella rapporte un franc succès : « La réponse a été très positive. 90% des clients ont choisi de laisser de côté leur téléphone en échange du vin. »

Cette initiative originale témoigne de la volonté du restaurant Al Condominio de créer une atmosphère conviviale et déconnectée, où les clients peuvent pleinement apprécier leur repas et leur compagnie, sans les distractions incessantes des appareils électroniques.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

Les + Lus