Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Un Irlandais gagne l’étape des îles du Tour de France privé de son directeur

Article

le

un-irlandais-gagne-l’etape-des-iles-du-tour-de-france-prive-de-son-directeur

L’étape des îles, d’Oléron à Ré, a couronné mardi un Irlandais, Sam Bennett, vainqueur au sprint dans le Tour de France qui est privé pendant une semaine de son directeur Christian Prudhomme testé positif au coronavirus.

Sans changement sur la hiérarchie toujours menée par le Slovène Primoz Roglic, la journée s’est avérée stressante, tant en raison de l’attente des résultats des tests Covid que de risques de chute et de cassure sur le parcours de cette 10e étape.

Pour le Covid-19, la victime la plus notable n’est autre que le directeur du Tour. Mais, a vite souligné Christian Prudhomme, « le plus important, c’est qu’aucun coureur ne soit positif ».

En revanche, quatre membres de quatre équipes différentes (Ineos, Cofidis, AG2R La Mondiale, Mitchelton) ont été recalés et ont dû quitter la « bulle course ».

Pour plusieurs grands noms, le vainqueur sortant Egan Bernal, Guillaume Martin et Romain Bardet, le risque existe d’un deuxième cas dans leurs équipes respectives sur une période de sept jours. En pareille hypothèse, leur formation serait exclue, conformément au protocole sanitaire établi par les autorités françaises.

« Une chape de plomb »

« Il y a une chape de plomb au-dessus du peloton », a reconnu le patron de l’équipe AG2R La Mondiale, Vincent Lavenu. « Il n’y a pas de stigmatisation à faire, le mauvais sort peut toucher toutes les équipes ».

Comme les autres équipes concernées, la formation française a écarté sans attendre son cas positif. Ainsi qu’une autre personne, un « cas contact » potentiel, pourtant testé négatif.

« Il faut continuer à prendre les mesures pour que le Tour puisse avancer », a estimé Vincent Lavenu.

Christian Prudhomme, qui avait tenu à être testé bien qu’il ne fasse pas partie de la « bulle course », a tenu un propos identique.

« Je vais m’isoler pendant une semaine et je serai de retour mardi prochain », a annoncé le directeur du Tour, qui est asymptomatique. « Comme des dizaines de milliers de salariés français, qui sont contraints d’arrêter de travailler lorsqu’ils sont dans la même situation que moi ».

Remplacé dans la voiture rouge qui ouvre la course par François Lemarchand, habituel directeur de Paris-Nice, Christian Prudhomme a regardé l’étape de loin, par écran TV interposé. Il a vu les chutes émailler le parcours des 168,5 kilomètres et les cassures se produire avant que le vent de face, dans le final, calme les énergies.

« Ce n’est pas la journée la plus facile, c’était compliqué, une étape très pointue mais finalement tout s’est bien passé », a apprécié Roglic après l’arrivée.

Bennett déshabille Sagan

Pour enlever son premier succès dans le Tour, à sa troisième participation, Sam Bennett s’est imposé de peu devant l’Australien Caleb Ewan qui n’a pu le remonter complètement. Le Slovaque Peter Sagan, qui a laissé le maillot vert à l’Irlandais, a pris la troisième place devant l’Italien Elia Viviani.

« Je suis très fier de mon équipe », a commenté le champion d’Irlande, qui a été remarquablement emmené dans le sprint par le Danois Michael Morkov.

« On savait qu’il y avait vent de face. Il fallait tenir à l’abri le plus longtemps possible », a souligné Bennett, en échec jusqu’à présent dans les sprints (4e à Nice, 2e à Sisteron, 3e à Privas).

A 29 ans, le vainqueur du jour attendait ce moment depuis qu’il a gagné des étapes au Giro (trois en 2018) et à la Vuelta (deux en 2019). L’hiver dernier, il a rejoint l’équipe Deceuninck, faute d’avoir une place privilégiée dans son équipe précédente, Bora, qui accordait la priorité à Peter Sagan et à l’Allemand Pascal Ackermann.

Des candidats aux premières places, le Slovène Tadej Pogacar et surtout le Français Guillaume Martin, 3e du général, ont été pris dans une chute avant les 60 derniers kilomètres. Ils ont repris place ensuite dans le peloton.

Mercredi, la 11e étape s’offre de nouveau aux sprinteurs entre Châtelaillon-Plage et Poitiers, sur un parcours de plaine de 167,5 kilomètres.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a reçu une amende vendredi pour ne pas avoir porté la ceinture de sécurité la veille alors qu’il tournait une vidéo à l’arrière d’une voiture.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a reçu une amende, vendredi 20 janvier, pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité. Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, mais qui a depuis été retirée, le chef du gouvernement conservateur évoque avec entrain sa politique de rééquilibrage territorial, assis à l’arrière d’une voiture sans porter sa ceinture de sécurité, lors d’un déplacement dans le Lancashire, dans le nord de l’Angleterre.

Rapidement, les critiques se sont multipliées sur les réseaux sociaux et Rishi Sunak a reconnu jeudi soir « une erreur de jugement ». La police du Lancashire a annoncé la sanction dans un tweet vendredi : « Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un individu ne portant pas sa ceinture de sécurité alors qu’il était passager d’une voiture en mouvement dans le Lancashire, nous avons aujourd’hui émis une offre conditionnelle de pénalité fixe à un homme de 42 ans de Londres ».

Le Premier ministre « reconnaît pleinement qu’il s’agissait d’une erreur et a présenté ses excuses. Il va bien sûr se conformer à l’amende fixée », n’a pas tardé à réagir un porte-parole de Downing Street. Selon la BBC, la contravention pour le non-port de la ceinture de sécurité en tant que passager d’une voiture s’élève à 100 livres sterling (114,20 euros) et peut monter jusqu’à 500 livres sterling (571 euros) si l’affaire est portée devant le tribunal.

Ce n’est pas la première fois que Rishi Sunak reçoit une amende. Quand il était ministre des Finances de Boris Johnson, il avait été sanctionné dans le scandale dit du « Partygate », pour avoir été présent lors d’un rassemblement pour l’anniversaire du Premier ministre, en violation des règles anti-Covid.

Lire Plus

Les + Lus