Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète : Ulysse Services Maritimes dépollue les eaux

Article

le

©LeSingulier

Si un jour vous vous baladez sur le port de Sète, et que vous voyez des gens armés de tuyaux et de pompes sur un bateau : Pas de panique ! C’est sans doute Ulysse Services Maritimes qui nettoie les bateaux du port de Sète. 

« C’est l’histoire d’un gars qui a fait un long voyage », voilà les premières lignes qu’on peut lire sur le site de l’entreprise pour nous présenter le dirigeant de Ulysse Service Maritime. Guy Gradit, est « né à Sète, je suis parti pendant 17 ans autour du monde, puis je suis revenu … » explique-t-il. Cela va faire 8 ans qu’il écume les eaux de l’île Singulière, enchaînant les travaux maritimes. « C’est le port qui m’a mandaté pour 2 mois afin de dépolluer les eaux et pomper les déchets des bateaux » souligne le marin.

Le 17 juillet le marin a reçu sa barge écologique qui lui permet de dépolluer le port de Sète sans aucun retour financier nécessaire de la part du plaisancier. La pollution est un sujet qui touche beaucoup Guy Gradit, si on devait justifier son acte, ce serait sûrement « l’amour de la mer depuis des années » qui le pousse, « On aimerait que nos enfants voient la mer propre » ajoute-t-il.

En quoi consiste Ulysse Services Maritimes ? 

Cette jeune entreprise familiale composée de Guy Gradit, sa femme Emilienne Puy ainsi que Florian, jeune marin est en collaboration avec l’entreprise Éco-Tank, « Je voulais me mettre en partenariat avec eux car il y a 13 ans d’expérience derrière » nous dit Guy, « je me suis dit qu’ils pourraient m’apprendre des choses ». Ainsi que le port de Sète pour dépolluer les eaux et les bateaux. « on passe 3 heures par jour à nettoyer les eaux, et 6 heures par semaine à pomper les fluides des bateaux ». Car oui, même les bateaux les plus propres polluent. Les eaux noires et grises, à savoir respectivement celles de la toilette générale de l’embarcation, et les fluides d’entretien comme l’huile ou le gasoil sont pompés à la demande du plaisancier par Guy et sa barge.

La communication est la clé

Pour se faire connaître, pas d’affiche, pas de tracts. Le port de Sète s’est occupé d’envoyer un mail à tout les plaisanciers du port pour annoncer qu’il était désormais possible de faire nettoyer la cale de leurs bateaux. Par exemple, au début du mois de juillet, Sète Agglopôle Méditerranée avait organisé la Navirade Bleue, une réunion d’associations pour nettoyer le port de Sète dans la zone d’Escale à Sète. Et bien Guy n’a pas souhaité s’y rendre « C’est pas qu’on est contre, au contraire » précise-t-il, « on préfère faire ce genre de chose mais en privé ». Cela prouve qu’Ulysse Services Maritimes souhaite rester dans l’ombre et ne pas faire de pub. « l’important c’est que cela soit fait peu importe qui le fait » expliquait il à un client. Pour se faire connaître et sensibiliser les personnes concernées, Emilienne Puy, la femme de Guy, arpente les quais et interpelle les gens sur leur bateau pour parler de la cause écologique et essayer de les sensibiliser.

Malheureusement, le travail de Guy, son employé et sa femme semble énorme pour une seule vie. « on a l’impression d’être dans un jour sans fin » désespèrent-ils. Une preuve de plus que le combat contre la pollution est loin d’être gagné, et qu’il faut encore travailler pour réduire le nombre de déchets.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus