Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Trump ou Biden? Les Américains aux urnes dans un pays sous tension

Article

le

trump-ou-biden?-les-americains-aux-urnes-dans-un-pays-sous-tension

Des dizaines de millions d’Américains se pressaient mardi vers les bureaux de vote pour départager Donald Trump et Joe Biden lors d’une présidentielle historique, dans un pays divisé à l’extrême.

Malgré un bilan plombé par la pandémie, le président républicain a assuré avoir une « très solide chance de gagner » quatre ans de plus à la Maison Blanche, lors d’un entretien sur la chaîne Fox News au petit matin.

Donald Trump a par ailleurs semblé vouloir tempérer les inquiétudes selon lesquelles il pourrait déclarer victoire avant l’annonce de résultats officiels dans les Etats. Interrogé sur le moment où il se déclarerait gagnant, il a répondu: « seulement lorsque nous aurons une victoire. Il n’y a aucune raison de tirer des plans sur la comète ».

Armé de son indéniable énergie sur les estrades, le milliardaire de 74 ans s’est démultiplié ces derniers jours et mise sur l’ardeur de ses partisans, chauffés à blanc par une campagne d’une agressivité inouïe, pour créer la surprise, comme en 2016.

Favori des sondages depuis des mois, Joe Biden, 77 ans, ancien vice-président de Barack Obama, mise lui sur le rejet que suscite son rival auprès d’une large partie de l’électorat pour décrocher les clés de la Maison Blanche.

« J’ai le sentiment que nous allons vers une large victoire », a-t-il lancé lundi soir à Pittsburgh, où il avait débuté sa campagne il y a dix-huit mois.

Après une visite dans une église de son fief de Wilmington (Delaware), il s’est recueilli mardi matin sur la tombe de ses proches avant de mettre le cap, à nouveau, sur l’Etat de Pennsylvanie, qui détient peut-être la clé du scrutin.

Donald Trump se rendra lui dans un QG de campagne du parti républicain à Arlington, pour sa dernière sortie publique d’une campagne bouleversée par l’épidémie de Covid-19, qui a fait plus de 230.000 morts aux Etats-Unis.

« Finir ce cauchemar »

Malgré une température proche de zéro, des New-Yorkais patientaient pour glisser leurs bulletins dès l’ouverture des bureaux, à 06H00 (11H00 GMT). « Ca fait quatre ans que j’attends, je veux en finir avec ce cauchemar », lançait un quinquagénaire, préférant ne pas donner son nom.

A l’inverse, Lynn Gionte, 60 ans, espérait une « vague » républicaine. Croisée la veille à un meeting de Donald Trump en Pennsylvanie, elle assurait ne jamais avoir vu un tel « engouement » pour un président.

Au moment où certaines villes se préparent à d’éventuels débordements violents, l’Amérique donne au monde l’image d’un pays scindé en deux blocs qui ne se parlent plus.

Pendant des mois, Donald Trump a agité le spectre d’une « gauche radicale » prête à transformer la première puissance mondiale en un « Venezuela à grande échelle ». « S’ils gagnent, notre pays ne sera plus jamais le même », a-t-il encore lancé mardi sur Fox News.

Les démocrates, Joe Biden et Barack Obama en tête, multiplient eux les mises en garde contre les conséquences potentiellement dévastatrices sur les institutions démocratiques d’un second mandat Trump.

Le scrutin oppose deux hommes radicalement différents.

D’un côté, un héritier de New York, magnat de l’immobilier passé par la téléréalité avant de faire irruption en politique avec un message populiste, « l’Amérique d’abord », et qui continue de se présenter en « outsider ».

De l’autre, un vieux routier de la politique issu des classes moyennes — au compteur, 36 années comme sénateur puis huit de plus comme vice-président — qui promet de panser les plaies d’un pays meurtri en remportant « la bataille pour l’âme de la nation ».

Ce modéré s’est imposé aux primaires de son camp avec un message simple: battre Donald Trump, étrillé comme « le pire président » de l’histoire récente des Etats-Unis. Peu à peu, il a aussi fait de l’élection un référendum sur la gestion de la pandémie par le républicain.

Ce dernier n’a lui cessé d’être rattrapé par cette crise sanitaire qu’il s’est toujours efforcé de minimiser.

Jusqu’à être lui-même contaminé et hospitalisé, début octobre. « Je suis guéri » et « immunisé », martèle-t-il depuis.

Participation très élevée

La participation s’annonce historiquement élevée, avec près de 100 millions d’électeurs qui ont déjà voté par anticipation avant mardi — par courrier ou en personne –, soit plus de 70% du nombre d’électeurs total de 2016.

Les démocrates avaient appelé à voter en amont en raison du virus, et il faudra voir si les républicains, plus enclins à se déplacer aux urnes le jour-même, seront au rendez-vous.

L’accumulation record de votes par courrier, qui dans certains Etats pourront affluer plusieurs jours après mardi, risque aussi de compliquer le dépouillement, voire retarder l’annonce d’un vainqueur si le résultat est serré. « Dès que l’élection sera terminée, nos avocats seront prêts », a prévenu Donald Trump.

Pour l’emporter, un candidat n’a pas besoin d’être majoritaire en voix au niveau national: il doit obtenir au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats.

Mardi soir, dans un premier temps, tous les regards seront braqués sur la Floride, qui a promis d’afficher la couleur dès la nuit électorale. Sans cet Etat qu’il avait gagné en 2016, c’est mission quasi-impossible pour Donald Trump.

En revanche, s’il parvient à conserver la Floride, où il est au coude-à-coude avec Joe Biden dans les sondages, l’attention se déplacera vers la Pennsylvanie, l’Etat natal du démocrate. Là, les intentions de vote sont un peu plus favorables à l’ancien vice-président, mais avec un écart proche de la marge d’erreur.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Emmanuel Macron appelle à un « sursaut » pour assurer la « défaite » de la Russie lors d’une conférence sur l’Ukraine à Paris

Article

le

Emmanuel Macron appelle à un "sursaut" pour assurer la "défaite" de la Russie lors d'une conférence sur l'Ukraine à Paris

Le président français annonce de nouvelles mesures pour renforcer le soutien à l’Ukraine et refuse d’exclure la possibilité d’un envoi de troupes occidentales à l’avenir.

Lors d’une conférence d’urgence à Paris réunissant vingt-sept pays alliés de l’Ukraine, Emmanuel Macron a lancé un appel à un « sursaut » pour garantir la « défaite » de la Russie, annonçant de nouvelles mesures pour fournir davantage d’armes à Kiev.

Le président français a souligné l’urgence d’agir face à la situation critique en Ukraine, où l’absence d’armes occidentales compromet la capacité de défense du pays. Il a rappelé le rôle crucial de l’Union européenne dans le soutien à l’Ukraine et a évoqué la nécessité d’intensifier l’effort en faveur de l’armée ukrainienne.

Emmanuel Macron a également abordé la possibilité d’un envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien, affirmant que la défaite de la Russie était indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe. Cette déclaration a suscité des réactions mitigées, certains la considérant comme une mesure nécessaire pour contrer l’agression russe, tandis que d’autres l’ont qualifiée de « folie » et ont exprimé des inquiétudes quant aux conséquences d’un tel engagement militaire.

La conférence de Paris a été l’occasion pour les pays alliés de discuter de nouvelles initiatives pour soutenir l’Ukraine, notamment en renforçant les approvisionnements en armes et en coordonnant les efforts de défense. Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir la pression sur la Russie et de faire front commun pour contrer ses agressions.

Alors que les tensions persistent en Ukraine et que les Ukrainiens font face à de nouveaux revers dans l’Est du pays, la conférence de Paris a revêtu une importance cruciale pour réaffirmer l’engagement des pays alliés envers l’Ukraine et pour contredire toute impression de désintégration de l’unité internationale face à l’agression russe.

Lire Plus

Europe

La Hongrie ratifie l’adhésion de la Suède à l’Otan, après des mois de blocage

Article

le

La Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède à l'Otan, après des mois de blocage

Le Parlement hongrois approuve massivement l’accession de la Suède à l’Alliance atlantique, mettant fin à une période de tensions et de tergiversations.

Après des mois de blocage et de tergiversations, la Hongrie a finalement donné son feu vert à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Le Parlement hongrois a approuvé cette décision de manière écrasante, avec 188 voix sur 199 sièges, marquant ainsi la fin d’un long processus pour la Suède désireuse de rejoindre l’Alliance atlantique depuis l’invasion russe de l’Ukraine.

Cette approbation met un terme à une période chaotique marquée par des négociations ardues avec la Turquie, suivies des atermoiements du dirigeant nationaliste hongrois Viktor Orban, qui était le dernier réfractaire à l’adhésion de la Suède.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a salué cette décision comme un « jour historique », soulignant la volonté de la Suède d’assumer ses responsabilités en matière de sécurité euro-atlantique. Cette approbation intervient près de deux ans après le début du processus d’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Viktor Orban, lors de l’ouverture de la session parlementaire, a également exprimé sa satisfaction, saluant la visite récente de son homologue suédois comme une étape importante pour renforcer les relations entre les deux pays, malgré leurs divergences d’opinion.

Lire Plus

Europe

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Article

le

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Le projet-phare du gouvernement Scholz pourrait faire de l’Allemagne l’un des pays les plus libéraux d’Europe en matière de cannabis.

L’Allemagne est sur le point d’adopter une loi historique qui légaliserait le cannabis à des fins récréatives, marquant ainsi un tournant significatif dans la politique allemande sur les drogues. Ce projet, l’un des piliers de l’administration d’Olaf Scholz, placerait l’Allemagne parmi les pays les plus progressistes d’Europe en matière de législation sur le cannabis, rejoignant ainsi Malte et le Luxembourg, qui ont déjà franchi ce cap respectivement en 2021 et 2023.

Les députés de la coalition au pouvoir ont salué cette réforme comme une avancée majeure vers une politique moderne sur les drogues, soulignant également son potentiel pour lutter plus efficacement contre le marché noir. La loi, annoncée pour entrer en vigueur le 1er avril 2024, doit toutefois être adoptée par le Parlement allemand, une étape qui reste incertaine.

Des résistances se sont manifestées lors des débats au Bundestag, notamment parmi les députés Verts et les libéraux du FDP, pourtant alliés au gouvernement. Le projet de loi prévoit la création d’associations à but non lucratif, baptisées « clubs de cannabis », autorisées à cultiver et à fournir du cannabis à leurs membres, sous le strict contrôle du gouvernement.

Ces clubs, limités à 500 membres adultes et interdits de proximité avec des établissements sensibles tels que les crèches ou les écoles, seront régis par des règles strictes interdisant la consommation sur place. Les adultes pourront posséder individuellement jusqu’à 25 grammes de cannabis et cultiver trois plants de cannabis femelle, tandis que la consommation dans des lieux publics sera permise dans la plupart des cas, à l’exception des zones sensibles.

La loi prévoit également une mesure rétroactive, permettant la suppression des amendes pour possession de cannabis inférieure à 25 grammes des casiers judiciaires des contrevenants. Cependant, la mise en œuvre de cette législation pourrait poser des défis pour les autorités, notamment en ce qui concerne le respect des zones interdites de consommation, selon les experts allemands.

Lire Plus

Les + Lus