Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Tour d’Italie: un Giro à la beauté crépusculaire

Article

le

tour-d’italie:-un-giro-a-la-beaute-crepusculaire

La Sicile au début de l’automne: c’est un Giro à la beauté crépusculaire qui commence samedi devant la cathédrale de Monreale pour Vincenzo Nibali et Geraint Thomas, deux ex-vainqueurs du Tour de France, candidats à la victoire finale.

Aux portes de Palerme, la plus grande ville de Sicile, un quintette de favoris se dégage avant de prendre le départ du Tour d’Italie, la deuxième course par étapes de la saison cycliste par ordre d’importance. Avec Nibali (35 ans) et Thomas (34 ans), le Danois Jakob Fuglsang (35 ans) et le Néerlandais Steven Kruijswijk (33 ans) côtoient un jeunot, le Britannique Simon Yates, 28 ans quand même.

A l’opposé du dernier Tour de France et de la nouvelle vague incarnée par son vainqueur-surprise, le Slovène Tadej Pogacar (22 ans), le Tour d’Italie offre leur chance aux « trentenaires ». Par défaut aussi, puisque le phénomène le plus étonnant du peloton, le Belge Remco Evenepoel (20 ans), a dû déclarer forfait après sa chute à la mi-août dans le Tour de Lombardie.

Nibali, double vainqueur du Giro (2013, 2016), postule à une troisième victoire qui le placerait au niveau du mythique Felice Gimondi, dont il se rapproche par maints aspects. Cette fois, le « Requin de Messine » évolue à domicile, au moins pendant les quatre premiers jours.

« Un message de confiance » pour l’Italie

Le Giro s’est heureusement reporté sur la Sicile, l’île aux merveilles antiques, après avoir dû renoncer au Grand départ initial de Budapest. Avec, pour points d’orgue, le contre-la-montre initial entre Monreale et Palerme, le final le lendemain près de la vallée des Temples à Agrigente, et surtout la première arrivée en altitude lundi sur les pentes de l’Etna, le volcan toujours prêt à se réveiller.

Fascinant Giro ! Dans un pays qui a été le premier en Europe à être durement touché par la pandémie de coronavirus mais qui a su ces derniers mois maîtriser les risques de recrudescence, la course rose veut apporter « un message de confiance à travers l’Italie », selon le mot de son directeur Mauro Vegni.

Tout le pays est concerné, des plaines et reliefs du sud de la botte aux montagnes du nord visitées en troisième semaine, jusqu’aux points les plus hauts, le Stelvio (2758 m) et l’Agnello (2745 m), si la météo permet de franchir ces cols à cette époque de l’année.

La course réserve leur part aux sprinteurs (Fernando Gaviria, Arnaud Démare, Elia Viviani et, pour la première fois, le triple champion du monde Peter Sagan). Elle promet aussi 64,9 kilomètres de contre-la-montre, sensiblement plus qu’au Tour de France (36,2 km).

« Un véritable casse-tête » pour Nibali

Pour Thomas, le meilleur rouleur des favoris, l’avantage est indéniable. Mais, rétorque Nibali à propos du parcours, « ce Giro, pour sa préparation et la période de la saison à laquelle il se déroule, est un véritable casse-tête ».

« L’année est spéciale, la saison très étrange, la course pleine d’inconnues. Par exemple: y aura-t-il du public ? », s’interrogeait cette semaine le Sicilien de l’équipe Trek dans le quotidien Corriere della Sera. Avant de marquer son soulagement suite au championnat du monde d’Imola qui l’a en grande partie rassuré dimanche sur sa condition: « L’expérience m’apprend que je suis toujours prêt pour les grands tours ».

L’autre grande tête d’affiche de la 103e édition tient un discours similaire. Geraint Thomas, malheureux par le passé dans le Tour d’Italie, se présente pour redresser le bilan de l’équipe Ineos, en échec sur le Tour.

Son patron Dave Brailsford le rappelle, « le Giro est un défi, que ce soit en mai ou en octobre ». En 2018, son coureur britannique Chris Froome avait réussi le plus improbable des renversements au prix d’un incroyable raid de 80 kilomètres dans les montagnes piémontaises (nord-ouest). A chaque édition son défi.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Open d’Australie : Aryna Sabalenka remporte son premier Grand Chelem

Article

le

Open d'Australie : Aryna Sabalenka remporte son premier Grand Chelem

Aryna Sabalenka a remporté, à 24 ans, son premier titre du Grand Chelem. En finale de l’Open d’Australie samedi, la Biélorusse a renversé Elena Rybakina (4-6, 6-3, 6-4).

Aryna Sabalenka, grande première ! La Bélarusse, tête de série N.5 de cet Open d’Australie, s’adjuge à 24 ans son premier titre du Grand Chelem. Elle a renversé la Kazakhe Elena Rybakina ce dimanche, après un gros combat, et succède à l’Australienne Ashleigh Barty au palmarès du tournoi. Grâce à ce succès en trois manches (4-6, 6-3, 6-4), elle va retrouver lundi le deuxième rang mondial, le meilleur classement de sa carrière. C’est le premier échec en finale d’un Majeur pour Rybakina, lauréate du dernier Wimbledon, mais qui va tout de même monter à la 10 e place.

Melbourne attendait un match de cogneuses, et l’a eu. Cette finale fut très accrochée, les deux femmes se renvoyant coup pour coup tout a long d’une grosse bataille de 2h34. Dans la continuité de son parcours remarquable, qui l’a amenée à éliminer notamment la N.1 mondiale Iga Swiatek, Elena Rybakina (23 ans, tête de série N.22) a réalisé la meilleure entame de match. Elle a logiquement remporté le premier set, sereine, impassible, faisant parler son expérience à ce stade d’un tournoi majeur.

Et Sabalenka a tout renversé

En face, Aryna Sabalenka semblait quelque peu intimidée par l’enjeu, elle qui avait déjà joué trois demi-finales en Grand Chelem (Wimbledon 2021, US Open 2021 et 2022) sans jamais parvenir en finale. Mais on sentait, derrière la fébrilité, une puissance de feu en fermentation. Si bien que lorsque Rybakina a baissé de régime à l’entame de la deuxième manche, notamment au service, la Bélarusse a su saisir sa chance en étant agressive au retour. Elle s’est logiquement emparée du set.

Le troisième set devait donc être de celui de la bagarre, avec deux joueuses jouant au même moment un très bon tennis. Chacune a assuré sa mise en jeu, mais on sentait Sabalenka légèrement au-dessus. En témoignent ses jeux de service plus facilement remportés, tandis que Rybakina se maintenait à flot tant bien que mal en serrant le jeu dans les moments chauds. Mais elle finit pourtant par craquer à 3-3 sous les assauts répétés de la Bélarusse, dont les frappes n’ont cessé de gagner en puissance et en précision.

Il a fallu ensuite servir pour le gain du match à 5-4. Et il ne fait aucun doute qu’Aryna Sabalenka a dû repenser à ces heures et ces heures d’entraînement passées à tenter d’améliorer ce service maudit. Cette mise en jeu qui lui fit commettre tant de doubles fautes en 2022, y compris en finale du Masters contre Caroline Garcia. Contre Elena Rybakina, son service a de nouveau été sa plus grande force, avec 17 aces claqués, mais aussi sa plus grande faiblesse, en témoignent les 7 doubles fautes. Sur sa première balle de match, elle en a commis une, la première du set. Mais elle s’en est procurée trois autres, et la quatrième a été la bonne. Un mental de championne.

Lire Plus

France

Paris 2024 : l’Ukraine menace de boycotter les Jeux olympiques si des athlètes russes participent

Article

le

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a demandé à son homologue français Emmanuel Macron lors d’un entretien téléphonique de ne pas autoriser les athlètes russes à concourir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Patron du comité d’organisation, Tony Estanguet a ensuite rappelé que c’était le CIO qui devrait en décider.

Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky ne font pas que discuter de l’éventuel envoi de chars de combat par la France à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie. Les deux chefs d’Etat ont échangé au téléphone sur les prochains Jeux olympiques, qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024. Pour Zelensky, les athlètes russes ne doivent pas être autorisés à participer à la compétition. « J’ai particulièrement insisté sur le fait que les athlètes russes ne doivent pas avoir leur place aux JO de Paris », a confié le président ukrainien après son entretien avec son homologue français.

Après l’envahissement de l’Ukraine depuis la Russie mais aussi la Biélorussie par les troupes de Vladimir Poutine, le 24 février 2022, soit trois jours après la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de Pékin, donc pendant la trêve olympique, le Comité international olympique (CIO) avait sanctionné Russes et Biélorusses, d’abord exclus des Jeux paralympiques de Pékin. Aucun de ces deux pays n’a depuis pu organiser d’événement sportif international officiel, et leurs sportifs concourent désormais sous bannière neutre.

Estanguet : « C’est le CIO qui décide »

Et alors que Volodymyr Zelensky avait réclamé à la mi-décembre que les athlètes russes soient placés dans un « isolement complet » de toutes compétitions internationales, Thomas Bach, le président du CIO, a lui manifesté sa volonté de maintenir des sanctions fermes vis-à-vis de la Russie et de la Biélorussie. « Ces sanctions contre les États et les gouvernements russes et bélarusses doivent rester et resteront fermement en place, déclarait le dirigeant allemand, ancien champion olympique de fleuret, dans son message de Nouvel An. En cette nouvelle année, les athlètes ukrainiens peuvent compter sur l’engagement total du CIO et de l’ensemble du mouvement olympique en faveur de cette solidarité. Nous voulons voir une équipe forte de l’Ukraine aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver de Milan Cortina 2026. »

Président du comité d’organisation des JO parisiens, Tony Estanguet a rappelé mercredi devant la presse que « c’est bien le CIO qui décide des délégations qui sont autorisées à participer aux Jeux olympiques », a d’abord déclaré le triple champion olympique de canoë. « Le comité d’organisation n’a pas à intervenir dans le choix des délégations qui doivent participer aux Jeux. Nous, on attendra les règles édictées. A date, le comité paralympique a décidé d’exclure les Russes et de refaire un point d’étape fin 2023. Le CIO a également mis un certain nombre de sanctions pour tous les dirigeants du sport russe, sur le drapeau, sur les délégations », a conclu le patron du COJO.

Lire Plus

Sports

Novak Djokovic domine Andrey Rublev et rejoint les demies de l’Open d’Australie

Article

le

Novak Djokovic domine Andrey Rublev et rejoint les demies de l'Open d'Australie

Novak Djokovic est qualifié pour les demi-finales de l’Open d’Australie. Le Serbe a balayé Andrey Rublev, ce mercredi sur la Rod Laver Arena (6-1, 6-2, 6-4), et affrontera Tommy Paul pour une place en finale.

Novak Djokovic a une fois de plus récité son tennis, ce mercredi sur la Rod Laver Arena. Deux jours après avoir surclassé Alex de Minaur (6-2, 6-1, 6-2), le Serbe n’a laissé aucune chance à Andrey Rublev, trop tendre, en quart de finale de l’Open d’Australie (6-1, 6-2, 6-4) et affrontera l’Américain Tommy Paul, tombeur plus tôt de son compatriote Ben Shelton (7-6, 6-3, 5-7, 6-4), pour une place en finale. Il se qualifie pour sa dixième demi-finale à Melbourne.

L’ancien numéro 1 mondial, de retour cette année en Australie après y avoir été exclu en 2022, a une nouvelle fois prouvé qu’il était le grand favori pour succéder à Rafael Nadal. Il n’a concédé que deux balles de break au Russe dans la première manche, mais a su, comme souvent, hausser le ton au bon moment au service. Surtout, il menait déjà 5-1, après avoir converti deux de ses sept balles de break.

26 victoires de suite à Melbourne

Il faut dire que, quand la première ne passait pas pour Rublev, le point était quasi systématiquement remporté par Djokovic (19/28). Fatal pour le 6e mondial, dépassé et qui a été bien trop imprécis pour espérer créer l’exploit (29 fautes directes). Le scénario de la deuxième manche était similaire à celui de la première : le Serbe a fait la différence sur le service adverse et s’est montré solide pour écarter trois balles de break.

Djokovic a breaké d’entrée dans le troisième set et a géré sans trembler son avance, pour conclure sur sa première balle de match, en un peu plus de deux heures de jeu. Parfois étonnamment agacé, malgré une rencontre maîtrisée, le Serbe remporte un vingt-sixième de rang à l’Open d’Australie et égale la série d’Andre Agassi. On voit mal comment Tommy Paul pourrait l’empêcher d’effacer ce record.

Lire Plus

Les + Lus