Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

Total se maintient en Birmanie malgré la répression

-

le

total-se-maintient-en-birmanie-malgre-la-repression

Le groupe pétrolier français Total a annoncé dimanche qu’il maintenait sa présence controversée en Birmanie, où la répression contre le coup d’Etat militaire a déjà fait des centaines de morts, tout en s’engageant à financer des organisations pour les droits humains dans le pays.

Plus de 550 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués par les forces de sécurité depuis le putsch du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, d’après l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Le bilan pourrait être beaucoup plus lourd: quelque 2.700 personnes ont été arrêtées. Beaucoup, détenues au secret, sans accès à leurs proches ou à un avocat, sont portées disparues.

L’armée et la police tirent à balles réelles de jour comme de nuit, relève l’AAPP, et quatre civils sont encore tombés sous les balles samedi.

Face à la dégradation constante de la situation, des ONG internationales et locales, relayées par certains politiques en France, ont appelé Total, présent en Birmanie depuis 1992, à quitter le pays.

La société va maintenir sa production de gaz qui « alimente en électricité une population nombreuse à Rangoun », la capitale économique, a fait savoir dimanche son PDG Patrick Pouyanné.

Le groupe ne veut pas non plus exposer ses salariés sur place au risque de « travail forcé » s’il partait.

Total a versé environ 230 millions de dollars aux autorités birmanes en 2019 et 176 en 2020, sous forme de taxes et de « droits à la production », d’après ses documents financiers.

Bloquer nos paiements exposerait « les responsables de notre filiale au risque d’être arrêtés et emprisonnés », a estimé Patrick Pouyanné dans cette tribune parue dans l’hebdomadaire français Le Journal du dimanche.

Il s’est engagé à financer des ONG pour les droits humains à hauteur de ce qu’il versera à l’Etat birman.

Oeufs de Pâques anti-junte

Malgré la répression sanglante de la junte, la mobilisation pro-démocratie se poursuit, avec des dizaines de milliers de salariés en grève et des secteurs entiers de l’économie paralysés.

En ce dimanche de Pâques, le mouvement de désobéissance civile a trouvé une nouvelle parade: diffuser des photos d’œufs sur les réseaux sociaux décorés de petits messages. « Sauvez la Birmanie », « Nous voulons la démocratie », « Dégageons MAH », le puissant chef de la junte Min Aung Hlain, pouvait-on lire.

Mais l’accès à internet reste coupé pour une grande majorité de la population, l’armée ayant ordonné la suspension des données mobiles et des connexions sans fil.

Les généraux resserrent aussi leur étau judiciaire sur Aung San Suu Kyi, accusée notamment de corruption et d’avoir violé une loi sur les secrets d’Etat datant de l’époque coloniale.

Si elle est reconnue coupable, l’ex-dirigeante de 75 ans, détenue au secret mais « en bonne santé » selon ses avocats, risque d’être bannie de la vie politique et encourt de longues années de prison.

Des mandats d’arrêt ont été émis contre 40 célébrités birmanes – des chanteurs, des mannequins, des influenceurs sur les réseaux sociaux. Ils sont accusés d’avoir diffusé des informations susceptibles de provoquer des mutineries dans les forces armées.

Trois membres d’une famille, qui s’étaient entretenus avec une correspondante de la chaîne CNN venue interviewer des responsables de la junte, ont été arrêtés.

« Nous exhortons les autorités à donner des informations à ce sujet et à libérer en toute sécurité tout détenu », a déclaré un porte-parole du groupe américain.

Le bain de sang contre les civils a provoqué la colère de nombreuses factions ethniques rebelles du pays.

Dix ont apporté samedi leur soutien à la mobilisation démocratique et vont « réexaminer » le cessez-le-feu signé avec les militaires à partir de 2015, d’après le chef de l’une d’entre elles.

Une autre, la puissante Union KNU, a condamné des raids aériens de l’armée dans le sud-est du pays qui ont fait, selon elle, plus de 12.000 déplacés, exhortant la multitude de minorités ethniques du pays (plus de 130) à s’unir contre la junte.

D’autres rébellions avaient déjà menacé de reprendre les armes.

L’émissaire de l’ONU pour la Birmanie, Christine Schraner Burgener, a mis en garde contre un risque « sans précédent » de « guerre civile ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Économie

Après la prise de Suez, Veolia dicte son calendrier et ses chantiers

-

le

apres-la-prise-de-suez,-veolia-dicte-son-calendrier-et-ses-chantiers

Veolia veut mettre les bouchées doubles pour clore dès le début de l’automne son OPA sur Suez, qui a admis mardi s’être résolu à un « compromis » après n’avoir pu « échapper » à l’attaque menée par son rival.

Les deux frères ennemis du traitement de l’eau et des déchets ont mis fin lundi à un bras de fer de huit mois, via un accord de principe qui prévoit que Veolia absorbe une bonne part de Suez.

« La voie est déblayée avec les accords, et même le rythme est accéléré, parce que la collaboration entre les équipes de Suez et Veolia va permettre de traiter plus rapidement l’ensemble des démarches vis-à-vis des autorités de concurrence », a estimé mardi Antoine Frérot, le PDG de Veolia qui a mené tambour battant la bataille pour avaler Suez.

« La solution que nous proposons règle le problème de concurrence et donc je pense que, à la fin du mois de juin, nous aurons la liste des remèdes souhaités par l’autorité de la concurrence. Et donc l’OPA pourrait être close au début de l’automne », a-t-il jugé.

De son côté, le directeur général de Suez, Bertrand Camus, a estimé mardi qu’il fallait « encore un an pour boucler cette opération ».

S’exprimant pour la première fois depuis l’accord trouvé avec Veolia, il a admis que son groupe avait dû faire « un compromis, tout n’est pas parfait, mais il était temps d’arriver à cette solution ».

Evoquant le raid mené par son rival, Bertrand Camus a affirmé: « nous nous sommes battus avec la claire détermination d’y échapper. A un moment, la réalité s’impose, notamment le fait qu’ils aient pu acquérir 29,9% de Suez, qui a été une étape très importante et qui change un peu les données de cette OPA depuis le début ».

Mais le directeur général de Suez a également mis en avant que « ce qui était très important, c’est qu’après ces 7-8 mois de bataille, on arrive à s’asseoir et à trouver un compromis ».

« on passe à l’avenir »

Même ton d’apaisement chez Antoine Frérot: « le temps de l’affrontement est derrière nous, on passe à l’avenir. C’est le temps de la construction, du rapprochement ».

Le patron de Veolia a ainsi énuméré les cinq grands chantiers industriels dans lequel le nouveau groupe fusionné cherchera à investir.

Recycler du plastique; garantir la qualité de l’air dans les écoles, les supermarchés, les grands magasins et les bureaux; « capturer » le carbone pour lutter contre les émissions; construire une « grande usine de recyclage des batteries électriques »; et enfin lancer un grand chantier liant « énergie-agriculture-alimentation »: « comment nourrir avec moins d’eau, moins d’énergie et moins de sol », a égréné Antoine Frérot.

« Il faut se projeter vers l’avenir », a également admis Bertrand Camus.

L’accord trouvé entre Suez et Veolia « préserve leur ancrage français » et « donne de la clarté aux salariés », a salué mardi sur France Culture le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, qui a dit s’exprimer en tant que « citoyen ».

« Le dialogue est toujours une meilleure solution pour régler les problèmes économiques que l’invective », a-t-il jugé.

L’accord trouvé prévoit notamment quatre ans de maintien de l’emploi et des acquis sociaux dans le nouveau Suez, c’est à dire ce qui restera du groupe centenaire une fois une bonne part de ses actifs rachetés par Veolia.

Veolia va acquérir une large partie des activités de Suez à l’international pour peser, au total, 37 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

En parallèle, le futur Suez, largement concentré sur la France, sera repris par des actionnaires majoritairement français et fera moins de la moitié de la taille du groupe actuel, soit de l’ordre de 7 milliards de revenus sur les 17 milliards enregistrés en 2020.

Lire Plus

Économie

Veolia et Suez annoncent être parvenus à un accord en vue d’un rapprochement

-

le

veolia-et-suez-annoncent-etre-parvenus-a-un-accord-en-vue-d’un-rapprochement

Veolia et Suez ont annoncé lundi être parvenus à un accord en vue d’un rapprochement, mettant un terme à plusieurs mois de bataille financière, médiatique et judiciaire entre ces deux groupes français présents dans l’eau et les déchets.

Les deux entreprises se sont finalement accordées sur un prix de 20,50 euros par action Suez, alors que Veolia proposait initialement 18 euros, un montant jugé insuffisant par son rival qui exigeait 22,50 euros par titre.

Le prix finalement retenu valorise l’ensemble de Suez à environ 13 milliards d’euros.

Ce rapprochement doit permettre la constitution d’un « champion mondial de la transformation écologique » dans un marché de plus en plus soutenu et concurrentiel, au chiffre d’affaires d’environ 37 milliards d’euros, selon un communiqué de Veolia.

Dans le même temps, un « nouveau Suez » doit être mis sur pied, détenu par un groupe d’actionnaires majoritairement français comprenant des partenaires financiers des deux groupes et les salariés.

Son périmètre intègrera les activités actuelles de Suez dans l’eau municipale et le déchet solide en France, ainsi que d’autres activités de l’entreprise « notamment dans l’eau » et dans plusieurs zones géographiques dont l’Italie, l’Afrique, l’Inde, la Chine et l’Australie.

Les deux fleurons français s’affrontaient depuis l’année dernière, notamment depuis l’acquisition par Veolia en octobre de 29,9% de Suez auprès d’Engie avant de lancer une OPA sur le reste des actions. Depuis sept mois, ils ont multiplié recours en justice, invectives par voie de presse, coups de pression et de semonce.

En parallèle, chacun affichait régulièrement sa volonté de tendre la main à son rival, mais à ses conditions, donnant l’impression d’un dialogue de sourds.

L’affaire avait aussi pris un tournant politique, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire intervenant à plusieurs reprises, et encore fin mars, pour estimer qu’un accord restait « possible » entre les deux rivaux.

La tension était montée d’un cran supplémentaire lorsque Suez avait annoncé la semaine passée avoir signé un accord pour vendre à l’australien Cleanaway son activité « recyclage et valorisation » dans ce pays, que Veolia considérait comme « stratégique ».

L’accord annoncé lundi prévoit en outre la désactivation de la fondation néerlandais prévue par Suez, créée pour chapeauter ses actifs Eau France et en empêcher la cession. Veolia lui avait encore demandé d’y renoncer début avril.

Lire Plus

Bassin de Thau

Mèze : Coup de froid sur le vignoble français, Thierry Baëza demande l’exonération du foncier non bâti

La vague de froid qui sévit sur tout le territoire a durement touché le secteur agricole et viticole. Afin de venir en aide aux producteurs locaux, Thierry Baëza (Agir pour Mèze) demande « une exonération du foncier non bâti ».

-

le

80%. C’est le nombre, en France, de vignobles touchés par la vague de froid. Le département de l’Hérault n’est néanmoins pas épargné : « Le recensement est en cours, mais on sait déjà que parmi les secteurs les plus touchés figurent la moyenne vallée de l’Hérault, la bordure littorale autour de Mèze, Bouzigues et Villeveyrac avec parfois près de 100% des parcelles détruites », affirme Jérôme Despey, président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault au micro de France Bleu Hérault.

Afin de venir en aide aux producteurs locaux, hier, en début d’après-midi,Thierry Baëza, membre de l’opposition avec « Agir pour Mèze » réclamait « une exonération du foncier non bâti pour toutes les parcelles touchées par le gel. » Ainsi, l’élu d’opposition souhaitait que « la ville aide ses agriculteurs grâce à cette aide financière. » En fin de journée, c’est le maire de Mèze, Henri Fricou qui a souhaité « apporter sa solidarité envers tous les agriculteurs touchés par le gel ». Il a par la suite annoncé « évoquer, en conseil communautaire la situation de crise que viennent de subir les viticulteurs du bassin de Thau avec le président François Commeinhes afin que nous puissions rapidement étudier la manière dont nous pouvons les aider. »

Ainsi, cette vague de gel, présente sur tout l’hexagone n’est pas inédite. C’est surtout la variation entre les températures de la semaine précédente, largement au dessus des normales de saison et celles de cette semaine, largement en dessous des normales de saison qui a piégé les récoltes. 

Face à cette vague de froid, le gouvernement a annoncé, par l’intermédiaire de son ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, déployer le régime de calamité agricole. Ce dernier est utilisé dans le but d’indemniser les agriculteurs qui ont subi une perte de récolte suite à un aléa climatique tel qu’une sécheresse ou dans le cas présent, le gel. Il faut toutefois, que cet aléa climatique soit préalablement reconnu par les autorités.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Les + Lus