Nous rejoindre sur les réseaux

Bouzigues

Thau : Bouzigues et Gigean inaugurent leurs premiers jardins partagés

Article

le

Ville de Gigean

Les jardins partagés sont des espaces de rencontre et de partage. Vecteurs d’enjeux économiques, environnementaux et sociétaux, leur nombre en France et sur le bassin de Thau ne cesse de croître.

Les jardins partagés permettent aux bénéficiaires qui les cultivent de consommer des produits bio et de saison. Ils prônent la permaculture (mode d’agriculture respectant la biodiversité) et offrent aux bénéficiaires un loisir convivial en extérieur. Ainsi, par leurs biais, les municipalités se mobilisent et s’engagent dans la voie du développement durable. « Les jardiniers ont signé une charte environnementale qui vise à leur faire adopter des comportements responsables. Elle concerne l’utilisation de l’eau (bien précieux à utiliser avec parcimonie) d’engrais naturels, de compost, etc. Elle aiguille aussi quant au choix des plantes adaptées à notre climat » explique Drak Bourgon, chargée de communication à la mairie de Gigean.

L’initiative des jardins partagés, instaurée en 2018 par la ville de Sète, séduit de plus en plus de communes de l’agglomération. Les 16 et 17 avril derniers, les municipalités respectives de Bouzigues et de Gigean ont inauguré leurs premiers jardins partagés.

À Bouzigues, le terrain a été partagé en 33 parcelles de 30, 40, 50 et 60 m2. Elles ont toutes trouvé un bénéficiaire. Si toutefois des parcelles se libèrent, elles seront aussitôt réattribuées. Une parcelle éducative est réservée aux écoles. Ainsi, les élèves pourront découvrir le jardinage à partir du mois de Septembre.

À Gigean, les Jardins de la Faudrenque sont situés route de Poussan. Environ 45 parcelles de 50 ou 100 m2 sont louées à des particuliers, habitant la ville. Deux parcelles éducatives sont également réservées au centre de loisir.  La municipalité réfléchit à la mise en place éventuelle d’un réseau d’échange de graines, qui augmenterait les rendements et informe que « l‘agglo vient aussi une fois par mois sur le marché du mardi pour sensibiliser la population au compost. »

A Gigean comme à Bouzigues, les parcelles ont été attribuées par tirage au sort, à l’issue d’inscriptions préalables. L’initiative a été victime de son succès et les parcelles ont été prises d’assaut. Un engagement social au service de l’environnement, qui encourage les échanges, le partage et contribue au bien être des habitants. Une bouffée d’oxygène bien accueillie dans les circonstances sanitaires actuelles !

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Bouzigues

Crise politique à Bouzigues : Le budget municipal rejeté une seconde fois

Article

le

Bouzigues en ébullition : crise municipale sans précédent autour du maire, Cédric Raja

C’est une impasse totale à Bouzigues, le maire Cédric Raja se heurte toujours à une majorité profondément divisée, le budget municipal ayant été rejeté pour la deuxième fois.

La crise politique à Bouzigues s’aggrave alors que la majorité municipale a rejeté pour la deuxième fois le budget proposé par le maire Cédric Raja, avec un vote de 6 pour, 8 contre et 5 abstentions, lors de la séance du conseil municipal tenue hier soir.

Ce nouvel échec, survenu ce lundi 29 janvier 2024, marque une étape critique dans le conflit politique qui secoue la ville depuis le rejet initial du budget le 19 décembre 2023. La décision de la majorité municipale révèle une fracture profonde au sein du camp de Cédric Raja, avec une opposition croissante à sa gestion de la municipalité.

Le maire, déjà en difficulté après le premier rejet du budget, se retrouve désormais dans une situation encore plus instable. Ce second refus accentue les divisions internes et suscite des interrogations quant à la capacité de la mairie à opérer efficacement. Les tensions paraissent s’être intensifiées, malgré la période d’un mois écoulée depuis le rejet initial du budget, qui aurait dû permettre de résoudre la situation.

Pour rappel, l’origine de cette crise est attribuée à ce que beaucoup considèrent comme une gestion autoritaire et un manque de transparence de la part du maire. Ces problèmes ont conduit à une perte de confiance de nombreux élus envers leur leader, ce qui se reflète dans les résultats du vote.

Avec le budget municipal rejeté une seconde fois, la ville de Bouzigues se retrouve dans une situation de paralysie administrative. Sans un budget approuvé, les services essentiels et les projets d’investissement sont en suspens, créant une incertitude parmi les habitants et les acteurs locaux.

Cette situation sans précédent à Bouzigues attire l’attention sur les défis auxquels les administrations locales peuvent être confrontées dans la gestion des différences internes, et souligne l’importance de la collaboration et de la transparence en politique municipale. Les prochains jours seront cruciaux pour déterminer l’avenir politique de Cédric Raja et la direction de Bouzigues.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bouzigues

Coup de tonnerre à Bouzigues : le budget refusé, Cédric Raja explose en plein vol !

Article

le

Coup de tonnerre à Bouzigues : le budget refusé, Cédric Raja explose en plein vol !

Le maire de Bouzigues, Cédric Raja, s’est retrouvé ultra minoritaire ce soir. Dix élus de sa majorité ont voté contre le budget, entraînant son rejet. Cédric Raja semble proche de la sortie.

La commune de Bouzigues a été secouée par un événement politique majeur ce soir lors du conseil municipal. Pendant une séance du conseil municipal particulièrement tendue, le maire Cédric Raja a subi un revers cuisant avec le rejet de son projet de budget pour l’année 2024. Le vote s’est soldé par 10 voix contre et seulement 5 en faveur, un résultat surprenant surtout en l’absence de l’opposition, qui avait choisi de boycotter le conseil municipal et qui n’a pas pris part au vote.

Le rejet du budget met en lumière des divisions profondes au sein de la municipalité, des tensions que nous avions déjà évoquées dans un article récent (lire ici). Cédric Raja et ses derniers partisans avaient alors réfuté ces affirmations, les qualifiant de « fausses informations ». La crise politique, loin de se dissiper, apparaît donc bel et bien réelle à Bouzigues.

La gestion autoritaire et le manque de transparence du maire sont devenus des points de friction majeurs au sein de sa propre majorité, et il semble que de nombreux élus de son camp aient choisi de marquer leur désaccord en rejetant le budget proposé.

Maintenant que le budget a été rejeté, Cédric Raja est confronté à un dilemme délicat. Il pourrait choisir de revoir sa stratégie et de collaborer davantage avec les membres de sa majorité opposés à son approche actuelle. Dans ce cas, il pourrait présenter une version amendée du budget pour un second vote au conseil municipal dans les prochaine semaines.

Cependant, s’il persiste dans son attitude actuelle, la commune pourrait être confrontée à un blocage, le préfet étant alors autorisé à valider le budget en son nom. En fin de compte, la préfecture pourrait également prendre le contrôle des affaires courantes de la commune, en attendant de nouvelles élections.

La crise politique à Bouzigues est loin d’être résolue, et la suite des événements promet d’être cruciale pour l’avenir de la commune. Les habitants de Bouzigues attendent avec impatience de voir comment le maire et le conseil municipal résoudront cette situation complexe.

À LIRE AUSSI > Bouzigues en ébullition : crise municipale sans précédent autour du maire, Cédric Raja

Lire Plus

Bouzigues

Revivez la semaine des 350 ans de la Ville de Sète

Article

le

Revivez la semaine des 350 ans de la Ville de Sète
©Kok

La semaine des 350 ans de la Ville de Sète a été marquée par une série de révélations et de rebondissements qui ont secoué le paysage politique local. Voici un résumé des événements marquants de cette semaine chargée, présentés par notre rédaction.

1.Affaire mystérieuse autour du directeur des HLM de Sète :

L’accord de départ mystérieux de Jean-Paul GIRAL, ancien directeur de l’Office Public de Sète Thau Habitat, a soulevé des questions troublantes concernant la transparence financière au sein de cette institution publique. Les détails de cet accord intriguent la communauté locale.

>Lire l’article

2.Pratiques de censure sur les réseaux sociaux :

Une enquête de notre rédaction révèle des pratiques de censure sur les réseaux sociaux de la ville de Sète, laissant les citoyens privés de leur droit à la liberté d’expression. Cette révélation remet en question la transparence de l’administration locale et suscite des inquiétudes quant à la communication publique.

>Lire l’article

3.Tensions au Conseil Municipal à Sète :

Un coup de théâtre au Conseil Municipal de la ville de Sète, où deux élus ont quitté la séance, accusant François Commeinhes d’espionnage. Les dissensions politiques et les allégations explosives ont ébranlé la scène politique locale.

>Lire l’article

4.Désaveu du président de Sète Agglopôle :

Au sein de Sète Agglopôle, le président fait face à un désaveu notable malgré les vents contraires. François Commeinhes peut néanmoins compter sur le soutien indéfectible du maire de Frontignan, Michel Arrouy, dans un contexte politique tendu.

>Lire l’article

5.L’Ombre de François Commeinhes sur Bouzigues :

La crise politique secouant le paisible village de Bouzigues est marquée par des accusations de clientélisme, des divisions au sein de la majorité, et une opposition qui semble ne pas être à la hauteur. L’influence de François Commeinhes plane sur cette situation complexe.

>Lire l’article

Lire Plus

Les + Lus