Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Téhéran accuse Israël d’avoir saboté un centre nucléaire, et crie « vengeance »

-

le

teheran-accuse-israel-d’avoir-sabote-un-centre-nucleaire,-et-crie-« vengeance »

Téhéran a accusé lundi Israël d’être derrière l’attaque contre son usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, promettant une « vengeance » et une intensification de ses activités atomiques alors que des efforts diplomatiques ont lieu pour remettre sur les rails l’accord international sur le nucléaire iranien.

Plus de 24 heures après les faits, les circonstances de l’attaque, son mode opératoire, et l’étendue des dégâts causés, restaient floues.

Il s’agit « sans aucun doute possible d’un sabotage et nos systèmes de sécurité sont parvenus à (en) identifier l’origine », écrit l’agence de presse officielle Irna, sans plus de détails, en citant le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Ali-Akbar Saléhi.

Sur Twitter, Mohsen Rezaï, ancien commandant-en-chef des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, a fait état d’un « incendie dans les installations nucléaires de Natanz », y voyant un signe de « la gravité de l’infiltration » étrangère en Iran.

De son côté, le New York Times cite des responsables au sein des renseignements israéliens et américains selon lesquels « Israël a joué un rôle » dans ce qui s’est passé à Natanz, où, selon ces sources, « une forte explosion » aurait « totalement détruit (…) le système électrique interne alimentant les centrifugeuses qui enrichissent de l’uranium sous terre ».

L’usine visée, au sein du complexe nucléaire de Natanz (centre de l’Iran), est celle là-même ou Téhéran a mis en service ou commencé à tester samedi de nouvelles cascades de centrifugeuses.

« Centrifugeuses plus puissantes »

Ces machines offrent à l’Iran la possibilité d’enrichir plus vite et en plus grande quantité de l’uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l’accord censé encadrer le programme nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne.

Dimanche, l’OIEA avait annoncé que l’usine avait subi dans la matinée un « accident », qualifié d’acte de « terrorisme », ayant entraîné une « coupure de courant » sans faire de victime ni de « pollution ».

Il est encore « trop tôt » pour déterminer les dommages matériels causés par l’attaque », a déclaré lundi le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Saïd Khatibzadeh, tout en notant que des centrifugeuses dites de première génération avaient été endommagées.

M. Khatibzadeh a accusé indirectement Israël de saborder les discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir Washington à l’accord international de 2015 et de lever les sanctions américaines contre Téhéran.

« La réponse de l’Iran sera la vengeance contre le régime sioniste au moment et à l’endroit opportun », a-t-il promis.

Selon Irna, M. Saléhi a assuré que « le système électrique de secours (avait) été lancé » lundi et que « dans quelques jours, les centrifugeuses endommagées (seraient) remplacées par des centrifugeuses plus puissantes ».

« Piège »

L’agence a diffusé une vidéo du porte-parole de l’OIEA, Behrouz Kamalvandi, intubé sur un lit d’hôpital avec une plaie au visage mais capable de s’exprimer. Il se serait fait plusieurs fractures en tombant « de quelques mètres » lors d’une visite d’inspection à Natanz après l’attaque.

Toujours selon Irna, des députés ont indiqué que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait « insisté (…) sur la nécessité de ne pas tomber dans le piège tendu par les sionistes ».

« Mais nous ne permettrons pas » qu’Israël fasse dérailler les discussions de Vienne, aurait-il déclaré lors d’une réunion à huis clos au Parlement.

Les Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, ont dénoncé unilatéralement en 2018 l’accord international sur le nucléaire iranien, rétablissant les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte.

En riposte, l’Iran s’est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés limitant ses activités nucléaires qu’il avait pris à Vienne. Joe Biden, qui a succédé à M. Trump en janvier, a signalé son intention de réintégrer l’accord de Vienne.

L’Allemagne, qui participe à ces discussions, a jugé lundi que l’annonce par Téhéran de l’intensification de ses activités d’enrichissement d’uranium à Natanz n’était « pas une contribution positive » aux négociations.

« Mission énorme » 

« Toute tentative de saper les discussions en cours à Vienne doit être rejetée », a déclaré l’UE, qui coordonne ces pourparlers, plaidant pour que « les circonstances » de ce qui s’est passé à Natanz « soient clarifiées très vite ».

Téhéran a toujours nié vouloir la bombe atomique, mais est accusé par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de chercher à s’en doter.

Début juillet, une usine d’assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion, un « sabotage » d’origine « terroriste », selon Téhéran.

« La lutte contre l’Iran et ses supplétifs et les efforts d’armement iraniens sont une mission énorme », a déclaré M. Netanyahu dimanche soir.

Considéré comme le seul Etat détenteur de la bombe atomique au Proche et au Moyen-Orient, Israël a détruit en 1981 le réacteur irakien d’Osirak et rasé en 2007 un site syrien qu’il soupçonnait d’abriter un réacteur nucléaire.

Fin novembre, un éminent physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, avait été assassiné près de Téhéran. L’Iran a attribué cette attaque à Israël.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Europe

Brexit: une cinquantaine de bateaux de pêche français manifestent devant Jersey

-

le

brexit:-une-cinquantaine-de-bateaux-de-peche-francais-manifestent-devant-jersey

Plus d’une cinquantaine de bateaux de pêche français se sont réunis jeudi matin devant Saint-Hélier, la capitale de l’île anglo-normande de Jersey, certains bloquant le port pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit.

Entre 50 et 60 bateaux naviguaient dès 07H00 dans le calme devant le port de Saint-Hélier tandis que d’autres étaient encore en chemin, selon un photographe ayant embarqué sur un bateau normand.

« Des bateaux sont partis de partout, de Bretagne, de Normandie », a expliqué Romain Davodet, pêcheur de Carteret (Manche).

« C’est même incroyable d’avoir réussi à réunir tout ce monde-là », s’est réjoui Camille Lécureuil, venu lui aussi de Carteret, évoquant « au moins 70 bateaux ».

« Un cargo, le Commodore Goodwill, veut sortir et tout le monde a l’air décidé à l’empêcher de sortir. Les pêcheurs s’engagent à l’entrée du port », a-t-il décrit.

« C’est un mouvement pacifique, il n’y a pas lieu que ça dégénère », a-t-il précisé, indiquant que les pêcheurs devaient rentrer en France en début d’après-midi.

« On a des soutiens de Jersey. Trois bateaux de pêche de Jersey sont venus nous soutenir », a aussi souligné M. Lécureuil.

Mercredi, le président du comité régional des pêches de Normandie Dimitri Rogoff avait assuré qu’il ne s’agissait pas de bloquer Saint-Hélier mais de « marquer le coup ». « Il n’est pas question de passer à l’assaut (…) Le but du jeu c’est de se montrer, de faire voir que les pêcheurs sont déterminés, d’appuyer ce qui a été réclamé et puis les propos de la ministre aussi, des propos assez virulents quand même », a-t-il déclaré.

Mardi, la ministre française de la Mer, Annick Girardin, a affirmé que la France était prête à recourir à des « mesures de rétorsion » si les autorités britanniques continuaient à restreindre l’accès des pêcheurs français aux eaux de Jersey. Devant l’Assemblée nationale, elle a fait allusion à des répercussions éventuelles sur le « transport d’électricité par câble sous-marin » qui alimente l’île depuis la France.

Selon Paris, le Royaume-Uni a publié vendredi une liste de 41 navires français, sur 344 demandes, autorisés à pêcher dans les eaux de Jersey, mais cette liste s’accompagne de nouvelles exigences « qui n’ont pas été concertées, discutées ni notifiées avant » dans le cadre de l’accord sur le Brexit trouvé entre Londres et Bruxelles, en vigueur depuis le 1er janvier dernier.

Lire Plus

Monde

Colombie: la communauté internationale appelle au calme, nouvelles manifestations attendues

-

le

colombie:-la-communaute-internationale-appelle-au-calme,-nouvelles-manifestations-attendues

L’ONU, l’Union européenne, les Etats-Unis et des ONG ont appelé au calme et dénoncé la répression des manifestations en Colombie, qui ont fait une vingtaine de morts et des centaines de blessés, alors que de nouvelles protestations sont attendues mercredi.

Le président Ivan Duque a fermement affirmé son soutien aux forces de l’ordre, alors que des manifestants bloquaient des routes et que des postes de police ont été attaqués mardi soir à Bogota avec un bilan officiel de sept civils et 27 policiers blessés.

La mobilisation a démarré le 28 avril contre un projet de réforme fiscale, depuis retiré, et s’est transformée en protestation générale contre le gouvernement de droite, marquée par des violences notamment à Cali (Sud-Ouest).

Le Comité national de grève, à l’origine du mouvement, a maintenu son appel à manifester mercredi, à présent aussi contre un projet de réforme de la santé.

« Nous sommes profondément alarmés par les événements dans la ville de Cali en Colombie, où la police a ouvert le feu sur des manifestants qui s’opposent à une réforme fiscale, tuant et blessant un certain nombre de personnes », a déclaré Marta Hurtado, porte-parole du Haut commissariat aux droits humains de l’ONU, à Genève.

Escalade de violence

Le Défenseur du peuple, entité publique de protection des droits, avait fait état lundi matin de 19 morts, 89 disparus et le gouvernement de 846 blessés, dont 306 civils.

L’Union européenne a jugé « prioritaire de mettre un terme à l’escalade de cette violence et d’éviter tout usage disproportionné de la force par les forces de sécurité ».

Les Etats-Unis ont appelé à la « plus grande retenue de la part de la force publique afin d’éviter d’autres pertes de vies ».

L’ONG Amnesty International a demandé que soit mis « fin à la répression des manifestations » et à « la militarisation des villes ».

Des manifestants ont bloqué à nouveau mardi des routes dans au moins quatre départements, ainsi qu’à Bogota et Cali.

Dans la capitale, 16 postes de police ont été attaqués mardi soir par des dizaines de personnes, selon les autorités.

« L’escalade de la violence cette nuit est brutale », a tweeté la maire de Bogota, Claudia Lopez, après avoir demandé l’aide du ministère de la Défense pour sécuriser des centres de détention temporaires. Elle a évoqué des « policiers atteints par balles, blessés à l’arme blanche » ou manquant d’être brûlés vifs.

« Rien de justifie qu’il y ait des personnes armées qui, sous couvert du désir légitime des citoyens de manifester, sortent tirer sur des personnes sans défense et agresser cruellement nos policiers », a affirmé M. Duque.

La situation s’est aggravée à Cali depuis lundi soir. Le secrétariat local à la sécurité a répertorié cinq morts et 33 blessés pour cette seule journée dans cette ville où l’armée est déployée depuis vendredi.

Les blocages des principales voies d’accès commencent à générer une pénurie de carburant et des inquiétudes pour le passage de camions d’oxygène et de matériel médical, en pleine pandémie de Covid-19.

En annonçant le renfort sur place de plus de 700 soldats, 500 agents de l’Esmad et 1.800 policiers, le ministre de la Défense, Diego Molano, avait argué que les troubles y étaient orchestrés par des groupes armés.

Pression de la rue

M. Duque a renchéri mardi en affirmant que les forces de l’ordre étaient cible de ces groupes qui entendent prendre le contrôle des anciens fiefs de l’ex-guérilla des Farc depuis qu’elle a signé la paix en 2016.

Sous la pression des manifestations, le ministre des Finances a démissionné lundi. La veille, le président Duque avait retiré son projet de réforme.

Ce conservateur, dont la popularité est en berne à 33%, avait déjà été cible de manifestations en 2019. Il s’est engagé à présenter un nouveau texte, excluant les points les plus contestés dont une hausse de la TVA.

La Colombie traverse une troisième vague de contaminations avec plus de 2,9 millions de cas dont plus de 75.000 décès. Son PIB a chuté de 6,8% en 2020, le chômage atteint 16,8% et le taux de pauvreté grimpe à 42,5%

Lire Plus

Coronavirus

Virus: l’Inde toujours accablée, son chef de diplomatie en mode virtuel au G7

-

le

virus:-l’inde-toujours-accablee,-son-chef-de-diplomatie-en-mode-virtuel-au-g7

Exposé à des cas potentiels de Covid-19, le chef de la diplomatie de l’Inde, dont le pays affronte une flambée de la pandémie, a été contraint mercredi de participer virtuellement à la réunion à Londres du G7, qui doit débattre d’une distribution mondiale plus équitable des vaccins.

La fracture s’élargit en effet entre les pays riches, où l’avancée des campagnes de vaccination, bientôt élargies aux Etats-Unis aux adolescents, permettent une levée progressive des restrictions en place contre le coronavirus, alors que les pays pauvres manquent encore cruellement de vaccins.

« J’ai été informé hier (mardi) soir de l’exposition à des cas potentiellement positifs au Covid. Par mesure de grande prudence et aussi par égard pour autrui, j’ai décidé de conduire mes engagements en mode virtuel », a tweeté le chef de la diplomatie indienne Subrahmanyam Jaishankar.

« Ce sera également le cas pour la réunion du G7 aujourd’hui », a ajouté M. Jaishankar, qui a déjà rencontré le secrétaire d’État américain Antony Blinken lundi soir en marge du sommet des ministres des Affaires étrangères. Tous deux étaient masqués et M. Blinken a déjà reçu deux doses de vaccin contre le coronavirus.

L’Inde, qui subit une deuxième vague dévastatrice de Covid-19, a dénombré 3.780 décès et 382.000 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures. Le géant asiatique a atteint plus de 222.000 morts et près de 20,3 millions de contaminations depuis le début de la pandémie, un bilan que certains experts estiment largement sous-évalué.

Cette deuxième vague de Covid-19 est attribuée notamment à des rassemblements religieux et politiques autorisés ces derniers mois, ainsi qu’à l’inaction du gouvernement de Narendra Modi.

Les hôpitaux sont submergés et à court de réserves d’oxygène, de médicaments, de lits, malgré l’aide internationale qui afflue.

Face à cette situation, la Banque centrale de l’Inde est montée au créneau mercredi en annonçant 6,7 milliards de dollars de prêts bon marché au secteur de la santé.

L’objectif immédiat est de « préserver la vie humaine et de restaurer les moyens de subsistance par tous les moyens possibles », a déclaré le gouverneur de la Reserve Bank of India (RBI), Shaktikanta Das.

Cette décision est destinée à améliorer l’accès aux soins de santé d’urgence pendant la pandémie, a-t-il indiqué, en permettant aux banques d’accorder plus facilement des prêts bon marché aux hôpitaux, aux fabricants d’oxygène et même aux malades.

Le système de santé indien, vétuste et sous-financé, peine à surmonter l’afflux de malades du Covid-19, certains trouvant la mort aux portes des hôpitaux, faute de se voir administrer soins et oxygène.

En Australie, qui comme beaucoup de pays a interdit les vols en provenance d’Inde,  un tribunal a accepté de mercredi de se pencher sur la décision très controversée de Canberra d’interdire aux Australiens qui se trouvent en Inde de revenir dans leur pays.

 « La lumière au bout du tunnel plus forte »

A Londres, appelés par l’OMS à la solidarité face à la pandémie, les pays riches du G7 discutent mercredi des moyens d’assurer une distribution plus équitable des vaccins anti-Covid.

Le système de partage avec les pays pauvres Covax, qui se fournit principalement en vaccins d’AstraZeneca, patine: il n’a livré que 49 millions de doses dans 121 pays et territoires, contre un objectif de 2 milliards en 2021.

Aux Etats-Unis par contre, le président Joe Biden a lancé mardi une « nouvelle phase » qui doit intégrer les adolescents et cibler les Américains plus réticents.

« La lumière au bout du tunnel est de plus en plus forte », a déclaré Joe Biden, qui vise une au moins une injection pour 70% des adultes d’ici la fête nationale du 4 juillet.

Le pays, officiellement le plus endeuillé par la pandémie, est aussi prêt à lancer « immédiatement » une campagne de vaccination des adolescents en cas d’autorisation du vaccin de Pfizer pour ces derniers.

Environ 56% des adultes américains ont reçu au moins une dose de vaccin (plus de 145 millions de personnes), mais le gouvernement est aujourd’hui confronté à des difficultés d’accès pour une partie de la population restante, et au scepticisme d’autres.

Dans l’UE, plus d’un quart de la population a reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid, a salué mardi la Commission européenne, et plus de 9% de ses habitants sont désormais entièrement vaccinés selon un décompte de l’AFP.

« La vaccination s’accélère en Europe: nous venons de dépasser les 150 millions de vaccinations (…) Nous aurons suffisamment de doses pour vacciner 70% des adultes de l’UE en juillet », a tweeté Ursula von der Leyen, présidente de l’exécutif européen.

Allègement pour les vaccinés en Allemagne

Le gouvernement allemand a décidé mardi d’alléger pour les personnes ayant reçu deux doses de vaccin les nombreuses interdictions en place depuis plusieurs mois.

Le parlement doit se prononcer jeudi et vendredi sur ce texte, qui pourrait entrer en vigueur dès ce week-end.

Les ambassadeurs des 27 Etats membres de l’Union européenne doivent par ailleurs s examiner mercredi une proposition de la Commission en faveur de l’entrée dans l’Union aux voyageurs en provenance de pays tiers ayant reçu les doses nécessaires de vaccins.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 3.230.058 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP mercredi.

Lire Plus

Les + Lus