Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Sports / Tennis : Djokovic passe le Noël orthodoxe en rétention à Melbourne

Article

le

tennis:-djokovic-passe-le-noel-orthodoxe-en-retention-a-melbourne

Novak Djokovic s’est réveillé une nouvelle fois ce vendredi matin, jour de Noël orthodoxe, dans un centre de rétention de Melbourne où il a passé une deuxième nuit après l’annulation de son visa, tandis que sa famille a organisé la veille en Serbie une manifestation de soutien.

Sans contenir sa fureur, le père du tennisman, Srdjan Djokovic, s’est adressé à une foule rassemblée à Belgrade pour dénoncer une « chasse aux sorcières politique » et un « corona-fascisme », appelant à la libération de son fils.

A dix jours du coup d’envoi de l’Open d’Australie (17-30 janvier), dont il est le triple tenant du titre, Djokovic a passé une deuxième nuit dans une chambre exiguë du Park Hotel de Melbourne, utilisé par le gouvernement australien pour retenir des personnes en situation irrégulière.

Le « Djoker », dont le visa a été annulé faute de documents nécessaires pour obtenir une dérogation médicale à l’obligation vaccinale, ne sera pas expulsé avant lundi, date d’une nouvelle audience devant un juge de Melbourne.

Le bâtiment dans lequel est retenu le N.1 mondial souffre d’une mauvaise réputation. Un incendie y a éclaté en décembre, forçant son évacuation. Des personnes retenues se sont plaintes sur les réseaux sociaux, photos à l’appui, de trouver des asticots et des moisissures dans la nourriture et en octobre, 21 personnes y ont contracté le Covid-19.

« Cet hôtel est infâme au sens propre du terme », a dénoncé le président serbe Aleksandar Vucic.

« Crucifié »

Dans la capitale Belgrade, la famille du joueur a lancé une manifestation de soutien à leur protégé.

« Jésus a été crucifié et soumis à beaucoup de choses, mais il a tenu et est encore vivant parmi nous. Novak est lui aussi crucifié de la même manière, lui le meilleur sportif et homme du monde. Il tiendra bon », a estimé le père du joueur.

Vendredi, la ministre australienne de l’Intérieur Karen Andrews a rejeté les accusations selon lesquelles Djokovic était retenu contre sa volonté, assurant qu’il pouvait retourner chez lui quand il le voulait.

« M. Djokovic n’est pas retenu en captivité en Australie. Il est libre de partir quand il le souhaite et la police des frontières facilitera son départ », a-t-elle déclaré, confirmant par ailleurs que deux autres personnes, joueurs ou membres d’un staff venant pour l’Open d’Australie, ont aussi des problèmes de visa.

Lorsque la rumeur de la présence de Djokovic s’est répandue, des supporters serbes, des militants anti-vaccin et des défenseurs des réfugiés se sont rassemblés devant le centre de rétention.

Mehdi Ali, un homme parmi la trentaine de réfugiés et demandeurs d’asile retenus dans l’ancien hôtel, s’est dit attristé que son joueur de tennis préféré connaisse le même sort. « Les médias vont plus parler de nous, le monde entier probablement, ce qui est triste, seulement parce que Djokovic serait là quelques jours », a-t-il confié.

« Télé-réalité »

Alors que les responsables politiques serbes rivalisent de commentaires nationalistes pour défendre leur champion, le Premier ministre australien, déjà en difficulté, est confronté à des interrogations sur la gestion de l’incident, à l’approche des élections.

Scott Morrison, sous la pression de l’explosion du nombre de cas de Covid et de l’effondrement du système de dépistage autrefois efficace, s’est défendu d’avoir révoqué le visa de Djokovic à la dernière minute. « Les règles sont les règles et il n’y a pas de cas spécial », a-t-il dit.

Mais de nombreux Australiens, en colère contre un bilan passé à plus de 70.000 contaminations par jour après près de deux ans quasiment sans cas, voient dans l’affaire Djokovic une diversion.

« Ça se passe alors que nous avons une crise majeure en cours avec Omicron, et ça arrange bien le gouvernement », a déclaré vendredi Chris Moy, vice-président de l’Association médicale australienne. « C’est vraiment dérangeant du point de vue de la santé (…) nous avons besoin de gouvernements qui se concentrent sur la crise sanitaire, pas sur des trucs stupides, franchement ».

Pour lui, l’épisode Djokovic est comme regarder « de la télé-réalité » alors que « Rome brûle ».

Sports

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Article

le

Rafael Nadal se prépare pour Roland-Garros et évoque ses adieux imminents à Barcelone

Malgré sa défaite à Barcelone, Nadal reste concentré sur son objectif ultime : briller une dernière fois à Roland-Garros.

À quelques semaines de Roland-Garros, Rafael Nadal se prépare pour ce qui pourrait être son dernier tournoi majeur. Malgré sa défaite face à Alex De Minaur à Barcelone, Nadal estime avoir fait un pas en avant dans sa préparation pour le tournoi parisien.

Pour Nadal, Barcelone n’était pas l’endroit pour tout donner. Il réserve son énergie et sa détermination pour Roland-Garros, où il a établi un héritage légendaire. Il décrit son passage à Barcelone comme des « adieux », soulignant l’importance émotionnelle de ce tournoi où il a triomphé à douze reprises.

De retour sur le court après plus de trois mois d’absence, Nadal se concentre sur ses sensations et sa forme physique en vue de Roland-Garros. Il admet qu’il lui est difficile d’être compétitif sur de longs matchs pour l’instant, mais reste optimiste quant à sa progression.

Nadal reconnaît qu’il a encore du chemin à parcourir pour retrouver son meilleur niveau, mais il se sent plus fort après chaque séance d’entraînement. Son objectif est de se sentir plus à l’aise et mieux préparé pour affronter les défis à venir, notamment à Madrid la semaine prochaine.

À bientôt 38 ans, Nadal se prépare à affronter ce qui pourrait être sa dernière campagne à Roland-Garros. Malgré les défis physiques, il reste déterminé à briller sur la terre battue parisienne et à laisser une dernière empreinte indélébile dans l’histoire du tennis.

Lire Plus

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Les + Lus