Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Sports – Ligue 1: Paris SG s’impose encore sur la fin

Article

le

ligue-1:-paris-sg-s’impose-encore-sur-la-fin

Pas très convaincant sans ses Latinos-Américains, le Paris Saint-Germain s’est à nouveau imposé dans les dernières minutes, vendredi contre Angers (2-1), et a repris ses aises en Ligue 1, pour l’ouverture de la 10e journée.

Après « l’accident » à Rennes (2-0), ça sentait la panne. Mais un penalty de Kylian Mbappé (86e) a donné la victoire en fin de match au PSG, comme contre Lyon et à Metz, sur ce même score de 2-1.

Paris peut être tranquille sur son mental avant de recevoir le RB Leipzig en Ligue des champions, mardi. Et les Parisiens prennent neuf longueurs d’avance sur Lens (2e), en attendant les matches du week-end, mais la géométrie d’un jeu perfectible comptait plus que l’algèbre, vendredi soir.

Sans ses internationaux d’Outre-Atlantique, le projet de jeu collectif de Mauricio Pochettino n’a pas beaucoup avancé.

Neymar, Marquinhos (Brésil), Angel Di Maria, Leandro Paredes et bien sûr Lionel Messi (Argentine) jouaient en qualifications du Mondial la nuit précédente. Ils n’étaient donc pas là pour travailler les combinaisons.

Penalty de Mbappé

Quant au gardien Keylor Navas, il s’est blessé avec le Costa Rica et aurait de toutes façons laissé la place à Gianluigi Donnarumma. Mais il restait du beau monde et la formation alignée par « Poche » a vraiment balbutié son football dans une mauvaise première période, logiquement remportée par Angers, sur un joli but d’Angelo Fulgini (35e).

Après la pause, le PSG a haussé le ton et obtenu l’égalisation par Danilo Pereira (68e) avant qu’une main de Pierrick Capelle, signalée par l’arbitrage vidéo, n’offre le penalty de la victoire à Mbappé.

Buteur sur penalty la semaine dernière avec les Bleus contre la Belgique, en Ligue des nations, « Kyky » semble avoir bel et bien laissé derrière lui le traumatisme du tir au but raté contre la Suisse à l’Euro.

Ce but fait du bien aux statistiques du tout frais vainqueur de la Ligue des nations, qui n’avait plus marqué depuis six matches avec le PSG. Il a également délivré sa quatrième passe décisive en six matches.

La source n’était pas tarie, Mbappé vient de marquer deux fois avec l’équipe de France. Il a porté son équipe en l’absence de Ney et Messi.

Joli but de Fulgini

Le plan classique du SCO, défendre avec le bec, contrer avec les ailes, a pourtant longtemps fonctionné. Mais les Angevins repartent avec une onzième défaite de rang en L1 contre le PSG…

Le pressing des Blancs a pourtant beaucoup gêné les Parisiens. Pour percer le maillage très serré de la défense, les Parisiens ont cherché des micro-combinaisons, ou les dribbles courts de Mbappé, mais sans succès.

Les Angevins se sont jetés sur les contres pour se montrer plus souvent dangereux, leur trio d’attaque -Sofiane Boufal, Angelo Fulgini et Mohamed-Ali Cho- jouant les coups à fond.

Sur l’un d’eux, un ballon chipé par la tenaille formée par Batista Mendy et Jimmy Cabot dans les pieds de Marco Verratti, a transité par Cho, puis Boufal dont le superbe centre tendu a trouvé la course de Fulgini pour l’ouverture du score.

PSG n’était pas dangereux. Le seul Brésilien présent, Rafinha, qui n’est plus convoqué en Seleçao, a été bien transparent. Et cruellement, l’égalisation est survenue peu après son remplacement par Georginio Wijnaldum (63e), grâce à une tête de Danilo Pereira sur un bon centre de Mbappé.

Puis la pression s’est accentuée et Mauro Icardi a manqué une balle de but. Mais en fait l’Argentin avait été gêné par Capelle, touchant le ballon de la main. Penalty. La réussite a encore souri à Paris, mais cela arrive trop souvent ces derniers temps pour que ce soit un hasard.

L’autre très bonne nouvelle de la soirée pour le PSG tient dans le retour de Juan Bernat après 13 mois loin des terrains. L’Espagnol, enfin remis d’une rupture des ligaments d’un genou, est entré pour la dernière demi-heure, à la place d’Abdou Diallo (63e), sous l’énorme ovation du Parc des Princes. Une pièce de plus dans le puzzle de Pochettino.

Sports

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Article

le

C1: le PSG retrouve son rival barcelonais sous la menace terroriste

Le Paris Saint-Germain (PSG) se prépare à affronter Barcelone dans un contexte sécuritaire tendu, suite à des menaces terroristes, alors que les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Ligue des champions.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé un renforcement considérable de la sécurité à Paris en réponse à des menaces du groupe jihadiste État islamique visant les matchs des quarts de finale de la compétition.

Malgré ce contexte sécuritaire, les joueurs du PSG restent concentrés sur le match. Danilo Pereira, défenseur du club, souligne l’importance de se focaliser sur le football malgré les mesures de sécurité renforcées.

Cette saison, le PSG affiche de bonnes performances, malgré les doutes liés aux départs de Neymar et Messi. Toujours en lice en Ligue des champions, en finale de la Coupe de France et en tête du classement de la Ligue 1, l’équipe se sent confiante. Les confrontations avec Barcelone suscitent toujours des passions chez les joueurs et les supporters.

L’entraîneur du PSG, Luis Enrique, ancien joueur et entraîneur du Barça, reconnaît l’importance de ces matchs. Surnommé le « socio culer », il avoue que son cœur reste attaché à Barcelone malgré son engagement envers Paris.

La rivalité entre les deux équipes a été renforcée depuis la « remontada » historique de Barcelone en 2017, où le PSG a subi une défaite retentissante. Depuis lors, les deux clubs se sont affrontés à plusieurs reprises, marquant ainsi une rivalité intense.

Malgré les départs de stars telles que Neymar et Messi du Barça vers le PSG, ainsi que celui d’Ousmane Dembélé, le match promet d’être disputé. Les deux équipes se battront pour la victoire dans un duel qui dépasse les simples enjeux sportifs.

Lire Plus

Sports

Football – EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Article

le

Football - EDF : Kolo Muani porte les bleus contre le Chili à Marseille

Trois jours après leur défaite face à l’Allemagne, les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire en battant le Chili 3-2 à Marseille. Malgré une performance en dents de scie, l’équipe française a su rebondir grâce notamment à Randal Kolo Muani, auteur d’un but et d’une passe décisive, dans un match marqué par les blessures de Jonathan Clauss et d’Eduardo Camavinga.

L’équipe de France, remaniée depuis son dernier match, a connu un début difficile en encaissant un but dès les premières minutes du match. Cependant, elle a rapidement réagi avec des offensives plus abouties, permettant à Youssouf Fofana d’égaliser rapidement. Peu après, Randal Kolo Muani a donné l’avantage aux Bleus d’une tête bien placée.

Malgré quelques frayeurs, notamment avec un tir sur le poteau du gardien Mike Maignan, les Français ont su maintenir leur avance grâce à un but d’Olivier Giroud. Le Chili a réduit l’écart en marquant un deuxième but, mais la France a tenu bon jusqu’au coup de sifflet final.

Cette victoire permet à l’équipe de France de rebondir après sa défaite contre l’Allemagne et de regagner en confiance avant les prochaines échéances, notamment l’Euro de football qui débutera en juin.

Lire Plus

Sports

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l’Angleterre

Article

le

Tournoi des Six Nations 2024 : Victoire des Bleues contre l'Angleterre

Le XV de France clôture le Tournoi des Six Nations 2024 avec une victoire épique face à l’Angleterre (33-31), mais les apparences sont parfois trompeuses. Malgré cette performance, qui assure une deuxième place dans le tournoi, l’équipe française reste confrontée à plusieurs défis majeurs.

Sur le papier, les statistiques semblent encourageantes : une deuxième place derrière l’Irlande, la quatrième en cinq ans ; la deuxième meilleure attaque du tournoi ; Thomas Ramos sacré meilleur réalisateur avec 63 points à son actif.

Cependant, ces chiffres dissimulent une réalité plus mitigée pour le XV de France, qui a connu un Tournoi laborieux. Le début chaotique avec une défaite face à l’Irlande (17-38), suivie d’une victoire laborieuse en Écosse (20-16) et d’un nul décevant contre l’Italie (13-13), a été suivi de deux victoires éclatantes au Pays de Galles (45-24) et contre l’Angleterre.

Le sélectionneur Fabien Galthié a qualifié ce tournoi d' »enfer » où l’équipe a dû faire preuve de solidité et de résilience. Près de six mois après la déception du quart de finale de la Coupe du Monde 2023, les Bleus peinent encore à digérer cette sortie prématurée de la compétition.

Malgré des moments difficiles, les joueurs ont su montrer leur unité et leur détermination. Louis Bielle-Biarrey a souligné que ces épreuves allaient renforcer l’équipe à l’avenir.

La défense, point fort autrefois, a été le talon d’Achille de l’équipe avec quatorze essais encaissés, le pire bilan depuis l’arrivée de Fabien Galthié. Malgré tout, le XV de France a pu compter sur ses talents individuels, avec des actions décisives de joueurs comme Gaël Fickou, Damian Penaud ou Léo Barré.

Cette épreuve a également permis à certains joueurs de se révéler, tandis que les cadres ont retrouvé leur rang, en l’absence de joueurs clés comme Antoine Dupont ou Romain Ntamack. La discipline de l’équipe s’est améliorée, bien que quelques cartons jaunes et rouges aient été distribués au cours du tournoi.

Maintenant, les regards se tournent vers la tournée estivale en Argentine, où l’équipe devra confirmer ses progrès et renforcer sa cohésion.

Lire Plus

Les + Lus