Nous rejoindre sur les réseaux

Sète

Sète : Véronique Calueba et Gabriel Blasco, vainqueurs du canton de Sète abordent leur mandat à venir

Article

le

Sète / Pace Aristide Briand : Gabriel Blasco et Véronique Calueba demande une instruction supplémentaire
©LeSingulier

La première conférence de presse des gagnants du canton de Sète prenait place ce vendredi. Gabriel Blasco et Véronique Calueba ont ainsi pu « faire le point sur les élections et le mandat à venir ».

Dernière leur bureau, les élus au département commencent avec la fierté de la victoire. « Les Sétois ont prolongé Véronique et m’ont permis d’accéder à un mandat de conseiller départemental sur la ville de Sète »

Avec un écart de 58 voix, les élus « prouvent avoir réussi à remonter, on a réussi à capitaliser 2314 voix de plus entre le premier et le deuxième tour, touchant donc électorat plus large. » Les deux gagnants de gauche embarquent donc pour un mandat de 7 ans (et non de six), à la tête du canton de Sète. 

Sur le duel : il s’agit de l’un des seuls cantons où « l’affrontement ne s’est pas fait contre l’extrême droite, mais la droite locale installée. » L’intérêt pour la ville est aussi qu’ils font « partie de la majorité départementale », puisque sur l’Assemblée de 50, il y a 38 élus de gauche. 

Pour les délégations, Véronique Calueba a reçu de nouveau la vice présidence, chargée de la solidarité enfance famille. Du côté de Gabriel Blasco, il est a présenté son souhait d’entrer au conseil d’administration de l’Hérault Sport, qui seront votés le 19 juillet. Il a également témoigné de son souhait de s’investir et aider dans la délégation pêche et conchylyculture, ainsi que la démocratie participative. 

Les projets en cours 

« Nous travaillerons donc pour que la ville de Sète soit bien représentée et que des projets puissent être réalisés. » Ce sont les mots déterminés de Véronique Calueba. L’élue aborde divers projets en cours et à venir pour la ville de Sète.

A commencer par le chantier de l’Estacade, dont le marché acheté et renégocié par l’entreprise a retardé les travaux. Ils auraient en effet du commencer début 2021 sous la responsabilité départementale mais sont toujours en attente. 

A la suite de ces explications, elle entame le sujet du boulevard Verdun Blanc, et en quoi il s’agit de leur responsabilité. Pourtant, les rénovations ne peut toujours pas aboutir, faute d’autorisation du maire de laisser l’entreprise exercer sur le boulevard. « Nous devons refaire ce boulevard », qui comptabilise de nombreux passages, piétons, vélos comme voitures chaque jour. Selon le duo, il s’agit également d’un acte politique de la part de François Commeinhes. 

« A la rentrée, on relance la procédure de demande, il y a une urgence ». Les chantiers auraient du prendre place entre mai et juin, de nuit, mais le refus du maire de la ville de Sète a empêché la mise en place de « l’entretien de l’existence » du boulevard, pour lequel les fonds étaient débloqués. 

Ensuite, était abordée la fin des travaux et l’aménagement du port du Barr, « gros pan de l’économie locale », qui permet 1 millier d’emplois. Restera à faire les quais, et répondre à la demande de la coopérative gérant le port : un amendement pour un rehaussement d’un étage. 

Également, la rénovation de l’île de Thau ou il reste 3 bâtiments à refaire, avec au total un budget de 9 millions et demi d’euros sur l’immobilier. Il s’agit de refaire l’isolation, les cuisines, salles de bains, réseaux, les tuyauteries (…). Cinq cents logements au total sous la responsabilité d’Hérault Logement. 

Autre chantier à suivre : trouver un espace d’accueil pour les STS (services territoriaux de la solidarité) dans le cadre de la réhabilitation du quartier. La recherche est en cours, incluant un travail avec la mairie pour ces STS. 

Pour la RD600, le chantier pourrait démarrer « si tout va bien », début 2022, qui consistera à ajouter une voie de bus, piste cyclable, doubler les voies et les réaménager. Il faudra ainsi travailler avec l’agglomération, pour un coût de 60 millions d’euro, étalé dans le temps. 

Opposition stérile entre la gauche départementale et la municipalité

« Ça ne m’intéresse pas de rentrer dans cette opposition stérile qui ne fait pas du bien aux Sétois », explique véronique Calueba concernant les relations entre département de l’Hérault et la municipalité sétoise. « L’objectif de ce mandat est d’arriver à travailler dans la coopération et le partenariat », explique t-elle.

Les grands objectifs de ce mandat sont « la solidarité et l’environnement », selon la vice présidente du département, il faut « localement, travailler pour les Sétois, dépasser les oppositions et travailler en partenariat. »

Elle ajoute que ce partenariat débute mal, en présentant un communiqué de presse, qui commence par « L’amertume de la défaite impacte les plus faibles ». Il est alors expliqué qu’il y avait 1564 bénéficiaires du RSA sur la ville, dont la moitié étaient suivis par le CCAS de Sète. Le communiqué annonce le désengagement de la ville de cette moitié de bénéficiaires. 

Dans le communiqué, il est dit que « Cette attitude revancharde, qui fait peser l’amertume de la défaite sur des populations fragiles est honteuse et indigne ». Gabriel Blasco ajoute s’apprêter à « faire le maximum pour que l’accompagnement continue », et selon lui c’est tout comme un « tant pis pour ces gens là ».

Si le duo voit un parallèle entre les élections et cet abandon, c’est car la date limite pour rendre les bilans était au 16 juin, et le désengagement n’était alors pas prévu. Véronique Calueba trouve ça « interrogeant » d’avoir attendu la défaite des élections pour annoncer la diminution de 1 million du CCAS. 

Malgré ce contretemps, le duo entend « tenter de travailler main dans la main avec la municipalité, et mettre fin à ces rivalités qui ne mènent à rien ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sète

Sète : Découvrez « 7 Colis », la vente au kilo de colis perdus pour les amateurs de surprises

Article

le

Sète : Découvrez "7 Colis", la vente au kilo de colis perdus pour les amateurs de surprises
©LeSingulier - Boutique "7 Colis"

« 7 Colis », une boutique spécialisée dans la vente de colis perdus, ouvre ses portes à Sète, promettant une expérience unique et excitante de chasse au trésor.

Située au 21 quai Alger, « 7 Colis » est la nouvelle sensation à Sète ! Ce magasin innovant permet aux clients d’acheter des colis perdus au poids, sans connaître leur contenu, pour 20 € le kilo. Depuis son ouverture, les habitants de Sète et du bassin de Thau affluent en nombre, découvrant chaque jour des trésors cachés dans ces paquets mystérieux.

Le concept est simple : les clients achètent des colis perdus au poids et découvrent leur contenu une fois chez eux. « C’est un peu comme une chasse au trésor moderne où nos clients peuvent faire de belles affaires », explique le propriétaire. Les clients peuvent tomber sur des articles du quotidien ou avoir la chance de découvrir des objets de grande valeur.

Ces colis perdus, provenant de géants de la livraison comme Amazon et DHL, peuvent contenir une variété d’articles allant des vêtements et accessoires de mode aux outils, gadgets électroniques, et même des objets de grande valeur comme des téléphones portables, des tablettes connectées et des bijoux. La boutique reçoit des arrivages quotidiens de colis perdus provenant de France et de divers pays européens, tels que l’Allemagne, l’Espagne et l’Angleterre, pour garantir un stock toujours disponible pour sa clientèle.

Inspirée par le succès de boutiques similaires dans d’autres villes, « 7 Colis » s’inscrit dans une tendance croissante de revente de colis perdus, répondant à un double objectif : lutter contre le gaspillage et offrir des opportunités d’achat uniques et économiques. Cette initiative s’aligne avec les valeurs écologiques et économiques de nombreux consommateurs modernes.

Que vous soyez à la recherche de bonnes affaires ou simplement curieux de découvrir ce que renferment ces colis mystérieux, « 7 Colis » vous attend avec ses lots de surprises. Avec des prix attractifs et la promesse de découvertes excitantes, cette nouvelle boutique sétoise s’annonce comme une destination incontournable.

Le magasin est ouvert tous les jours de la semaine, de 10h à 13h et de 14h30 à 20h30, permettant à chacun de tenter sa chance à tout moment. La boutique bénéficie également d’un emplacement stratégique avec un parking facilement accessible juste en face, rendant les visites encore plus pratiques.

Tarif : 20€ = 1kg / 95€ = 5kg / 180€ = 10kg

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Sète

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres

Article

le

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres
©LeSingulier - Résidence La Manutention à Sète

Derrière la carte postale méditerranéenne de Sète se cachent des réalités bien moins reluisantes. De nombreux ménages vivent dans des conditions déplorables, souvent cachées derrière les ruelles pittoresques et les projets immobiliers modernes.

Sète, la belle carte postale méditerranéenne, cache derrière ses ruelles pittoresques et ses projets immobiliers modernes, une réalité moins reluisante : des ménages en difficulté, contraints de vivre dans des logements insalubres. Ces habitations délabrées se trouvent souvent dans des quartiers défavorisés, mais se cachent aussi parfois au cœur du centre-ville, dissimulées entre des ruelles étroites et des immeubles flambant neufs qui grignotent chaque jour un peu plus du charme ancien de la ville.

Un exemple frappant est la résidence « La Manutention », l’un des plus anciens bâtiments HLM de Sète, laissé à l’abandon par Sète Thau Habitat. Ce bâtiment contraste fortement avec les résidences modernes qui l’entourent. Lors de notre visite sur place, l’état de délabrement de cette résidence est choquant : Toit qui se fissure et tombent sur des passants, fissures béantes sur les façades, balcons en décomposition, installations électriques non conformes et câbles pendants représentent un danger quotidien pour les résidents.

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 11

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 3

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 11

Dans certains appartements, les balustrades des balcons ne tiennent plus et les infiltrations d’eau sont courantes.

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 3

Une locataire, vivant dans la crainte, nous a confié : « C’est normal en 2024 d’avoir une arrivée de gaz sous une chaudière. Je vis dans une bombe à retardement, je tremble à chaque fois que je dois cuisiner ».

Sous les charmes de Sète, la détresse des ménages oubliés dans des logements insalubres 5

Les résidents, souvent honteux de recevoir des invités dans de telles conditions, ont signalé à plusieurs reprises ces dangers à la municipalté et à Sète Thau Habitat. Cependant, les courriers et pétitions sont restés sans réponse. « On se sent totalement abandonnés par les services de l’État », déclare une résidente désabusée. « Notre bailleur n’est pas un particulier, c’est un office HLM, alors pourquoi l’État n’intervient-il pas pour sécuriser les lieux ? »

Face à ces urgences, les locataires réclament des mesures immédiates pour éviter les risques d’incendies électriques et la réalisation de petits travaux en attendant une rénovation complète, à l’image de ce qui a été fait au Mas Grenier. « Ce n’est pas à nous de faire les travaux alors que nous payons des charges énormes », s’indigne un résident. « La mairie et l’office se renvoient la balle, c’est insupportable ! Nous demandons qu’ils réagissent avant que quelque chose de grave ne se produise. »

Tandis que la ville de Sète multiplie les campagnes pour attirer les touristes, les résidents des quartiers défavorisés continuent de souffrir en silence. Cette situation illustre tragiquement le contraste entre l’image idyllique de la ville et la réalité vécue par certains de ses habitants, oubliés des autorités locales.

Sète, derrière son allure charmante, doit faire face à une problématique de logements insalubres qui affecte de nombreux ménages en difficulté. Les autorités locales et les bailleurs sociaux sont appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie de ces résidents dont ils ont la charge et préserver le caractère authentique et humain de la ville.

Lire Plus

Sète

Sète : Coopération Franco-Allemande renforcée dans l’énergie et la construction

Article

le

Sète : Coopération franco-allemande renforcée dans l'énergie et la construction

Les Journées économiques franco-allemandes à Montpellier et Sète ont mis en lumière l’importance de la collaboration entre la France et l’Allemagne pour atteindre les objectifs climatiques et économiques.

Les 2 et 3 mai 2024, Montpellier et Sète ont accueilli les Journées économiques franco-allemandes, où des annonces significatives ont été faites concernant la coopération énergétique et les réformes dans le secteur de la construction entre la France et l’Allemagne.

Face au défi de la transition vers une économie neutre en carbone d’ici 2050, la collaboration entre les deux pays est jugée essentielle. La France continue de favoriser l’énergie nucléaire, tandis que l’Allemagne accélère son passage aux énergies renouvelables, après sa sortie du nucléaire et son engagement à abandonner le charbon d’ici 2038. Cette divergence de stratégies offre des opportunités de partage de connaissances et d’innovation. L’un des projets phares discutés est l’exportation de l’hydrogène décarboné produit en France vers l’Allemagne, illustrant les avantages des synergies transfrontalières.

Le secteur de la construction, un pilier des économies locales, traverse une crise avec un recul des nouvelles constructions et une hausse des coûts. Les discussions ont porté sur la nécessité de simplifier les procédures de planification, de promouvoir la construction en série et d’augmenter les incitations fiscales pour relancer ce secteur crucial. Lors du forum économique du 3 mai, organisé chez Mercedes Sodira à Sète, 65 chefs d’entreprise allemands ont participé activement aux discussions.

Organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de l’Hérault, le Réseau d’Affaires Franco-Allemand du Languedoc (RAFAL) et l’Association Allemagne Occitanie L’Europe au Cœur, présidée par Richard Jarry, cette rencontre visait à renforcer la coopération entre les régions et les entreprises des deux pays. L’objectif est de créer un réseau solide pour soutenir la transition énergétique et revitaliser le secteur de la construction.

Ces dialogues sont cruciaux pour développer des solutions économiques durables qui répondent aux objectifs climatiques et renforcent les relations commerciales entre la France et l’Allemagne. La clôture de cet échange franco-allemand a été marquée par un buffet dînatoire à bord de la Goélette « Santa Maria Manuela ».

  • À propos des organisateurs

La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de l’Hérault et la Chambre de Commerce et d’Industrie (IHK) de Leipzig jouent un rôle clé dans le renforcement des liens économiques entre la France et l’Allemagne, aidés par des réseaux d’affaires et des associations bilatérales engagés dans l’innovation et la collaboration économique transfrontalière.

Lire Plus

Les + Lus