Nous rejoindre sur les réseaux

Sète

Sète : Véronique Calueba et Gabriel Blasco, vainqueurs du canton de Sète abordent leur mandat à venir

Article

le

©LeSingulier

La première conférence de presse des gagnants du canton de Sète prenait place ce vendredi. Gabriel Blasco et Véronique Calueba ont ainsi pu « faire le point sur les élections et le mandat à venir ».

Dernière leur bureau, les élus au département commencent avec la fierté de la victoire. « Les Sétois ont prolongé Véronique et m’ont permis d’accéder à un mandat de conseiller départemental sur la ville de Sète »

Avec un écart de 58 voix, les élus « prouvent avoir réussi à remonter, on a réussi à capitaliser 2314 voix de plus entre le premier et le deuxième tour, touchant donc électorat plus large. » Les deux gagnants de gauche embarquent donc pour un mandat de 7 ans (et non de six), à la tête du canton de Sète. 

Sur le duel : il s’agit de l’un des seuls cantons où « l’affrontement ne s’est pas fait contre l’extrême droite, mais la droite locale installée. » L’intérêt pour la ville est aussi qu’ils font « partie de la majorité départementale », puisque sur l’Assemblée de 50, il y a 38 élus de gauche. 

Pour les délégations, Véronique Calueba a reçu de nouveau la vice présidence, chargée de la solidarité enfance famille. Du côté de Gabriel Blasco, il est a présenté son souhait d’entrer au conseil d’administration de l’Hérault Sport, qui seront votés le 19 juillet. Il a également témoigné de son souhait de s’investir et aider dans la délégation pêche et conchylyculture, ainsi que la démocratie participative. 

Les projets en cours 

« Nous travaillerons donc pour que la ville de Sète soit bien représentée et que des projets puissent être réalisés. » Ce sont les mots déterminés de Véronique Calueba. L’élue aborde divers projets en cours et à venir pour la ville de Sète.

A commencer par le chantier de l’Estacade, dont le marché acheté et renégocié par l’entreprise a retardé les travaux. Ils auraient en effet du commencer début 2021 sous la responsabilité départementale mais sont toujours en attente. 

A la suite de ces explications, elle entame le sujet du boulevard Verdun Blanc, et en quoi il s’agit de leur responsabilité. Pourtant, les rénovations ne peut toujours pas aboutir, faute d’autorisation du maire de laisser l’entreprise exercer sur le boulevard. « Nous devons refaire ce boulevard », qui comptabilise de nombreux passages, piétons, vélos comme voitures chaque jour. Selon le duo, il s’agit également d’un acte politique de la part de François Commeinhes. 

« A la rentrée, on relance la procédure de demande, il y a une urgence ». Les chantiers auraient du prendre place entre mai et juin, de nuit, mais le refus du maire de la ville de Sète a empêché la mise en place de « l’entretien de l’existence » du boulevard, pour lequel les fonds étaient débloqués. 

Ensuite, était abordée la fin des travaux et l’aménagement du port du Barr, « gros pan de l’économie locale », qui permet 1 millier d’emplois. Restera à faire les quais, et répondre à la demande de la coopérative gérant le port : un amendement pour un rehaussement d’un étage. 

Également, la rénovation de l’île de Thau ou il reste 3 bâtiments à refaire, avec au total un budget de 9 millions et demi d’euros sur l’immobilier. Il s’agit de refaire l’isolation, les cuisines, salles de bains, réseaux, les tuyauteries (…). Cinq cents logements au total sous la responsabilité d’Hérault Logement. 

Autre chantier à suivre : trouver un espace d’accueil pour les STS (services territoriaux de la solidarité) dans le cadre de la réhabilitation du quartier. La recherche est en cours, incluant un travail avec la mairie pour ces STS. 

Pour la RD600, le chantier pourrait démarrer « si tout va bien », début 2022, qui consistera à ajouter une voie de bus, piste cyclable, doubler les voies et les réaménager. Il faudra ainsi travailler avec l’agglomération, pour un coût de 60 millions d’euro, étalé dans le temps. 

Opposition stérile entre la gauche départementale et la municipalité

« Ça ne m’intéresse pas de rentrer dans cette opposition stérile qui ne fait pas du bien aux Sétois », explique véronique Calueba concernant les relations entre département de l’Hérault et la municipalité sétoise. « L’objectif de ce mandat est d’arriver à travailler dans la coopération et le partenariat », explique t-elle.

Les grands objectifs de ce mandat sont « la solidarité et l’environnement », selon la vice présidente du département, il faut « localement, travailler pour les Sétois, dépasser les oppositions et travailler en partenariat. »

Elle ajoute que ce partenariat débute mal, en présentant un communiqué de presse, qui commence par « L’amertume de la défaite impacte les plus faibles ». Il est alors expliqué qu’il y avait 1564 bénéficiaires du RSA sur la ville, dont la moitié étaient suivis par le CCAS de Sète. Le communiqué annonce le désengagement de la ville de cette moitié de bénéficiaires. 

Dans le communiqué, il est dit que « Cette attitude revancharde, qui fait peser l’amertume de la défaite sur des populations fragiles est honteuse et indigne ». Gabriel Blasco ajoute s’apprêter à « faire le maximum pour que l’accompagnement continue », et selon lui c’est tout comme un « tant pis pour ces gens là ».

Si le duo voit un parallèle entre les élections et cet abandon, c’est car la date limite pour rendre les bilans était au 16 juin, et le désengagement n’était alors pas prévu. Véronique Calueba trouve ça « interrogeant » d’avoir attendu la défaite des élections pour annoncer la diminution de 1 million du CCAS. 

Malgré ce contretemps, le duo entend « tenter de travailler main dans la main avec la municipalité, et mettre fin à ces rivalités qui ne mènent à rien ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Bassin de Thau

Sète : Pierre Soulages reçoit la plus haute distinction décernée par l’empereur du Japon

Article

le

Pierre Soulages reçoit de la part de l’empereur japonais une des plus hautes distinctions décernées par le pays. 

« L’Ordre du Soleil Levant, Rayons d’or avec rosette de quatrième classe » a été donné en mains propres le 20 juillet dernier par l’ambassadeur japonais Ihara pour remercier le sétois pour sa contribution à la création de liens culturels entre la France et le Japon. 

À 101 ans, « le peintre vivant aujourd’hui le plus exceptionnel » selon François Hollande, marque l’histoire de son empreinte. Il faut dire que son « noir-lumière » ou son « outre-noir » comme il aime bien les appeler sont des monuments de l’art abstrait et de la peinture informelle. 

Mardi dernier, l’empereur japonais a décidé de récompenser toutes ces années de labeur et d’échanges culturels avec le peintre. Il lui a remis par le biais de l’ambassadeur japonais chez lui, à Sète, la plus haute distinction que le Japon puisse remettre après l’ordre du Chrysanthème. Monsieur Soulages est donc titulaire de « L’Ordre du Soleil Levant, Rayons d’or avec rosette de quatrième classe », ce qui lui vaut le grade d’officier et le place au même rang que Charles Aznavour et de François Baboulet. 

Les débuts d’une histoire d’amour

1939, le monde est secoué par une guerre dont personne ne veut. Pierre Soulages est mobilisé sur les rivages méditerranéens « Devant moi s’étendait une sorte de flaque de métal fondu, c’était l’étang de Thau. » expliquait-il. Il en a fait son Japon comme Van Gogh a fait de Arles son Soleil levant. S’en suivra un voyage dans les années 60 où il fera la connaissance d’artistes en tout genre. Il tombera aussi amoureux des décors nippons. Il y gravira les échelons là-bas en grandissant sa notoriété en tant que peintre et se fera de plus en plus exposer. En 1992, le Praemium Impériale, le “Nobel de l’art japonais”, est décerné à Pierre Soulages à Tokyo. Cette prestigieuse reconnaissance est suivie en 2000 par une création originale de l’artiste : un vase réalisé à la demande du Président Jacques Chirac qui offre au Japon un trophée pour le grand prix du sumo. C’est ainsi que les relations entre Japon et France débutèrent. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Planète

Sète : Une « déchèterie à ciel ouverte » avenue de la Méditerranée

Article

le

©LeSingulier

Depuis plusieurs mois, des citoyens alertent Sète Agglôpole Méditerranée le concernant l’accumulation de déchets dans l’espace public, à différents endroits. L’un de ces sites marquant : l’avenue de la Méditerranée.

Ils en appellent à l’aide alors que l’Agglopôle ferme les yeux. Des riverains auraient contacté les services de Sète Agglopôle devant un état de fait devenu insupportable. L’accumulation de déchets sur les bords de route. Aline Javelot, riveraine, a décidé de contacter notre journal afin de rendre cette situation visible : « Du côté de l’avenue de la Méditerranée, normalement entretenue par Sète Agglôpole Méditerranée, il y a énormément de déchets. Ces déchets sont là depuis très longtemps sur le bas côté. Ce sont des déchets en tout genre ».

Au delà des questions d’hygiènes, ce qui inquiète les habitants c’est la pollution qu’entraîne ces déchets. Si Aline Javelot la constate depuis 1 an, elle assure que cette « déchèterie à ciel ouverte » est présente depuis bien plus longtemps.

Aline Javelot l’assure, elle a contacté les services de Sète Agglôpole Méditerranée en mars 2021 puis en juin 2021, hélas toujours sans réponse de la part de la communauté d’agglomération. 

Le silence de l’Agglopôle

« Ce qui m’interpelle, c’est que malgré le fait que plusieurs riverains et moi-même avons alerté l’agglo, rien ne change. Les service de ramassage passent et ne font rien, alors qu’on ne peut pas ne pas voir », nous confie Aline Javelot. La question des déchets revient souvent sur la table sur le bassin de Thau. De nombreuses associations organisent des ramassages réguliers afin de préserver l’environnement de cette pollution constante.

Le silence de l’agglopôle, dont c’est la mission, déplait. Pour Aline Javelot, il y a une incohérence : « Sur leur site, ils mettent en avant la protection de l’environnement, la protection du bassin de Thau, alors il y a quand même une petite dichotomie », explique t-elle. De plus, cette citoyenne nous confie : « Les services de ramassages passent pour ramasser les poubelles mais par contre ils laissent sur place tous les déchets. En juin, ils ont tondu les côté en laissant les déchets en place. Je l’ai signalé à l’agglo, mais rien n’a été fait ».

Face à ce problème écologique, Aline Javelot a décidé d’organiser un ramassage des déchets avec l’aide d’associations sétoises. Le ramassage citoyen aura lieu prochainement.

Contactée à plusieurs reprises par notre rédaction, Sète Agglôpole Méditerranée n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète : La fête et la musique à l’honneur à la Palanquée avec Radio Nova et les Inrockuptibles

Article

le

©LaPalanquée

Radio Nova et les Inrockuptibles seront de passage à Sète en contexte de leur Grande Tournée estivale ! Rendez-vous à la Palanquée ce jeudi pour une émission traditionnelle.

Après un passage à Marseille mercredi, l’équipe de radio Nova, exceptionnellement accompagnée de celle des Inrockuptibles débarquera à Sète. Un rendez-vous pour se retrouver, se restaurer à la buvette bio et locale ou un food truck. Cette Grande Tournée prend place depuis 13 ans.

Le principe est simple : sillonner la France et rencontrer les auditeurs, mais pas que, il s’agit de partager, et profiter. L’émission aborde les villes traversées, et l’expérience vécue. Une soirée idéalement chargée durant de 17 heures à 23 heures attend les habitants des communes qui participent à l’évènement. 

Au programme, un warm up de 17 heures à 18 heures pour se mettre dans le bain, avec une ambiance d’été, et la musique qui va avec. Suivi, une émission live de 18 heures à 20 heures, où sera mis en lumière diverses personnalités locales (artistes locaux, acteurs culturels..). Une pause musique prendra place ensuite, puis le Grand Blind test de Radio Nova aura lieu de 20 heures 30 à 21 heures. Pour finir la soirée en beauté, un DJ Set viendra clôturer la soirée en musique, et en danse. 

Pourquoi la Palanquée ? 

Cette année, Radio Nova a choisi d’investir des tiers-lieux ou des espaces qui favorisent le faire-ensemble. Les tiers-lieux, ce sont des endroits « mixant activités professionnelles, espaces de détente et de débats, et convivialité ». Il en existe plus de 1000 en France, avec tous types de projets et valeurs en accord avec les besoins du territoire, et les objectifs de leurs fondateurs. 

La palanquée était ainsi une pioche idéale, étant le tiers-lieu citoyen du Bassin de Thau, avec pour objectif « d’inspirer et accompagner les initiatives économiques, écologiques et solidaires par la découverte et le faire ensemble ». Elle a été créée en septembre 2019, en partenariat avec 13 associations et un capital de 40 000€. 

Ce rendez-vous avec Radio Nova est en partenariat avec la Ville de Sète, pour le premier rendez-vous de l’été en Occitanie. Il est accessible gratuitement, sur réservation, et avec un pass sanitaire évidemment. Vous pourrez alors fêter la musique en franchissant le portail bleu de la Palanquée, au 25 rue Jean Moulin. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

A LIRE AUSSI > Sète : La Palanquée, l’aide entrepreneuriale réfléchie

 

Lire Plus

Les + Lus