Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète : une impressionnante nouvelle grue électrique au port de Sète

Article

le

©LeSingulier

Anthony Pinel, dockers dans la société Sea Invest sur le port de Sète, décrypte l’arrivée de la nouvelle grue de déchargement.

Le port de Sète est au cœur du commerce français. Sa situation géographique est son principal atout : accès rapide au réseau autoroutier européen, aux réseaux ferrés (42km de réseau intra portuaire) et liaison directe avec le canal du Rhône. En 2019, ce sont plus de 4,3 millions de tonnes de marchandises qui ont transitées par le port de commerce. Pour faire face à l’afflux de marchandises, la société Sea Invest vient de recevoir une nouvelle grue. Les détails avec Anthony Pinel, dockers travaillant chez Sea Invest.

Mi-octobre, le port de Sète a reçu une nouvelle grue Liebherr, installée sur rail et qui dispose d’un système de trémie dépoussiérante. Une trémie est un réceptacle en forme de pyramide inversée. Une benne ramasse le produit dans le bateau avant de le jeter dans la trémie. La trémie se vide ensuite de son contenu sur tapis ou directement sur camion, qui peut se garer dessous pour le chargement.

Acquise pour 6,5 millions d’euros, la nouvelle grue sera dédiée au déchargement du vrac au terminal agroalimentaire et fera autant de tonnage que lorsque les dockers travaillent avec les autres grues Liebherr. Particularité de cette nouvelle grue : elle est électrique, tandis que les autres fonctionnent au diesel. Les rails et la trémie dépoussiérante intégrée sont donc les 2 avantages de ce nouvel équipement, qui facilitera la tâche des dockers. « Jusqu’à présent, la trémie des grues Liebherr était séparée. Cette nouvelle trémie va nous permettre d’émettre moins de poussière, ajoute M. Pinel. Les Liebherr que nous avons sont roulantes et donc déplaçables dans tout le port, contrairement à celle-ci. »

La nouvelle grue viendra compléter l’outillage des deux grues déjà en place sur le terminal vraquier. « Il s’agit d’un outil portuaire de dernière génération, qui va permettre d’augmenter la cadence et la productivité du déchargement » précise Olivier Carmes Directeur Général du port de Sète – Sud de France.

Dockers, un métier qui recrute

Sea Invest est un groupe international, actuellement dirigé par Loïc Texier. Sur le port de Sète, il représente une cinquantaine d’employés. « On a fait rentrer une nouvelle liste de jeunes avec qui on atteint les 75 employés », précise Anthony Pinel.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Singulier (@lesinguliersete)

Quasiment tous les hangars du port de Sète appartiennent à la société portuaire. « Sea Invest a été mandatée parce qu’elle est spécialisée dans les colis lourds et dispose de tout le matériel nécessaire. Elle est aussi spécialisée dans le vrac et le papier. Elle a traité 110 000 tonnes de papier en 2022 et pour 2023, une progression régulière qui atteindra entre 120 et 130 milles tonnes est prévue. Nous représentons aussi, en tant que manutentionnaire, la société MTL avec qui nous faisons du bétail pour le Maghreb et aussi les navires qui desservent l’Afrique occidentale avec l’armement Grimaldi, représenté aussi par la société MTL », explique Anthony Pinel.

Depuis 20 ans, il arpente les allées du Port de Sète. « J’ai été embauché dès mes 18 ans en tant qu’occasionnel, mais je baignais dans ce milieu depuis l’enfance. Au fil des années je suis devenu professionnel. La totalité de ma famille a travaillé ou travaille encore sur le port : mon grand-père, mon père, mes oncles et mes cousins étaient ou sont toujours dockers », confie-t-il.

L’activité des dockers sur le port de Sète est en plein essor. Le port se développe, alors dockers est un métier qui recrute. Sea Invest privilégie la transmission du savoir-faire familial mais n’est pas fermée à l’embauche de dockers novices contrairement aux autres sociétés présentent sur le port qui embauchent sans distinction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Balaruc-les-Bains

Découverte archéologique à Balaruc-les-Bains : une nécropole romaine livre ses secrets

Article

le

Découverte archéologique à Balaruc-les-Bains : une nécropole romaine livre ses secrets
©SèteAgglopôleMéditerranée

Les fouilles révèlent une mine d’informations sur les rites funéraires et la vie quotidienne des populations de l’époque.

Il y a une semaine, des archéologues du service d’archéologie préventive de Sète Agglopôle Méditerranée ont fait une incroyable découverte lors de fouilles préalables à la construction de la nouvelle mairie de Balaruc-les-Bains. Ils ont mis au jour une nécropole gallo-romaine contenant 80 sépultures bien conservées datant principalement des 3e et 4e siècles, ainsi que des vestiges datant du 17e siècle.

Depuis lors, les archéologues ont poursuivi leurs fouilles sur le site de l’avenue de la Cadole et ont découvert que cette nécropole romaine était en réalité beaucoup plus grande que prévu. Sur une surface d’environ 900 m², près d’une centaine de tombes datées entre le Ier et le Ve siècle ap. J.-C. ont été mises au jour, offrant une mine d’informations sur les rites funéraires et la vie quotidienne des populations de l’époque.

Les tombes mises au jour sur le site de la Cadole présentent une grande variété de formes, allant des coffres en bois, en tuiles ou encore en maçonnerie, jusqu’aux amphores utilisées pour enterrer les jeunes enfants. Les fouilles ont également révélé que l’inhumation avait gagné en importance au fil du temps, devenant même exclusive à la fin de l’Antiquité.

Ces sépultures et les squelettes qu’elles contiennent, remarquablement bien conservés, feront l’objet dans les prochains mois d’études approfondies qui permettront de recueillir de nombreuses informations inédites sur la population balarucoise de l’époque romaine. Les archéologues espèrent ainsi en apprendre davantage sur la démographie, le régime alimentaire, les maladies et les épidémies qui ont marqué la vie de ces populations il y a plus de deux millénaires.

Cette découverte majeure à Balaruc-les-Bains souligne l’importance du travail du service d’archéologie préventive pour protéger le patrimoine archéologique et préserver les connaissances historiques qu’il contient. Elle permet également d’enrichir notre compréhension de notre passé commun et de mieux appréhender la vie des populations qui ont vécu dans cette région il y a plusieurs siècles.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Hérault

Sète : SolarinBlue lance une ferme solaire maritime inédite

Article

le

SolarinBlue lance une ferme solaire maritime inédite près de Sète
©PascalGuyot/AFP

SolarinBlue, une entreprise fondée par Armand Thiberge, a dévoilé son projet innovant nommé Sun’Sète. Il s’agit de la première installation de panneaux solaires flottants en pleine mer, située au large du port de Sète-Frontignan (Hérault). Cette initiative est une première en France et fournira de l’énergie renouvelable au port.

SolarinBlue a inauguré son premier projet de ferme solaire marine appelé Sun’Sète, qui explore une nouvelle approche en matière d’énergie renouvelable en installant des panneaux solaires flottants en pleine mer. Jusqu’à présent, l’accent avait été principalement mis sur les sources d’énergie renouvelable marines telles que l’éolien offshore et les panneaux solaires photovoltaïques installés sur des plans d’eau calmes, comme les lacs et les étangs. Bien que cette technologie soit encore en phase de développement pilote, elle semble prometteuse pour l’avenir.

Au cours des prochains mois, le reste de la ferme sera progressivement immergé jusqu’à atteindre une superficie totale de 0,5 hectare d’ici la fin de l’année, avec un objectif de production de 300 kilowatts d’ici 2024. Cette production électrique sera acheminée via un câble sous-marin pour alimenter les infrastructures portuaires, y compris une usine de poissons et les navires en transit. Le directeur de la société a rappelé que RTE avait pour objectif d’installer jusqu’à 200 GW de panneaux solaires d’ici 2050 en France.

Le projet, qui coûte 2,5 millions d’euros, est financé à 50 % par des fonds publics provenant de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et de l’association Evolen. Une étude environnementale préalable au projet a conclu que les espèces marines présentes sur le site seraient peu impactées et que le risque de déranger les oiseaux était faible.

SolarinBlue, créée fin 2019 à Paris et désormais basée à Montpellier, a développé une technologie de parc solaire photovoltaïque flottant adaptée aux conditions de la haute mer. La start-up travaille actuellement sur plusieurs projets de fermes solaires en mer, en France et à l’étranger.

Dans les trois prochaines années, SolarinBlue espère devenir un leader mondial dans le domaine du solaire photovoltaïque offshore flottant. L’entreprise ambitionne de couvrir l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis le développement technologique jusqu’à l’exploitation de parcs solaires flottants

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Le député RN, Aurélien Lopez-Liguori, se dit prêt à soutenir toutes les motions de censure

Article

le

Le député RN, Aurélien Lopez-Liguori, se dit prêt à soutenir toutes les motions de censure
©Arthur Nicholas Orchard/AFP

Le gouvernement a décidé de recourir à l’article 49.3 pour imposer la réforme des retraites, provoquant des manifestations spontanées à travers la France. Aurélien Lopez-Liguori, député du Rassemblement National, a déclaré qu’il soutiendra toutes les motions de censure qui seront présentées.

Le député de la 7e circonscription de l’Hérault a décrit le recours au 49.3 par la première ministre comme un « passage en force » et un « hold-up démocratique » dans un communiqué de presse. Selon lui, le gouvernement a fait preuve de mépris envers la représentation nationale et les Français, qui sont majoritairement opposés à la réforme des retraites proposée par Emmanuel Macron. Il a ajouté que le gouvernement a imposé cette réforme en sachant qu’elle aurait été refusée autrement.

Aurélien Lopez-Liguori, a annoncé qu’il soutiendra toutes les motions de censure : « Face à ce hold-up démocratique, le groupe Rassemblement National présente une motion de censure et se déclare favorable à toutes les motions soumises, quelle que soit leur origine. À mon tour, je soutiendrai toutes les motions de censure proposées, indépendamment du groupe parlementaire à l’origine de celles-ci. »

Le député RN se dit prêt à mettre en jeu son mandat face à la menace de dissolution de l’Assemblée : « En soutenant la censure du gouvernement, je prends volontiers le risque de retourner devant les électeurs de l’Hérault dans le cas d’une dissolution de l’Assemblée Nationale. Contrairement à Emmanuel Macron et ses ministres, je ne méprise pas la volonté des Français : je la défends. Je serais donc honoré de me soumettre à nouveau à leur verdict. »

La situation politique reste incertaine, car les deux motions de censure déposées par le groupe Liot et le Rassemblement national seront discutées lundi 20 mars à 16 heures. Il faudrait obtenir au moins 287 voix pour renverser le gouvernement, mais cela semble peu probable à l’heure actuelle.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus