Nous rejoindre sur les réseaux

Sète

[Sète] Le Comité du quartier de l’île de Thau apporte son soutien à Babeth Kircher

Article

le

Sète - Plusieurs coups de feu entendus ces derniers jours à l’île de Thau

Celle qui est à l’initiative d’une pétition qui a déjà recueilli plus de 500 signatures a vu sa photo de profil Facebook placardée dans tout le quartier avec pour titre « Raciste ». Babeth Kircher dénonce dans sa pétition des routes défoncées, un manque de luminosité dans le quartier mais aussi des problèmes d’insécurité grandissant. 

C’est donc par la voix du président du comité du quartier de l’île de Thau, Christopher Reilles, que Babeth Kircher a reçu son premier soutien : « Le comité de quartier de l’île de Thau apporte son soutien à Babeth Kircher qui a subi récemment une grave atteinte à sa liberté́. Nous déplorons que sa photo avec l’inscription « FN Raciste » a été placardée sur différents endroits du quartier. Un acte n’est jamais sans conséquence. Chacun est libre de faire ce qui souhaite dans le respect de l’autre. Avez-vous réfléchi juste un instant à̀ l’impact que cela peut avoir sur sa famille ? »

Un acte qui n’est pas sans conséquence, son fils de 17 ans ne s’est pas rendu en cours vendredi et il reste encore très marqué par la violence de l’acte.

Babeth Kircher a cependant souhaitée réagir : « Monsieur Reilles ne m’as jamais apporté sous soutien verbalement par téléphone ou texto ou même sur ma page Facebook ! Il n’a même pris la peine de m’appeler quand il est tombé sur une affiche. J’aurais aimé avoir son soutien mais  le jour même et non trois jours après ! Peut-être que je dérange le comité ? »

Sète

Sète : Des parents et élus interpellent le maire sur la dangerosité aux abords de l’école Paul Bert

Article

le

Sète : Des parents et élus interpellent le maire sur la dangerosité aux abords de l'école Paul Bert
©VilledeSète

Parents et élus unissent leurs voix suite à un accident, demandant des mesures immédiates pour sécuriser les abords de l’école.

Dans un mouvement de solidarité et d’urgence, l’Association des Parents des Écoles Publiques Sétoises, ainsi que les Parents Délégués de l’École Paul Bert, ont envoyé une lettre ferme au maire François Commeinhes, demandant des améliorations significatives pour la sécurité routière autour de l’établissement scolaire. Ce courrier est soutenu par les élus locaux, Véronique Calueba et Laura Séguin, qui se sont également exprimés sur la nécessité de réagir rapidement face à la dangerosité des lieux.

Dans la lettre, les parents détaillent leur inquiétude, exacerbée par un accident récent où une mère a été gravement blessée près de l’école. Ils critiquent l’absence de mesures concrètes malgré les avertissements répétés au fil des années et proposent des solutions pour mieux sécuriser l’école. Ces suggestions incluent la modification de l’accès à l’école, l’amélioration des trottoirs, le blocage de la rue lors des heures de classes, l’installation d’un sas de sécurité, une formation adaptée pour les agents de surveillance, et une signalétique plus claire pour les automobilistes.

Les élus locaux, dans leur communication, renforcent le message des parents, soulignant l’inconcevabilité de tels accidents dans un contexte où des alertes ont été maintes fois émises. Ils insistent sur la nécessité d’une action immédiate et d’une collaboration étroite avec les parents et les équipes éducatives pour mettre en place des solutions efficaces.

Les parents, dans leur plaidoyer, rappellent également la responsabilité légale de la commune en vertu de l’article L2213-2 du Code général des collectivités territoriales, qui stipule que la municipalité doit assurer la sécurité publique, notamment aux abords des écoles.

La communauté éducative et les parents attendent avec impatience une réponse du maire, espérant que cet appel renouvelé conduira à des changements rapides et significatifs. Ils restent mobilisés pour discuter et implémenter les mesures nécessaires pour sécuriser les abords de l’école Paul Bert, affirmant que « la sécurité de nos enfants ne peut pas attendre ».

Lire Plus

Sète

Sète : dix détenus prennent la fuite du centre de rétention administrative

Article

le

Sète : dix détenus prennent la fuite du centre de rétention administrative

Les fugitifs se sont échappés en passant par les combles et le toit de l’établissement, malgré la présence d’un système d’alarme.

Dans une évasion digne d’un film, dix détenus du centre de rétention administrative (CRA) de Sète ont réussi à s’échapper dans la nuit de vendredi à samedi. L’incident, survenu vers 2h30 du matin, a été repéré par les surveillants du CRA, qui ont remarqué des mouvements suspects devant une chambre à travers les caméras de vidéosurveillance.

Lorsque les gardiens se sont rendus dans la pièce, ils ont découvert qu’un morceau de tôle avait été découpé au niveau du plafond, avec une couverture nouée, et qu’un gond de porte pouvait avoir servi d’outil pour cette opération. Sur les 28 détenus que compte le centre, dix manquaient à l’appel, l’un des évadés a été retrouvé, a indiqué la préfecture de de l’Hérault.

Les fugitifs avaient profité d’une pause dans les rondes pour se faufiler dans les combles, malgré la présence d’un système d’alarme qui n’a pas été déclenché. Ils ont ensuite accédé au toit avant de sauter dans la rue et de disparaître.

Une enquête est en cours, et les identités ainsi que les descriptions des évadés ont été transmises aux autorités compétentes. Les recherches sont actuellement en cours pour retrouver les fugitifs toujours en fuite.

Lire Plus

Sète

Sète : un blessé grave dans une explosion d’une usine classée Seveso

Article

le

Sète : un blessé grave dans une explosion d'une usine classée Seveso

Une importante explosion a secoué une usine classée Seveso « seuil bas » à Sète, suivie d’un incendie. L’incident a eu lieu dans l’entrepôt d’estérification de l’entreprise, en période de maintenance. Un salarié a été gravement blessé et évacué vers l’hôpital de Montpellier.

Un important panache de fumée s’élève ce mercredi en fin d’après-midi au-dessus de Sète. Une usine classée Seveso « seuil bas », c’est-à-dire comme un site industriel à risque, a subi une importante explosion en fin d’après-midi. Cette déflagration a été suivie, quelques minutes plus tard, d’un important incendie.

Plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent la formation d’un épais nuage noir au-dessus du site, situé dans la zone industrielle du port de Sète. Selon la préfecture de l’Hérault, l’incident est survenu à 17h « dans l’entrepôt d’estérification (fabrication de carburant à partir de graines), où étaient présents 300 m³ de diester », alors que l’entreprise était « à l’arrêt, en situation de maintenance ». Un périmètre de sécurité a été installé et un centre opérationnel départemental (COD) de crise a été activé.

« Le bilan est d’un blessé en urgence absolue, un salarié de l’entreprise », indiquent les autorités dans un communiqué diffusé à 19h30. La victime a été héliportée vers l’hôpital de Montpellier. « L’incendie est désormais maîtrisé, en voie d’extinction, et que le panache de fumée a été réduit », ajoutent-elles, assurant que celui-ci « ne présente pas de risque pour la population ».

Au total, 120 personnes ont été évacuées, des prélèvements ont été effectués. Aucun risque de toxicité n’est pour l’heure constaté.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus