Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

[Sète] Auchan: 80 chariots volés et stockés dans des locaux municipaux

Article

le

D’après une source proche de la direction le centre commercial Auchan est victime depuis plusieurs mois de vols de chariots de course. Ce ne serait pas moins de 80 chariots de course qui auraient disparu du magasin Auchan.

La direction de l’établissement qui ne souhaite pas déposer plainte pour ne pas ébruiter l’affaire, multiplie ces derniers jours les rencontres pour trouver des intermédiaires afin de récupérer ces chariots dérobés.« Je sors de son bureau, il vient de me demander de les récupérer » nous confirme un des intermédiaires rencontré. Le préjudice subit serait à hauteur de 10.000€.

Le magasin a mené son enquête

Des employés du magasin missionnés par la direction ont mené leur propre enquête pour trouver ces chariots. À la stupéfaction de la direction ces chariots se trouveraient dans plusieurs locaux appartenants à la municipalité et détenus par des agents de la collectivité. Un médiateur de la ville qui doit normalement gérer la délinquance chez les jeunes des quartiers aurait essayé de raisonner les agents pour rendre les chariots, sans résultat…

Les auteurs demanderaient une « contrepartie » que le magasin refuse de payer. « Il ma dit qu’ils demandaient de l’argent mais il refuse de payer », nous confie un autre intermédiaire approché.

La direction du magasin Auchan a alerté la première Adjointe à la Mairie de Sète Blandine Authier pour tenter de récupérer discrètement et rapidement ces chariots dérobés, malheureusement sans succès.

Raison Politique

Joint par notre rédaction hier matin le directeur du magasin Alain Guichard dit, «ne pas être au courant de l’affaire » et « ne pas vouloir faire de commentaire » sur les personnes qu’il a rencontré dans son bureau. 

D’après nos informations la raison de ces vols serait politique. On reprocherait à Alain Guichard son soutien à Rudy Llanos lors des dernières élections municipales: « ils veulent lui faire payer son soutien pour que cela serve de leçon aux autres », nous explique un proche du directeur du magasin. 

D’autres personnes qui se sont engagées contre la municipalité en place subiraient elles aussi des pressions ces derniers mois et un boycott dans certains organismes publics.

Nous reviendront sur cette chasse aux sorcières antidémocratique plus longuement dans un prochain article.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > [Sète] Un homme poignardé au Gymnase Alfred Nakache

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus