Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Risque de famine à Gaza, dans l’attente d’un vote de l’ONU

Article

le

Risque de famine à Gaza, dans l'attente d'un vote de l'ONU

L’ONU a mis en garde contre un risque de famine dans la bande de Gaza, où se poursuivent vendredi les bombardements israéliens, pendant que le Conseil de sécurité tente de sortir de l’impasse pour voter une résolution permettant d’y accroître l’aide humanitaire.

Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, en guerre depuis le 7 octobre, ont réaffirmé jeudi leurs conditions divergentes en vue d’une trêve humanitaire, au moment où les médiateurs multiplient leurs efforts pour parvenir à un compromis.

Les services des Nations unies continuent eux d’alerter sur la crise humanitaire dans laquelle s’enfonce la bande de Gaza.

Environ la moitié de la population devrait se trouver dans la phase « d’urgence » – qui comprend une malnutrition aiguë très élevée et une surmortalité – d’ici le 7 février, selon un rapport du système de surveillance de la faim des Nations unies publié jeudi.

Et « au moins une famille sur quatre », soit plus d’un demi-million de personnes, sera confrontée à la « phase 5 », c’est-à-dire à des conditions catastrophiques.

« Nous avertissons depuis des semaines qu’avec de telles privations et destructions, chaque jour qui passe ne fera qu’apporter plus de faim, de maladie et de désespoir à la population de Gaza », a prévenu sur X le chef des opérations humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths. « La guerre doit cesser. »

Sur le terrain, aucun répit n’est en vue. Tôt vendredi, un bombardement israélien a fait cinq morts à Rafah (sud), selon le ministère de la Santé du Hamas.

L’une d’elles a notamment ciblé le côté palestinien du point de passage de Kerem Shalom, faisant quatre morts et interrompant les activités des agences onusiennes pour acheminer l’aide humanitaire via cette route, récemment rouverte par Israël.

« Il n’y a pas d’endroit sûr, tout a été bombardé et les gens ont vraiment peur », a confié Mahmoud el Mash’hid, un homme déplacé par le conflit à Khan Younès (sud).

Plus de deux mois de bombardements israéliens par air, mer et terre ont fait au moins 20.000 morts – majoritairement des femmes et des enfants – à Gaza selon le Hamas, détruit des quartiers entiers et déplacé 1,9 million de personnes, soit 85% de la population, d’après l’ONU.

Israël a juré de détruire le mouvement islamiste palestinien, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne, après son attaque d’une ampleur et d’une violence sans précédent le 7 octobre.

Cette attaque a fait environ 1.140 morts, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP basé sur le bilan israélien. Les commandos palestiniens ont en outre enlevé environ 250 personnes, dont 129 sont toujours retenues à Gaza, selon Israël.

Les efforts se poursuivent sur plusieurs fronts pour tenter de parvenir à une nouvelle trêve, après celle d’une semaine fin novembre qui avait permis la libération de 105 otages et de 240 Palestiniens détenus par Israël et l’acheminement de plus d’aides à Gaza.

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh, basé à Doha, se trouve au Caire pour des entretiens avec le médiateur égyptien. Ziad al-Nakhala, le chef du Jihad islamique, un autre mouvement islamiste qui combat au côté du Hamas et détient aussi des otages, devrait s’y rendre dans les prochains jours.

Israël dialogue avec le Qatar et les Etats-Unis, deux autres médiateurs.

Mais les positions des protagonistes restent très éloignées. Le Hamas pose comme préalable un arrêt des combats avant toute négociation sur les otages. Israël est ouvert à l’idée d’une trêve mais exclut tout cessez-le-feu avant « l’élimination » du Hamas.

L’objectif israélien d’éliminer le mouvement est « voué à l’échec », a déclaré jeudi dans un enregistrement sonore Abou Obeida, le porte-parole de la branche armée du Hamas. Il a de nouveau conditionné la libération des otages à « l’arrêt de l’agression » d’Israël.

Un haut responsable israélien a fait état de son côté d’une « sorte de progrès » après « des rencontres avec les Qataris à deux reprises la semaine dernière ».

« Nous sommes prêts à négocier une nouvelle formule (pour) des libérations d’otages (…) Nous aurons alors besoin d’une pause humanitaire comme la première (fin novembre). Avant et après cela, nous restons engagés à réaliser notre objectif majeur, qui est de mettre fin à l’existence du Hamas », a-t-il dit sous le couvert de l’anonymat.

Depuis lundi, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU multiplient les reports, faute de pouvoir s’accorder sur un texte capable d’échapper à un veto des Etats-Unis, qui ont déjà bloqué deux précédentes résolutions ces dernières semaines.

Mais un nouveau texte édulcoré désormais au goût des Américains qui ne voulaient pas d’un appel à une cessation des hostilités pourrait être voté vendredi.

En attendant, les souffrances perdurent et les proches d’otages tremblent pour eux.

« C’est une roulette russe, nous nous réveillons chaque matin sans savoir quelle nouvelle nous allons recevoir », a expliqué jeudi à la presse Ella Ben Ami, dont la mère Raz a été libérée après 54 jours de captivité mais le père, Ohad, reste retenu à Gaza.

Les destructions occasionnées par les combats ont réduit le système hospitalier de Gaza en lambeaux. Seuls neuf des 36 hôpitaux du territoire fonctionnent encore en partie et tous se situent dans le sud du territoire palestinien assiégé, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

« Même dans les hôpitaux, des gens avec des fractures ouvertes et en sang nous demandent de la nourriture », a raconté jeudi Sean Casey, un employé de l’Organisation mondiale de la Santé, après s’être rendu dans deux hôpitaux de Gaza, Al-Chifa et Al-Ahli. « Si ce n’est pas un signe de désespoir, je ne sais pas ce que c’est. »

L’armée israélienne a elle annoncé vendredi la mort de deux nouveaux soldats. Elle a perdu 139 militaires depuis le début de son offensive terrestre le 27 octobre.

Au-delà de la bande de Gaza, le conflit continue d’alimenter les tensions au Proche-Orient.

Depuis le début de la guerre, les échanges de tirs entre Israël et le Hezbollah, allié islamiste du Hamas au Liban voisin, sont quasi-quotidiens à la frontière. Jeudi, une octogénaire a été tuée et son mari blessé dans un bombardement israélien sur un village frontalier du sud du Liban, selon un média officiel.

Deux civils israéliens ont été légèrement blessés par des tirs du Hezbollah dans un secteur proche de la frontière libanaise, selon l’armée israélienne.

En mer Rouge, la menace d’attaques sur le trafic maritime international de la part des rebelles Houthis du Yémen – solidaires du Hamas – provoque un ralentissement du commerce mondial. Les principaux transporteurs n’empruntent plus cette autoroute de la mer, ce qui a poussé Le géant suédois du meuble Ikea a annoncé de possibles retards de livraison jeudi.

Plus de 20 pays ont désormais rejoint la coalition menée par les Etats-Unis pour défendre les navires en mer Rouge, selon le Pentagone.

Europe

Emmanuel Macron appelle à un « sursaut » pour assurer la « défaite » de la Russie lors d’une conférence sur l’Ukraine à Paris

Article

le

Emmanuel Macron appelle à un "sursaut" pour assurer la "défaite" de la Russie lors d'une conférence sur l'Ukraine à Paris

Le président français annonce de nouvelles mesures pour renforcer le soutien à l’Ukraine et refuse d’exclure la possibilité d’un envoi de troupes occidentales à l’avenir.

Lors d’une conférence d’urgence à Paris réunissant vingt-sept pays alliés de l’Ukraine, Emmanuel Macron a lancé un appel à un « sursaut » pour garantir la « défaite » de la Russie, annonçant de nouvelles mesures pour fournir davantage d’armes à Kiev.

Le président français a souligné l’urgence d’agir face à la situation critique en Ukraine, où l’absence d’armes occidentales compromet la capacité de défense du pays. Il a rappelé le rôle crucial de l’Union européenne dans le soutien à l’Ukraine et a évoqué la nécessité d’intensifier l’effort en faveur de l’armée ukrainienne.

Emmanuel Macron a également abordé la possibilité d’un envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien, affirmant que la défaite de la Russie était indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe. Cette déclaration a suscité des réactions mitigées, certains la considérant comme une mesure nécessaire pour contrer l’agression russe, tandis que d’autres l’ont qualifiée de « folie » et ont exprimé des inquiétudes quant aux conséquences d’un tel engagement militaire.

La conférence de Paris a été l’occasion pour les pays alliés de discuter de nouvelles initiatives pour soutenir l’Ukraine, notamment en renforçant les approvisionnements en armes et en coordonnant les efforts de défense. Emmanuel Macron a souligné l’importance de maintenir la pression sur la Russie et de faire front commun pour contrer ses agressions.

Alors que les tensions persistent en Ukraine et que les Ukrainiens font face à de nouveaux revers dans l’Est du pays, la conférence de Paris a revêtu une importance cruciale pour réaffirmer l’engagement des pays alliés envers l’Ukraine et pour contredire toute impression de désintégration de l’unité internationale face à l’agression russe.

Lire Plus

Europe

La Hongrie ratifie l’adhésion de la Suède à l’Otan, après des mois de blocage

Article

le

La Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède à l'Otan, après des mois de blocage

Le Parlement hongrois approuve massivement l’accession de la Suède à l’Alliance atlantique, mettant fin à une période de tensions et de tergiversations.

Après des mois de blocage et de tergiversations, la Hongrie a finalement donné son feu vert à l’adhésion de la Suède à l’OTAN. Le Parlement hongrois a approuvé cette décision de manière écrasante, avec 188 voix sur 199 sièges, marquant ainsi la fin d’un long processus pour la Suède désireuse de rejoindre l’Alliance atlantique depuis l’invasion russe de l’Ukraine.

Cette approbation met un terme à une période chaotique marquée par des négociations ardues avec la Turquie, suivies des atermoiements du dirigeant nationaliste hongrois Viktor Orban, qui était le dernier réfractaire à l’adhésion de la Suède.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a salué cette décision comme un « jour historique », soulignant la volonté de la Suède d’assumer ses responsabilités en matière de sécurité euro-atlantique. Cette approbation intervient près de deux ans après le début du processus d’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Viktor Orban, lors de l’ouverture de la session parlementaire, a également exprimé sa satisfaction, saluant la visite récente de son homologue suédois comme une étape importante pour renforcer les relations entre les deux pays, malgré leurs divergences d’opinion.

Lire Plus

Europe

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Article

le

L’Allemagne est sur le point de légaliser le cannabis à des fins récréatives

Le projet-phare du gouvernement Scholz pourrait faire de l’Allemagne l’un des pays les plus libéraux d’Europe en matière de cannabis.

L’Allemagne est sur le point d’adopter une loi historique qui légaliserait le cannabis à des fins récréatives, marquant ainsi un tournant significatif dans la politique allemande sur les drogues. Ce projet, l’un des piliers de l’administration d’Olaf Scholz, placerait l’Allemagne parmi les pays les plus progressistes d’Europe en matière de législation sur le cannabis, rejoignant ainsi Malte et le Luxembourg, qui ont déjà franchi ce cap respectivement en 2021 et 2023.

Les députés de la coalition au pouvoir ont salué cette réforme comme une avancée majeure vers une politique moderne sur les drogues, soulignant également son potentiel pour lutter plus efficacement contre le marché noir. La loi, annoncée pour entrer en vigueur le 1er avril 2024, doit toutefois être adoptée par le Parlement allemand, une étape qui reste incertaine.

Des résistances se sont manifestées lors des débats au Bundestag, notamment parmi les députés Verts et les libéraux du FDP, pourtant alliés au gouvernement. Le projet de loi prévoit la création d’associations à but non lucratif, baptisées « clubs de cannabis », autorisées à cultiver et à fournir du cannabis à leurs membres, sous le strict contrôle du gouvernement.

Ces clubs, limités à 500 membres adultes et interdits de proximité avec des établissements sensibles tels que les crèches ou les écoles, seront régis par des règles strictes interdisant la consommation sur place. Les adultes pourront posséder individuellement jusqu’à 25 grammes de cannabis et cultiver trois plants de cannabis femelle, tandis que la consommation dans des lieux publics sera permise dans la plupart des cas, à l’exception des zones sensibles.

La loi prévoit également une mesure rétroactive, permettant la suppression des amendes pour possession de cannabis inférieure à 25 grammes des casiers judiciaires des contrevenants. Cependant, la mise en œuvre de cette législation pourrait poser des défis pour les autorités, notamment en ce qui concerne le respect des zones interdites de consommation, selon les experts allemands.

Lire Plus

Les + Lus