Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Poursuite des combats au Karabakh, les séparatistes sous le feu azéri

Article

le

poursuite-des-combats-au-karabakh,-les-separatistes-sous-le-feu-azeri

Les combats entre Arméniens et Azerbaïdjanais se poursuivaient samedi sur le front du Nagorny Karabakh en dépit des appels internationaux à un cessez-le-feu, les autorités du territoire séparatiste prévenant que la « dernière bataille » pour la région a commencé.

Si aucun camp n’a pris un avantage décisif sur l’autre au septième jour des affrontements, Stepanakert, la capitale du Karabakh, touchée à plusieurs reprises vendredi par des bombardements azerbaïdjanais, a de nouveau été la cible de tirs samedi et les combats violents impliquant l’aviation et les chars azerbaïdjanais étaient en cours sur « toute la ligne de front », selon les autorités séparatistes.

Des tirs d’artillerie lourde – une première – ont déjà endommagé vendredi plusieurs bâtiments de Stepanakert. « Je suis sorti de chez moi et 5 ou 10 minutes plus tard, boum, une explosion. Heureusement, il n’y avait personne à la maison », raconte à l’AFP Nelson Adamian, 65 ans.

Dans ce contexte, la diplomatie de la région séparatiste a appelé samedi la communauté internationale à « reconnaître l’indépendance » du Nagorny Karabakh, en qualifiant cette mesure de « seul mécanisme efficace pour rétablir la paix ».

Le Nagorny Karabakh, en majorité peuplé d’Arméniens, a fait sécession de l’Azerbaïdjan, entraînant au début des années 1990 une guerre qui avait fait 30.000 morts. Le front est quasi-gelé depuis malgré des heurts réguliers, aucun traité de paix n’ayant jamais été signé.

« Objectif historique »

« L’ennemi a déployé des troupes renforcées. Nos soldats font preuve d’une résistance héroïque », a déclaré sur Facebook le porte-parole de l’armée arménienne Artsroun Hovhannissian, assurant que « des combats féroces persistent ».

Même tonalité inquiète chez le président du Nagorny Karabakh, Arayik Haroutiounian, qui a déclaré aux journalistes que « la nation et la mère patrie sont en danger » et annoncé son intention d’aller sur le front.

« C’est notre dernière bataille, que nous allons assurément gagner », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a réitéré son appel au retrait des forces arméniennes des « territoires occupés » azerbaïdjanais comme « précondition » à un cessez-le-feu.

« Nous allons reprendre nos territoires, c’est notre droit légitime et notre objectif historique », a-t-il déclaré dans un entretien à la chaîne de télévision Al Jazeera.

« Nous ne pouvons pas attendre 30 ans de plus (…) Il faut que le conflit du Karabakh soit réglé maintenant », a-t-il souligné.

L’armée azerbaïdjanaise a de son côté affirmé que 19 villages azerbaïdjanais avaient été la cible de tirs arméniens dans la nuit et assuré prendre des « mesures de riposte résolues », en revendiquant notamment la prise de positions séparatistes.

Depuis le début des hostilités dimanche, seuls des bilans partiels sont communiqués, faisant état au total de 191 morts: 158 soldats du Karabakh, 14 civils arméniens, et 19 civils azerbaïdjanais, Bakou ne communiquant pas ses pertes.

Chaque camp revendique en revanche des succès démentis par l’autre et fait état de centaines de soldats ennemis tués chaque jour. Les Arméniens assurent ainsi que plus de 3.000 soldats azerbaïdjanais ont péri depuis la reprise des hostilités le 27 septembre, Bakou disant avoir tué 2.300 militaires arméniens.

Puissances étrangères « préoccupées »

Les deux camps ont largement ignoré les multiples appels de la communauté internationale à faire taire les armes, tel celui vendredi du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, réclamant « une fin immédiate des hostilités ».

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé sa « profonde préoccupation » quant à la présence supposée de combattants pro-Turcs envoyés de Moyen-Orient par Ankara, soutien indéfectible de Bakou.

Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères de l’Iran voisin des deux pays en guerre, s’est lui aussi dit « préoccupé » lors d’un entretien avec son homologue Sergueï Lavrov, selon un communiqué de Moscou.

Le président français Emmanuel Macron avait affirmé précédemment que 300 combattants « jihadistes » avaient quitté la Syrie pour rejoindre l’Azerbaïdjan en passant par la Turquie, une « ligne rouge » selon lui.

La Russie avait fait état d’informations similaires, sans accuser directement Ankara avec qui elle a une relation compliquée mais pragmatique.

Malgré les dénégations de Bakou, Ankara restant muet sur la question, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a dénombré la mort sur le front au Karabakh d’au moins 28 combattants pro-Ankara depuis le début des hostilités.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus