Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Portrait : Alexis Vicente : Un artiste plasticien du bassin de Thau

Article

le

Alexis nait en 1974. Depuis sa plus tendre enfance, il dessine et se passionne pour ce mode d’expression. Il rêve que passion devienne son « métier » à temps complet.

Quelques années plus tard, c’est dans le garage de la maison de sa grand-mère qu’il commence à accumuler les matériaux qu’il transforme en sculptures.

Peu à peu, il construit son monde imaginaire, sorte de « famille » dans laquelle nous retrouvons les personnages de ses dessins, tableaux. Ses sculptures sont le reflet de ses œuvres tracées aux crayons ou pinceaux. Elles prennent la forme de son monde.

Pour Alexis, il ne prémédite pas ses sculptures, elles prennent vie au hasard de l’assemblage des matériaux recyclés et des différentes couches de colle, peinture ou vernis créant ainsi un univers étrange bien personnel.

Les créations originales de cet Agathois surprennent, tels des animaux, des paniers et des véhicules en papiers glacés.

Alexis Vicente est un artiste plasticien de « l’Art brut » dont le peintre français Jean Dubuffet propose une première définition dans les années 50.

« Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de par, de sorte que leurs auteurs y tirent tout (sujets, choix des matériaux mis en œuvre, moyens de transposition, rythmes, façons d’écriture, etc.) de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l’art donc où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non, celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe. » Jean Dubuffet. (d’après « l’Art brut préféré aux arts culturels » Galerie René Drouin. Paris).

Retrouvez les œuvres d’Alexis Vicente en septembre à l’exposition « Art brut » espace Lally à Béziers en compagnie d’autres artistes sétois.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Mèze

Mèze / JO 2024 : l’équipe de judo du Kazakhstan en stage en juillet

Article

le

Mèze / JO 2024 : l’équipe de judo du Kazakhstan en stage en juillet
©VilledeMèze

L’équipe du Kazakhstan de judo viendra effectuer un premier stage d’entraînement à Mèze au mois de juillet en vue des JO 2024.

C’est Officiel ! L’équipe du Kazakhstan de judo viendra effectuer un premier stage d’entraînement à Mèze au mois de juillet en vue des JO 2024. L’occasion également de découvrir les équipements sportifs qui pourront accueillir les compétiteurs et leurs entraîneurs avant les JO de Paris.

La venue de l’équipe nationale a été finalisée ce week-end, à l’Aréna de Paris lors du grand « slam de judo 2023 ».

Thierry Baëza, maire de Mèze, accompagné de son adjoint aux sports, Nicolas Archimbeau, ont rencontré les dirigeants de la fédération de judo du Kazakhstan, le président Kuanyshbek Yessekeev , le secrétaire général Askhat Zhitkeyev ainsi que leur entraîneur Français, Stéphane Traineau.

Depuis l’année dernière, Stéphane Traineau, ancien directeur des équipes de France de judo, entraîne l’équipe nationale kazakhstanaise de judo pour les prochains JO qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024.

Cette visite de la solide délégation de judo du Kazakhstan permet à Mèze de s’inscrire pleinement dans le label « Terre de jeux Paris 2024 »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Lire Plus

Mèze

Mèze : des écoliers-citoyens proches de la nature

Article

le

Mèze : des écoliers-citoyens proches de la nature
©VilledeMèze

Les écoles publiques de Mèze participent à la démarche des « aires éducatives » initiée par l’Office Français de la Biodiversité.

Les écoles publiques de Mèze participent à la démarche des « aires éducatives » initiée par l’Office Français de la Biodiversité (OFB).Le principe : les élèves et leurs enseignants deviennent gestionnaires d’une petite parcelle de terrain pour la découverte, l’étude, la préservation et l’aménagement d’un espace naturel. Cette démarche a pour but de sensibiliser les jeunes à la protection du territoire mais également de participer à un projet pédagogique écocitoyen avec les associations environnementales locales.

A Mèze, les CM1 de l’école Jules Verne gèrent, depuis 2 ans, un terrain bordant le ruisseau Font-Frat face à la Conque. L’ARDAM y anime régulièrement des ateliers d’éducation à l’environnement. Depuis la rentrée scolaire 2022, une parcelle située près du Pallas est gérée par les élèves de Clemenceau qui bénéficient des animations menées par le CPIE du Bassin de Thau. Par ailleurs, la Calandreta la Cardonilha, école de statut associatif, souhaite, elle aussi s’inscrire dans cette démarche et se lancer dans la gestion environnementale d’une parcelle communale. Leur projet est en cours d’élaboration.

Marie Hélène Pelain, adjointe à l’environnement explique la démarche : « Ces projets s’inscrivent pleinement dans le programme d’éducation à l’environnement voulu par la municipalité. En s’appropriant un micro espace naturel, les enfants apprennent à mieux connaître leur environnement et développent leur envie de le protéger. »

Lire Plus

Sète

Sète / Place Aristide Briand : les militants s’opposent à la reprise des travaux

Article

le

©BancsPublics

Une quinzaine de militants du Collectif Bancs Publics se sont allongés sur la route afin de bloquer l’accès de la place Aristide Briand à plusieurs camions de chantier.

Le tribunal administratif de Montpellier a levé, ce jeudi 26 janvier 2023, la suspension du permis de construire de la place Aristide Briand. Par conséquent, cela autorise la reprise des travaux et de surcroît l’arrachage des 52 tilleuls de la place.

Et la reprise des travaux n’a pas tardé ! Ce lundi 30 janvier, très tôt ce matin, des militants du Collectif Bancs Publics ont fait face aux premiers camions. Pour protester, les militants se sont allongés à même le bitume pour essayer de barrer l’accès de la place aux camions. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour donner l’accès aux véhicules sur la place.

Côté judiciaire, où en est la procédure aujourd’hui ? Après deux jugements défavorables devant le tribunal administratif de Montpellier et l’accord donnée par le Préfet de l’Hérault pour arracher les arbres de la place Aristide Briand, le Collectif a saisi le Conseil d’État pour faire annuler ces décisions.

Malheureusement les militants le savent, cela va prendre quelques mois et les arbres ne seront peut-être plus là comme l’écrit le Collectif Bancs Publics sur ses réseaux sociaux.

Lire Plus

Les + Lus