Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Politique : Pour sa première campagne, Borne s’exerce aux figures imposées dans le Calvados

Article

le

pour-sa-premiere-campagne,-borne-s’exerce-aux-figures-imposees-dans-le-calvados

Visite d’une exploitation laitière, rencontre de commerçants, et un petit tour dans un festival « éco-responsable »: son gouvernement désormais en ordre de bataille, Élisabeth Borne a fait samedi ses premières armes de candidate aux législatives dans le bocage normand, sa terre « de cœur ».

Si l’agitation ne fut pas de nature à troubler la placidité des veaux prim’holstein de la ferme d’Élise et Olivier Chaventré, elle n’en reste pas moins inhabituelle pour cette bataille autour de la 6e circonscription du Calvados. Et sans doute que le statut de la candidate Élisabeth Borne, nommée Première ministre lundi dernier, n’est pas étranger à cette situation.

A cette nouvelle casquette s’ajoute pour Mme Borne les tâtonnements d’une première campagne sous son nom, sans droit à l’erreur puisqu’un échec signerait sans doute l’arrêt prématuré de son bail à Matignon. « Mais je me mets dans la logique de cette campagne avec l’objectif de gagner », balaye-t-elle, un brin agacée.

C’est donc avec application que l’ancienne ministre du Travail a arpenté samedi sa Normandie, en se livrant aux figures imposées de toute campagne locale. A commencer par une rencontre avec un producteur de lait – sa centaine de vaches donne 740.000 litres par an – qui a brassé avec elle tous les motifs d’inquiétude du moment, entre sécheresse, augmentation du prix des matières premières, « attaques de corbeaux » sur les maïs…

« Depuis six mois on connaît des fluctuations comme on n’a jamais connues sur le cours du lait. Pour garder le cap ce n’est pas simple », témoigne M. Chaventré, avant de guider Mme Borne vers la salle de traite.

Dans l’exploitation, où s’est opportunément invité son concurrent du parti Debout la France avide de profiter des lumières médiatiques, Mme Borne s’est aussi défendue des accusations de parachutage, soulignant que « le Calvados est le berceau de (s)a famille ».

Originaire de Livarot, à quelques dizaines de kilomètres plus à l’est dans le pays d’Auge, est-elle pour autant l’enfant du pays ? « Non », convient l’actuel député LREM de la circonscription Alain Touret, « mais je suis convaincu que la greffe va se faire ».

« Violemment modérés »

Élu trois fois sur ces terres rurales, dont le chef lieu est Vire (15.000 habitants), M. Touret se dit « fier » de passer à la Première ministre les clés de cette circonscription où « le Front national perce sur le pouvoir d’achat, conjugué aux difficultés de mobilité ». « Mais on dit aussi que les Normands sont violemment modérés », plaisante-t-il, rappelant avoir raflé la mise en 2017 avec 68% des voix, « le meilleur score de tout l’Ouest » pour la majorité présidentielle.

Partie en déambulation dans les rues de Villers-Bocage, tract à la main, Mme Borne vante les mérites de l’apprentissage, des commerces de proximité, glisse quelques banalités sur la crise du Covid ou la fréquentation touristique, et admet qu' »il y a du travail » à une dame qui lui glisse à l’oreille: « On compte sur vous ».

« Félicitations, ça fait plaisir qu’une femme soit nommée à la tête de la France », lui lance encore un élu local à son arrivée au festival « éco-responsable » de Chicheboville. Là, sur fond de bossa nova, éoliennes à l’horizon, Mme Borne slalome entre les chapiteaux, signe un autographe au petit Johan au stand des Familles rurales, avale un verre de « Meuh cola » produit en Normandie, et promet que « c’est un engagement durable » qu’elle « souhaite avoir dans le Calvados ».

Un travail classique de candidate, qu’elle compte bien reproduire autant que possible d’ici le premier tour le 12 juin. D’ici là, elle présentera ses propositions, et « la façon dont on décline le programme d’Emmanuel Macron dans cette circonscription ».

Fraîchement constitué, et réuni pour la première fois lundi en Conseil des ministres, le gouvernement entre aussi en période de réserve électorale, ce qui limite au strict minimum les déplacements et annonces. Un temps que Mme Borne souhaite exploiter autant pour préparer les futurs projets de loi, dont un paquet de mesures de pouvoir d’achat, que pour investir son rôle de « cheffe de la majorité » en allant soutenir d’autres candidats.

France

« Besoin d’un sursaut d’autorité” : Gabriel Attal s’attaque à la violence chez les jeunes

Article

le

"Besoin d’un sursaut d’autorité” : Gabriel Attal s’attaque à la violence chez les jeunes

Le Premier ministre promet une réponse ferme à l' »addiction à la violence » de la jeunesse, avec des mesures éducatives et judiciaires ambitieuses.

Dans le cadre de ses 100 premiers jours à Matignon, Gabriel Attal a lancé un appel à la mobilisation générale contre la violence chez les jeunes lors d’un déplacement à Viry-Châtillon (Essonne). Sous le thème du « sursaut d’autorité », le Premier ministre a dévoilé une série de mesures éducatives et judiciaires ambitieuses pour juguler l' »addiction à la violence » d’une partie de la jeunesse française.

« La mobilisation générale de la Nation est nécessaire pour renouer avec nos adolescents et pour juguler la violence », a déclaré le Premier ministre depuis la mairie de Viry-Châtillon, une ville marquée récemment par le décès tragique de Shemseddine, 15 ans, victime de violences. Gabriel Attal a souligné l’urgence d’un « sursaut d’autorité » et s’est engagé à prendre des mesures rapides avant l’été pour répondre à cette problématique.

Le Premier ministre a insisté sur la nécessité de responsabiliser les parents et de renforcer la scolarisation des collégiens en proposant des cours tous les jours de la semaine de 8h00 à 18h00. Il a également annoncé que les élèves perturbateurs devraient désormais être sanctionnés dans l’obtention de leurs diplômes scolaires, sauf s’ils réalisent des activités d’intérêt général et respectent les règles établies.

Sur le plan judiciaire, Gabriel Attal a proposé d’ouvrir le débat sur des atténuations à l’excuse de minorité dans les condamnations pénales, ainsi que sur la possibilité de mettre en place une comparution immédiate devant le tribunal pour les jeunes à partir de 16 ans, afin qu’ils répondent immédiatement de leurs actes comme les adultes.

Le Premier ministre a également abordé la question du fait religieux à l’école, affirmant qu’à l’école, la seule règle qui vaut est la laïcité, et qu’il n’y aura pas de guerre des religions. Ces mesures font suite à une demande d’Emmanuel Macron de lancer une concertation contre le « surgissement de l’ultraviolence » des jeunes.

Gabriel Attal a conclu en soulignant son engagement à obtenir des résultats concrets dans les semaines à venir, affirmant que la recherche des résultats était sa priorité absolue.

Enfin, pour marquer ses 100 jours à la tête du gouvernement, le Premier ministre sera interviewé en soirée sur BFMTV, où il reviendra sur les défis rencontrés et les actions entreprises au cours de cette période.

Lire Plus

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

Les + Lus